L’amour chez les jeunes : oui, mais moi d’abord !

L’amour est-il soumis aux changements sociaux au même titre que le travail ? Au tournant du XIXe siècle la société est de plus en plus marquée par l’individualisation, et l’amour ne fait pas exception à cette évolution. Ainsi, la construction d’un couple chez les jeunes ne se fait plus seulement autour du « nous » et le « je » semble prendre de plus en plus de place dans le lit conjugal. Un coup dur pour l’amour romantique !

L’accomplissement personnel est une préoccupation de plus en plus présente depuis les années 1960 et l’amour conjugal ne déroge pas à ce phénomène. L’individualisation grandissante se fait sentir au sein des modes de relation des couples. Le « je » est davantage mis en avant au sein du couple, affaiblissant le modèle de l’amour romantique « pour toujours », comme « le seul et unique ».

En particulier, les jeunes cherchent à assouvir leurs désirs et ambitions personnels et à trouver un partenaire en phase avec leurs propres projets. Une enquête sociologique s’est récemment intéressée aux jeunes couples de moins de 35 ans, dont l’union date de moins de 5 ans. Le constat effectué se base sur 41 entretiens bibliographiques réalisés auprès de ces jeunes amoureux.


Loïse Pierre est membre du réseau des masters du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès : loise.pierre@etu.univ-tlse2.fr


Le nouveau conjoint idéal ?

Durant les cinq premières années, les partenaires des jeunes couples hétérosexuels commencent par se tester. De cette manière ils mesurent la part d’autonomie qu’ils vont pouvoir conserver au sein de leur couple. En effet, il n’est plus seulement question de la satisfaction d’être à deux, les jeunes partenaires cherchent à répondre à une double aspiration : continuer à être soi et parvenir à se réaliser.

Le conjoint « idéal » pour les nouvelles générations n’est plus le même que pour celles des années passées. Il est aujourd’hui indispensable qu’il puisse donner la possibilité à son ou sa partenaire de se réaliser personnellement. Les jeunes cherchent un conjoint auprès duquel ils se sentent bien, tout en se sentant autonome. Nous assistons à une évolution du couple vers un amour individualiste ou le « nous » n’est plus la seule composante dans la relation à deux.

Même si « faire couple » peut prendre des formes bien distinctes, il est incontestable que de manière générale, les jeunes vivent leur relation conjugale de manière plus individualiste qu’auparavant. Dans la recherche de « la » personne avec qui partager son quotidien, pouvoir se réaliser au sein de la relation devient primordial. En effet, lorsque cette aspiration est atteinte, le sentiment d’avoir trouvé la « bonne personne » est éprouvé. Cette personne lui permettra de se réaliser à titre individuel en plus de répondre aux autres attentes du couple.

Il est habituel de définir un couple par trois composantes, celle de l’amitié correspondant au réconfort et à la complicité, celle de la passion souvent présente au début du couple et celle du désir, notamment dans la recherche du contact physique. Au vu de l’évolution du couple, il ne serait pas incohérent de faire apparaître une quatrième composante, celle « réalisatrice » correspondant à l’accomplissement de soi au sein de la relation.

Un combat féministe au sein du couple

La manière de « faire couple » représente un changement majeur en comparaison avec les générations précédentes et les femmes sont d’autant plus attentives à ce changement. Effectivement, dans les couples des générations précédentes, la part d’autonomie et d’individualisation de la femme était relativement faible. Aujourd’hui, ces dernières sont particulièrement soucieuses de mesurer la capacité d’expression de leur autonomie dans la relation avec leur partenaire.
Jusqu’à peu, les femmes étaient centrées de manière très prononcée sur la vie de famille, aujourd’hui elles cherchent à se détacher de ce rôle unique. Mais cette nouvelle vision du couple ne signifie pas pour autant l’absence de désir d’une vie familiale. Les jeunes femmes en couple aspirent à des projets personnels, capables de se faire en autonomie.

Les enjeux dans l’évolution de la manière de « faire couple » ne sont pas les mêmes selon le genre. Les hommes cherchent simplement à continuer de se réaliser en tant qu’individu tandis que les femmes, qui veulent également conserver cette possibilité, en font une condition du couple. Elles ne veulent plus oublier le « je » dans leur couple : « être en couple pour moi c’est pas devenir Nous, mais c’est être… […] Il et Moi et On. » (Paloma, étudiante, 22 ans).

Il s’opère dans les nouveaux couples une recherche d’égalité entre les deux conjoints qui pourrait s’apparenter à une forme de combat féministe dans la sphère conjugale. Les conjoints s’aiment parce qu’ils voient dans la relation la possibilité de se réaliser, d’être en concordance avec leurs aspirations personnelles et de maintenir une autonomie au sein du couple. Sans cette composante le couple satisferait moins l’individu qui se mettrait alors en quête d’une autre personne.

Amour ou amitié ?

Dans un couple, les partenaires attendent de la relation avec l’autre un partage, une complicité, des intérêts communs et des rires. La composante de l’amitié est très importante pour l’épanouissement de l’individu dans le couple qui se préoccupe de l’autre, lui fait plaisir, le ou la console ou encore l’aide.

Mais les partenaires attendent une réciprocité, rien de plus normal que de vouloir se savoir écouté et compris ainsi que choyé en retour des efforts fournis. Cette composante est bien plus forte et présente que le désir et la passion, qui sont les deux autres composantes d’une relation amoureuse.

