Être militant gaulliste en Midi toulousain (1947-1958)

Né dans les heures sombres de l’histoire du XXe siècle, le gaullisme de guerre s’est progressivement mué en un courant politique puissant en France. Le premier parti gaulliste, le RPF, connaît des heures de gloire sous la IVe République qu’il combat au même titre que les communistes avant de s’effondrer en 1952/1953. Divisé en plusieurs mouvements plus ou moins groupusculaires, le gaullisme renaît en pleine crise algérienne. Quelle est donc son histoire dans le Midi toulousain ?

En pleine Guerre Froide, les gaullistes vont se présenter comme un nouveau courant politique capable de dépasser les clivages politiques traditionnels. Ayant le vent en poupe au début de leur existence, ils rencontrent de vives difficultés à s’implanter dans le Sud-Ouest (en dehors des côtes aquitaines). Cette particularité explique les raisons qui ont conduit les gaullistes à percevoir le Midi toulousain comme une région hostile et peu attractive sous la IVe République.


  • Muller B., 2022, La fabrique du gaullisme. Militantisme en Midi toulousain sous la IVe République, Presses universitaires du Midi, Toulouse

Bryan Muller est historien, membre associé du Laboratoire CRULH, ATER à l’Université Picardie Jules Verne : bryan.muller@univ-lorraine.fr


La naissance du gaullisme politique dans l’opposition

Fondé en 1947, le Rassemblement du peuple français (1947) se présente comme une troisième voie alternative au « séparatisme » communiste (le Parti communiste français est favorable à l’URSS), et aux partis fondateurs de la IVe République tels que la Section française de l’internationale ouvrière (SFIO) et le Mouvement républicain populaire (MRP), perçus comme des atlantistes prêts à renoncer à l’indépendance nationale au profit d’une fédération européenne supranationale. À ses débuts, le RPF dispose de bons arguments pour séduire la population : il est fondé par d’anciens résistants parfois très célèbres (Charles de Gaulle en tête), il prône la fin du clivage gauche-droite en développant l’Association capital-travail (plus connu ensuite sous le nom de « Participation »), il veut accroître et préserver la « grandeur » de la France à travers le renforcement de sa puissance militaire – ternie par la défaite de 1940 – et son indépendance nationale, etc.

Dès ses débuts, le RPF est placé à l’extrême droite de l’échiquier politique par les partis fondateurs de la IVe République et la position qu’il occupe à l’Assemblée nationale. Son discours viriliste, son hostilité au « régime des partis », sa fascination pour l’armée et sa défense d’un régime présidentiel lui vaut la méfiance des nouvelles institutions qui y perçoivent (ou feignent d’y percevoir) une résurgence du pétainisme. Ce sentiment est renforcé par la présence avérée d’une minorité de militants qui furent d’authentiques collaborateurs ayant décidé de rejoindre les gaullistes pour se « refaire une virginité » politique en cachant leur passé.

Une implantation difficile dans le Midi toulousain

Alors que les adhérents affluent aux quatre coins du pays, le Midi toulousain semble différent. Des centaines, voire des milliers de locaux affluent dans certaines villes de la région (Castres, Mazamet, Millau, Toulouse) au printemps 1947. Le reste du territoire s’avère peu intéressé par un mouvement qui lui est totalement inconnu. Le parti des Indépendants et paysans et le MRP (démocrates-chrétiens) occupent la droite du champ politique local et résistent au gaullisme d’opposition. Leur ancienneté rassure nombre d’électeurs et d’électrices qui se montrent curieux devant les grandes figures du mouvement gaulliste mais indifférents à l’égard du mouvement lui-même. Les cadres gaullistes locaux sont totalement méconnus de la population, à l’exception notable de Marie-Louise Dissard, dite « Françoise », qui est cependant peu active sur le terrain.

