Un cirque qui peut changer le monde ?

Au-delà de différents clichés dont la figure traditionnelle du cirque est dotée – un chapiteau, des animaux, des clowns – se profilent désormais de nouvelles formes esthétiques dont devient porteur un cirque que l’on peut qualifier d’alternatif.


Typhanie Courteau est membre du réseau des masters du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès : typhanie.courteau@etu.univ-tlse2.fr


La compagnie Production Carmagnole, un cirque hors norme

À Montréal, il existe une compagnie de cirque un peu hors norme, dont on a du mal à reconnaître les formes. Il s’agit de la compagnie Production Carmagnole. Loin des shows à l’américaine du Cirque du Soleil, cette compagnie fait naître de nouveaux artistes aux identités diversifiées. C’est ainsi que les créations sortantes donnent à voir des formes et des personnages marginaux, bizarres, étranges, renouant ainsi avec les performances freaks du cirque du XIXème siècle.

Ces propositions de spectacles alternatifs permettent l’émergence et la sublimation de la marge, de toutes celles et ceux que l’on ne met jamais en lumière. L’espace des possibles ouvert par ce cirque agit alors comme un « levier pour changer le regard porté sur la marginalité et l’altérité », générant ainsi des moments de tolérance pour tout ce qui semble sortir de la norme.

Des performances qui permettent de penser un autre monde

Si l’art ne change pas le monde, il est en revanche capable de changer la perception des personnes confrontés aux œuvres d’art. Ce sont elles, en retour, qui sont susceptibles de changer le monde. En effet, les performances et les spectacles, en s’affranchissant des systèmes un peu trop rigides, peuvent faire évoluer la manière de concevoir nos sociétés. En projetant sur scène un rêve, une idée, on peut entrevoir une société différente.

Les théories de la performance permettent de mieux comprendre en quoi certaines d’entre elles constituent des espaces de transition. Les performances non normées, c’est-à-dire inhabituelles, non conventionnelles, peuvent introduire une « liminalité » pour les spectateurs et spectatrices. La liminalité est un entre-deux qui permet une transition d’où peut émerger de nouveaux modèles.

Cette expérience est toujours collective, elle s’établit entre les artistes et le public et entre les membres du public eux-mêmes, formant ainsi des communautés spontanées (« communitas »). Le public est alors suspendu hors du temps et du présent ce qui lui permet de « ressentir un système utopique » comme s’il était réel. Ces moments de performances sont alors le « lieu et l’espace d’un passage de la réalité à l’utopie et l’utopie à la réalité ».

Aux origines de la compagnie Carmagnole Production, le Cirque Hors Piste

La plupart des artistes de la compagnie Carmagnole Production se sont formé.e.s avec l’organisme social, intitulé le Cirque Hors Piste. Cette formation ne ressemble en rien aux formations traditionnelles des autres écoles de cirque professionnelles. Le public auquel s’adresse le Cirque Hors Piste est surtout un public de jeunes adultes souvent en grande précarité (addictions diverses, troubles psychologiques…). Le Cirque Hors Piste souhaite faire vivre une expérience positive et sécurisante à ces jeunes.

L’équipe pédagogique du Cirque Hors Piste regroupe des professeur.e.s de cirque ainsi que des travailleurs.euses sociaux.ales. Ce tandem unique et complémentaire permet une prise en charge globale, garantissant ainsi une meilleure intégration des personnes s’inscrivant à ce programme. L’approche pédagogique de cet organisme veille à respecter les besoins physiques, moraux et sociaux des participant.e.s et l’acquisition d’une haute technique de cirque n’est pas une finalité en soi.

La technique devient un outil au service du développement personnel de chacun.e où la marginalité de tous.tes est perçue comme positive et source d’inspirations. Cette approche bienveillante permet l’acquisition de compétences et l’insertion sociale des individus par le biais même de leur marginalité. Faire participer les personnes à la création d’un spectacle est un enjeu majeur de ce programme.

En effet, en créant et en restituant leur création devant un public, les participant.e.s reprennent une parole et  une place en tant que citoyens.nnes et acteurs.rices de cette société. Pour le Cirque Hors Piste, « la création mène à l’action qui, elle, mène à une libre intégration. » Le spectacle permet également de donner un objectif aux jeunes. D’autre part, le processus de création permet aux jeunes de créer des liens entre eux.

