Les relations personnelles au 21e siècle

Pour évaluer l’évolution des relations personnelles en France au cours des vingt dernières années, nous avons reproduit en 2017 une étude réalisée en 2001. La comparaison des résultats fait apparaître une forte stabilité de la composition des « réseaux personnels » (mais permet aussi d’identifier certaines évolutions dans les cycles de vie et les rapports entre milieux urbains et ruraux.

« Et si les réseaux sociaux nous isolaient ? » titrait Le Point en 2017. Pour Reuters en 2009 « les nouvelles technologies favoriseraient le lien social » tandis que pour les Inrockuptibles en 2015 le smartphone le « ruinerait ». Si l’on suit la presse, difficile de se faire une idée des effets d’internet, de la téléphonie mobile, des médias sociaux et de leur démocratisation tout au long des dernières décennies sur nos relations.

L’évolution des structures de la vie sociale est un débat de longue date que l’on peut trouver déjà chez les fondateurs de la sociologie. Mais ce débat a été ravivé au début des années 2000 alors que le politologue Robert Putnam s’alarmait d’un déclin de la vie civique et d’un désengagement de la vie associative aux Etats-Unis (et de l’affiliation aux ligues de bowling).

Dans la même période, le développement de la communication électronique semblait permettre de renouveler les formes de sociabilité et d’investissement politique, mais certains y voyaient au contraire un dispositif destructeur des liens familiaux et un vecteur d’individualisation croissante, ce qui semblait être corroboré par une tendance grandissante à l’isolement social des Américains.

Après plusieurs années de débats et de critiques méthodologiques, les analyses détaillées des données disponibles sur l’évolution des relations sociales aux Etats-Unis aboutissent plutôt à l’idée que, dans les dernières décennies, ces relations, et les réseaux qu’elles constituent autour des personnes (ce que les sociologues appellent leurs « réseaux personnels »), n’ont que peu changé au cours du temps. Mais qu’en est-il en France ?


Guillaume Favre est membre du LISST, université Toulouse – Jean-Jaurès : guillaume.favre@univ-tlse2.fr

Michel Grossetti est membre du LISST, université Toulouse – Jean-Jaurès : grossetti@univ-tlse2.fr


Une enquête sur les relations et les réseaux en France

 

En 2001, nous avions réalisé une enquête mesurant les réseaux personnels d’un échantillon de 399 personnes représentatives de l’agglomération toulousaine. Nous avons répliqué cette enquête 16 ans plus tard auprès d’un nouvel échantillon de 709 personnes afin de mesurer les changements dans la structure de la vie sociale et d’évaluer les changements entre les deux périodes.

Ces enquêtes consistent à demander aux répondants de lister les personnes avec qui ils entretiennent certains types de relations : celles à qui ils parlent de leurs problèmes personnels, de leurs loisirs, celles avec qui ils ont passé un moment convivial au cours des trois derniers mois ou encore celles à qui ils pourraient demander une aide financière en cas d’urgence. Nous demandons ensuite de décrire à partir de plusieurs questions chacune de ces personnes. Ces données inédites permettent de détailler comment la structure de la vie sociale évolue sur le long terme en France métropolitaine.

Évaluer si la démocratisation d’internet, de la téléphonie mobile et des médias sociaux aurait eu un effet sur nos réseaux personnels est une tâche compliquée car elle implique de disposer d’enquêtes permettant de mesurer ces réseaux personnels aujourd’hui et dans le passé, données que l’on trouve très rarement et qui concernent principalement l’Amérique du nord.

Par ailleurs, les technologies sont loin de constituer le seul facteur pouvant influer sur les réseaux personnels. De grands changements historiques, économiques ou démographiques peuvent également influencer fortement ces réseaux, mais pour en trouver des exemples, il faut regarder au-delà des régions relativement stables politiquement et économiquement depuis plusieurs décennies.

