Se confiner où et avec qui ? Retour sur le confinement du printemps 2020 en France

La période du confinement a conduit de nombreuses personnes à changer de logement, ou à accueillir d’autres personnes chez elles, ou encore à voir partir un membre du foyer.

Pour celles qui ont quitté leur logement habituel, les raisons ont été diverses : partir de chez soi pour se rapprocher de l’entourage ; améliorer ses conditions de logement ; fuir l’isolement ; et parfois, la nécessité d’accéder à de meilleures conditions matérielles, en particulier chez les jeunes adultes.

L’enquête VICO « La vie en confinement » permet d’analyser les différentes situations résidentielles.


Michel Grossetti est membre du LISST, université Toulouse – Jean Jaurès : Michel.Grossetti@univ-tlse2.fr

Lydie Launay est membre du LISST, Institut national universitaire Champollion : lydie.launay@univ-jfc.fr


Rester, accueillir, partir ?

Après l’annonce du 15 mars décrétant le premier confinement, les populations se sont préparées à vivre confinées plusieurs semaines dans le même logement, amenant certaines d’entre elles à reconsidérer où et avec qui passer cette période.

La comparaison des situations résidentielles observées avant et pendant le confinement permet de distinguer trois principaux cas de figure : rester dans le logement habituel et passer la période avec les mêmes personnes ; accueillir chez soi une ou plusieurs autres personnes (généralement des enfants ou un·e conjoint·e) ; partir se confiner dans un autre logement, un logement secondaire ou celui d’un proche.

La majorité (80,9 % des enquêté·es) est restée confinée chez soi, avec les personnes qui vivent habituellement dans le foyer, sans accueillir d’autres personnes. Si le maintien de la situation résidentielle connue avant le confinement s’observe chez toutes les catégories de population, cette situation s’avère être particulièrement courante chez les personnes d’âge intermédiaire (90,3 % des 31-45 ans n’ont connu aucun changement), spécifiquement chez celles résidant en maison individuelle (93,2 % pour cette tranche d’âge), ainsi que chez les personnes de plus de 60 ans (88,7 % d’entre elles n’ont connu aucun changement).

Néanmoins, les raisons qui expliquent cette absence de changement divergent. Pour les personnes d’âge intermédiaire, qui vivent pour une majorité d’entre elles en couple avec des enfants présents dans le foyer, l’organisation quotidienne est rythmée par les contraintes familiales et professionnelles, les possibilités de changer de logement pour se confiner ailleurs, ou d’accueillir un proche apparaissent dès lors plus limitées.

Pour les plus de 60 ans, cette absence de changement semble davantage s’expliquer par le fait que leurs enfants sont moins souvent des jeunes adultes vivant seuls et venant se réfugier chez les parents.

Enfin, il ne faut pas perdre de vue qu’indépendamment de l’âge, le fait de rester chez soi peut résulter moins d’un choix que d’une absence d’alternative possible. Pour le dire autrement, il paraît peu pertinent de s’interroger sur la possibilité de se confiner dans une résidence secondaire quand on n’en possède pas une ou qu’on ne peut s’installer temporairement dans le logement d’un proche pour traverser cette période dans de meilleures conditions que celles offertes par sa résidence principale.

De la même façon, la marge de liberté dont ont bénéficié les personnes accueillant un proche a pu être très variable selon leurs situations de logement (à commencer par le type de logement habité – une maison ou un appartement -, sa localisation dans un espace plus ou moins dense, le nombre de pièces par habitant, etc.) et de leurs conditions de vie, ainsi que selon celles des personnes accueillies.

Pour celles et ceux qui ont pu réfléchir à une alternative, le fait de rester, de partir ou d’accueillir chez soi met en jeu le logement, le cadre de vie, les contraintes professionnelles, familiales ou économiques, et surtout l’âge (Graphique “Changements de situations résidentielles durant le confinement”) et la composition du foyer.

