Des mondes agricoles sans salariés agricoles ?

La condition précaire des salariés agricoles demeure peu connue du grand public, sauf quand sont révélées des situations sociales et sanitaires jugées indignes comme lors de la pandémie de Covid-19. Dans les mondes agricoles, cette invisibilité puise notamment dans un mythe de l’unité paysanne, qui relègue au second plan l’antagonisme entre salariés et employeurs, et fait concentrer l’essentiel des débats autour de ces derniers.

Juin 2020. Peu après la fin du premier confinement qui avait été mis en place face au Coronavirus, la presse révèle la présence de foyers de contamination (les « clusters ») chez des ouvriers agricoles espagnols, logés de façon précaire par des sociétés d’intérim – par exemple dans un camping, comme cela a été le cas dans les Bouches-du-Rhône. Ce type d’évènement a priori exceptionnel est révélateur de la condition précaire de ces travailleurs.

Une condition peu connue du grand public et dont Les raisins de la misère, ouvrage de la journaliste Ixchel Delaporte (Rouergue, coll. La Brune, 2018) mettant en lumière un « couloir de la pauvreté » s’étendant à l’ombre des grands châteaux bordelais, offre une illustration parmi d’autres : niveaux de rémunération parmi les plus faibles, travail souvent saisonnier voire non-déclaré, travail particulièrement pénible et parfois à la limite de la légalité, risques professionnels importants, etc.


  • Roux N., 2018, « La perpétuation d’une invisibilité : l’absence de regard spécifique sur les salariés agricoles », Politique de l’image, n°14.

Nicolas Roux est membre du CEREP, université de Reims-Champagne Ardenne, et du CEET, Conservatoire national des arts et métiers : nicolas.roux@univ-reims.fr


Les « grands oubliés » des politiques agricoles

Les responsables patronaux se disent soucieux de ces situations et travaillent à la qualité de l’emploi. Mais leurs revendications prioritaires, portées par la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), sont ailleurs. En tête : le secteur « manque de bras » à cause de la « pénurie de main d’œuvre », et le « coût du travail » est trop important. Les pouvoirs publics répondent d’ailleurs largement à ces appels, notamment via les exonérations de cotisations patronales sur l’embauche de travailleurs occasionnels.

Cette focalisation sur la pénurie et le coût de main d’œuvre ferait presque oublier que, si l’agriculture « tient » malgré tout, c’est aussi en grande partie grâce à la main d’œuvre salariée.

En effet, depuis plusieurs décennies, alors que le nombre d’exploitants diminue à mesure de l’industrialisation du secteur et de la concentration des surfaces agricoles, le nombre de salariés, lui, augmente continuellement. Selon le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, ils comptent aujourd’hui pour 35% des actifs du secteur.

Si l’on déplore régulièrement la fin du monde paysan – l’agriculture représente désormais moins de 3% de la population active, soit 700 000 travailleurs –, il apparaît donc que ce déclin est surtout celui des exploitants. L’Association des salariés agricoles (ASA) considère d’ailleurs qu’ils font partie des « grands oubliés » des politiques du secteur, alors qu’ils sont des acteurs à part entière de l’agriculture française.

 

Le mythe de l’unité paysanne

Des mondes agricoles sans salariés agricoles, donc ? S’ils existent bel et bien, ces travailleurs sont en effet peu représentés. Une analyse sociohistorique montre que leur invisibilité est un problème de longue date.

Remontons à la fin du XIXe siècle et au début du XXe pour en comprendre certains ressorts. Les difficultés économiques et la pénétration du modèle urbain bouleversent alors les modes de vie et les relations sociales dans les campagnes. Ces transformations s’accompagnent de représentations stéréotypées de la paysannerie.