C’est le cas par exemple de pays ayant fait l’expérience d’une transition d’économies planifiées vers des économies de marché. La transition vers des régimes moins répressifs auraient eu pour effet d’augmenter la place des relations extérieures au foyer, et notamment des amis, en Hongrie tout au long des années 90.

Les réseaux personnels semblent aussi avoir pris une grande importance tout au long des années 1990 et 2000 pour l’accès à l’emploi, en Chine comme en Russie post-soviétique, en réponse aux incertitudes accompagnant la transition économique. Des évènements brutaux tels que les confinements successifs liés à la crise sanitaire de 2020 et les fortes restrictions qu’ils ont induites peuvent aussi avoir des effets sur les réseaux personnels.

Durant le confinement du printemps 2020, on sait que les réseaux se sont recentrés sur les proches et sur des relations homophiles, que les relations de voisinage se sont mécaniquement renforcées pour certaines personnes et que les plus jeunes ont vu leurs relations particulièrement affectées.

Des évolutions plutôt marginales et prévisibles

Nos résultats montrent que, dans l’ensemble, les réseaux personnels ont peu changé au cours des vingt dernières années. Malgré la démocratisation des technologies de communication, la structure de la vie sociale présente une surprenante stabilité.

La composition des réseaux, c’est-à-dire le type de personnes que l’on cite dans les « générateurs de noms », semble quasiment identique entre les deux périodes pour les services de proximité et pour les aides en cas d’urgence. On demande toujours de l’aide principalement à la famille ou aux amis pour les aides d’urgence et aux voisins pour les aides pratiques. Les collègues prennent légèrement plus d’importance pour les sociabilités récréatives et pour les confidences, mêmes si ces rôles restent très majoritairement joués par les membres de la famille et les amis proches.

Cela s’explique par l’augmentation du taux d’activité des femmes, mais aussi probablement par l’accroissement de la mobilité professionnelle qui amène les individus à changer d’emploi plusieurs fois au cours de leur vie, chaque emploi fournissant un nouveau contexte pour la création de relations avec des collègues.

La taille des réseaux, mesurée par le nombre de noms cités en réponse aux générateurs de noms, semble indiquer que ce nombre est significativement plus important en 2017 qu’en 2001. Les ordres de grandeur restent similaires mais les augmentations sont significatives. Les réseaux sont donc peut-être plus grands, mais du fait d’effets enquêteurs dans les procédures de collecte utilisées, nous préférons nous limiter à la conclusion qu’ils ne se sont pas contractés en 16 ans.

Les réseaux ne sont, dans l’ensemble, pas plus dispersés géographiquement en 2017 qu’en 2001, on ne maintient pas davantage de relations à distance à l’exception des membres de la famille avec qui l’on est en contact et qui vivent plus fréquemment à plus d’une heure de distance des répondants.

Cela pourrait s’expliquer par la légère hausse de la mobilité résidentielle au cours des dernières décennies, qui amène les répondants à vivre plus fréquemment à distance de leurs parents ou enfants, ou par la démocratisation des technologies de communication qui faciliteraient les contacts à distance avec les parents, enfants, et autre cousins, frères et sœurs.

Les contextes dans lesquels on rencontre nos relations sont eux aussi très similaires entre les deux périodes.

On n’observe aucune différence pour les 30-60 ans qui rencontrent leurs relations au travail, par des amis, par leurs enfants ou leur conjoint ou conjointe ou dans le voisinage. Néanmoins les plus jeunes rencontrent moins souvent les personnes avec lesquelles ils nouent des relations par l’intermédiaire de leurs enfants ou dans le cadre du travail, du fait de l’allongement de la durée des études et d’un décalage de l’entrée dans la vie active et dans l’âge au premier enfant.

Les plus de 60 ans, à l’inverse, rencontrent davantage leurs relations au travail et dans le cadre d’associations et moins souvent par leurs enfants, du fait du décalage de l’âge de la retraite et certainement d’une meilleure santé. Tout se passe comme si on observait un décalage de la vie sociale d’environ deux ans. En d’autres termes, on pourrait dire que nous sommes plus jeunes socialement de deux ans en 2017 qu’en 2001, puisque plus souvent en études et sans enfants et plus souvent en activité (professionnelle ou associative) pour les plus âgés.

