Les organisations politiques au cœur de la guerre civile irakienne

Depuis 2003, la situation d’extrême violence que connait l’Irak s’explique principalement par l’action des organisations politiques qui perpétuent une dynamique de guerre civile en s’affrontant pour monopoliser les ressources de l’État et en organisant des mobilisations communautaires.

Dans un ouvrage récent, Quesnay analyse les bouleversements sociaux et la transformation radicale du jeu politique qui se joue en Irak depuis 2003. Fruit de dix ans de terrain, ce livre décrit le conflit en analysant la mutation des rapports de force politiques et des conflits sociaux.

Pour cela, il traite d’un phénomène clé du conflit irakien souvent négligé par littérature, à savoir l’action des organisations politiques sur la transformation de la société. Il est par ailleurs le fruit d’un accès exceptionnel au vécu de la population dans un contexte de très haute violence.

Basé sur une méthodologie qualitative qui fait la part belle à l’observation-participante, il s’appuie sur le croisement de plusieurs centaines d’entretiens pour réaliser une sociologie des pratiques et du fonctionnement des groupes politico-militaires irakiens.

En éclairant un conflit paradoxalement peu connu de l’intérieur malgré sa très forte médiatisation, cette recherche permet de mieux comprendre l’échec de l’intervention occidentale, l’arrivée de l’Etat islamique et le renforcement actuel d’un nouvel ordre milicien chiite dans le pays.


  • Quesnay A., 2021, La guerre civile irakienne. Ordres partisans et politiques identitaires à Kirkouk, Paris, Karthala.

Arthur Quesnay est membre du CESSP, université Paris-1 Panthéon-Sorbonne : quesnay.arthur@gmail.com


La guerre civile irakienne, une période de très forte politisation

En 2003, la chute du régime de Saddam Hussein, le début de l’occupation américaine et le basculement de l’Irak dans la guerre civile n’augurent pas un moment de dépolitisation, au contraire. La guerre civile irakienne est une période de politisation sans équivalent. Survivre au conflit, c’est-à-dire le simple fait d’habiter dans un quartier, d’obtenir un emploi, de choisir une école pour ses enfants ou de développer une activité économique, dépend de la capacité à décrypter une carte politique en continuel mouvement. Les Irakiens interrogés racontent un rapport au politique, auparavant monopolisé par le parti Baath, qui se pluralise, alors que les organisations politiques, légales ou non, s’affrontent violemment pour le contrôle de l’État et de ses ressources.

Loin d’une rupture totale avec l’ancien régime, les organisations politiques reprennent certaines des pratiques de la période baathiste. En particulier, l’instrumentalisation des différences identitaires et la politisation des institutions étatiques continuent à informer l’action politique selon le triptyque parti-État-société hérité du parti Baath. Cette centralité des partis et de l’identitaire prend une tournure dramatique car elles rejoignent les transformations institutionnelles voulues par l’occupant américain. L’exacerbation de la guerre civile va être considérable.

En effet, rapidement débordés par une insurrection qui conteste leur occupation du pays, les États-­Unis font le pari de s’appuyer sur les organisations chiites revenues d’exil et sur les partis kurdes. En conséquence, les institutions étatiques perdent largement leur autonomie par rapport aux partis politiques qui deviennent les principaux producteurs de violence et intermédiaires obligés entre la population et les institutions étatiques.

Ainsi, les partis s’imposent dans le conflit grâce à leur capacité d’organisation. Fortement bureaucratisés, ils multiplient les institutions para-étatiques, mettent en place des politiques identitaires, c’est-à-dire des stratégies de mobilisations ethniques ou religieuses, pour trouver des soutiens, voire une légitimité, au sein de la société.

La conséquence est de provoquer une polarisation identitaire : les affrontements entre les forces partisanes, de même que leur monopole sur l’administration et les politiques économiques, homogénéisent progressivement la démographie des territoires. Le passage à l’identitaire permet en effet de durcir les frontières entre groupes ethniques et religieux et facilite la mobilisation partisane.

La violence des partis kurdes ou chiites contre les Arabes sunnites devient ainsi une technique récurrente pour rassembler son propre groupe en déclenchant un cycle de violences. Stigmatisée comme pro-baathiste, la population sunnite fait l’objet, dès 2003, d’une répression ciblée dans l’ensemble du pays, tandis que Kirkouk devient le principal théâtre des politiques anti-arabes des partis kurdes.