Au sein du couple, le bien-être est primordial, il repose sur trois éléments. Le premier est le principe de la symétrie qui, comme son nom l’indique, repose sur le sentiment de bien-être individuel, mais partagé. Chaque membre du couple doit ressentir de manière symétrique ce sentiment.

Le deuxième élément indispensable est celui de l’entente entre les deux partenaires qui se sentent compris et rassurés. L’entente est également comprise dans un sens plus léger avec de la complicité, des rires et des moments de détente. Le dernier élément est le sentiment d’une possible réalisation. Le couple doit être un espace d’épanouissement personnel, un lieu au service des aspirations et intérêts de l’individu.

Ce dernier principe renvoie à la nouvelle vision du couple et de l’amour individualiste, il n’était pas présent auparavant. Les deux autres composantes, le désir et la passion ne sont pas jugées comme très importantes par les couples, la passion ne se faisant vraiment sentir qu’au début de la relation et le désir n’étant que secondaire. La question des relations sexuelles est abordée mais sans la notion de désir des corps, peut-être pour des raisons de pudeur sociale. Au cours de l’enquête, seuls les couples formés récemment évoquent le principe de désir.

La variable de l’amitié est donc bien plus importante dans le bon fonctionnement d’un couple que celles de la passion et du désir, qui ne sont néanmoins pas à délaisser mais qui sont davantage présents dans les débuts de la relation. Les jeunes sont à la recherche d’un confort, d’un bien-être ainsi que d’une autonomie dans leur couple pour se sentir satisfaits. La contradiction du couple moderne repose sur l’ajout de la variable « réalisatrice » mais aussi sur le maintien des attentes « classiques ». En définitive, les critères traditionnels de satisfaction d’un couple ne suffisent plus à l’épanouissement des jeunes partenaires dont le critère de la réalisation de soi (nouvelle attente) est devenu essentiel.

Se réaliser dans, avec et… sans le couple

Un couple peut renvoyer à plusieurs figures : la première est le couple, la deuxième représente les deux individus et un couple, la troisième est définie par les deux individus uniquement.

La première catégorie de couple concerne des individus appartenant à une tranche d’âge très jeune, en moyenne 20,5 ans au moment de leur rencontre. Pour eux, se mettre en couple consiste à se réaliser ensemble, ce qui peut notamment correspondre au processus d’entrée dans la vie d’adulte, au passage de la vie chez les parents à l’indépendance. On observe chez eux la logique d’établir très rapidement une relation durable. Dans ce type de couple les partenaires n’ont généralement pas une grande expérience sexuelle et amoureuse.

Aucune classe sociale n’y est surreprésentée, mais en revanche il y a une forte présence de comportements genrés (sexe, tâches ménagères…) et religieuse au sein de ces couples. La notion de « couple fusionnel » convient à ce type de relation où les partenaires pratiquent la majeure partie des activités ensemble. Il n’y a chez eux pas d’envie ni même de valorisation particulière du temps pour soi, mais tout partager suppose quand même de faire des concessions et des négociations au sein du couple. Ces couples ont tout de même une vie sociale très forte.

Dans la deuxième catégorie de couple, l’âge moyen au moment de la rencontre est de 26,5 ans. Les partenaires ont généralement beaucoup d’expérience sexuelle et amoureuse et parfois même de cohabitation. Ainsi ils ont acquis des connaissances et savent ce qu’ils veulent ou pas dans une relation amoureuse. Ils ont passé du bon temps et commencent à sentir l’impératif de « se caser » et fonder une famille.

Cette catégorie est composée majoritairement de personnes de classe moyenne. Les couples de ce type sont moins souvent mariés ou pacsés que le premier, mais ont pour envie de le faire. Le couple est la première étape du projet de famille. Les partenaires ont acquis une autonomie et ne veulent pas se « perdre dans le couple ». Le couple, espace de sécurité et de complémentarité, est davantage un appui pour la réalisation de soi. Les rôles ici sont moins genrés et les deux individus s’investissent dans une carrière professionnelle, même si les femmes réduisent souvent leur temps de travail à l’arrivée des enfants.

Les partenaires de la troisième catégorie de couple se rencontrent en moyenne à 22 ans. Ils ont déjà eu de nombreuses expériences amoureuses et sexuelles et sont dans l’optique de profiter de leur jeunesse. Le couple n’est pas une priorité pour eux, leur avenir professionnel est encore à construire ce qui traduit une attitude plutôt centrée sur soi. Cette catégorie est composée majoritairement d’étudiants ou de jeunes actifs qui ont des comportements plus individualistes que les deux autres. Le couple représente une sphère parmi d’autres (amis, famille) et chacun a ses propres passions et activités. Le souci du partage est moins au centre des aspirations des amoureux et l’autonomie des partenaires est très importante.

Ces couples sont dans une perspective d’égalité des sexes, les rôles au sein de ce dernier sont très peu genrés. Le bien-être et la sécurité du couple est ici un tremplin pour la confiance servant de moteur pour l’individu. La sexualité a aussi une place importante dans la relation, elle est source d’épanouissement pour les deux partenaires.

En définitive, le couple moderne accorde une forte importance aux composantes réalisatrice et amicale. L’individualisation des comportements au sein du couple ne fait pas disparaître le romantisme, mais affaiblit ou modifie les attitudes classiques liées à cette notion. C’est une nouvelle manière de « faire couple », les jeunes amoureux sont prêts à s’engager mais seulement si le « je » peut s’imposer dans le « nous ».

 

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Freepik

 

Retrouvez d’autres articles du Réseau des masters SMS

 


Loïse Pierre

Réseau des masters du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès ( loise.pierre@etu.univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search