Vers une recherche en low-techs ?

La recherche scientifique en sciences de la nature et de la technique est majoritairement tournée vers la recherche d’innovations high-tech. La catastrophe écologique en cours nous invite pourtant à nous questionner sur la pérennité de ce modèle. Les low-techs pourraient ouvrir une perspective intéressante vers une recherche plus soutenable. Mais que signifie précisément « low-tech » ? Et que serait une recherche en low-tech ?


  • Carrey, J., Lachaize S., Carbou G., 2020, Les low-techs comme objet de recherche scientifique. Vers une société pérenne, équitable et conviviale, La pensée écologique.

Julian Carrey est membre du Laboratoire de Physique et Chimie des Nano-objets, INSA Toulouse : julian.carrey@insa-toulouse.fr

Guillaume Carbou est membre du Laboratoire Sciences, Philosophie, Humanités, Université de Bordeaux : guillaume.carbou@u-bordeaux.fr

Sébastien Lachaize est membre du Laboratoire de Physique et Chimie des Nano-objets, INSA Toulouse : slachaiz@insa-toulouse.fr

Tous trois sont membres de l’Atelier d’Écologie Politique (Atécopol), Toulouse.


La recherche scientifique dans les sciences de la nature et de la technique est actuellement dans son immense majorité tournée vers la recherche d’innovations de haute technologie (high-tech). Elle repose sur le postulat que l’humanité disposera à l’avenir, comme aujourd’hui, d’une énergie bon marché, croissante, et de ressources abondantes, permettant de développer et maintenir sur le long terme un système technologique complexe.

Mais au regard de la catastrophe écologique en cours, les scientifiques ne doivent-ils pas  se questionner sur les impacts directs de leur activité (usages de ressources, consommation d’énergie, déplacements, etc.) et indirects (transfert de technologies vers des industries insoutenables, alimentation de la foi dans les solutions technoscientifiques, accompagnement d’une numérisation débridée du monde, etc.) ?

Or, le faire reviendrait à remettre en cause une grande partie de l’activité scientifique traditionnelle. En effet, les activités scientifiques dans ces domaines sont particulièrement gourmandes en énergie et en matériaux. Un chercheur en astrophysique australien émet par exemple en moyenne plus de 22 tonnes de CO2 par an par le seul usage du calcul informatique. Par ailleurs certaines recherches orientées vers le soutien à l’innovation industrielle ne développent pas ou peu de questionnements sur les enjeux écologiques. Citons le développement de la 5G ou des nano-textiles par exemple.

Dans ce contexte, les low-techs, par opposition à la high-tech, pourraient constituer une piste intéressante de redirection de la recherche scientifique. Il pourrait s’agir de travailler avec des outils low-tech pour diminuer son empreinte directe (des jumelles plutôt que des balises GPS pour l’observation éthologique, par exemple) ou d’œuvrer au développement d’innovations low-tech pour alimenter une société sobre en énergie et en matériaux (comme l’utilisation de l’énergie solaire à concentration, par exemple).

Si ce concept a le vent en poupe depuis quelques années, des ingénieurs et des chercheurs  de plus en plus nombreux s’y intéressant, sa définition reste encore à préciser.

Définir avec précision les low-techs est complexe pour trois raisons majeures. La première est que la littérature sur la question des low-techs tend à se diviser en deux approches qui ne sont jamais très clairement articulées : une approche « matérielle » qui s’intéresse au cycle de vie des technologies et à leur durabilité, et une approche « politique » qui insiste sur leurs effets sociaux. L’approche matérielle, plutôt de culture « ingénieur », invoque les aspects liés à l’empreinte environnementale pour définir les low-techs (utilisation de matériaux abondants, sobriété énergétique, faible pollution, etc.).

L’approche politique est pour sa part inspirée des analyses « technocritiques » de penseurs comme Lewis Mumford, Ivan Illich, Ernst Schumacher ou Murray Bookchin. Dans cette perspective, ce sont des aspects éthiques et politiques qui sont importants pour déterminer le caractère low-tech ou non d’une technologie (simplicité d’usage, faible centralisation de la production et de la réparation, absence d’aliénation des utilisateur·ices, etc.).