Ces changements de situation résidentielle sont loin d’être rares puisqu’ils ont concerné près d’un cinquième de la population enquêtée (19,1 %) si l’on prend en compte les personnes qui ont quitté leur logement, celles qui ont accueilli d’autres personnes et celles ayant vu partir un membre du foyer.

Pendant le confinement, quitter temporairement son domicile a varié nettement selon le type de logement : parmi les personnes qui ont changé de logement, 64,4 % d’entre elles ont quitté un appartement pour s’installer dans une maison individuelle (le cas inverse ne représente que 3,2 % des mobilités). Il semble donc que le fait de se confiner dans une maison a primé sur les autres critères.

La recherche d’un cadre de vie moins dense éclaire aussi le fait de partir (73,5 % de ceux qui ont changé de logement ont rejoint des quartiers de maisons dispersées ou de lotissements pavillonnaires). Les déplacements ont été massivement des appartements vers des maisons et vers plus d’espace.

Le changement de logement a été particulièrement fréquent chez les jeunes (26,4 % pour la tranche 18-30 ans, qui représentent 69,8 % des personnes ayant changé de logement contre 3 à 4 % pour les autres tranches d’âge), qui se sont la plupart du temps confinés dans leur famille.

Si certains jeunes disent apprécier le confort du domicile parental, ce retour peut aussi relever d’une nécessité de réduire les dépenses quotidiennes qui pèsent sur des budgets souvent serrés, parfois amputés depuis la crise sanitaire (perte d’un emploi, etc.), comme le souligne cette étudiante en commerce international : « Devoir revenir habiter chez ses parents avec sa sœur, car n’ayant plus de revenu par faute d’annulation de stage, n’est pas une situation profitable ».

Le retour massif des jeunes au domicile parental a alimenté une tendance réciproque, celle qui a consisté, notamment pour les personnes de la génération des parents, à accueillir chez soi une ou des personnes pendant le confinement (7,2 % des enquêté·es ont connu ce changement de situation résidentielle). Ce sont ainsi les 46-60 ans qui ont le plus accueilli (13,4 % d’entre eux ont été dans ce cas contre 7,2 % pour l’ensemble des enquêté·es), manifestation des mécanismes de soutien qui se déploient essentiellement au sein de la famille.

Enfin, le confinement a aussi provoqué le départ temporaire ou définitif de membres du foyer (3,3 % des populations enquêtées), souvent d’enfants partis rejoindre un·e partenaire. Comme l’explique une diététicienne de 60 ans : « cette crise a précipité le départ de la maison de notre fils, étudiant en 6e année de pharmacie qui s’est confiné avec son amie, interne en médecine, pour ne pas risquer de nous contaminer ».

Avec qui se confiner ?

Si les changements de logement observés pendant le confinement s’expliquent en partie par la recherche d’un lieu de vie plus confortable, ils sont aussi liés à la fuite de l’isolement et à la volonté de se rapprocher de la famille ou des amis, notamment chez les jeunes gens.

22 % des enquêté·es vivaient seul·es avant le confinement, mais la proportion de personnes confinées seules est de l’ordre de 16 %, ce qui signifie qu’une partie des personnes résidant habituellement seules se sont confinées avec d’autres personnes. Résider seul·e avant le confinement a donc très nettement favorisé le changement de logement pendant le confinement.

L’effet de l’isolement sur le choix de changer de logement se réduit avec l’avancée en âge. Il se combine avec l’effet « appartement » et celui de l’âge. Ainsi, la moitié des personnes de 18 à 30 ans résidant seules en appartement ont choisi de se confiner ailleurs, alors que c’est le cas de seulement 1,4% des personnes de plus de 60 ans résidant dans une maison individuelle.

Le conjoint et les enfants, qui représentent le noyau familial, sont les compagnons de confinement les plus fréquents. Si l’on combine les informations sur les personnes présentes avec les enquêté·es durant le confinement, on observe que les jeunes sont souvent avec d’autres personnes que le conjoint ou les enfants (48,5% des 18-30 ans sont dans cette situation contre 6,2% pour les plus de 60 ans), en général leurs parents ou beaux-parents.

