Un camp d’internement en Lozère ? Le camp de Rieucros 1938-1942

« La première année de lycée en France, en 1940, j’étais interné avec ma mère au camp de concentration, à Rieucros près de Mende. C’était la guerre, et on était des étrangers – des  « indésirables », comme on disait », écrivit plus tard le célèbre mathématicien Alexandre Grothendieck.

Sur les flancs d’un Causse, à deux kilomètres du centre de la ville de Mende (Lozère), un camp d’internement est ouvert à la mi-février 1939, au lieu-dit Rieucros. Une centaine d’hommes, puis un millier de femmes et une centaine de leurs enfants y sont conduits.

Fruit d’une recherche de plusieurs années, conduite dans les archives locales, nationales et internationales, cet ouvrage rend compte de cet événement en donnant une large place à des extraits de témoignages et à des aperçus biographiques.


  • Descolonges M., Tempus, Un camp d’internement en Lozère. Rieucros, 1938-1942, Presses Universitaires du Midi

Michèle Descolonges est membre de du LIED, université de Paris-X-Naterre : michele.descolonges@wanadoo.fr


Des « prolétaires déchristianisés »

À la fin de l’année 1938, deux hommes, le préfet de la Lozère Robert Bizardel et le maire de Mende Henri Bourrillon, ont souhaité ouvrir « un centre d’accueil pour réfugiés politiques étrangers ». Ils prévoyaient que la ville de Mende en assurerait la régie et que commerçants et entrepreneurs locaux s’y impliqueraient. Leur projet généreux a été dévoyé.

Sous la pression de la droite extrême, le ministère de l’Intérieur, qui cherchait à concrétiser son intention d’interner des étrangers dont la France ne voulait pas et qui n’étaient pas « expulsables », s’est saisi de l’opportunité. C’est ainsi que Rieucros est devenu le premier camp d’internement issu du décret-loi du 12 novembre 1938.

Les deux tiers des hommes escortés à Rieucros, principalement Allemands et Italiens, étaient des vétérans de la guerre d’Espagne. Chargés de lourds paquetages – contenant tous leurs biens -, parfois visiblement malades, leur arrivée a fait l’objet d’une véritable mise en scène, non délibérée peut-être, mais efficace sur les sentiments des Mendois. Ils ont réveillé des peurs et une xénophobie dont les élus du département se sont fait l’écho. Les principaux journaux locaux, sensibles à la droite extrême, ont renchéri.

Ce rejet, observable dans d’autres régions françaises, trouve un sens particulier dans l’histoire de ce territoire profondément marqué par une tradition catholique. En dépit d’un développement industriel original engagé dès le XIXe siècle, sur la base de l’énergie hydraulique, la Lozère avait évité la constitution d’un « prolétariat ». Car l’image du prolétaire était associée à celle d’individus qui, ayant tourné le dos à la religion, étaient « déchristianisés ». Les vétérans de la guerre d’Espagne envoyés à Rieucros, auxquels l’étiquette de « rouges » avait été accolée – que ce fut vrai ou non -, en ont offert une illustration probante.

Le troisième tiers, constitué de réfugiés qui avaient eu affaire à la justice, escrocs et pauvres hères, n’offrait pas une image plus rassurante.

Ces oppositions politiques ont été puissamment révélées par le « travail » des hommes, qui a suscité déclarations de principes, grèves, négociations avec l’Administration (selon les cas : la préfecture de la Lozère, la police locale, le ministère de l’Intérieur, l’appareil judiciaire) et avec des employeurs. Lorsque, employés par une entreprise locale, les hommes ont aménagé le site du camp (route intérieure, arrivée d’eau…), les tensions ont monté : le travail n’aurait-il pas dû revenir aux chômeurs de Mende ? De leur côté, les hommes protestaient au sujet de salaires insuffisants. Entre les hommes du Rieucros, eux-mêmes, les oppositions n’ont pas manqué quant à la conduite à tenir à l’égard de l’Administration.