Au-delà de cette double filiation, la seconde raison qui rend complexe une définition précise des low-techs est que les critères généralement utilisés pour les désigner ne permettent pas des délimitations simples : où et comment s’arrêtent le « simple », le « durable », le « local », l’« aliénation », etc ?

Enfin, cette difficulté est renforcée par un troisième élément : de nombreux critères low-tech ne sont en fait évaluables qu’au regard du contexte sociétal général. Par exemple, l’abondance des matières premières est dépendante des autres techniques qui en font usage. De même, le degré « acceptable » d’exploitation ou d’aliénation des êtres humains à une technique est fonction de la qualité de vie générale permise par le système technique dans son ensemble.

Une définition opérationnelle des low-techs

Au vu de ces difficultés, nous avons cherché à proposer une définition qui soit la plus opérationnelle possible dans une optique de réflexion sur la recherche scientifique dans le domaine des low-techs.

Notre définition est la suivante : une technologie est low-tech si elle constitue une brique élémentaire d’un système sociotechnique pérenne, équitable et convivial.

Dans l’article présenté ici, nous développons les points essentiels de cette définition. Nous présentons d’abord le concept de brique élémentaire qui permet d’inscrire la réflexion sur les low-techs dans une approche globale du système technique de la société envisagée : un objet ne peut être considéré comme low-tech qu’au regard d’un contexte métabolique (flux de matière et d’énergie à l’intérieur d’un système) et socio-culturel qui cadre différents seuils de soutenabilité et de désirabilité. Nous explicitons ensuite les critères de pérennité, d’équité et de convivialité.

Tout d’abord, dans un système pérenne, le niveau de population et les technologies utilisées sont maintenus à peu près à l’identique sur le long terme. Évaluer la pérennité nécessite d’étudier des flux de matière à l’intérieur du système, les taux d’utilisation des sols, les seuils à ne pas dépasser, etc. Par exemple, la pérennité de la construction bois doit être évaluée en fonction des surfaces disponibles pour faire pousser durablement des arbres, mais aussi pour produire de la nourriture, du textile, des molécules médicales, de l’énergie, etc.

La réflexion sur la pérennité ouvre des questionnements vertigineux selon que l’on décide de fixer la durée de maintien du système technique à plus ou moins long terme : un système technique pérenne sur un siècle est relativement facile à imaginer, mais quid d’un système qui puisse l’être sur plusieurs millénaires ?

Le critère d’équité permet pour sa part la prise en compte de valeurs humanistes explicites dans la conception technologique. Il s’agit par exemple d’intégrer l’absence d’exploitation humaine dans la chaîne de production des objets techniques. La fabrication d’objets métalliques impliquant de l’esclavage dans des mines ne satisferait par exemple pas à cette condition. L’équité recouvre également la question des usages : une technologie diffusable largement sera considérée plus low-tech qu’une technologie réservée à une élite économique (en raison de son coût, par exemple) ou à une partie réduite de la population (en raison de sa complexité d’utilisation, par exemple).

Le critère d’équité implique, comme celui de pérennité, l’établissement d’indicateurs de mesure et de seuil. En tant que dimension culturelle, il peut paraître plus difficile de fixer des seuils et d’accéder à des valeurs chiffrées, mais cela nous semble néanmoins faisable. Par exemple, nous pourrions poser qu’une technique utilisable par 90 % de la population respecte un critère d’équité ou que dans un système fondé sur l’économie de marché, un écart de revenu de 1 à 8 constitue une limite au-delà de laquelle le système technique n’offre plus une justice sociale suffisante.

La convivialité, enfin, désigne la propension d’un système sociotechnique à favoriser l’autonomie et le contrôle démocratique des moyens de subsistance. Ce critère, inspiré des réflexions d’Ivan Illich, implique également des délibérations complexes sur le concept d’autonomie et sur son évaluation. D’un point de vue général, sera considérée comme conviviale une société qui permet à ses membres d’être maîtres de leurs outils et non pas d’en être dépendants.

