Identité et sexualité sur internet : une autre idée de l’affirmation de soi ?

Si la plupart des médias sociaux possèdent une limite d’âge quant aux inscriptions des jeunes sur leurs plateformes en ligne, on remarque, en visionnant les différents contenus, une tout autre réalité. L’exposition des adolescents, et surtout des adolescentes, sur internet, intervient en effet de plus en plus tôt.

Ainsi, sur l’application Tiktok par exemple, de nombreux.ses jeunes s’adonnent dès l’âge de 13 ans à des démonstrations de danse, chant et réalisation de sketch en tout genre. Cette exposition de soi rend compte, notamment chez les jeunes filles, d’une hypersexualisation médiatisée sur Internet. Cette hypersexualisation semble être le reflet direct de celle qui se joue dans le monde physique et social.


  • Balleys C., 2017, « Socialisation adolescente et usages des médias sociaux : la question du genre », Revue des politiques sociales et familiales, n°125, Parcours adolescents : expériences et représentations, pp. 33-44

Thelma Couanault est membre du réseau des masters du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès : thelma.couanault@etu.univ-tlse2.fr


Comment dès lors considérer la question de l’exposition et de l’affirmation de soi chez les jeunes adolescent.es ? À l’adolescence, l’entretien des liens amicaux et amoureux se joue particulièrement au travers des médias sociaux. Que nous apprennent alors ces usages d’internet sur la question du genre et de la sexualité des adolescents et adolescentes ?

Issu de réflexions menées dans 140 travaux récents sur les usages du numérique dans la construction de l’identité de l’adolescent, l’article de Claire Balleys vise à comprendre comment les adolescent.es mettent en scène leur corps sur internet, ce que cette mise en scène révèle des relations filles-garçons à cette période de la vie, et de leur rapport à la sexualité et au genre.

Comprendre les rapports sociaux de sexe et la notion de genre au travers de la construction identitaire des jeunes filles et garçons adolescent.es, nécessite alors de saisir la manière dont se construit le féminin et le masculin au sein des institutions comme la famille ou l’école, et plus tard, à l’occasion des relations adolescentes, en particulier via les médias sociaux.

Quels contextes de socialisation pour l’adolescent.e ?

A l’âge adolescent, les jeunes peuvent faire face à plusieurs formes de pressions sociales liées à la construction de leur identité et de leur sexualité. On parle alors de socialisation, définie comme l’adaptation de l’adolescent à son environnement et l’intégration à un groupe social de référence, ici son groupe de pairs, amis ou personnes de son âge qu’ils fréquentent ou auxquelles il se réfère.

L’étude de jeunes couples d’adolescent.es dans des milieux populaires (Clair, 2011) démontre des pratiques ancrées dans un modèle hétérosexuel qui conditionne la vision de l’autre chez l’adolescent.e. On retrouve une forte opposition entre la féminité et la masculinité qui se traduit à la fois par le désir de ce que l’on voit comme son opposé « radical » (un garçon « viril », une fille « féminine »), mais aussi dans laquelle l’adolescent fonde sa différence à travers cette opposition : « être un garçon, c’est ne pas être une fille, et inversement ».

Ces représentations de l’adolescent.e complexifient dès lors la vision que deux adolescent.es peuvent avoir du couple et leurs préoccupations respectives. Cette socialisation au genre se fait en premier lieu dans le milieu familial, ce qui la rend dépendante des appartenances sociales de l’adolescent.e.

L’exemple de la tenue vestimentaire et des différentes normes imposées en lien avec celle-ci, montre en particulier les disparités qui peuvent exister entre différents milieux sociaux dans la construction de l’identité à l’adolescence. La pression liée à une conformité au groupe, à laquelle chaque adolescent.e peut se confronter, montre aussi une construction différenciée des pratiques selon le genre.

En effet, si pour les garçons la préoccupation est avant tout celle de se distinguer socialement – notamment à travers la tenue vestimentaire –, pour les filles, c’est plutôt la recherche d’une adéquation avec des normes de genre – féminité, sobriété, bienséance par exemple – qui induirait les restrictions vestimentaires imposées par les parents.