Outre des romans rustiques et nostalgiques, des grandes revues régionales et des sociétés du courant folklorique renvoient une image idéale, donc largement artificielle, des paysans : « À un public plus populaire, les photographes proposent des cartes postales où des paysans-acteurs en costume régional illustrant chansons et proverbes en composant des scènes convenues : coutumes du mariage, fêtes des moissons ou de la vendange, chaumières coquettes et bergères angéliques. Parfois, les amateurs de folklore, qui sont le plus souvent des habitants des villes, se transforment en paysans d’un jour sous le regard de ruraux habillés en citadins. ».

Ces pratiques sont une manifestation parmi d’autres d’un « mythe de l’unité paysanne » traversant l’histoire de la Troisième République (1871-1940) : la stabilité, la nature, l’authenticité, la simplicité est pensée comme un antidote à la mobilité, à la complexité et à l’artificialité du modèle urbain.

Si elles répondent entre autres d’une volonté de préserver certaines traditions locales, elles tendent aussi à renvoyer une image homogénéisée de la paysannerie où les rapports de force internes demeurent peu visibles (les moissons sont plutôt vues comme une fête que comme une période intense de labeur ou d’exploitation de la force de travail).

Le regard porté sur les paysans fait alors primer l’opposition ville/campagne sur l’opposition capital/travail (ou patron/salarié), y compris au sein des mouvements agraires défendant un monde rural regroupant toutes les catégories, des travailleurs journaliers aux châtelains. Malgré des solidarités existant dans le mouvement ouvrier, le sentiment d’appartenance à une même identité paysanne a réduit les possibilités d’une lutte des classes confrontant propriétaires et main d’œuvre agricoles.

Le mythe de l’unité paysanne trouvera une traduction politique lors de la « modernisation » de l’agriculture au travers des lois d’orientation de 1960-1962, qui instaurent en particulier la cogestion. Le gouvernement confie la gestion de la politique agricole à un interlocuteur unique, la FNSEA, représentant les exploitants, afin de ne pas avoir à arbitrer les divergences d’intérêts, alors que la population paysanne est plus dispersée et hétérogène que par le passé.

Quelle représentation politique des salariés agricoles ?

Dans ce contexte, quelle place occupent les organisations de salariés agricoles ? Au début des années 1970, le taux de syndicalisation est d’environ 10%. Mais cette estimation intègre aussi les ouvriers et les employés des organismes agricoles (mutualité, coopération, crédit…) dont le taux de syndicalisation est trois fois supérieur à celui des ouvriers agricoles d’exploitation, souvent isolés et dans la nécessité de communiquer à distance ou de se déplacer.

La centrale la plus représentative des salariés est alors la CFDT – issue de la déconfessionnalisation de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) – grâce notamment à l’adhésion qu’elle reçoit de la Fédération générale de l’agriculture (FGA).

Le relatif succès de la FGA doit être replacé dans le contexte de modernisation agricole. Dès les années 1950, une partie des attentes des salariés s’oriente vers la formation, la mécanisation entraînant, conformément aux revendications des exploitants, l’apparition d’une nouvelle catégorie d’ouvriers qualifiés (vachers, porchers, tractoristes…).

Sensible à cette évolution, la CFTC va participer à la mise en place, en 1962, des « Associations pour la vulgarisation et la promotion des ouvriers agricoles » (ASAVPA, aujourd’hui ASA), regroupées par une fédération nationale, ouvertes à tous les ouvriers agricoles d’exploitation. Un des objectifs est de diffuser auprès des salariés les connaissances sociales, économiques et techniques vues comme étant nécessaires aux besoins à venir de l’agriculture moderne.

Ce succès fait cependant face à plusieurs limites. Sur le plan idéologique, à mesure de la professionnalisation du syndicalisme et de la place de plus en plus importante accordée à la formation, les salariés mobilisés constatent que l’impératif de négociation prend le pas sur les revendications classiques du mouvement ouvrier de la première moitié du 20ème siècle (combat contre le « régime capitaliste », déconstruction du mythe de l’unité paysanne). Cette évolution génère des contestations, même internes à la FGA.

