Plutôt poireau bio ou chou de Bruxelles conventionnel ?

Au moment où la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, la COP 26, s’achève en novembre 2021, les questions liées à l’environnement et à notre mode de consommation apparaissent fondamentales. Aujourd’hui, de plus en plus de consommateurs se tournent vers des produits biologiques et locaux. Mais qu’en est-il des enjeux de production biologique ?

Comment certains agriculteurs font le choix de se convertir en agriculture biologique ? Quelles sont les difficultés qu’ils rencontrent ? Si ces produits sont relativement visibles, sur la place du marché ou dans les rayons du supermarché, les producteurs, eux, restent souvent méconnus du grand public.

Beghuin, Bourgeois et Merhan abordent la réflexion qui accompagne la conversion à l’agriculture biologique, à travers le récit de vie d’un agriculteur, Arnaud. Entre rupture et continuité, le passage au bio constitue un apprentissage aussi bien technique qu’identitaire.


  • Beghuin F., Bourgeois E., Merhan F., 2019, « Dynamique identitaire, trajectoire biographique et apprentissage dans le processus de conversion d’agriculteurs « conventionnels » vers l’agriculture bio »,  Le sujet dans la cité, L’Harmattan, N°8, Vol. 1, pp 85-103.

Guilaume Citeau est membre du réseau des masters du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès : guillaume.citeau@etu.univ-tlse2.fr


L’engagement vient d’une tension intérieure

La thèse centrale de l’ouvrage soutient que l’engagement dans le processus de conversion à l’agriculture biologique (AB) est le résultat d’une tension identitaire chez l’exploitant. Suffisamment inconfortable, cette tension appelle des réponses d’ordre pratique. Plus celui-ci s’investit dans un but de recherche identitaire, plus son implication serait forte. La conversion en AB permettrait ainsi d’acquérir de nouvelles façons de raisonner sa pratique et d’agir qui correspondraient davantage à la vision que l’agriculteur envisage de sa profession.

L’abandon des anciennes méthodes de travail peut également amener une forme de perte de repères. En effet, tous les savoirs et pratiques qui ont permis à la personne de construire son identité au travail sont remis en cause. La conversion en AB implique de se projeter dans l’incertitude : l’agriculteur sort de sa « zone de confort » pour s’engager dans « l’inconnu ». Ainsi, il doit repenser son travail et abandonner certaines pratiques familières. Pour que la personne saute le pas, il faudrait finalement que l’envie de changement soit suffisamment forte et urgente pour pousser à la décision et à l’action.

Le déclenchement viendrait d’abord d’une « crise existentielle » pouvant se situer à différents niveaux. La crise peut être de nature professionnelle – l’envie de travailler de manière plus responsable – ou personnelle, en donnant une meilleure image de son travail à ses proches. Une tension identitaire et un événement biographique se combinent souvent comme facteurs déclenchant. L’événement en question peut activer une tension identitaire par son ampleur ; il peut aussi venir conforter une tension déjà présente chez l’individu.

Dans le cas de l’agriculteur interviewé par les auteurs, l’élément déclencheur est la mort prématurée d’une vache. À travers cet événement, qui révèle le décalage entre ses pratiques et les objectifs poursuivis par l’interviewé, c’est toute sa façon de travailler qui est remise en cause.

Cet épisode et la prise de conscience qu’il suscite, vont le pousser à rencontrer d’autres professionnels travaillant avec des méthodes différentes de la sienne. Finalement, il va progressivement considérer les méthodes de l’AB comme une possibilité pour revaloriser l’image qu’il a de lui-même. Sa conversion n’est donc pas le résultat d’une volonté idéologique mais bien d’une construction identitaire.

La triple hélice : différentes formes d’engagement

Le concept de « triple hélice » constitue un point focal de l’ouvrage.  Il désigne le lien entre l’engagement dans l’apprentissage, la dynamique identitaire et les événements de la vie. Autrement dit, il s’agit de regarder comment les événements biographiques peuvent enclencher des tensions identitaires et, ainsi, engager la personne dans de nouveaux apprentissages susceptibles de réguler ces tensions.