L’école et les institutions scolaires participent aussi à la construction d’un rapport spécifique à la sexualité et au genre, avec la norme hétérosexuelle qui est mise en avant par ces institutions. L’école définit ainsi ce qu’est un homme et une femme et démontre dans les pratiques comment cela se traduit : 80% des élèves punis au collège sont des garçons, démontrant une soumission à l’autorité plus faible que chez les filles.

La socialisation adolescente révèle aussi comment l’amour et les sentiments sont davantage valorisés comme étant féminins, alors que les garçons trouvent très peu leur place dans cette sentimentalité. A l’inverse, la question de consentement est jugée acquise chez les garçons, jamais encouragés à interroger leur réelle volonté face aux enjeux de leur sexualité, contrairement aux filles, pour qui la question du consentement est sans cesse soulevée et réinterrogée.

Les pratiques culturelles représentent aussi un enjeu autour des différences faites entre filles et garçons à l’adolescence, avec des pratiques différenciées selon le genre, mais dont l’affirmation de préférences chez les adolescent.e.s participe à la construction de leur identité. Il y a, au sein des pratiques de loisirs adolescentes, une « radicalisation des différences » (Pasquier, 2010) caractérisée par l’affirmation de goûts différents chez les filles et chez les garçons.

Par ailleurs, on note, dans les relations adolescentes, une hiérarchisation des pratiques culturelles, où les pratiques des adolescents sont placées au-dessus de celles de leurs homologues féminins. Dès lors, les contenus culturels jugés à caractère féminin sont dépréciés, par rapport aux pratiques des jeunes garçons, bien que, pour les familles, l’attrait d’une fille pour des activités « symboliquement masculines » est davantage toléré que dans le sens inverse, où un garçon s’engagerait dans une pratique jugée féminine.

C’est à travers cette affirmation de préférences et de choix, que les adolescent.es parviennent à construire leur identité, et montrent aux autres qui iels sont et comment iels se perçoivent. Mais l’enjeu de la norme au groupe démontre aussi la difficulté, pour l’adolescent.e, de s’affirmer tel qu’iel est, et de se distinguer des autres, tout en se conformant aux attentes du groupe, notamment en termes de genre. La construction de cette identité juvénile, passe dès lors par un moyen moderne d’exposition de soi : les médias sociaux, tels que Facebook, Instagram ou YouTube.

Les médias sociaux : « coulisses de la sociabilité juvénile »

Le smartphone est devenu un outil d’accompagnement des adolescent.es dans la construction et l’affirmation de leur identité quotidienne, et révèle une importance particulière pour les jeunes qui perçoivent leur téléphone mobile comme un moyen de communication avec leur entourage, et une façon de solliciter la validation de leurs pairs, processus central de la construction identitaire.

Le smartphone permet notamment le maintien des relations amicales et amoureuses et la conservation de souvenirs. À travers les médias sociaux en particulier, les jeunes mettent en avant leur couple et leurs amitiés. Cette exposition de leurs liens intimes permet de se faire reconnaître socialement par leurs pairs, confirmer publiquement leur couple par exemple, et acquérir une visibilité médiatique. Cette activité de médias sociaux permet progressivement de se détacher du milieu familial et symbolise la prise d’autonomie et une forme d’émancipation de l’adolescent.e.

Pour le jeune, montrer qu’iel est unique, tout en respectant les normes de conformité devient l’objectif de la mise en scène de soi sur Internet et contribue à former son identité. La figure du « sans-ami » vient confronter cette réalité où l’exposition des jeunes adolescent.es sur Internet est empreinte d’exigences normatives, puisque celui ou celle qui n’a pas de pratiques médiatisées, se voit stigmatisé.e, à l’image de l’enfant qui n’a pas su prendre son envol et affirmer son autonomie.

