“J’ai eu très satisfaisant sur Parcoursup et j’ai été refusée”

Comment les lycéens perçoivent-ils les avis de leurs enseignants, professeurs principaux, chef d’établissement sur leurs vœux d’orientation formulés sur Parcoursup ? Ces avis sont décisifs bien davantage que les résultats au baccalauréat, puisqu’ils peuvent être examinés par les formations de l’enseignement supérieur, avant les épreuves de l’examen. En effet, ces avis s’élaborent dès le conseil de classe du deuxième trimestre de l’année de terminale, et constituent des éléments de sélection par l’enseignement supérieur. Ils sont indiqués sur un document spécifique, nommé « fiche avenir ».

Vingt-cinq élèves de classes de terminale de baccalauréat technologique, scolarisés dans trois lycées agricoles ont été confrontés à leurs fiches avenir lors d’entretiens individuels, à l’occasion du lancement de Parcoursup, en 2018. Il est montré une incompréhension doublée d’une absence de crédit porté aux critères d’évaluation et un sentiment d’être injustement surévalués.


  • Blanc J., Murillo A., Veyrac H., 2021, « Vœux d’orientation vers l’enseignement supérieur. Propos d’élèves de l’enseignement agricole confrontés aux avis de leur lycée », L’Orientation scolaire et professionnelle, 50/2, 263‑285.

Julie Blanc est membre de l’Ecole Nationale Supérieure de Formation de l’Enseignement Agricole, UMR Education, Formation, Travail, Savoirs : julie.blanc@ensfea.fr

Audrey Murillo est membre de l’Ecole Nationale Supérieure de Formation de l’Enseignement Agricole, UMR Education, Formation, Travail, Savoirs : audrey.murillo@ensfea.fr

Hélène Veyrac est membre de l’Ecole Nationale Supérieure de Formation de l’Enseignement Agricole, UMR Education, Formation, Travail, Savoirs : helene.veyrac@ensfea.fr


Des élèves peu familiarisés avec la fiche avenir

La fiche avenir, nouvel objet intercalaire entre le scolaire et supérieur, comporte un avis rédigé par le chef d’établissement qui s’appuie sur :

  • les notes et appréciations des professeurs (moyennes des notes des bulletins des 1er et 2e trimestres de l’année de terminale),
  • des critères d’évaluation de la part du professeur principal (« méthode de travail », « autonomie », « capacité à s’investir dans le travail », « engagement et esprit d’initiative »),
  • des critères d’évaluation du chef d’établissement (« capacité à réussir », « niveau de la classe »).

Ces différents critères sont déclinés en niveaux d’évaluation pré-établis (« très satisfaisant » / « satisfaisant » / « assez satisfaisant » / « peu démontré »…).

Nos résultats montrent que si les élèves sont informés « à grands traits » de la procédure Parcoursup dans sa globalité (formulation de vœux et instruction de ceux-ci par les formations de l’enseignement supérieur), ils sont peu au fait de l’existence des fiches avenir, de leur contenu et de ce qu’elles évaluent. En effet, près de la moitié des lycéens interrogés découvre les fiches avenir au moment de l’entretien de recherche et seul un tiers des élèves dit en avoir une bonne connaissance, l’ayant consultée, pour certain·es plusieurs fois, en amont de l’entretien : « je regarde tous les jours l’évolution des listes d’attente », Amélie ; « j’ai juste vu, pour voir ce qu’ils [les professeurs] mettaient », Anaïs (les prénoms ont été modifiés).

Des critères et indicateurs d’évaluation perçus par les élèves comme opaques

Les propos des élèves témoignent d’interprétations variées de plusieurs critères soumis à évaluation du professeur principal et du chef d’établissement via la fiche avenir. À titre d’exemple, le critère « engagement et esprit d’initiative » peut renvoyer, du point de vue des élèves, tour à tour à la participation (« travailler plus, participer plus en classe », Steve), l’implication en classe (« par exemple dans le travail en groupe [les enseignants regardent] si on est impliqués », Charline), voire à une certaine opiniâtreté à être dans la filière de formation (« si on a envie d’avancer, si on a envie de vraiment y arriver, si on travaille pour la formation », Clara).

Ainsi, les critères soumis à évaluation et dont la fiche avenir fait état s’accompagnent pour les élèves d’une certaine équivocité et limitent la compréhension des élèves quant à leur sort.