Les tranches d’âge intermédiaires sont quant à elles souvent en couple avec enfants. La part des confiné·es solitaires s’accroît avec l’âge (12,1% pour les 18-30 ans, 26,1% pour les plus de 60 ans).

La recohabitation peut alors permettre d’échapper à la solitude, de profiter de ses proches et de limiter la précarité (économique ou résidentielle), elle a aussi amené les membres du foyer à composer avec des modes de vie, des temporalités et des activités différentes, qui sont parfois difficilement compatibles.

Situations contrastées de confinement

Le confinement a fait émerger une gamme étendue de situations liées, des différences en termes de cadre de vie, de compositions et de conditions de logement qui ont mis à l’épreuve sous des formes et des degrés variables le quotidien des populations.

Pour une animatrice en centre de loisirs qui vit dans un deux-pièces avec son compagnon et leur enfant, l’absence d’une pièce « refuge » a rendu le confinement particulièrement éprouvant : « J’aurais mieux supporté le confinement si nous avions eu une pièce chacun. Nous sommes tous dans la même chambre et n’avons pas de moment de solitude […]. Le mal-logement est pour moi le pire de tout ».

Dans les logements sur-occupés, la concentration des activités diurnes en leur sein limite drastiquement les possibilités de s’isoler pour travailler, se distraire et se reposer. Ce sont davantage les ménages vivant avec des enfants dans des appartements en ville qui expriment ces difficultés.

Parmi les autres problèmes évoqués, le manque d’extérieur est directement corrélé à l’expression de sentiments de souffrance (fatigue, inquiétude, irritation, stress), comme le décrit une technicienne de 26 ans, qui loue un studio parisien : « Je dirais que c’est plutôt ennuyeux de ne pas avoir de petit terrain, cours ou balcon, c’est un réel manque surtout quand on a grandi dans une maison ».

Les situations de logement des habitants des cités d’habitat social qui y sont restés confinés apparaissent particulièrement difficiles : entre surpeuplement des logements, accroissement des problèmes rencontrés dans et autour du logement (nuisances sonores, saleté des rues, etc.), et expressions de souffrance liées à l’absence d’accès à un espace extérieur.

Les situations de confinement vécues sous un mode plus positif sont davantage associées au fait de vivre dans une maison, a fortiori lorsqu’elle est localisée dans un environnement peu dense.

La comparaison de sa propre situation de confinement avec celles des personnes vivant en appartement tend à renforcer l’idée de traverser cette période inédite dans de bonnes conditions, et conforte parmi les ménages aisés le sentiment de faire partie des populations privilégiées.

Un cadre supérieur parisien de 60 ans, qui s’est confiné avec son épouse dans leur résidence secondaire, écrit ainsi : « Nous avons la chance de disposer d’une maison spacieuse avec jardin, de ne pas avoir de soucis de santé ni financier, donc d’être plutôt privilégiés ».

Trois logiques principales

En conclusion, le fait de rester chez soi, d’accueillir ou de se confiner chez des proches peut résulter de plusieurs logiques, bien souvent combinées, pour faire face à une situation inédite de confinement, dont la durée était alors inconnue de tous : une logique de rapprochement, spécifiquement chez des personnes vivant seules avant le confinement qui ont souhaité échapper à la solitude, une logique d’amélioration des conditions de logement, notamment pour les personnes résidant en appartement, mais aussi, une logique de solidarité familiale pour affronter une situation de précarité économique accentuée par la crise sanitaire.

 

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Payungkead, Flat Icons, Freepik

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Santé

 

 



Citer ce billet
Michel Grossetti et Lydie Launay (2022, 24 janvier). Se confiner où et avec qui ? Retour sur le confinement du printemps 2020 en France. Mondes Sociaux. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9ki

Michel Grossetti et Lydie Launay

Michel Grossetti, université Toulouse - Jean Jaurès, LISST (Michel.Grossetti@univ-tlse2.fr) et Lydie Launay, Institut national universitaire Champollion, Laboratoire (lydie.launay@univ-jfc.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search