Ces pratiques en ligne participent donc de la reconnaissance que recherche l’adolescent.e auprès de ses camarades lorsqu’iel se présente sur Internet, bien que celle-ci soit aussi corrélée à la « popularité » que le jeune détient à l’école. Outre ces aspects des pratiques en ligne, il faut noter que celles-ci sont genrées, puisque les études montrent que la présentation de soi via les médias sociaux reste plus compliquée, plus risquée pour les adolescentes que pour les adolescents, et que ces dernières sont plus souvent critiquées, voire insultées sur ce qu’elles publient. Il est alors question de comprendre comment ces outils numériques engagent la sexualité des jeunes, et leur rapport à l’autre dans la séduction.

La séduction médiatisée

La séduction chez les adolescents se construit notamment par le partage de messages, photos ou vidéos suggestives avec son ou sa partenaire, dans le but de lui prouver son attachement et son engagement. Cependant, si certaines pratiques sont librement consenties, il faut distinguer les cas de partages abusifs de ces données. Et ici, ce sont les filles qui sont le plus souvent victimes de cette divulgation de contenus intimes, mais risquent aussi d’être socialement pointées du doigt pour les avoir envoyées, alors même que ce ne sont pas elles qui les ont diffusées.

Interroger le rapport de soumission de la femme dans les couples hétérosexuels révèle la peur de ne pas être conformes à ce que l’on attend d’elles et de ne pas satisfaire leur petit-ami. Au-delà de la séduction, qu’en est-il alors de la construction de l’identité chez les adolescent.es, au travers des médias sociaux ?

L’identité sur YouTube

La notion de socialisation peut se définir à travers un travail subjectif d’intégration de la bonne façon de faire selon la société et d’autonomisation face à celle-ci. En grandissant, les adolescent.es cherchent alors à répondre aux attentes de la société, tout en se distinguant par leur singularité et leur autonomie des milieux familial et scolaire.

À travers le dispositif YouTube, la mise en scène de soi adolescente contribue à révéler une identité de genre chez le jeune qui poste sa vidéo et attend alors une reconnaissance conforme – parfois inconsciente – au genre auquel iel se définit. Le « nous » employé durant ces vidéos suppose une appartenance à un groupe fille ou à un groupe garçon auquel les adolescentes et adolescents se réfèrent.

Finalement, en étudiant la construction identitaire à l’âge adolescent, à travers les dynamiques de genre qui y prennent place, on perçoit la façon dont émergent et se construisent de nouvelles formes de pratiques adolescentes et en quoi celles-ci redéfinissent les représentations des jeunes sur leurs façons de faire et d’interagir. On voit aussi comment cela les confrontent à leur groupe social de référence, leurs amis, leurs pairs, participant à leur socialisation.

À un âge où la construction de l’identité contribue à s’affirmer soi-même et ses propres choix, on perçoit bien l’importance de consacrer une attention particulière aux nouvelles formes d’interactions en ligne, qui oscillent entre exposition de soi et recherche de validation par les pairs, mais permettent aussi le maintien des inter-individualités dans un monde désormais interconnecté.


  • Clair I., 2011, « La découverte de l’ennui conjugal. Les manifestations contrariées de l’idéal conjugal et de l’ethos égalitaire dans la vie quotidienne de jeunes de milieux populaires », Sociétés contemporaines, vol. 3, n° 83, p. 59-81
  • Pasquier D., 2010, « Culture sentimentale et jeux vidéo : le renforcement des identités de sexe », Ethnologie française, vol. 1, n° 40, p. 93-100

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Freepik

 

Retrouvez d’autres articles du Réseau des masters SMS

 



Citer ce billet
Thelma Couanault (2022, 13 juin). Identité et sexualité sur internet : une autre idée de l’affirmation de soi ? Mondes Sociaux. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9lc

Thelma Couanault

Thelma Couanault est membre du réseau des masters du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès : thelma.couanault@etu.univ-tlse2.fr

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 13/06/2022

    […] Si la plupart des médias sociaux possèdent une limite d’âge quant aux inscriptions des jeunes sur leurs plateformes en ligne, on remarque, en visionnant les différents contenus, une tout autre réalité….  […]

  2. 13/06/2022

    […] Si la plupart des médias sociaux possèdent une limite d’âge quant aux inscriptions des jeunes sur leurs plateformes en ligne, on remarque, en visionnant les différents contenus, une tout autr  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search