Ils conjecturent sur les indicateurs que les acteurs de leur établissement ont pu retenir pour renseigner ces critères et sont souvent sceptiques quant aux possibilités des adultes à disposer d’indicateurs pertinents pour renseigner ces critères. Alexia, par exemple, indique : « [les professeurs] ne nous connaissent que dans l’enceinte de la classe, donc pour moi l’autonomie et tout ça, ils n’ont pas trop à l’évaluer parce qu’ils ne nous connaissent pas à l’extérieur, ils ne savent pas comment on travaille à l’extérieur (…) en cours, je suis tout de suite au travail, j’écoute, mais après quand je suis à l’internat, clairement, je ne travaille quasiment jamais ».

Des élèves qui se perçoivent surévalués

La découverte de la fiche avenir a créé pour ces élèves une tension entre la perception qu’ils ont d’eux-mêmes, autrement dit leur concept de soi scolaire (représentation mentale, caractéristique qu’un élève peut s’attribuer quant à son parcours scolaire) et les avis effectivement émis dans la fiche avenir.

Pour plus de la moitié des élèves interrogés, cette tension est liée à une surévaluation perçue à travers plusieurs critères évalués dans la fiche avenir, par exemple, la « méthode de travail ». A ce propos, Morgane nous dit : « la méthode de travail, je sais que j’ai beaucoup de mal, donc je n’aurais pas cru [avoir « assez satisfaisant], (…) je ne me considère pas avoir de bonnes capacités de travail, je ne suis pas une très bonne élève, je le sais très bien ».

Les élèves n’hésitent pas à exprimer leurs points faibles en matière d’engagement scolaire, ils se considèrent plutôt en difficulté sur plusieurs critères de la fiche avenir, ce qui contraste avec les avis émis. Cette perception de surévaluation peut s’expliquer, au moins en partie, par leur ignorance de l’échelle d’évaluation propre à la fiche avenir qui ne comporte pas de critères dépréciatifs (« assez satisfaisant » est quasiment au bas de l’échelle, ce dont les élèves n’ont pas conscience).

Du point de vue des élèves, les enseignants surévalueraient sciemment et seraient dans la posture de soutenir les élèves. Steve, par exemple, s’attendait à des appréciations plus dépréciatives et estime que les enseignants ou chef d’établissement l’ont « arrangé » : « Pour certains profs, je suis choqué parce que je ne pensais pas qu’ils allaient mettre des trucs gentils comme ça (…) En fait c’est trop positif alors que je sais que moi-même, je me serais mis des trucs négatifs ».

Un sentiment de déconvenue

La surévaluation perçue est à mettre en parallèle d’un sentiment de déconvenue, de déception dans l’appréhension globale des fiches avenir et du processus dans lequel elles s’inscrivent, liés à deux aspects principaux. D’une part, il apparaît parfois que pour un même élève, les fiches avenir sont renseignées de manière identique alors que les vœux d’orientation sont différents. D’autre part, l’évaluation globalement positive qui se dégage des fiches avenir vient percuter la réalité du recrutement dans les formations de l’enseignement supérieur.

Plusieurs élèves constatent que leurs vœux, même quand ils sont extrêmement différents, sont traités de la même manière et aboutissent à des fiches avenir et donc à des avis identiques. Flavie, par exemple, questionne l’utilité d’avoir plusieurs fiches avenir pour chacun de ses vœux : « Bien sûr c’est beaucoup plus compliqué à faire pour [les professeurs de différencier leurs avis pour chacun de mes vœux] mais pour nous, ça a plus de sens si c’est différent. Quand je les ai vues, je me suis dit qu’il n’y aurait pu en avoir qu’une [fiche avenir], ça aurait été pareil (…) ce sont toutes les mêmes ! ».

Evan, lui, dans les premiers instants, se réjouit de l’évaluation positive, en termes de cohérence, portée sur un vœu pour une formation où il est accepté : « Ça me conforte puisque là on est sur le vœu où je suis accepté et qui était mon préféré, on peut voir ce petit mot “très cohérent” qui fait plaisir quand même » jusqu’à ce qu’il découvre que les mêmes avis ont été cochés pour tous ses vœux, et donc sur chacune de ses fiches avenir. Il commente ce qu’il découvre en nous disant que « c’est pas adapté », que « c’est bizarre », tout en évoquant une explication probable au fait qu’un même avis, indifférencié, ait été donné à l’ensemble de ses vœux : « c’est vrai que c’est compliqué, un élève qui fait 10 vœux, faire à chaque fois [des appréciations] … ».

