Les artistes américains face à Donald Trump

Les rapports entre les artistes et la politique occupent régulièrement le devant de la scène médiatique, tout particulièrement à l’occasion des campagnes électorales. Les États-Unis ont une longue histoire de mobilisations d’artistes et d’usages politiques des œuvres dans différents mondes de l’art. C’est en regard de ces formes d’engagement passées que se pose la question de leur transformation : l’accession de Donald Trump à la présidence américaine a-t-elle marqué un renouveau du rôle politique des artistes et des modes de résistance qu’ils déploient ? Si tel est bien le cas, en quoi ces mutations des rapports entre artistes et politique consistent-elles exactement et quelle est leur portée ?


  • Roussel  V. (dir.), 2019, Art et contestation aux États-Unis, Paris, PUF-La Vie des Idées.

Violaine Roussel est membre du CRESPPA-Labtop, université Paris VIII-Saint-Denis : violaine.roussel@univ-paris8.fr


Un tournant historique ?

Avec l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, en 2017, des artistes aux profils variés partagent le sentiment de vivre un moment historique. Ils dénoncent alors des menaces inédites pesant sur la liberté de création et d’expression. Bien plus, l’arrivée de Donald Trump au pouvoir est perçue comme un tournant, éclipsant l’interprétation classique de l’alternance partisane en termes de mouvement de balancier, conduisant classiquement un président républicain à succéder à un démocrate ayant déjà rempli deux mandats.

Cette vision s’impose d’autant plus puissamment que le nouveau président et ses soutiens affirment également incarner une rupture avec les pratiques et les personnels politiques du passé. Le récit collectif de l’Histoire en train de se faire se construit à travers cette croyance, largement partagée de part et d’autre, dans le caractère fondateur du « moment Trump », séparant un « avant » d’un « après ».

Donald Trump n’est bien évidemment pas le premier professionnel d’Hollywood à faire carrière en politique – y compris chez les Républicains – mais au contraire de ses prédécesseurs, de Reagan à Schwarzenegger, il ne s’est pas converti au métier politique en adoptant les codes et les logiques du jeu politique et partisan. À l’inverse, il a défini son image et son identité politiques contre les conventions de la politique professionnelle traditionnelle : il se présente comme celui qui n’est pas du sérail et qui peut « mieux représenter » les citoyens-électeurs lambda précisément du fait de sa distance par rapport à cette élite politique qui fait reposer sa légitimité sur la détention de compétences spécialisées.

En effet, Donald Trump n’est pas issu du monde des professionnels de la politique. Il s’appuie au contraire sur ses ressources de professionnel du divertissement et sur son statut de célébrité de la téléréalité, bien connu du grand public, pour se faire élire.

Il provient donc du même espace professionnel que les célébrités des arts et du spectacle qui s’opposent à lui dans des arènes publiques extrêmement médiatisées. Aussi personnalisés que ces affrontements puissent paraître – notamment lorsqu’ils prennent la forme d’échanges de tweets – ils manifestent en réalité des mutations plus générales des prétentions à la représentation populaire, aux États-Unis et au-delà, et ils participent à les faire advenir. La présidence Trump apparaît donc comme un moment test, qui met à l’épreuve aussi bien les logiques de la démocratie représentative que la figure de l’artiste engagé.

Le moment électoral et ses suites

Pour bien comprendre les logiques des mobilisations d’artistes, il importe de distinguer ce qui se passe dans l’effervescence du moment électoral de 2016, des modalités d’engagement qui émergent plus tardivement et s’installent dans la durée. Des manifestations d’une ampleur inédite – comme la « Marche des femmes » du 21 janvier 2017 – sont organisées immédiatement après l’élection ; nombre de célébrités d’Hollywood prennent alors la tête des cortèges. La très grande visibilité des engagements de stars de la musique leur confère des formes particulières d’efficacité sociale et politique.

Pourtant, les mois qui suivent contrastent avec ce déploiement ostensible d’opposition qui caractérise le moment électoral. Le « mouvement anti-Trump », qui n’est en rien unifié, ne trouve pas immédiatement à s’inscrire dans d’autres cadres. Les artistes qui s’étaient initialement mobilisés décrivent souvent cette période comme un moment d’« anesthésie », voire de « paralysie » des opposants à la politique de Trump. Les rapports des artistes à la politique sont en effet marqués par des paradoxes : le passage de la réprobation à l’action ne va pas toujours de soi, alors même que les artistes identifient de multiples raisons de se mobiliser.

Les enquêtes de terrain auprès des artistes concernés permettent de comprendre comment des mobilisations émergent néanmoins, et les formes contrastées qu’elles prennent dans ce contexte dans différents mondes de l’art – de Hollywood à l’espace moins visible du théâtre newyorkais et des différentes scènes musicales aux controverses autour de la statuaire publique, qui surgissent à plusieurs reprises durant la présidence Trump.

En effet, dans l’Amérique de Trump, tout un éventail de formes de politisation d’artistes se rencontre. Alors que des groupes ou individus qui ne vivent pas (ou incomplètement) de leur art peuvent plus aisément assumer des créations explicitement militantes et revendiquer le label d’« artisvistes » et une certaine radicalité politique, l’étiquetage comme « artiste politique » est en général redouté par les artistes professionnalisés pour lesquels la reconnaissance par les pairs est cruciale. L’« art politique » ou « militant » est soupçonné de ne pas être véritablement de l’art et expose le professionnel à perdre sa légitimité artistique.

