D’où vient l’idée que Russes et Ukrainiens forment un seul peuple ?

L’invasion de l’Ukraine par les forces de la Fédération de Russie est, depuis plusieurs semaines maintenant, une réalité sanglante. Cette invasion s’accompagne d’une volonté de démontrer la légitimité de l’attaque en allant chercher des justifications jusque dans le lointain passé. Vladimir Poutine est un familier de cette quête d’arguments historiques fallacieux, qu’il déploie dans ses discours comme dans ses écrits de propagande depuis des années. Ce texte se propose de démonter un seul de ces arguments, lequel joue un rôle central dans l’idéologie néo-impérialiste qui a mis l’armée russe en mouvement.

Au huitième jour de l’invasion, Vladimir Poutine s’exprimant sur la chaîne Youtube Rossia 24 déclarait : « Je ne renierai jamais ma conviction que Russes et Ukrainiens forment un seul peuple ». Nous proposons une analyse critique de cette affirmation. D’abord parce qu’elle est une constante des prises de position publiques de Poutine depuis le début des années 2010. D’autre part, parce que c’est une idée au long passé : il est très loin d’en être l’inventeur. Cet argument trouve ses racines dans une histoire fort peu connue en Europe occidentale, celle des Slaves orientaux. Comment décrypter l’argument poutinien, utilisé pour dénier à l’Ukraine le droit à une existence autonome ?


  • Kappeler A., 2017, Ungleiche Brüder, Russen und Ukrainer vom Mittelalter bis zur Gegenwart, C.H.-Beck, Munich

Denis Eckert est membre de Géographie-cités, Campus Condorcet Aubervilliers, Centre Marc Bloch Berlin : eckert@parisgeo.cnrs.fr


Frères inégaux

Je propose de m’appuyer sur un livre publié en 2017 par l’historien Andreas Kappeler, dont nous pouvons traduire le titre par Frères inégaux : Russes et Ukrainiens du Moyen-Âge à nos jours.

C’est un texte engagé et un vrai essai de réflexion, écrit après l’annexion de la Crimée (péninsule située au sud de l’Ukraine) et de la sécession d’une partie du Donbass (bassin minier et industriel aujourd’hui transfrontalier, né au 19e siècle dont une partie se situe en Russie) en 2014. Il n’est pas encore disponible en français, mais devrait l’être bientôt. D’où l’intérêt de porter aujourd’hui sur la place publique en France le point de vue de cet historien viennois, illustre spécialiste de l’Europe des empires et des nationalités à l’Est, qui est d’une criante actualité.

Les citations d’historiens, d’écrivains et d’hommes politiques russes ou ukrainiens ainsi que leur contextualisation sont directement tirées de ce livre, et je remercie Andreas Kappeler de m’avoir encouragé à exploiter les contenus de ma traduction de son ouvrage pour aider le public francophone à la compréhension du présent.

Mais revenons à cette affirmation de Poutine selon laquelle Russes et Ukrainiens ne formeraient qu’un seul peuple. Elle est liée à une conception selon laquelle il n’existerait qu’un seul « méta-peuple »  russe, appelé « peuple panrusse », composé de trois éléments : le peuple « blanc-russe » (biélorusse), le peuple « petit-russe » (ukrainien) et le peuple « grand-russe » (russe).

C’est une vieille lune des historiens de la Russie tsariste, maintes fois reprise depuis sa première formulation au 19e siècle par Nicolas Oustrialov qui, dans son Histoire de Russie (1837-1841), construisit cette notion englobante d’un grand peuple russe et d’un État unique fondé autour de l’an mil, et dont l’éclatement postérieur serait une contingence historique à corriger.

Les dessous d’une série de cartes

Regardons l’une des mises en scène les plus connues de cette idée d’un peuple panrusse. On la trouve dans le célèbre Dictionnaire encyclopédique Brockhaus et Efron, publié de 1890 à 1907 à Saint-Pétersbourg. Une planche cartographique spectaculaire y propose une lecture de la répartition des « principaux groupes ethniques de la Russie d’Europe ».

Dictionnaire encyclopédique Brockhaus et Efron, tome complémentaire II (1907), première planche de l’encart cartographique de la section X.

Quatre belles cartes en bichromie sur les Slaves orientaux sont organisées en une planche très structurée : le groupe ethnique russe (ici appelé « grand-russe »), puis ukrainien (« petit-russe » dans la terminologie impériale) et enfin biélorusse (littéralement « blanc-russe »).

En fait, les cartes utilisent une donnée purement linguistique : figure ici, pour chaque région, le pourcentage d’habitants ayant déclaré telle ou telle langue maternelle au premier recensement de la population de l’Empire russe de 1897. Apparaissent donc ici, dans un dégradé du rose pâle au rouge vif, les zones où l’une des trois langues slaves orientales est la langue maternelle d’au moins 1% de la population locale, jusqu’à plus de 95%.