Hormis le sentiment de déconvenue perceptible, cette découverte, pour cet élève, tend à atténuer l’évaluation positive perçue, ce qui est illustré dans le propos suivant : [le fait d’avoir « très cohérent » et « très satisfaisant » partout] « remet un peu tout en question, c’est bizarre, parce qu’ils mettent “très cohérent” à mon vœu de psycho… enfin ça rend le truc un peu moins personnel ; (…) ça enlève un peu de charme au “très cohérent” [de mon vœu préféré] ».

L’absence de personnalisation est par ailleurs relevée par Anna qui indique qu’elle aurait « préféré une appréciation plus précise… plus personnelle pour chaque élève… quelque chose qui corresponde vraiment aux vœux et pas un truc général comme j’ai pu avoir ». Par conséquent sont pointées des appréciations générales, impersonnelles, de nature ici à déprécier l’évaluation émise.

L’analyse des propos des élèves montre que la mention « très cohérent » (critère qui a été supprimé dès la deuxième année de Parcoursup) apparaît sur des fiches avenir pour des vœux qui, au moment de l’entretien, soit font l’objet d’un refus par les formations d’enseignement supérieur, soit sont sur liste d’attente. Louis, par exemple, s’étonne : « J’ai “satisfaisant” partout. Pourquoi je ne suis pas pris dans mon BTS ? ».

Il en va de même pour Anaïs : « Avant de voir les vœux, oui c’est rassurant parce qu’on se dit que ce qu’on demande ça va avec ce qu’on a fait jusqu’à maintenant et puis après quand on voit les résultats des vœux derrière… moi, pour le vœu à l’IUT par exemple, j’ai eu “très cohérent, très satisfaisant” et tout ça, et j’ai été refusée. C’est juste ça qu’on ne comprend pas trop ». Dans ces propos, l’incompréhension et le trouble dominent, car l’évaluation positive, telle qu’elle est perçue par les élèves, ne se traduit pas par l’obtention d’une place dans la filière et la formation souhaitées.

Les élèves ne semblent pas distinguer la logique des avis émis par le lycée et la logique de « recrutement » des formations du supérieur qui, de fait, classe et met en concurrence les candidats. Cet état de fait s’accompagne d’une compréhension et d’une prise en compte limitées de la mécanique de sélection dans les formations du supérieur et de ses enjeux. Cela peut surprendre, compte tenu du fait que la majorité de ces élèves se destinent vers des sections de technicien supérieur (STS) de l’enseignement agricole, elles-mêmes sélectives.

Conclusion

La fiche avenir, véritable outil de classement pour les formations de l’enseignement supérieur, apparaît, durant l’année de lancement de Parcoursup, comme un dispositif méconnu des élèves rencontrés. Cette méconnaissance est probablement à mettre en parallèle de tâtonnements des équipes pédagogiques ayant à s’approprier et à mettre en place une prescription nouvelle en matière d’orientation dans le supérieur comportant elle aussi des implicites et des zones d’ombre.

Finalement, nous voyons que la fiche avenir peut être considérée par les élèves comme pièce centrale d’un jeu de dupes : selon certains élèves, les équipes des lycées ne les complèteraient pas toujours avec finesse et sincérité, et les équipes de l’enseignement supérieur ne les consulteraient pas toujours dans leur entièreté, chacune des parties en présence étant prise dans un jeu de contraintes inhérent à la procédure Parcoursup.


  • Piolat M., 1999, « Les concepts de soi : traitement de l’information et construction du sens », dans Beauvois J.-L., Dubois N., Doise W., (Eds), La construction sociale de la personne (Vol. 4), Presses universitaires de Grenoble.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon Freepik, Pixel perfect

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Éducation

 

 



Citer ce billet
Julie Blanc, Audrey Murillo et Hélène Veyrac (2021, 16 novembre). “J’ai eu très satisfaisant sur Parcoursup et j’ai été refusée” Mondes Sociaux. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9k4

Julie Blanc, Audrey Murillo et Hélène Veyrac

Julie Blanc, Ecole Nationale Supérieure de Formation de l'Enseignement Agricole, UMR Education, Formation, Travail, Savoirs (julie.blanc@ensfea.fr), Audrey Murillo, Ecole Nationale Supérieure de Formation de l'Enseignement Agricole, UMR Education, Formation, Travail, Savoirs (audrey.murillo@ensfea.fr) et Hélène Veyrac, Ecole Nationale Supérieure de Formation de l'Enseignement Agricole, UMR Education, Formation, Travail, Savoirs (helene.veyrac@ensfea.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search