Les crises intestines qui frappent les antennes départementales du RPF nuisent également à l’implantation du mouvement. Le financement est assuré avant tout par les industriels tarnais qui rechignent à payer pour une autre antenne que celle du Tarn, et les sections socioprofessionnelles fonctionnent très mal. La mise en sommeil du RPF en 1953 conduit les gaullistes à se diviser en plusieurs mouvements rivaux. La principale organisation nommée Centre nationale des Républicains sociaux (CNRS), fondée et dirigée par le député-maire de Bordeaux Jacques Chaban-Delmas, s’avère très impopulaire. Elle entre en rupture avec le discours antisystème du RPF pour s’associer à plusieurs gouvernements contre des portefeuilles ministériels et se résume à un parti de cadres. Le CNRS s’avère incapable de s’implanter sur place et perd même l’essentiel des anciens membres du RPF. De plus, il est concurrencé dans la région par le mouvement de Pierre Poujade, l’Union de défense des commerçants et artisans (UDCA), qui est fondé dans le Lot à l’été 1953. L’UDCA parvient à récupérer une grande partie des éléments du RPF local et à s’imposer comme la nouvelle organisation antisystème et anticommuniste du milieu des années 1950.

Originalité du gaullisme « toulousain »

Le gaullisme d’opposition accorde une place importante à l’éducation, la défense nationale, la réforme de l’économie et l’Association capital-travail. Ce dernier point est particulièrement important dans la rhétorique gaulliste au niveau national. En revanche, il est marginal voire inexistant dans le Midi toulousain. Même les militants de Toulouse et Mazamet défendent peu ce projet tant ils peinent à s’implanter dans les usines où les communistes dominent. En revanche, les réformes agraires, peu présentes dans la réflexion des instances nationales gaullistes, intéressent particulièrement les cadres et militants « toulousains ». Il existe plusieurs théoriciens dans la région : Le lotois Pierre Bouyou-Moreno, le gersois Dr Cabantous, l’audois Camille Dhomps et le tarn-et-garonnais Pierre de Sainte-Marie.

S’il est difficile de connaître l’opinion des deux derniers (leurs textes ont été perdus), il est possible de reconstituer les théories politiques de Pierre Bouyou-Moreno. Exploitant agricole et chevalier du mérite agricole, cet ancien résistant se bat pour ouvrir des formations professionnalisantes aux jeunes ruraux. Pierre Bouyou-Moreno souhaite l’instauration d’un « État conseilliste » qui assurerait le financement de la formation et de la modernisation des agriculteurs, créerait des coopératives agricoles chargées de soutenir les agriculteurs dans leur quotidien et assurerait aux jeunes exploitants l’acquisition de terrains et logements à bas coûts. Ingénieur agronome, viticulteur et maire de Trausse (Aude), Camille Dhomps est quant à lui un homme d’action. Il écrit peu mais tient des discours et mène plusieurs actions coups de poing en faveur des viticulteurs. Il réclame notamment la suppression des importations de vins étrangers (notamment maghrébins), la réduction des charges fiscales et des prix de transports, ou encore l’annulation de l’augmentation du prix du vin votée en 1951.

Outre ce point essentiel pour les gaullistes du Midi toulousain, il y a l’élaboration d’un « programme économique de Salut Public » qui est vivement défendu par certains cadres locaux. Le plus prolixe quoiqu’obscur sur la question n’est autre que le responsable lotois du RPF puis du CNRS Paul Jouclas. Selon lui, ce projet ne peut aboutir qu’en abaissant la dette intérieure, en redressant la balance commerciale et en gérant la crise du pétrole ainsi que « l’affaire algérienne ». Son discours est partagé par une grande partie des gaullistes locaux, mais il est bien difficile d’en définir le contenu. Ce qu’il en ressort avant tout sont les condamnations, les actions à ne pas mener pour réussir.

Bien plus clair est le projet de réforme éducative des gaullistes. Le sport y occupe une place primordiale avec l’histoire, le français et les mathématiques. Le RPF puis le CNRS nationaux comme locaux partagent une vision décliniste de l’état de l’Education nationale après la Libération. Ils estiment qu’il faut la régénérer par le développement des activités sportives qui ne pourraient que « reviriliser » une jeunesse « dépravée ». Les matières essentielles que seraient l’histoire, le français et les mathématiques viseraient quant à elles à ressouder la communauté nationale, l’identification à une même communauté et la faculté à réfléchir avec rapidité et efficacité. Les antennes « toulousaines » ne se distinguent pas vraiment des autres par leur originalité mais elles ont pour particularité de compter dans leurs rangs plusieurs des principaux théoriciens du sujet (Joseph Cathala, Gérard Blanchon, Théo Bordes et François Delnondedieu).