Remarquons d’abord que l’auteur de ces cartes suppose que la déclaration d’une langue maternelle permet de déduire l’appartenance à un peuple, alors que les personnes recensées n’ont pas déclaré d’appartenance ethnique. Si l’on suit le raisonnement, tous ceux qui ont le russe comme langue maternelle font automatiquement partie du groupe ethnique russe.

Cette planche porte donc un message idéologique très précis. Il s’agit de transformer un ensemble de locuteurs d’une langue en groupe ethnique, opération magique qui transformerait en Europe occidentale les Belges francophones, les Français et les Suisses romands en un seul peuple français sans avoir consulté personne.

Regardons de plus près : cette planche cartographique est extraordinaire. Car on y présente les locuteurs de trois langues, mais on voit quatre groupes ethniques ! En effet, dans le sens de la lecture, en haut à gauche, on tombe d’abord sur une carte avec une tache rouge très étendue, qui représente la distribution du groupe ethnique « panrusse ».

Quelle langue parle ce peuple « panrusse » ? En réalité, aucune. Ou chacun la sienne. Car cette carte statistique est formée de l’addition du pourcentage de locuteurs des langues des trois autres cartes de la planche, russophones, ukraïnophones et biélorussophones. La fusion cartographique de trois ensembles linguistiques, représentés de surcroît dans la même teinte rouge que les autres cartes pour souligner la proximité, est une opération de transformation de l’information statistique issue du recensement.

Fabriquer des peuples

Comment les lecteurs peuvent-il recevoir cette planche ? La première impression est celle de l’évidence : le peuple panrusse existe et sa répartition est le produit de l’addition naturelle de ses trois éléments constitutifs. Le sens de lecture est loin d’être anodin : au commencement est le peuple panrusse, puis vient la décomposition en composantes linguistico-ethniques.

Il y a aussi, notons-le, un effet puissant de la superposition des valeurs statistiques des trois groupes linguistiques sur la carte du peuple panrusse : les teintes les plus foncées dessinent alors un « heartland » de ce peuple méta-russe, correspondant à une grosse tache qui court des environs de Saint-Pétersbourg jusqu’au cours moyen du Dniepr, soit en plein cœur de l’Ukraine historique, en englobant notamment les terres de l’ancien Hetmanat cosaque du 17e siècle.

Ce message s’inscrit dans un cadre cognitif familier. C’est bien parce qu’Oustrialov avec son Histoire de Russie puis ses continuateurs ont énoncé et réitéré cette idée depuis des décennies que les cartographes de Brockhaus et Efron parviennent à la « naturaliser » sous la forme d’un document « scientifique » en apparence incontestable qui mobilise, dans une rhétorique visuelle très efficace, des données « objectives » issues du recensement.

Oustrialov, s’il est le premier à mobiliser la notion de peuple englobant, a en effet une postérité. Dans les œuvres classiques de Sergueï Soloviev (1820-1879) et Vassili Klioutchevski (1841-1911) l’histoire de l’État russe ainsi que de la Grande et de la Petite-Russie sont ainsi unifiées, comme chez leur prédécesseur, dans une « grande narration ».

L’État russe aurait été fondé autour de l’an mil à Kyiv, le peuple étant originellement uni sous l’autorité des grands-princes de la Rous’, puis séparé en plusieurs branches par les aléas de l’histoire. Sa « réunification » aurait heureusement commencé sous l’égide des tsars moscovites à partir du 17e siècle, puis trouvé son aboutissement sous l’Empire pétersbourgeois.

Les récits de l’Église orthodoxe russe vont dans le même sens : l’histoire commence aussi à Kyiv, avec le baptême de Saint Vladimir, acte fondateur de la chrétienté orthodoxe slave-orientale, et trouve son aboutissement avec l’instauration du Patriarcat de Moscou. On a donc une représentation convergente d’une histoire millénaire de l’État, d’un peuple et d’une Église qui fait fi de la complexité historique, mais qui est redevenue dominante dans la Russie actuelle.

Mythes historiques

Ce récit de la continuité est pourtant un mythe historique parmi d’autres. Il fait fi de l’invasion mongole du 13e siècle qui détruit la confédération de la Rous’ et ouvre une période de fragmentation et de reconfiguration totale de l’espace géopolitique. Dans les siècles suivants, les lieux de pouvoir seront, entre autres, le puissant État polono-lituanien, le Hetmanat cosaque du Dniepr (l’organisation territoriale, politique, militaire et sociale des Cosaques ukrainiens), et bien sûr les princes de Moscou dont les territoires en expansion continuelle seront la matrice de l’Empire russe. Les caractéristiques sociales, économiques, culturelles de ce vaste périmètre sont impossibles à subsumer sous une bannière ethno-nationale : chaque ensemble suit une évolution propre.

Pourtant, Klioutchevski affirme que l’État russe qui émerge à partir du 16e siècle (princes et tsars de Moscou puis de Saint-Pétersbourg) remplit une mission historique : « réunifier la Rous’ du Sud-Ouest avec la Grande-Russie », parvenir au « rassemblement politico-ethnique du peuple russe ». Le sens de l’histoire est celui d’une indispensable réparation, d’un retour à l’unité proclamée des origines, d’où l’emploi répété du terme « réunification » des terres et des peuples.

