Les femmes face au confinement du printemps 2020

L’enquête « la vie en confinement » (Vico) permet d’analyser la façon dont la situation exceptionnelle du confinement du printemps 2020 en France s’est traduite pour les femmes. Comme d’autres études, elle montre que la fermeture des institutions, la cessation d’activité des professionnel.le.s mobilisé.e.s en temps ordinaire et l’assignation à résidence ont entraîné pour les femmes une intensification du travail de care au sein des familles.

Le terme Care renvoie au travail de soin et de prise en charge des personnes dépendantes (enfants, adultes malades ou avec un handicap, personnes âgées). Les données de l’enquête Vico révèlent que ce travail a pris la forme d’une réorganisation des temps et des espaces familiaux, de travail domestique et parental et de travail relationnel.

L’articulation des sphères d’activité (professionnelle, parentale, temps pour soi) s’est retrouvée, pour nombre d’entre elles, mise tout particulièrement à l’épreuve pendant cette période au cours de laquelle il a fallu tenter de continuer à articuler ce qui était imbriqué.


  • Charlap C., 2022, « Le « temps des femmes » pendant le confinement (mars-mai 2020). Quelques enseignements de l’enquête Vico », Temporalités, à paraître

Cécile Charlap est membre du LISST, université Toulouse – Jean-Jaurès : Cecile.Charlap@univ-tlse2.fr


Organiser le quotidien

La situation de confinement a demandé de repenser les cadres, emplois du temps, rythmes, routines familiales et a impliqué un redécoupage des frontières spatiales et temporelles pour les familles. Dans l’enquête Vico, ce travail de réorganisation de la régulation de la vie quotidienne et d’aménagement des temps et des espaces est largement, et avant tout, évoqué dans les commentaires des femmes.

À l’image de cette enquêtée, les femmes avec enfants sont nombreuses à évoquer « la première semaine de réorganisation du quotidien ». Une répondante insiste sur le fait qu’elle s’est appuyée sur la « structure du temps mise en place avec [s]es enfants ».

La situation de confinement a également provoqué une transformation des activités quotidiennes. Les tâches habituellement externalisées, qu’elles soient domestiques (ménage fait par une aide-ménagère), liées aux enfants (prise en charge des enfants en bas âge en crèche ou chez une assistante maternelle, réalisation du travail scolaire en classe, repas des enfants à la cantine, devoirs à l’étude, loisirs au centre aéré) ou aux proches (prise en charge de proches dépendants par des aides à domicile ou en établissements spécialisés) ont dû être effectuées par des personnes du foyer.

En effet, le transfert et l’externalisation de ces tâches (à d’autres femmes le plus souvent), qui ont permis la diminution du temps moyen qui y était consacré par les femmes depuis les années quatre-vingt, ont été mis à l’arrêt pendant le confinement, comme l’illustre le commentaire d’une enquêtée : « nous n’avons plus l’aide précieuse de notre femme de ménage ».

De nombreux commentaires évoquent un renforcement de l’assignation des femmes au travail domestique et de l’inégale répartition des tâches domestiques au sein des couples, comme le rappelle cette même enquêtée : « Pour les femmes, le confinement c’est deux fois plus de ménage, on est tous dedans tout le temps. (…) Deux fois plus de courses, parce que plus de repas, plus de cantine ».

Gérer le travail scolaire

Le confinement a également été synonyme d’un accroissement du travail parental. De nombreux commentaires de femmes évoquent, comme celui de cette enquêtée « la tension de la classe à la maison ». Dans certains cas, l’accompagnement au travail scolaire a été la cause d’une dégradation des relations dans le couple, comme pour cette répondante : « Je me sens démunie par rapport au suivi scolaire de mon fils qui est en primaire. (…) C’est un facteur de stress et de conflit au sein de mon foyer, notamment avec mon conjoint. »

Si les données de l’enquête suggèrent un renforcement de l’inégale répartition du travail de care au sein des familles, quelques rares commentaires évoquent des situations de négociations et de réajustements autour de la division des tâches domestiques pour certains couples quand le conjoint connaît une période de chômage.

Certains répondants, plutôt jeunes et diplômés, estiment que leur situation de chômage temporaire leur permet de s’impliquer davantage dans les tâches domestiques et parentales, à l’image de cet enquêté : « Le confinement a changé complètement mon implication dans la sphère familiale. (…) Avec le confinement, je consacre globalement tous mes après-midi aux enfants, je fais le repas du soir, je m’investis plus dans les tâches quotidiennes. »

Toutefois, l’enquête Vico donne principalement à voir le caractère essentiel de la disponibilité temporelle des femmes dans la continuité du quotidien des familles. Cette disponibilité a également mis en jeu une dimension moins visible du care : le travail relationnel.

Maintenir les liens

Les données de l’enquête Vico tendent à montrer que, pendant la crise sanitaire du printemps 2020, la division sexuée du travail relationnel, activité productrice de lien, de cohésion et de soutien, s’est révélée inégalitaire.

Quand on s’intéresse aux relations familiales et sociales et à leur évolution pendant le confinement, il apparaît que les femmes ont été plus nombreuses et plus investies dans le maintien des relations de toutes sortes, qu’il s’agisse de la famille plus ou moins proche ou de liens plus faibles (voisins, connaissances).

Elles ont été plus nombreuses que les hommes à être plus souvent en contact que d’habitude avec la famille et ceci qu’elles aient ou non des enfants. Elles ont également été plus nombreuses à prendre des nouvelles. La différence étant encore plus notable chez les plus de 60 ans, pour ces femmes de la « génération sandwich » entre parents dépendants et petits-enfants, qui ont été 63,9 % à prendre des nouvelles contre 57,8 % des hommes.