Cependant, malgré cette montée des violences l’Etat irakien ne disparait pas. Au contraire, le caractère rentier de l’économie, assuré par l’exportation pétrolière, contraint les organisations politiques à respecter a minima le jeu institutionnel. En effet, il est primordial pour les partis politiques que l’État reste fonctionnel et garantisse la valeur des échanges avec l’international.

Enfin, la présence d’une armée d’occupation étrangère et la dépendance des organisations politiques face aux puissances régionales imposent des lignes rouges, notamment le respect des frontières irakiennes. L’appareil étatique, affaibli dans les gouvernorats contrôlés par les partis kurdes, ne voit pas son existence formelle remise en cause, mais le modèle de gouvernement est indiscutablement en rupture par rapport au modèle national.

Kirkouk : un point d’observation privilégié des transformations de la société irakienne

Kirkouk est emblématique de la manière dont le fonctionnement rentier de l’État irakien oblige les partis kurdes à respecter les normes imposées par le cadre étatique. Le gouvernorat de Kirkouk constitue l’un des meilleurs points d’observation des transformations de la société irakienne du fait de son caractère multicommunautaire qui rend visibles les mobilisations identitaires des organisations politiques.

La confrontation entre les organisations kurdes, arabes et turkmènes donne à voir des logiques politiques qui, présentes dans le reste de l’Irak, se retrouvent ici exacerbées. Le gouvernorat est le lieu de nombre d’innovations dans les dispositifs politiques – création d’institutions paraétatiques, de syndicats, de comités économiques, de sections administratives ou encore d’associations encadrant la population. Autant de clefs pour comprendre les dynamiques nationales post-2003 : politisation des administrations publiques par des acteurs partisans, développement de réseaux clientélistes, mise en place de politiques identitaires, décharge étatique en faveur d’organisations locales.

Enfin, le contrôle des institutions étatiques est d’autant plus visible à Kirkouk que le conflit entre la Région du Kurdistan irakien et le gouvernement central ne cesse de s’aggraver entre 2003 et 2017. Ces tensions politiques se jouent avec pour arrière-plan les grands défis socio-économiques de l’Irak post-2003 : l’explosion des inégalités villes-campagnes, la massification des espaces périurbains paupérisés, la croissance démographique mal maitrisée et un taux d’analphabétisme qui complique toute transition économique.

Entre 2011 et 2013, l’insurrection sunnite monte en puissance et les manifestants se radicalisent progressivement face à la répression du gouvernement. Cette dynamique de répression-militarisation de l’opposition permet de comprendre comment, en 2014, l’Etat islamique parvient à s’emparer de près d’un tiers du territoire irakien. Au-delà des combats et des différents processus de mobilisation qui sont décrits, il s’agit alors d’analyser les transformations politiques.

Dans un premier temps, l’État irakien est à nouveau affaibli par la perte d’une partie de son armée, ce qui permet aux partis kurdes de consolider leurs positions dans les gouvernorats qu’ils revendiquent. Le conflit leur donne la possibilité de capter d’importantes ressources internationales et radicalise leurs projets politiques.

Cependant, dans un deuxième temps, le gouvernement irakien, grâce à la rente pétrolière et au soutien international, renforce un dispositif de décharge milicien à travers une mobilisation populaire provoquée par l’arrivée de l’Etat islamique. Coordonné par le gouvernement irakien et financé par les ressources de l’État, l’encadrement de plusieurs milliers de combattants à Kirkouk permet un retour à terme de l’État. En particulier, le dispositif milicien, associé à une armée irakienne reconstruite, rend possible la reconquête de Kirkouk par Bagdad en 2017.

Ainsi, la captation partisane de l’État entre 2003 et 2017 aboutit paradoxalement à un renforcement du centre étatique par la décharge milicienne et à la formation d’un nouvel ordre politique qui tente de s’imposer.

Le triptyque parti-État-société : une clé de lecture du conflit irakien

Le gouvernorat de Kirkouk est révélateur du triptyque parti-État-société qui se reproduit dans le conflit irakien sous différentes formes via la construction de réseaux militants, des politiques d’ingénierie démographique et par la formation d’appareils coercitifs.

En 2003, les organisations kurdes alliées aux forces américaines, notamment l’UPK, prennent Kirkouk et dominent la ville grâce à l’efficacité de leurs structures partisanes, qui leur permettent de prendre le contrôle des institutions du gouvernorat. Les organisations kurdes construisent une nouvelle hiérarchie identitaire dominée par les Kurdes qui leur permet de s’imposer sur une ville pourtant multicommunautaire, banalisant la violence sous couvert d’une rhétorique ethno-nationaliste.