Ainsi plusieurs critères – le degré de professionnalisation, la position occupée au sein d’un monde de l’art et dans l’évolution d’une carrière artistique – orientent la manière dont différentes catégories d’artistes identifient les modalités d’engagement tenables ou trop risquées dans ce contexte. Ceci éclaire la diversité des formes d’engagement observables, de la production de créations directement militantes aux prises de position médiatiques de célébrités du spectacle dont les pratiques professionnelles et créatives par ailleurs restent généralement distantes de toute politisation.

Comprendre les mobilisations anti-Trump dans les mondes de l’art, une fois passé le moment électoral, implique également de s’intéresser aux cadres d’organisation de la contestation qui émergent et se stabilisent : ce qui permet au mouvement de s’enraciner, c’est la constitution de groupes et de structures autour d’un enjeu particulier, dans un monde de l’art donné. Prenons l’exemple de celui du cinéma et de la télévision à Hollywood.

Alors que ces professionnels sont largement présents dans les manifestations de rue et les prises de parole spectaculaires des premiers temps, les mobilisations dans cet espace se reconfigurent ensuite, conduisant à la construction d’une nouvelle cause centrale : celle de la lutte contre les inégalités de genre et les abus sexuels. Les enjeux portés notamment par le mouvement Me Too viennent à occuper le cœur de mobilisations que les professionnels d’Hollywood lient étroitement à la question de l’activisme anti-Trump. Ceci est possible parce que des organisations centrales d’Hollywood – les syndicats, les studios, les agences – deviennent elles-mêmes des cadres de ces mobilisations. Les structures des mondes de l’art orientent donc de manière décisive les formes que peut y prendre l’engagement.

La force mobilisatrice des formes artistiques

Qu’est-ce qui fait la force mobilisatrice de l’art ? Différentes formes d’art ont-t-elles un égal pouvoir mobilisateur ou certains médiums artistiques sont-ils plus propices à l’engagement ou plus efficaces en politique ? Ces questions renvoient à celle des types de publics qui peuvent être touchés par différentes formes d’art et de pratique culturelle. Ainsi, le pouvoir de la musique et d’une expérience musicale partagée a été souligné par plusieurs études sociologiques, des travaux de Tia de Nora à ceux de Ron Eyerman. La musique soude les mobilisations à travers des mécanismes de communion émotionnelle des participants.

Si des traditions d’engagement de musiciens ont existé de longue date, les usages politiques de la musique et les mobilisations d’artistes qui marquent le « moment Trump » présentent d’intéressantes particularités. Ainsi, certains genres musicaux traditionnellement associés à un positionnement et à des publics conservateurs sont investis de nouvelles significations suite à l’élection de 2016 : des stars de musique country se font porte-parole de la protestation anti-Trump. Néanmoins, le plus souvent, les musiciens mobilisent un public déjà proche idéologiquement de la cause qu’ils défendent.

D’autres dispositifs artistiques sont au contraire construits en vue d’enrôler des personnes qui ne sont pas acquises a priori aux idées défendues : c’est par exemple le cas des performances de théâtre de rue, qui visent à faire surgir le politique dans un espace public où on ne l’attend pas.

Ainsi, à New York en décembre 2016, deux artistes de théâtre, JoAnne Akalaitis et Ashley Tata, mettent en scène à Madison Square Park la pièce « Cut Piece for Pant Suits » inspirée par la performance « Cut Piece » créée par Yoko Ono en 1964. Cette œuvre de 4 minutes symbolise, à travers le découpage par le public des vêtements des performeuses, la violence infligée à des corps meurtris, sans défense. Ces performances artistiques « discrètes », moins visibles que les prises de parole publique de célébrités et conçues pour s’opposer au « spectacle politique » de Donald Trump, donnent à voir des corps fragilisés sous l’effet de la politique du nouveau président, et visent à provoquer l’implication politique des publics par l’expérience sensible et esthétique.

La présence de l’art dans l’espace public signifie aussi que les artistes ne sont pas les seuls acteurs à pouvoir en faire des usages politiques et des objets de lutte. Les œuvres peuvent être mobilisées par les critiques de Donald Trump tout comme par ses supporters, ou par le Président lui-même. Plus largement, l’État et les gouvernants sont souvent en position de force pour faire de la politique dans des formes artistiques.

Les conflits récents autour de l’art statuaire aux États-Unis nous le rappellent : les luttes autour de statues confédérées se sont multipliées dans la dernière décennie, non sans lien avec la montée en puissance du mouvement Black Lives Matter. Ces confrontations autour du maintien ou du déboulonnage de statues de place publique conduisent notamment, à la faveur d’un enchaînement d’affrontements ponctués de déclarations de Donald Trump, aux violences tragiques de Charlottesville en août 2017.

Cette forme d’art public, chargée de symboles politiques, devient l’enjeu de luttes mémorielles qui lient écriture de l’Histoire et conflits du présent – esclavagisme et racisme aujourd’hui, en particulier. Ces controverses font écho aux mobilisations qui ont suivi la mort de George Floyd en mai 2020, et elles se rencontrent au-delà du seul terrain américain.

En interrogeant les rapports entre artistes et politique sous Donald Trump, on met ainsi en lumière les transformations contemporaines du rôle citoyen que des artistes et des célébrités du spectacle s’attribuent, tout comme la diversité des formes d’activisme des créateurs distinguant différents mondes de l’art. Après l’arrivée au pouvoir de Joe Biden, les années à venir permettront d’interroger la persistance des mutations de la figure de l’artiste engagé qui se sont ici esquissées.

 

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.

Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits en CC : Freepik, Vitaly Gorbachev

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Culture

 

 



Citer ce billet
Violaine Roussel (2022, 18 avril). Les artistes américains face à Donald Trump. Mondes Sociaux. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9l0

Violaine Roussel

Violaine Roussel, université Paris VIII-Saint-Denis , CRESPPA-Labtop (violaine.roussel@univ-paris8.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search