Il existe un récit concurrent (et tout aussi problématique), construit à partir du début du 20e siècle par des tenants de la ligne nationale ukrainienne, affirmant la continuité des formes étatiques propres à l’Ukraine depuis les origines de la Rous’. Cependant on a, en Occident, suivi dans les grandes lignes le récit russe des origines, en acceptant l’hypothèse de la continuité et de la réunification. On utilisait (et on utilise toujours) les termes de Russie de Kiev et d’ancienne Russie.

Toutefois, depuis peu de temps, les historiens internationaux s’habituent à utiliser le terme historique de Rous’  pour désigner le royaume médiéval de Kyiv, pour souligner son altérité par rapport à des formations étatiques et à des réalités ethniques largement postérieures.

Un dernier point. Comme la planche cartographique de 1907 le suggère, il y aurait une unité naturelle des peuples de cet ensemble slave-oriental. Allons plus loin : une unité organique. L’affirmation nationale ukrainienne, à chaque fois où elle s’est manifestée, a été perçue par les tenants de l’idéologie panrusse comme une menace mortelle pour la survie de la Russie.

Pour le slavophile Constantin Aksakov (1817-1860) « La Petite-Russie est une composante vivante de la Russie, modelée par le puissant génie grand-russe […] Il faut comprendre que l’unité de la Russie procède de l’élément grand-russe, lequel a maintenu sa position légitimement dominante, qui est celle de la tête dans le corps humain. ». Les métaphores organiques abondent par la suite : l’homme de lettres Ivan Aksakov écrit en 1862 : « Petite-Russie, Biélorussie et Grande-Russie forment un corps, un tout indissociable, vouloir en ôter une partie revient à démembrer un corps. Retirer Kiev reviendrait à tailler à vif dans un corps ».

Un an plus tard, le conservateur Mikhaïl Katkov vient à la rescousse en affirmant que « le peuple ukrainien est un peuple purement russe, depuis toujours un peuple russe, une partie essentielle du peuple russe, qui ne peut sans le peuple russe rester ce qu’il est… Il ne peut y avoir de rivalité entre les parties nord et sud d’une même nation, c’est aussi impensable qu’entre deux mains ou deux yeux d’un organisme vivant ».

On peut retracer le parcours de ce discours depuis le milieu du 19e siècle, en passant par des contextes historiques et des sensibilités politiques très différents : le libéral Peter Struve (1912), le général des armées blanches Denikine (1920), ou bien sûr sous sa forme réinterprétée par l’URSS dans le discours sur le « peuple soviétique » qui bénéficie de la « force motrice du peuple russe » (Staline, 1945) et, dans la dernière année d’existence de l’Union, par Mikhaïl Gorbatchev. Boris Eltsine y ajoutera aussi sa contribution.

Nous finirons par les affirmations de Vladimir Poutine en 2013, quelques mois avant l’annexion de la Crimée et la déstabilisation du Donbass : « Je le répète, nous sommes un seul peuple […]. L’Ukraine est une partie de notre grand monde russe ».

Une histoire vue par Moscou

Certes, on sait bien qu’à plusieurs périodes de l’histoire, sous la Russie impériale et encore plus sous l’URSS, Russes et Ukrainiens ont eu une histoire partagée. Les migrations ont ainsi, à partir du 19e siècle et de l’industrialisation, entremêlé les populations de cet espace. La question n’est pas de savoir aujourd’hui si les russophones d’Ukraine forment un groupe ethnique qu’il faudrait que la Russie protège d’on ne sait quelle menace, ou si les Ukrainiens dans leur ensemble ont naturellement vocation à vivre sous le toit d’une grande maison Russie.

La question en jeu est celle de la Nation citoyenne : avec leurs différences, leurs horizons, leur rapport variable à l’ukraïnité et à la russité, les citoyens de l’Ukraine manifestent par leurs actes le désir de vivre dans une société démocratique, distincte de la Russie et de son régime dictatorial. Le meilleur exemple en est l’écrivain ukrainien russophone André Kourkov (né dans la Léningrad soviétique) qui, après le déclenchement de l’invasion, a déclaré « Je suis un Russe ethnique, je suis devenu un Ukrainien politique » (Le Monde des Livres, 4 mars 2022).

La perte du contrôle sur l’Ukraine, menace mortelle pour la Russie, menace de mutilation pour le corps de la Grande Russie ? L’idée est loin d’être nouvelle. À leur corps défendant, les Ukrainiens semblent être, quand on regarde depuis Moscou, indispensables à l’existence et à la grandeur de la Russie. Leur a-t-on seulement demandé leur opinion sur cette vision de leur destin ?



Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Freepik, Agun rama, GOWI

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Territoires

 

 


Denis Eckert

Campus Condorcet Paris - Aubervilliers, Géographie-cités, (eckert@parisgeo.cnrs.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26/08/2022

    […] D’où vient l’idée que Russes et Ukrainiens forment un seul peuple, Mondes sociaux, 2/2/2022 : Denis Eckert […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search