Cependant, il faut noter que ces apprentissages peuvent également faire apparaitre de nouvelles tensions identitaires susceptibles d’amener de nouveaux choix de vie. Le récit présenté dans l’ouvrage montre les changements induits par une succession de cycles équilibre-déséquilibre.

Afin d’illustrer cet apport conceptuel, les auteurs mobilisent le récit de l’agriculteur, Arnaud. Celui-ci découpe sa vie en une succession d’événements qui le conduisent à un questionnement identitaire et un déséquilibre autour son image de lui-même. Il s’agit ainsi de réinscrire le parcours professionnel d’Arnaud dans son histoire personnelle, en relevant, par exemple, que son père était également paysan AB. Après ses études, Arnaud s’est associé avec son père et a apporté des changements techniques issus de son apprentissage en formation agronomique.

Dans un souci d’acceptation professionnelle par ses pairs, il a appliqué les prescriptions de la coopérative et s’est engagé dans un centre d’étude des techniques agricoles. Le moteur principal qui a conduit Arnaud à s’inscrire dans le modèle conventionnel s’explique, avant tout par un besoin de reconnaissance de la part des autres agriculteurs.

Afin d’éviter les problèmes financiers que ses parents ont connus, Arnaud s’engage alors dans une démarche de recherche de performance et de rendement. Dans cette stratégie d’intensification, il met en avant l’aspect technique du métier, sans se soucier de l’environnement.

Un autre aspect important de son parcours biographique est le sentiment de honte qu’il évoque. En effet, son père s’étant engagé en AB, il devient la risée des autres agriculteurs conventionnels. Ce sentiment de honte prend son origine dans la perception de disqualification, mais aussi dans la tension entre le « moi » et l’« idéal du moi », entre la manière dont on se perçoit et dont on aimerait se présenter au monde.

Cette tension survient lorsque le sujet s’identifie à l’objet déprécié. Selon Ciccone et Ferrant (2015), le sentiment de honte renverrait à l’effondrement de l’image du père, provoquant l’angoisse et enfermant les sujets dans d’intenses conflits.

Ici, Arnaud s’identifie à son père par la profession commune mais refuse d’être lui aussi stigmatisé et exclu à cause de sa manière de pratiquer son métier. Cette confrontation entre le lien familial et la recherche d’acceptation par les pairs de la profession crée un conflit intérieur.

La recherche de performance dans son exploitation et la quête de reconnaissance des autres est une manière pour Arnaud de gérer cette tension identitaire. Il cherche ainsi à la fois à s’affranchir de l’image du « paysan bio », héritée de son père et qui le fait souffrir, et de celle de producteur intensif, mieux acceptée socialement.

Cette conduite permet finalement à Arnaud d’être reconnu par les autres agriculteurs qui le choisissent comme administrateur d’une association agricole. Ils le désignent également pour suivre une formation en économie. Il retrouve alors une image positive de lui-même et se sent valorisé dans son travail car il se dit perçu comme l’un des meilleurs dans sa profession. À ce moment-là, il vit sa situation comme un cercle vertueux de réussite : il se sent reconnu et il s’engage pleinement dans sa formation.

Mais cette période sera cruciale dans le choix d’Arnaud de se convertir en AB. Les nouvelles compétences acquises durant cette formation en économie vont l’amener vers de nouvelles aspirations identitaires. De ce nouvel état d’équilibre émergent de nouveaux manques poussant l’individu à s’engager dans une nouvelle quête de sens.

La quête de sens comme élément clé de la conversion

Selon John Dewey (1938), un événement peut devenir une « expérience » pour une personne, à trois conditions : la personne doit avoir agi, elle doit éprouver les conséquences de son action (au plan cognitif, affectif et corporel) et elle doit être capable d’établir un lien entre ce qu’elle a fait et les conséquences de son action.

