L’ouverture des données sur les produits alimentaires en France : histoire, enjeux et perspectives

Sur fond de luttes autour de l’étiquetage des aliments – du « Nutri-Score » à l’« éco-score » en passant par la démultiplication des outils numériques tels Yuka –, la gestion, la circulation et l’ouverture de données sur les produits alimentaires constituent un enjeu actuellement prépondérant pour les acteurs des marchés de l’alimentation. Comment cette question de l’ouverture des données est-elle devenue une priorité du secteur alimentaire français ? Quels sont les acteurs qui ont contribué à la mettre à l’agenda ? Et quels en sont les enjeux actuellement ?

Proto-histoire des données sur les produits alimentaires

Le développement des technologies numériques porte de nombreuses promesses dans le secteur alimentaire. De nombreux discours prédisent que ces technologies devraient entraîner une transparence « de la fourche à la fourchette » au sein des filières. Cette transparence serait notamment permise par le développement d’outils numériques à même de démultiplier les informations aujourd’hui accessibles aux consommateurs via l’emballage par le biais du scan de codes-barres, de QR codes ou de puces à radiofréquences.

Il est aussi prédit que ces outils devraient permettre une personnalisation accrue des informations disponibles qui seraient ainsi adaptables à chaque individu, en fonction de ses préférences et de ses contraintes alimentaires. Or, ces promesses sont tributaires de la production, de la standardisation, de la gestion et de l’ouverture de données sur les produits alimentaires. Sans ces opérations il apparaît difficile d’informer les consommateurs à grande échelle par le biais des technologies numériques.


  • Soutjis B., 2021, Sociologie de l’information marchande à l’heure des technologies numériques, Thèse de doctorat, Université Toulouse – Jean Jaurès.

Bastien Soutjis est membre du LISST-CERS, université Toulouse – Jean Jaurès : bastien.soutjis@univ-tlse2.fr


Comprendre l’importance de la gestion et de l’ouverture des données sur les produits alimentaires nécessite d’éviter de tomber dans un écueil : celui consistant à penser que l’ouverture des données constitue un allant de soi, une simple démarche de mise à disposition d’informations déjà-là, attendant patiemment d’être extraites et utilisées. Les travaux en sciences humaines et sociales l’ont montré, les données n’existent pas indépendamment du contexte sociohistorique de leur production.

Pour être ouvertes les données doivent être d’abord produites, quand elles sont produites elles existent généralement sous forme de jeux d’informations lacunaires et non-standardisées, notamment parce qu’elles ont été le plus souvent conçues pour répondre à des problématiques « métiers » précises et non pas pour être largement partagées.

Si l’on veut comprendre comment les données sur les produits alimentaires en sont venues à être produites, standardisées et finalement partagées, il faut ainsi opérer un petit retour en arrière, au moment où l’industrie et la grande distribution française d’abord, européenne ensuite, et mondiale enfin, se sont mises d’accord sur la standardisation d’un code-produit à la fois peu visible et omniprésent dans nos vies quotidiennes : le Global Trade Item Number (GTIN).

Le GTIN est un code à 13 chiffres que l’on retrouve sur la plupart des produits de grande consommation commercialisés à travers le monde. Ce code numérique se trouve sous le code-barres, dont il est une traduction. Conçu pour accélérer le passage des produits en caisse et pour faciliter l’échange des documents commerciaux et logistiques entre l’industrie et la grande distribution, le GTIN est aujourd’hui la clé de voute de toutes les bases de données sur les produits alimentaires : il est l’identifiant unique qui permet à n’importe quel acteur du marché de reconnaître à quel produit les données stockées et/ou exploitées font référence.

Lorsqu’il a été conçu dans les années 1970, il a entrainé la création d’organismes tiers chargés de l’attribution et de l’unicité des codes utilisés à travers le monde. Ces organismes sont aujourd’hui réunis sous l’égide de GS1 : une organisation mondiale privée sans but lucratif et subdivisée en de multiples antennes locales ‑ GS1 France, GS1 Canada, GS1 China, etc. Ces organisations sont aujourd’hui également en charge de la standardisation des échanges d’informations interentreprises dans de nombreux secteurs économiques.