Les femmes sont 50,4 % à dire apporter du soutien à quelqu’un pendant le confinement ou en recevoir, contre 39,6 % des hommes. La différence s’avère importante quand il s’agit des enfants (48,9 % contre 38,8 %), des membres de la famille éloignée (59,7 % contre 47,4 %), des ami.e.s (48,8 % contre 32,9 %) et des voisin.e.s (35,6 % contre 19,7 %) notamment.

Les données de l’enquête suggèrent ainsi que le travail relationnel, travail d’attention et de soutien aux proches comme aux moins proches, particulièrement important pendant la période de crise sanitaire, épreuve susceptible d’engendrer de l’inquiétude, a été plus largement pris en charge par les femmes pendant le confinement.

Articuler vie domestique et travail

Si la charge accrue du travail de care a surtout reposé sur les répondantes, cette situation a également reposé à nouveaux frais la question de l’articulation entre les sphères d’activité, au désavantage des femmes.

La situation de confinement, de fermeture des lieux de travail et institutions de prise en charge des enfants et de mise à l’arrêt de la plupart des activités sociales a eu pour effet la superposition, dans l’espace du domicile, des activités des membres du foyer, habituellement cloisonnées (l’activité professionnelle menée partiellement ou entièrement sur site, l’activité scolaire effectuée à l’école, les loisirs réalisés dans des lieux dédiés) et des prises en charge habituellement déléguées à d’autres personnes et institutions dans d’autres espaces que le domicile, celles des enfants notamment (petite enfance, scolaire, périscolaire). Les frontières spatiales et temporelles à l’œuvre en temps ordinaire s’en sont trouvées profondément modifiées, parfois mises sous tension et en concurrence.

Dans les commentaires laissés par les femmes, l’articulation entre activité professionnelle et activité familiale apparaît tout particulièrement mise à l’épreuve, quelle que soit leur situation professionnelle et familiale. Sur ce point, le travail de planification et d’organisation induit par la poursuite de l’activité professionnelle en télétravail, les tâches domestiques et la prise en charge du suivi scolaire des enfants au domicile ressort très largement des commentaires, à l’image de celui d’une assistante sociale, 38 ans, confinée avec son conjoint et leurs enfants : « Le télétravail et les devoirs des enfants (beaucoup trop car trois heures/enfant et trois enfants) c’est compliqué et demande une organisation sans faille. » .

Dans ce contexte, elles ont pu faire l’expérience d’un effet de tiraillement entre les différentes injonctions, professionnelles et parentales. Une enquêtée évoque ainsi ses difficultés à articuler activité professionnelle à distance en hausse et prise en charge des enfants et du foyer, et son sentiment de culpabilité : « La crise sanitaire et ses conséquences ont eu pour effet de générer un accroissement massif de ma charge de travail (…) et cela combiné au confinement, au fait de ne pas avoir de temps à consacrer aux quatre enfants et d’avoir un conjoint travaillant à l’extérieur a été extrêmement dur à vivre. »

L’extrême tension dans l’articulation travail-famille se fait d’autant plus difficile pour les parents de famille monoparentale. Parmi les répondant.e.s à l’enquête Vico, la proportion de femmes confinées seules avec enfants est plus du double de celle des hommes confinés seuls avec enfants (9,1 % contre 4,4 %).

Les introuvables moments de respiration

Le confinement et la transformation des modalités de travail ont engendré la suppression de nombreux moments « en suspens », ces laps de temps entre deux lieux, entre deux temporalités, tels les temps de trajet domicile-travail ou domicile-école. Les commentaires des répondantes à l’enquête Vico donnent à voir les effets de l’absence de ces espaces-temps restaurateurs.

Ainsi, une infirmière explique qu’à la période du confinement, elle a continué son activité professionnelle avec des journées « épuisantes comme d’habitude », mais, poursuit-elle : « Nous n’avons plus les « sas » pour souffler le matin, par exemple, quand les enfants sont à l’école et que nous sommes d’après-midi ou bien L’HEURE de 15 à 16 heures quand nous sommes de matin avant de récupérer les enfants à l’école (3 et 7 ans). »

Cette mise à l’épreuve de l’articulation des temporalités se perçoit également dans le sentiment de manquer de temps, avec une différence statistiquement significative entre les femmes et les hommes ayant un enfant. Chez les 18-45 ans, les femmes sont 24,4 % à déclarer manquer vraiment de temps libre, les hommes 16,2 %.

Une crise vécue différemment par les femmes et les hommes

Au cours de cette crise, en l’absence des professionnel.les et institutions qui en ont habituellement la charge, le travail de care a avant tout préoccupé et occupé les femmes. Réorganisation des temps et des espaces familiaux, prise en charge du travail domestique et parental, soutien aux proches ont participé à atténuer les perturbations, désordres et inquiétudes allant de pair avec la crise sanitaire. Le travail de care a été garant de la continuité du quotidien des familles et de leurs multiples temporalités ; il a participé au maintien des liens sociaux et à la solidarité au sein des familles.

On peut affirmer, en ce sens, que ce travail de care a joué le rôle d’amortisseur de la crise. Il n’a, cependant, pas été sans coût : l’articulation des sphères d’activité s’en est trouvée mise en tension pour de nombreuses femmes. Ainsi, si l’on considère cette crise comme une épreuve, cette dernière apparaît bien genrée.


  • Charlap C., Grossetti M., 2021, « Femmes et hommes égaux face aux contraintes du confinement ? », 2021, « Comment le confinement a‐t‐il mis à l’épreuve les relations interpersonnelles ? » in Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A. (dir.), Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, UGA Editions, pp. 125-132.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : kmg design, Flat Icons, Freepik

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Santé

 

 


Cécile Charlap

Cécile Charlap, université Toulouse - Jean-Jaurès, LISST, (Cecile.Charlap@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search