La FGA/CFDT et les ASAVPA vont malgré tout participer à l’amélioration des conditions de travail et à la multiplication des conventions collectives. En 1983, une réforme des élections aux Chambres d’agriculture augmente le nombre d’élus salariés. Le nombre d’ASAVPA départementales passe de 44 à 70 entre 1970 à 1987.

Néanmoins, les crédits que la fédération nationale reçoit de l’Association nationale pour le développement agricole (créée en 1966 et dissoute en 2003) finissent par diminuer. Les perspectives de formation et de progression professionnelle restent finalement faibles voire inexistantes pour une majorité de salariés.

La plupart des emplois sont non-qualifiés (environ huit sur dix) et temporaires (un sur quatre), compromettant les possibilités de connaître une « carrière » de salarié stable et ascendante. Par exemple, une étude à partir des données de la Mutualité sociale agricole estimait en 2015 que les transitions vers le contrat à durée indéterminée concernaient 6,2% des contrats à durée déterminée (CDD) et 1,5% des CDD saisonnier.

Ce faisant, la volonté de l’ASA de revaloriser la qualification et l’image des salariés agricoles (flexibles, porteurs de plus-value et acteurs de l’innovation de l’agriculture française) ne peut concerner que la minorité du groupe, par ailleurs peu mobilisé – leur taux de syndicalisation est parmi les plus faibles, inférieur à 5% d’après la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques.

Malgré le développement d’une contestation syndicale agricole, le pluralisme n’est reconnu que tardivement, par la loi d’orientation agricole de 1999, et de manière limitée (toute organisation désirant siéger dans une instance départementale doit avoir obtenu dans le département plus de 15% des suffrages exprimés, et justifier d’un fonctionnement régulier et indépendant depuis au moins cinq ans).

Sauf erreur, avant 2019, sur les 45 à 48 élus des Chambres d’agriculture, 3 seulement représentaient les salariés de la production. Enfin, l’ASA, une des rares associations durables de promotion et de représentation des salariés, n’est pas dotée de représentativité officielle.

« Qui se fera le porte-parole des ouvriers agricoles ? »

Ainsi pouvons-nous reposer la question que formulait Françoise Bourquelot en 1972 : « Qui se fera le porte-parole des ouvriers agricoles dans des termes que reconnaissent le plus grand nombre d’entre eux ? ». Cet enjeu est toujours vivace dans un contexte où les débats publics portent généralement sur la situation de l’agriculture en général ou sur celle des exploitants.

S’il permet d’attirer l’attention sur les difficultés de ces derniers, le phénomène récent d’« agribashing » (anglicisme que l’on peut traduire par « dénigrement » ou « lynchage médiatique » des agriculteurs) ne se prête pas à une lecture des mondes agricoles au prisme des différences et des antagonismes entre employeurs et salariés.

Certes, face à un système agroalimentaire de plus en plus financiarisé et mondialisé, a émergé une mouvance critique et alternative, de la Confédération paysanne au quotidien de l’écologie Reporterre. Quant aux valeurs humanistes portées par les Organismes nationaux à vocation agricole et rurale (ONVAR) – associations nationales accompagnant les agriculteurs, les membres de leur famille et les salariés agricoles dans leurs activités et projets –, elles ont contribué à rendre visibles des problèmes environnementaux ou liés à un territoire.

Cependant, au travers des divers engagements citoyens et syndicaux soucieux de redonner du sens à la chaîne qui unit les producteurs aux consommateurs « du champ à l’assiette », il est rare de trouver des revendications portant spécifiquement sur les intérêts des salariés agricoles.


  • Tavernier Y. (dir.), 1972, L’univers politique des paysans dans la France contemporaine, Paris : Presses de Sciences Po.
  • Moulin A., 1988, Les paysans dans la société française. De la Révolution à nos jours, Paris : Seuil.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Freepik, ultimatearm, noomtah

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Politique

 

 

 


Nicolas Roux

Nicolas Roux, CEREP, université de Reims-Champagne Ardenne, et CEET, Conservatoire national des arts et métiers (nicolas.roux@univ-reims.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search