La plupart du temps les jeunes finissent par se retrouver en dehors de l’établissement du Cirque Hors Piste, recréant ainsi un nouveau cercle social, voire parfois de nouvelles compagnies de cirque. Ainsi, même si ce n’était pas l’idée de départ, l’organisme contribue à créer des groupes d’artistes aux identités bien marquées et dont l’exposition de leurs propres marginalités et de leurs expériences de vie entraîne des créations artistiques « non conformes à la norme esthétique qui domine actuellement dans le milieu circassien québécois ». Ces performances permettent de rendre visibles des groupes sociaux qui sont habituellement fortement stigmatisés et jugés et de leur donner la parole.

Bizarre, bizarre, vous avez dit bizarre ?

À l’inverse des spectacles traditionnels où le public prend place dans les gradins en attendant que le spectacle commence, avec la compagnie Carmagnole Production le public est encouragé à venir costumé. Si bien qu’on ne sait plus vraiment distinguer public et artistes. Les spectacles se poursuivent souvent en soirée « dans une ambiance plutôt libertaire et safe ». Les organisateurs.rices mettent un point d’honneur à organiser des évènements bienveillants où chacun.e ne sera pas jugé.e et peut se sentir libre d’être qui iel veut.

Le décor est pensé avec soin, « mobilier feutré dans un style cabinet de curiosités », lumières tamisées. Tout cela crée une forme de cohésion au sein du public. Une maîtresse de soirée, à la manière d’un Monsieur Loyal revisité, présente chaque numéro de cirque. L’excentricité est au cœur des numéros et si le public pense être bizarre parfois, le cabaret leur montre qu’il est possible d’aller encore plus loin dans l’étrange.

En effet, lorsque l’on observe deux numéros de cirque de la compagnie Carmagnole Production, on ressent tout de suite son côté bizarre et étrange. Prenons le cas de deux numéros, le premier se nomme « Monsieur Schmitt » et le deuxième est une « conférence clownesque sur la féminité » interprétée par Eliane Bonin, dite Lili. Les artistes se présentent sur scène « débridé.e.s », « libres », « insoumis.e.s » et affichent la volonté de créer l’ambiguïté et le malaise chez les spectateurs et spectatrices.

Dans le premier numéro, trois personnages sales et démodés se présentent sur scène et proposent un numéro qui mélange théâtre, art clownesque et acrobaties sur un ton « comico-grinçant ». Ce numéro est inspiré de la pièce de Bertold Brecht (1929), « L’importance d’être d’accord », où le personnage de Monsieur Schmitt se fait démembrer par deux énergumènes qui pensent lui rendre service. Sur scène, c’est justement l’acte de démembrer qui donne lieu à la manipulation des corps et aux acrobaties. La scène et les dialogues sont absurdes, les personnages grotesques.

Si nous lisons entre les lignes, nous nous apercevons que cette performance cherche à questionner des thèmes tels que la survie, l’entraide, l’indiscipline, la folie. Dans le deuxième numéro, Lili apparaît sur scène avec le bas du corps nu. En exposant son sexe à la vue du public, elle questionne le rapport que l’humanité entretient avec le sexe féminin.

En effet, souvent caché, méprisé, mutilé, perçu comme sale, l’organe sexuel féminin demeure tabou. Il s’agit ici d’amener une autre perception de ce sexe féminin trop longtemps diabolisé. Selon Perahia et Rivard, ces performances se rapprochent des performances queer dans le sens où l’exagération de comportements jugés anormaux permet de faire ressortir « le pouvoir de la norme ».

Confronté à l’anormal, le public prend alors conscience de ses propres jugements et de son rapport au normal/anormal. De cette prise de conscience peut alors émerger une autre perception de la marginalité, une autre conception du monde.

Apprendre à devenir indiscipliné ?

Les performances queer, de par leurs transgressions à la norme, sont susceptibles de troubler la perception du public sur ce qui semble habituellement conçu comme normal ou anormal. La vision de ces comportements indisciplinés déclencherait un processus de désapprentissage de la norme.

Pour Foucault, il faut acquérir « un savoir indiscipliné » pour ne plus être prisonnier des normes et pour pouvoir questionner le monde, les luttes et les débats. Ces performances semblent être un bon outil pour désapprendre les normes et in fine pour porter un autre regard sur l’altérité et la marginalité.

 

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Freepik

 

Retrouvez d’autres articles du Réseaux des masters SMS

 

 



Citer ce billet
Typhanie Courteau (2022, 21 février). Un cirque qui peut changer le monde ? Mondes Sociaux. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://sms.hypotheses.org/29413

Typhanie Courteau

Réseau des masters du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès, (typhanie.courteau@etu.univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search