Classez ce film que les enfants ne sauraient voir !

« Tous publics » ; « avec avertissement » ; « interdits aux moins de 12, 16 ou 18 ans » : quand un film sort au cinéma en France, son visa d’exploitation peut être assorti d’une restriction. Mais quelles sont les instances chargées de statuer sur cette classification ? Sur quels critères se basent ces décisions ?

Arnaud Esquerre, sociologue au CNRS et directeur de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux, s’est intéressé à ce sujet dans un article intitulé « Classez ce film que les enfants ne sauraient voir, l’évanescence des effets « perturbants » des images », paru en 2019 dans la revue Terrain.


  • Esquerre A., 2019, « Classez ce film que les enfants ne sauraient voir. L’évanescence des effets « perturbants » des images », Terrain, 72.

Ce travail s’appuie sur trois types de données : l’analyse d’archives administratives, la réalisation d’une vingtaine d’entretiens et le suivi de 24 débats de la commission de classification des œuvres cinématographiques, rattachée au Centre national du cinéma et de l’image animée, débats habituellement confidentiels.

L’enjeu général du travail de la commission de classification est de déterminer si le film pourrait heurter la sensibilité de certains publics, en raison de scènes impliquant des actes sexuels, des actes violents ou portant atteinte à la dignité humaine.

Cependant, le caractère perturbant ou non des images est avant tout une donnée subjective. Par ailleurs, la classification est d’autant plus difficile à établir que les commissaires sont eux-mêmes des adultes. Ils doivent s’appuyer sur leurs souvenirs et sur leurs entourages pour construire une figure imaginaire de spectateur mineur, qu’Arnaud Esquerre dénomme « enfant projeté ».

Arnaud Esquerre relève alors un paradoxe central : si les commissaires déclarent unanimement pendant les entretiens que « chaque film est différent » et que « les comparaisons sont interdites », l’observation des débats montre cependant que la comparaison reste la méthodologie la plus fréquemment utilisée.

Plus un film est difficile à comparer à d’autres films de façon pertinente, plus il semble difficile à classer. Les commissaires interrogés ne semblent pas toujours avoir conscience de l’importance de ce paramètre lorsqu’ils se mettent d’accord, ou non, sur le classement d’une œuvre. L’identification de ce « déni de la comparaison » amènera-t-il une réflexion au sein de la commission de classification ?



Fiche technique

Musique : Team Astro – Over The Moon (via Lofi Girl)

Texte : Tania Louis

Montage : François Villard

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits en CC : Flaticon Freepik, shmai

 

Retrouvez d’autres vidéos dans la rubrique Avides de recherche

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Tania Louis (14 décembre 2021). Classez ce film que les enfants ne sauraient voir ! Mondes Sociaux. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9ka


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search