Après la déclaration de la guerre, les hommes ont été transférés au camp du Vernet (Ariège).

Des femmes « dangereuses pour le pays en guerre »

Des femmes ont été escortées à Rieucros à partir du 12 octobre 1939. Les premières internées furent des Espagnoles qui, refusant de « retourner chez Franco » et y incitant leurs compagnes, provoquaient quelques troubles dans les centres où elles étaient réfugiées. Puis ce furent des femmes réfugiées des pays de l’Est de l’Europe, principalement Allemandes et Polonaises, quelquefois juives, mais aussi des Italiennes.

L’engagement politique d’une partie d’entre elles était connue de l’Administration, parfois de longue date. Ce furent aussi des femmes qui vivaient à proximité des frontières ou dont les papiers n’étaient pas en règle. D’autres qui fréquentaient la vie intellectuelle et bohème parisienne. S’agissant de ces étrangères, l’Administration se méfiait de leur liberté sexuelle, supposée dangereuse pour le pays guerre : ne seraient-elles pas des espionnes ?

Furent internées aussi à Rieucros des femmes – principalement des Polonaises – parvenues en France pour le « travail », celui du père ou du mari, ou le leur. Elles étaient ouvrières dans la métallurgie, domestiques ou bien ouvrières agricoles. Leurs papiers n’étaient pas en règle et elles étaient soupçonnées de se livrer à la prostitution clandestine. Certaines avaient connu des abus en tous genres.

Enfin, jusqu’au transfert du camp à Brens (Tarn) en février 1942, arrivèrent des Françaises. Elles devinrent le groupe ethnique le plus important en 1941. La moitié d’entre elles furent arrêtées pour des questions de mœurs ; l’autre moitié pour leur proximité supposée avec le communisme. Car, après la signature du traité de non-agression germano-soviétique, le parti communiste avait été interdit.

Durant la « drôle de guerre », jusqu’en juin 1940, le régime du camp fut relativement souple. Cependant, des femmes commencèrent à s’échapper. La privation de la liberté d’aller et venir, l’absence d’explication quant aux raisons de leur arrestation étaient particulièrement cruelles : comme l’avaient été les hommes, les femmes ont été envoyées à Rieucros par mesure administrative, c’est-à-dire pour des motifs dont seule l’Administration était juge, sur lesquels elles n’avaient aucun moyen de recours légal.

Le régime du camp est devenu plus sévère avec l’instauration de l’État français (Vichy). La politique a changé et les femmes ont été incitées à rentrer « chez elles » – situation le plus souvent impossible pour des femmes réfugiées en France parce qu’en danger dans leur propre pays. Refusant de rester plus longtemps dans un camp d’internement français, quelques-unes s’y résolurent. Certaines obtinrent une libération apparente, en partant travailler en Allemagne. Ré-émigrer, principalement au Mexique et aux États-Unis, fut le lot d’une petite minorité de femmes disposant de relations politiques et des finances nécessaires au voyage.

Grâce à des aides « discrètes » de membres de l’Administration, des femmes ont pu quitter le camp et se fondre dans le paysage, en Cévennes ou ailleurs.

L’effet territoire ou ce que dit le camp de la Lozère

Le camp de Rieucros n’a pas été un isolat sur le territoire lozérien. La vie des personnes internées et de leurs gardiens nous apprend beaucoup sur l’état d’esprit des Lozériens à cette époque, et sur les conduites des administrations locales et nationales.

Dès la fin du mois de décembre 1939, des Mendoises se sont émues du sort réservé aux enfants. Non acceptés dans un camp dont l’aménagement est précaire, ils sont séparés de leur mère, confiés à des institutions ou des personnes privées. Quelques-uns intègrent le camp à partir de juin 1940, lorsque la construction de baraques en bois offre un peu plus de place.