De ce point de vue, la voiture individuelle telle qu’elle s’est développée est un outil non convivial car son usage est contraint pour une partie de la population et parce que la technicité de sa conception empêche désormais de plus en plus les réparations et bricolages par l’usager lui-même. Au contraire, un insert à bois constitue une technologie conviviale dans la mesure où, passé la phase de fabrication, l’usage, l’approvisionnement en combustible, et la réparation des – rares – pannes restent à portée de l’usager.

Au-delà de la définition générale de la pérennité, de l’équité, et de la convivialité, l’une des thèses principales de l’article est la suivante : la conception technologique, si elle veut être à la hauteur des grands enjeux contemporains, ne peut faire l’économie d’une prise de position politique où elle évalue autant que faire se peut ses impacts sociaux et environnementaux attendus, à partir d’un socle explicite de valeurs.

Une recherche en ingénierie low-tech ?

La réflexion sur les low-techs à partir de la pérennité, de l’équité, et de la convivialité des systèmes sociotechniques ouvre ainsi des questions assez vertigineuses, pouvant faire l’objet de recherches, ou a minima de réflexions de la part des scientifiques. Par exemple, l’histoire, l’archéologie, la sociologie et l’anthropologie peuvent être mobilisées pour étudier les conditions – à la fois techniques et politiques – ayant permis la pérennité (ou non) de sociétés préindustrielles et/ou traditionnelles, dont l’énergie provenait principalement de ressources renouvelables. Les sciences de la nature peuvent mener des études sur la durabilité de techniques du passé ou susceptibles d’appartenir à une société pérenne.

Dans cet article, nous proposons quelques pistes dans les domaines de la mobilité, de la production d’énergie, de la santé, de la potabilisation de l’eau, de la conservation des aliments et de la médecine. Une problématique se pose : dans quelle mesure toutes nos connaissances de pointe issues de la société industrielle fossile seraient-elles utiles dans une société qui se voudrait pérenne, équitable et conviviale ? Lesquelles conserver et lesquelles mettre de côté (car la conservation des savoir-faire et des connaissances nécessite de l’énergie et génère des impacts, comme toute activité) ?

Exemple de mise en pratique

Dans un de nos laboratoires, le Laboratoire de Physique et Chimie des Nano-Objets (LPCNO), nos réflexions ont abouti au démarrage d’un projet de recherche sur la « métallurgie solaire », qui consiste à activer grâce à l’énergie solaire concentrée la réduction de minerais riches en oxyde de fer par des réducteurs décarbonés ou biosourcés. Nous justifions ce projet à partir d’une analyse énergétique de la révolution industrielle en Angleterre. Notre objectif à long terme est de déterminer si la métallurgie solaire pourrait ou non constituer une brique d’une société pérenne, équitable et conviviale et pourrait donc être considérée comme potentiellement low-tech, au vu de notre définition de ce concept.

Dans le cadre des Assises de la Recherche en l’Ingénierie, qui se tiennent à Toulouse du 4 au 8 Juillet 2022, nous organisons un atelier sur ces thématiques. Nous espérons qu’il permettra d’ouvrir une réflexion commune sur ces différents aspects et sur les contours que pourrait revêtir une recherche scientifique en low-tech, en croisant les points de vue de nombreuses disciplines.


    • Bihouix, P., 2014, L’Âge des low tech. Vers une civilisation techniquement soutenable, Seuil, Paris.
    • Bihouix P., de Guillebon B., 2010, Quel futur pour les métaux ? Raréfaction des métaux : un nouveau défi pour la société, EDP sciences.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Freepik, Sittipat Tojarean

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Recherche

 

 



Citer ce billet
Guillaume Carbou, Julian Carrey et Sébastien Lachaize (2022, 4 juillet). Vers une recherche en low-techs ? Mondes Sociaux. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9lh

Guillaume Carbou, Julian Carrey et Sébastien Lachaize

Guillaume Carbou est membre du Laboratoire Sciences, Philosophie, Humanités, Université de Bordeaux (guillaume.carbou@u-bordeaux.fr), Julian Carrey est membre du Laboratoire de Physique et Chimie des Nano-objets, INSA Toulouse (julian.carrey@insa-toulouse.fr), Sébastien Lachaize est membre du Laboratoire de Physique et Chimie des Nano-objets, INSA Toulouse (slachaiz@insa-toulouse.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search