Comment (re)penser les enjeux éducatifs contemporains avec Paulo Freire ?

Il aurait eu 100 ans en 2021 ! Le pédagogue brésilien Paulo Freire reste une référence auprès des éducateurs et sa pensée éclaire de nombreux enjeux dans le champ de l’éducation et de la formation d’adultes.

Paulo Freire est l’une des grandes figures de la pédagogie du XXe siècle (1921-1997). Sa pensée pédagogique a ceci de singulier qu’il l’a voulue, tout au long de sa vie, au service d’un projet de transformation sociale. Freire a ainsi posé les bases d’une éducation en faveur des opprimés, une éducation populaire soucieuse d’émancipation et de justice sociale.

Le centenaire de sa naissance est l’occasion de revenir sur cet héritage. Quels sont les fondements de son approche ? Pourquoi ses théories suscitent-elles des réactions hostiles de la part de certains groupes ou gouvernements ? Comment ses propositions permettent-elles de (re)penser l’éducation d’aujourd’hui ?


  • Lescouarch L., Broussal D., (Coord.), 2020, Freire Hoje, Freire Hoy. Les dossiers des Sciences de l’éducation, 44., Presses Universitaires du Midi.

Dominique Broussal est membre de l’UMR EFTS, université Toulouse – Jean Jaurès : dominique.broussal@univ-tlse2.fr


Comment la pédagogie en est-elle venue à se soucier des opprimés ?

Cela a en effet de quoi surprendre ! La pédagogie est généralement vue comme une réflexion sur la façon d’éduquer les enfants. Cela semble très loin de questions de justice sociale, de domination ou d’émancipation. Or pour Freire il n’en est rien : l’éducation est éminemment politique. La façon dont elle est conçue joue un rôle fondamental dans la perpétuation des mécanismes d’oppression. Le pédagogue brésilien dénonce ainsi la vision « bancaire » de l’éducation qui consiste à considérer le savoir comme un « dépôt » que les enseignantes et les enseignants transmettent aux élèves, comme on transmettrait des capitaux.

L’énergie mobilisée pour s’approprier ces « dépôts », détourne les apprenants de toute forme de critique, de créativité. Elle éteint chez eux toute velléité de transformation du monde. À l’inverse de cette conception, Freire promeut une éducation qui prenne en compte l’expérience de chacune et de chacun. Il y ajoute la nécessité d’une réflexion sur les rapports entre savoir et pouvoir.

Des notions clés pour comprendre et lutter contre les dominations

La pensée pédagogique de Freire s’appuie sur un certain nombre de notions clés. Par leur originalité et leur productivité, celles-ci permettent d’analyser de façon critique les contextes d’éducation et de formation actuels. Mais elles sont aussi des instruments de transformation sociale. Inês Barbosa de Oliveira et Jane Paiva en font la démonstration dans un texte qui propose un regard porté à partir des Épistémologies du Sud. Cette notion, promue par le sociologue portugais Boaventura de Sousa. Renvoie à la nécessité de reconnaître les savoirs de différentes populations ou groupes sociaux de l’hémisphère sud qui ont eu à pâtir d’inégalités ou de discriminations dues au capitalisme ou au colonialisme.

Les notions de justice cognitive, de justice sociale et d’émancipation, se révèlent précieuses pour déconstruire un certain nombre d’« allants de soi ». On peut dès lors reconsidérer de façon critique les sources de la supériorité du Nord, en montrant par exemple comment cette supériorité supposée repose sur une stratégie de disqualification des expériences et des savoirs des groupes dominés. D’autres notions comme celles d’éducation bancaire, de conscientisation ou d’éducation dépositaire sont revisitées à partir de situations particulières. C’est le cas d’Émilie Dubois, Gabriela Ahlers Vergara et Laurent Lescouarch qui, s’intéressant à un dispositif singulier, celui d’une école maternelle itinérante au Chili, le Jardín Sobre Ruedas, les convoquent pour éclairer différentes tensions éducatives actuelles.

On mesure ce faisant la difficulté qu’il y a à inscrire les pratiques de co-éducation dans une horizontalité que l’on pourrait attendre entre parents, enseignants et éducateurs. Notamment quand celle-ci bute sur une conception traditionnelle de la division du travail éducatif qui satisfait les parents eux-mêmes. Le concept de conscientisation est également sollicité pour rendre compte de la façon dont la réalisation d’une œuvre concourt à une dynamique d’émancipation.

La situation étudiée par Nathalie Meurie Corceiro et Dominique Broussal est celle de la formation des Compagnons du Devoir et du Tour de France. La réalisation d’œuvres (travaux de ferronnerie, de menuiserie, etc.), permet aux apprentis de s’engager dans un processus de création intime. Le passage du dedans au-dehors, la concentration requise par le geste, la présence tangible de l’œuvre qui prend forme, la possibilité d’échanger à partir de ce qu’elle donne à voir de soi, sont autant de conditions favorables à la prise de conscience et au déplacement.