L’ère numérique donne naissance à la fiche-produit

Depuis les années 1980, GS1, en étroite relation avec l’industrie et le commerce, a déployé de nombreux efforts pour fluidifier l’échange d’informations sur les produits de grande consommation entre les entreprises des filières alimentaires. Au début des années 2000, l’organisme construit un système international de gestion de données aujourd’hui massivement utilisé à travers le monde : le Global Data Synchronization Network. Ce système permet à divers industriels et distributeurs d’échanger des informations à grande échelle grâce à une fiche-produit standardisée qui récapitule un ensemble de données sur les produits.

Initialement conçue pour faciliter l’échange d’informations dédiées à l’acheminement des produits vers les supermarchés physiques et leur commercialisation, la fiche-produit a d’abord contenu quasi exclusivement des données d’ordre logistique : des codes servant à identifier les produits et les palettes, des informations sur leurs dimensions, des instructions de manutention, etc. Puis, en 2014, avec l’essor du commerce en ligne, des informations relatives aux caractéristiques des produits à destination des consommateurs ont été progressivement intégrées.

Le commerce en ligne entraîne de nouveaux besoins pour les distributeurs. En effet, contrairement au commerce physique où les informations sur les produits dédiées aux consommateurs circulent directement depuis l’industriel jusqu’au consommateur par le biais de l’emballage, dans le cadre du commerce en ligne les distributeurs ont besoin de disposer de ces informations sous forme de données s’ils souhaitent pouvoir les afficher sur leurs sites afin d’informer les consommateurs (ne serait-ce que pour afficher une photo, la dénomination du produit et sa quantité).

Ainsi, à partir de 2014, industriels et distributeurs commencèrent à échanger de nouvelles informations, cette fois-ci directement dédiées aux consommateurs, via la fiche-produit : des données reprenant des informations dont l’affichage est obligatoire sur les sites de vente en ligne dans un premier temps (e.g. valeurs nutritionnelles, listes des ingrédients, allergènes, origine, etc.), puis des données marketing permettant de valoriser les produits dans un second temps : allégations, labels, prix et récompenses (e.g. « produit préféré des français »), etc.

C’est donc en grande partie grâce à la fiche-produit GS1 que les informations sur les produits sont affichées sur les sites de vente en ligne aujourd’hui. Toutes ces données que s’échangent les industriels et les distributeurs via le standard fiche-produit depuis les années 2000 sont fermées. Elles ont uniquement vocation à transiter entre l’industrie et la grande distribution.

Pour autant de nombreux acteurs vont commencer à remettre en question cet usage au cours des années 2010 et à revendiquer l’ouverture des données : des militants de « l’open data », des développeurs d’applications mobiles dédiées à l’alimentation, ou encore des chercheurs qui souhaitent étudier l’évolution nutritionnelle de l’offre alimentaire : « chez nous les scientifiques on a la formule “publish or perish” ; est-ce que vous pensez que ce sera la même chose pour l’industrie ? » (Une chercheuse de l’ANSES lors d’une conférence en 2014)

Le rôle des démarches militantes et associatives dans l’ouverture des données

Dans le même temps, et face au mutisme de l’industrie agroalimentaire qui rechigne à s’engager dans la voie de l’ouverture des données, un collectif militant crée Open Food Facts en 2012. Il s’agit d’une base de données ouverte sur les aliments qui s’appuie sur des contributeurs volontaires. Ces derniers recopient eux-mêmes les informations étiquetées sur les emballages des produits sur une application ou un site web dédié.

Les données ainsi récoltées sont placées sous l’open database license, ce qui signifie que tout le monde peut les réutiliser sans restriction financière, technique ou juridique et quel qu’en soit l’usage. Aujourd’hui Open Food Facts centralise des données sur 1 994 702 produits, dont 846 138 en France ce qui en fait probablement la base de données sur les aliments la plus exhaustive au monde (concernant les références).

En 2017, la base de données d’Open Food Facts permet le lancement, de manière indépendante, de l’application mobile Yuka. La base servira par la suite à de nombreuses initiatives similaires qui permettent aujourd’hui aux consommateurs d’obtenir des informations alternatives à celles fournies par l’agro-industrie en scannant les codes-barres des produits alimentaires.