À cet égard, l’activité réflexive se situe au centre de la conversion en AB, puisqu’elle permet de prendre du recul et d’analyser les événements préfigurant la conversion. Elle permet à l’individu de donner du sens à ses expériences dans son environnement, et donc de se donner des buts et de les réaliser.

L’archétype de l’activité réflexive est la création. Elle provient de la mise en partage de l’imaginaire et des pulsions inconscientes voire de l’intuition, toutes dissimulées dans l’activité, que ce soit dans sa dimension constructive ou productive. La conscience de soi et le pouvoir d’agir seraient ainsi les deux principaux vecteurs de la réflexivité, (re)construisant le sens et inscrivant le sujet dans son histoire et dans son environnement (Begon et Mairesse, 2013).

Lors de sa formation, Arnaud prend conscience qu’il dispose de cette capacité réflexive sur sa propre existence. Cette prise de distance et la nouvelle image de lui-même qu’il forme sera déterminante dans son raisonnement, lors de la mort prématurée de l’une de ses vaches. Il établit un lien direct entre son implication et les conséquences de ses choix, entre le décès de la bête et son mode de travail conventionnel. Il établit en outre un lien entre le sort de cette vache et sa propre existence : son mode de production l’amènera-t-il, lui aussi, vers la mort ?

La rencontre avec d’autres éleveurs produisant différemment va aiguiser sa réflexion. En effet, il s’apercevra que ces derniers peuvent répondre à ses critères de performance, malgré des méthodes de travail différentes des siennes. Cette comparaison avec d’autres professionnels l’aide à prendre conscience du fait qu’il n’existe pas une seule bonne façon de faire.

D’autres événements, comme la survenue d’une maladie suite à la pulvérisation de produits phytosanitaires, contribueront à bousculer encore ses certitudes et le pousser à remettre en cause le fonctionnement de son exploitation agricole. Finalement, la publication des résultats d’une étude de rentabilité comparative décidera Arnaud à basculer son exploitation en AB et à dépasser les verrous liés au changement.

Finalement, ses expériences passées, ses habitudes de pensée et ses préjugés ont longtemps joué un rôle dans la vision qu’Arnaud avait de son travail et de lui-même. Il a dû se former seul, essayer, s’adapter et inventer des façons de faire et de penser pour s’ajuster à son environnement. Ainsi, la conversion en AB a été le produit de sa réflexion, de son engagement et d’une modification de ses croyances et de ses jugements sur ce que constitue des « bonnes » pratiques ou des normes professionnelles.

La conversion ou non des agriculteurs en AB n’est pas seulement le résultat d’une réflexion économique. Malgré la volonté individuelle, il existe des mécanismes systémiques de résistance aux changements qui empêchent certains agriculteurs de sauter le pas. L’activité professionnelle n’est pas le seul facteur mis en jeu dans ces processus de conversion. C’est pourquoi, il reste nécessaire de s’intéresser aux parcours de vie des agriculteurs dans leur globalité.

Si le processus d’individuation est enclenché, l’activité réflexive amène plus facilement à une autonomisation de l’individu. Mais les contraintes et les risques liés à la conversion peuvent également apparaître comme des freins. Mettre en place une organisation rassemblant les agriculteurs ayant effectués une conversion et ceux souhaitant le faire, permettrait de favoriser l’échange d’expériences et d’accompagner un éventuel changement.

 


  • Begon E., Mairesse P., 2013, « Réflexivité et capabilité : la part de création dans l’activité », Éducation permanente, 196, 39-52
  • Ciccone A., Ferrant A., 2015, Honte, culpabilité et traumatisme. Paris, Dunod
  • Dewey J., 2018, Démocratie et éducation: Suivi de Expérience et Éducation. Paris, Armand Colin

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Freepik, Smashicons, Nikita Golubev

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Écologie

 

 



Citer ce billet
Guillaume Citeau (2022, 21 mars). Plutôt poireau bio ou chou de Bruxelles conventionnel ? Mondes Sociaux. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9ks

Guillaume Citeau

Réseau des masters du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès, (guillaume.citeau@etu.univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search