Contre les usages technicistes, une pédagogie du partage

Si la pensée de Freire assume une perspective transformative, Irène Pereira rappelle fort utilement que Freire lui-même s’est régulièrement élevé contre toute utilisation techniciste de sa pédagogie. Celle-ci relève d’une « anti-méthode », résolument opposée à la dérive qu’a pu connaître la pédagogie au cours du XXe siècle en se soumettant aux diktats de la rationalité instrumentale. On peut dès lors considérer la pédagogie freirienne comme un agir éthique qui reposerait sur trois vertus centrales : la cohérence, l’amour et la patience. Cet agir met donc l’accent sur la volonté de promouvoir des relations humaines fondées sur la solidarité et le respect.

Il envisage l’éducation comme le moyen pour les femmes et les hommes de s’émanciper ensemble et de bâtir une société plus juste. Il tourne par conséquent le dos à toute forme de marchandisation ainsi qu’à l’idée selon laquelle l’éducation aurait pour fin de servir la compétition entre pays. Humberto Tommasino, Delia Bianchi et Ayelen Gandolfo illustrent cette conception dans le contexte des Universités publiques d’Amérique Latine, en montrant que l’extension critique a pu s’y affirmer comme un processus de partage de connaissances, horizontal, réunissant des partenaires universitaires et non universitaires dans le projet de construction d’une société plus juste, plus solidaire et plus égalitaire, une société dans laquelle les processus d’oppression ou de domination pourraient disparaître.

De la même façon, le dialogue très actuel que Jean-François Marcel noue entre la pensée de Freire et les démarches de recherche-intervention, démarches résolument participatives, permet d’insister sur le statut singulier que Freire réserve aux oppresseurs. Il ne les considère pas comme des ennemis à abattre, mais bien comme des compagnons d’émancipation. Ce dialogue permet à son tour de revisiter cinq concepts majeurs : ceux d’inachèvement, de praxis, d’émancipation, d’action dialogique et d’alphabétisation.

Paulo Freire : bête noire du conservatisme

Par la vie qu’il a menée tout comme par la renommée à laquelle il est parvenu, Paulo Freire est une figure emblématique pour toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans la conception d’une éducation populaire au service des opprimés, qui s’engagent dans la lutte contre toutes les formes de domination. On sait que Freire a eu à connaître la prison du fait de son propre engagement, considéré comme « subversif ». On sait qu’il a connu l’exil au Chili avant d’accéder à la reconnaissance dans son propre pays. Mais on s’attendait moins à ce qu’il redevienne, vingt ans après sa mort, l’objet d’attaques nourries de la part des milieux conservateurs.

Dans son texte « Figure(s), structure et rupture(s) dans le débat éducatif dans le Brésil de l’après impeachment », Oussama Naouar analyse les débats très vifs qui ont porté sur la question éducative, dans les mois qui ont suivi la destitution de la présidente Dilma Roussef en 2016. Ces débats ont vu rejaillir un certain nombre de lieux communs relatifs à la violence à l’école, à l’autorité des maîtres ou aux compétences fondamentales. Ces questionnements existent dans tous les pays et la France n’y échappe pas.

Que l’on songe à la querelle récurrente entre « pédagogistes » et « républicains » et aux excès verbaux auxquels elle peut donner lieu. Mais ce qu’Oussama Naouar met en évidence, c’est un processus de polarisation qui se développe autour de la figure de Freire, suscitant des rapprochements et des raisonnements qui s’opèrent sans fondement théorique et au mépris de la logique élémentaire.

Prenons l’exemple du reproche fait à Freire de rompre avec l’encyclopédisme, sous prétexte qu’il donnerait une trop grande importance au vécu des apprenants. La première étape de la démonstration qui est faite par ses détracteurs consiste à dire que l’éducation brésilienne s’est fondée depuis plusieurs décennies sur la doxa freirienne. Ce premier point est discutable, quand on sait toutes les déformations qui peuvent avoir lieu entre une pensée pédagogique originelle et sa mise en œuvre dans l’enceinte de la classe (que l’on songe à Freinet).

La deuxième étape revient à considérer que cette école a produit des individus semi-analphabètes, paresseux et incapable de participer au progrès national. Et la conclusion de ce « pseudo-raisonnement » aboutit à penser qu’il suffira d’extraire toute trace de la pensée de Freire dans les écoles pour que le problème soit réglé.

En revisitant l’héritage de Freire, en découvrant peut-être certaines de ses notions phares, c’est donc sur la question de savoir quelle éducation on souhaite promouvoir, et pour quel projet social et politique, que la lectrice et le lecteur seront invités à réfléchir.


  • Freire P., 1974, Pédagogie des opprimés, Paris, Maspero.
  • Freire P., 2013, Pédagogie de l’autonomie, Toulouse, Érès.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon mikan 933, amonrat rungreangfangsai, juicy_fish, Freepik, photo3idea_studio

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Éducation

 

 


Dominique Broussal

université Toulouse - Jean Jaurès, UMR EFTS (dominique.broussal@univ-tlse2.fr )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search