De nombreuses métriques sont ainsi développées, notamment des scores qui évaluent la qualité sanitaire des produits de différentes manières, ce qui ne va pas sans poser question à l’industrie : « on prend une de nos marques screenée par les applis, le résultat n’est jamais le même ! » (Une représentante de l’industrie agroalimentaire lors d’une conférence en 2019)

Depuis quelques années, ces scores et ces applications numériques sont l’objet de controverses quant à leur légitimité et leur rigueur scientifique. La qualité des données utilisées par les applications fait également l’objet de critiques de la part de l’industrie agroalimentaire : Open Food Facts, qui fournit les données à la plupart d’entre elles, est régulièrement accusé de produire des données fausses (du fait des erreurs possibles lors du recopiage des informations par les contributeurs volontaires), incomplètes ou encore obsolètes (si la recette d’un produit change, les données associées ne sont pas nécessairement mises à jour sur l’application numérique, ou avec un temps de latence).

La construction d’une plateforme de données partagées par l’industrie agro-alimentaire

Afin de regagner une certaine forme de contrôle sur les données qu’elles utilisent, plusieurs grandes marques de l’industrie agroalimentaire, mais aussi des distributeurs, des associations de consommateurs, des représentants des pouvoirs publics et des chercheurs se sont réunis autour de GS1 France afin de concevoir une plateforme de données ouvertes qui serait, à la différence d’Open Food Facts, constituée d’informations directement fournies par les marques : CodeOnline Food.

Pour l’industrie, l’enjeu est donc le suivant : quitte à devoir composer avec des applications qui notent leurs produits et parfois les dénigrent, et à défaut de pouvoir contrôler les modalités via lesquelles ces applications les évaluent, alors autant que les données qu’elles utilisent proviennent directement des marques.

Mais il serait trompeur de prétendre que la plateforme CodeOnline Food a été construite uniquement en réaction à ces applications numériques et pour remplacer Open Food Facts. Ce projet est le résultat d’une démarche plus large de transparence, initiée par l’industrie agroalimentaire dans un contexte de méfiance grandissante des consommateurs à l’égard des produits alimentaires.

Code Online Food est aussi le fruit d’un contexte dans lequel la gestion des données apparaît de plus en plus comme un enjeu pour l’efficacité marketing des entreprises dans un environnement omnicanal, c’est-à-dire un environnement où le consommateur peut trouver des informations sur les produits via de multiples supports : emballages, sites de e-commerce, marketplaces, applications mobiles, blogs, etc.

Lancée en octobre 2019, CodeOnline Food est une démarche particulièrement novatrice dans le monde de l’information-produit : il s’agit de la première tentative d’ouverture de données sur les aliments à l’initiative de l’industrie agroalimentaire. Pour autant, elle rencontre actuellement des difficultés. En particulier, la plateforme ne parvient pas pour le moment à centraliser suffisamment de données pour atteindre son objectif de remplacer Open Food Facts : seulement 30 000 produits étaient référencés dans la plateforme en septembre 2020.

Au-delà, la plateforme de l’industrie alimentaire pose de nombreuses questions : sa prétention à la transparence fait débat, en particulier chez les militants d’Open Food Facts qui considèrent que les conditions d’exploitation des données permises par la plateforme ne correspondent pas aux modalités strictes de « l’open data ». Ils craignent ainsi que CodeOnline Food ne menace l’indépendance des applications numériques qui utilisent les données et produisent des évaluations sur les produits alimentaires.

Finalement, de nombreuses questions se posent quant au périmètre des données « ouvertes » via CodeOnline Food : quelles données devraient être placées dans la plateforme ? Uniquement des données d’ordre réglementaire dont l’étiquetage est obligatoire sur les emballages ? Ou aussi des données plus fines relatives à des enjeux sanitaires, éthiques et environnementaux ?

Toutes ces questions, bien que peu visibles sur la scène médiatique, font actuellement l’objet d’âpres débats au sein des groupes de travail organisés par GS1. Elles sont d’une importance cruciale en ce qu’elles impliquent directement la transparence des filières, les rapports de force entre l’industrie et les consommateurs et les modèles alimentaires de demain.


  • Berry J., 2013, The Secret Life of Bar Codes, Wirksworth Books.
  • Goëta S., 2016, Instaurer des données, instaurer des publics : Une enquête sociologique dans les coulisses de l’open data, Thèse de doctorat, Télécom ParisTech.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.

Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits en CC : Flaticon Freepik, Dinosoftlabs, Open Food Facts / Stephane Gigandet

 

Retrouvez d’autres articles dans les rubriques Économie et Numérique

 

 


Bastien Soutjis

Université Toulouse – Jean Jaurès, LISST-CERS (bastien.soutjis@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search