Après la « loi portant statut des juifs » du 3 octobre 1940, l’inscription de la confession des femmes devient systématique dans les documents de l’Administration, lorsqu’elles se déclarent « israélite » ou « juive ». Comme partout en Lozère (et en France non occupée), le camp de Rieucros connaît alors l’obligation de notifier la judéité des femmes. Des listes de femmes juives sont dressées par l’administration préfectorale, listes qui suivront à Brens, d’où des femmes seront déportées en août et septembre 1942.

Limité à la présence d’inspecteurs de police et de l’administration pénitentiaire, durant les mois d’internement des hommes, la venue de femmes a été accompagnée du recrutement d’un personnel « auxiliaire ». Aux hommes, les tours d’un camp de 13 ha, entouré de fils barbelés, établi sur un terrain escarpé ; aux femmes, la surveillance dans les logements (principalement des baraques en bois) et les bâtiments communs. Aux premiers un salaire horaire supérieur du quart à celui des femmes. Recrutés localement, sans formation spécifique, hommes et femmes sont restés sous le regard de la société lozérienne, ce qui explique en partie un régime du camp relativement « tempéré ».

Le camp de Rieucros fut une aubaine économique pour la Lozère, pour les commerçants, et grâce aux emplois fournis. Il fut également une illustration de cette société mendoise traversée par la division des classes sociales, composée traditionnellement des maîtres et des petites gens, qui s’est faite sentir jusqu’au sein du camp. Ainsi, il fut plus d’une fois tentant pour des surveillantes considérées de haut par des Mendoises de faire cause commune avec des internées.

Relativement ouverte aux internées durant la « drôle de guerre », la Lozère a elle-même été travaillée durant l’État français par un « ordre moral » conforté par la hiérarchie catholique. En mai 1941, les visites dominicales des Mendois aux alentours du camp en ont témoigné, lorsque les internées sont devenues explicitement un objet d’opprobre … et de concupiscence ! Cette image, la partie la plus visible a perduré, celle d’un camp destiné aux femmes « de mauvaise vie ».

Résistances : une politisation de l’ordinaire

Face aux politiques de la IIIe République puis de l’État français, qui faisaient des femmes des indésirables, et qui les distinguait par leur race, des « résistances » se sont organisées.

Jusqu’aux années 1980, des propos héroïsants au sujet du camp de Rieucros ont voulu témoigner du poids du communisme durant la guerre. La recherche dans les archives et l’accès à des témoignages parfois dus aux femmes dites « les politiques » a permis de nuancer cette orientation. Car les débats entre les militantes des différents partis communistes présents dans le camp ont été fréquents. Ainsi, il a été possible de relever la pluralité des « nous », politiques ou religieux.

Le plus important à souligner porte sur les « résistances » à l’internement. Le refus de l’arbitraire, la capacité d’agir des personnes internées se sont manifestés par une politisation de l’ordinaire, indépendante de l’action partisane classique. Ce furent l’observance de rituels religieux, les chants se propageant de baraque en baraque en dépit des interdictions, la conduite d’une « grève de la faim », des désistements en faveur de femmes moins bien nanties, les multiples formes de facilitations de la vie quotidienne…Ce Rieucros en Lozère dit beaucoup de la France de la IIIe République finissante, puis de la France occupée. L’immense pouvoir qui fut celui de l’Administration, le courage « discret » de certains de ses membres et la responsabilité de « l’homme ordinaire », sont ainsi mis en évidence.

Cette histoire interpelle les nouvelles générations, éloignées peut-être des certitudes politiques des générations précédentes. À l’occasion de leur rencontre avec le camp d’internement de Rieucros, la mémoire qui se dessine s’élargit à d’autres génocides et d’autres internements, afin d’en signifier le désastre pour l’humanité dans son entier.

 

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.

Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits en CC : Freepik

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Passé

 

 

 


Michèle Descolonges

Université Paris-Diderot, LIED, (michele.descolonges@wanadoo.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search