Un rapport à la violence qui interroge

Très attachés aux notions d’honneur et de virilité, les gaullistes partagent également un culte du secret et de la méfiance directement hérité de la guerre. C’est pourquoi ils entretiennent un rapport à la violence assez décomplexé. D’un côté, les différentes organisations condamnent la possession et l’usage d’armes blanches et d’armes à feu. Un militant qui viendrait à en user est susceptible d’être radié – surtout s’il provoque des blessures sérieuses avec. De l’autre, elles ont tendance à inciter les militants à passer à l’acte (à l’exception du CNRS, qui est un parti de cadres). Certes, le discours officiel interdit aux militants d’attaquer leurs adversaires. Mais les documents internes démontrent une ambiguïté certaine des cadres sur la question : il est demandé de défendre l’honneur et les positions gaullistes, de se rendre en territoire adverse pour se faire entendre (ce qui ne peut qu’augmenter les risques d’incidents) et de ne pas laisser les provocations impunies.

Le Midi toulousain ne fait pas exception. Les gaullistes sont peu nombreux et se sentent bien souvent désœuvrés dans ce territoire qu’ils jugent bien souvent hostile à leurs activités. Certains ne manquent pas de manifester du mépris pour les locaux, qui seraient corrompus, irréfléchis et/ou sans ambition. Leur position de courant politique minoritaire les expose bien souvent à la violence des communistes, qui ne veulent surtout pas voir le gaullisme se répandre, ainsi qu’aux attaques verbales des socialistes et des démocrates-chrétiens. Afin de se faire remarquer et d’essayer de s’imposer dans le paysage politique, les gaullistes n’hésitent pas à provoquer des incidents. Ils adoptent en un sens la posture d’un animal blessé qui se retrouve dos au mur. Toutefois, ce constat fonctionne seulement pour le RPF. Une fois le Rassemblement mis en sommeil puis dissout, les gaullistes sont devenus trop marginaux pour maintenir de telles activités. C’est durant la dernière année d’existence de la IVe République qu’ils renouent avec leurs anciennes pratiques militantes.

Finalement, le gaullisme d’opposition n’a pas connu le succès qu’il pouvait espérer dans le Midi toulousain. Manquant de dynamiques, de figures charismatiques, de moyens et de cohésion, ses différentes antennes et mouvements vont souffrir dans une région dominée par le radicalisme et le socialisme. La guerre d’Algérie change la situation. Elle offre l’occasion au général de Gaulle de revenir au pouvoir en mai-juin 1958. Ce retour est une opportunité pour les gaullistes qui retrouvent confiance en eux. Ils militent ardemment pour la victoire du « oui » au référendum de septembre. Toulouse est à cet égard la seule ville à déplorer une victime durant la campagne référendaire en la personne du gaulliste Maurice Cathala, abattu par des militants communistes.

L’instauration de la Ve République voit émerger un nouveau parti gaulliste, l’Union pour la nouvelle République (UNR), qui remporte de vifs succès aux élections législatives de novembre 1958. À cette occasion, le Midi toulousain voit son lot de députés gaullistes élus : Camille Bégué et Pierre de Sainte-Marie dans le Tarn-et-Garonne, André Vidal dans le Tarn, René Cathala et Jacques Maziol dans la Haute-Garonne. La greffe a désormais pris : certaines circonscriptions du Midi toulousain deviennent des bastions du gaullisme que les autres courants politiques ne parviennent plus à contester durant plusieurs décennies.


  • Audigier F., 2018, Les Prétoriens du Général. Gaullisme et violence politique de 1947 à 1959, Rennes : Presses universitaires de Rennes
  • Elgey G., 1992-2012, Histoire de la IVe République, 6 tomes, Paris : Fayard
  • Foro P., 2003, L’antigaullisme. Réalités et représentations (1940-1953), Paris : Honoré Champion

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Fliqqer, Futuer, Noomtah, Macrovector, Pikisuperstar, Studiogstock, Flaticon, Freepik

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Passé

 

 



Citer ce billet
Bryan Muller (2022, 26 septembre). Être militant gaulliste en Midi toulousain (1947-1958). Mondes Sociaux. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9ll

Bryan Muller

Bryan Muller, université Picardie Jules Verne, Laboratoire CRULH (bryan.muller@univ-lorraine.fr )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search