Face au contrôle des partis kurdes, l’incapacité des représentants arabes sunnites à produire des institutions politiques montre les effets de la politique contre-insurrectionnelle américaine. De plus, l’échec des organisations turkmènes est symptomatique de la manière dont les dispositifs transnationaux encadrent des organisations politiques irakiennes, le manque d’autonomie des cadres turkmènes par rapport à la Turquie étant le principal facteur de leur incapacité à construire une base sociale. Sous pression des organisations politiques, la population doit s’adapter à un nouvel ordre social où le capital identitaire devient déterminant.

Tout d’abord, la répression et les violences de l’insurrection polarisent le gouvernorat entre le Nord, contrôlé par les partis kurdes, et le Sud, où l’insurrection harcèle les habitants turkmènes chiites. Ensuite, la réorientation des circuits économiques vers le Kurdistan irakien accroît les inégalités urbaines en faveur des quartiers kurdes. Enfin, la limitation de l’accès à l’emploi en fonction de l’origine ethnique marginalise les Arabes et les Turkmènes, tandis que la lutte partisane intra-kurde exacerbe la compétition pour l’accès aux ressources.

Dans ce contexte, les habitants de la ville doivent acquérir de nouvelles compétences pour manœuvrer dans une société de plus en plus polarisée. En 2011, un mouvement de protestation national s’affirme au moment du Printemps arabe sur une base unanimiste et multicommunautaire mais, comme dans le reste du pays, la répression limite rapidement le mouvement aux zones arabes sunnites, exacerbant les tensions communautaires et ouvrant la voie à la formation de l’État islamique.

A partir de juin 2014, la guerre contre l’EI radicalise les projets politiques de l’ensemble des groupes politiques. Les partis kurdes profitent de l’affaiblissement de Bagdad pour s’emparer militairement de la province, alors même que le conflit accentue leurs divisions internes. Dans le même temps, les organisations turkmènes chiites utilisent la Mobilisation populaire contre l’EI pour contester la domination des partis kurdes. Une nouvelle confrontation s’installe ainsi entre un projet kurde autonomiste et un projet chiite et étatiste.

Finalement, la reconquête de Kirkouk par Bagdad en octobre 2017 démontre l’échec de la politisation d’ethnicisation des partis kurdes, tandis que débute la montée en puissance d’un nouvel ordre politique portée par des milices pro-iraniennes qui tentent de redéfinir le système politique irakien.

Au final, notre analyse des dynamiques politiques en Irak entre 2003 et 2017 permet de comprendre comment les questions identitaires ont été le produit plutôt que la cause de la recomposition des structures politiques suite à la chute du régime baathiste. Or, si l’arrivée de l’EI en 2014 et la reprise de Kirkouk par l’Etat irakien marquent la faillite du système politique mis en place par les Etats-Unis, la défaite du Califat de l’EI permet un retour de l’État sur une large partie du territoire irakien par un processus de décharge vers des réseaux miliciens soutenus par l’Iran.

La fin officielle des combats marque l’entrée des groupes miliciens dans le jeu politique national et au sein de l’appareil étatique au nom de la défense d’un nouvel ordre politique visant à stabiliser le pays.


  • Tripp C., 2002, A History of Iraq, Cambridge: Cambridge University Press.
  • Dorronsoro G., Grojean O., 2015, Identités et politique. De la différenciation culturelle au conflit, Paris, Presses de Sciences Po.
  • Dodge T., 2017, Iraq – From War to a New Authoritarianism, Londres, Routledge.
  • Baczko A., Dorronsoro G., 2017, « Pour une approche sociologique des guerres civiles», Revue française de science politique, n°2, vol. 67.
  • Bet-Shlimon A., 2012, « Group Identities, Oil, and the Local Political Domain in Kirkuk: A Historical Perspective», Journal of Urban History, n°5, vol. 38.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits en CC : Flaticon Freepik, Webalys, Agung Rama

 

Retrouvez d’autres articles dans les rubriques Monde et Politique

 

 



Citer ce billet
Arthur Quesnay (2021, 16 novembre). Les organisations politiques au cœur de la guerre civile irakienne. Mondes Sociaux. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9k5

Arthur Quesnay

Arthur Quesnay, université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, CESSP (quesnay.arthur@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search