Mais des réseaux moins denses et plus homogènes

Néanmoins, quelques changements plus importants sont observables. On note une baisse de la densité des réseaux dans les milieux ruraux. La densité indique la proportion de nos relations (amis, famille, collègues, etc.) qui seraient capables de se contacter sans passer par nous. Plus l’indicateur est proche de 100%, plus les personnes que nous connaissons se connaissent entre elles et, à l’inverse, s’il est proche de 0%, aucune des personnes que nous connaissons n’est en mesure d’en contacter une autre dans notre réseau.

En d’autres termes, dans les milieux ruraux, les réseaux sont plus déconnectés ou moins cohésifs en 2017 qu’en 2001. Cette baisse, qui est liée à la déconnection des cercles sociaux et notamment du travail (les collègues connaissent moins souvent notre famille ou nos amis), pourrait s’expliquer par la transformation des parcours de vie dans les espaces ruraux.

Plus souvent qu’en 2001, les personnes résidant en zones rurales ont eu l’occasion de vivre dans une autre agglomération durant leurs études, par exemple, ou travaillent dans une autre ville, ce qui rapprocherait ces personnes d’un mode de vie similaire à celui que l’on observe dans les zones périurbaines.

Un autre changement notable est l’accroissement entre 2001 et 2017 de l’homogénéité des réseaux personnels. L’homogénéité sociale des relations, le fait que les personnes interrogées et celles qu’elles citent dans les enquêtes aient des caractéristiques communes est un indicateur de plus ou moins grande mixité sociale de notre entourage.

Les réseaux sont particulièrement plus homogènes pour les plus diplômés : 48,1% des relations des personnes ayant un niveau d’études supérieur à la licence avaient un niveau d’études équivalent en 2001 contre 61,8% en 2017. Cette tendance s’explique en partie par la démographie et par le fait que les diplômés du supérieur sont plus nombreux en 2017 qu’en 2001, en France et dans l’agglomération toulousaine.

Mais nous montrons également que l’homogénéité des réseaux semble augmenter en termes d’âge, de situation familiale (les célibataires et les personnes sans enfants sont davantage en relation avec des personnes dans la même situation) et également de diplôme, au-delà de ce qui serait attendu au vu de la composition sociale de la société française.

La poursuite de tendances déjà existantes

Dans l’ensemble nos relations et nos réseaux restent plutôt stables et il semble que l’on puisse toujours compter sur nos relations pour obtenir des services, de l’aide ou tout simplement passer un moment convivial. Le lien social, de ce point de vue, ne semble pas détérioré.

Il faut noter que ces résultats étaient attendus, d’une part parce qu’ils sont similaires à ceux que l’on retrouve aux Etats-Unis et, d’autre part, parce que si la démocratisation des technologies de communication a un effet, ce serait surtout une accélération de tendances déjà à l’œuvre ou un effet sur des relations qui restent en dehors du radar des méthodes que nous utilisons ici, notamment les liens faibles (connaissances ou amis plus éloignés). L’effet des technologies de communication reste relativement marginal par rapport aux évolutions démographiques et économiques.

Néanmoins, ces tendances vers des réseaux moins denses et plus homogènes –différences que l’on observe habituellement quand on compare les milieux ruraux avec des milieux urbains – iraient ainsi dans le sens de ce qu’avançait Georg Simmel, un sociologue allemand du début du XXème siècle, qui pointait déjà cette tendance à la segmentation des cercles sociaux dans les sociétés modernes. En d’autres termes notre vie sociale est davantage choisie selon nos intérêts personnels mais aussi plus segmentée et donc plus ségréguée.

Ces évolutions ne sont ni soudaines ni drastiques mais, observables sur une période de 16 ans sans changements majeurs de système économique ou politique et convergentes avec celles observées aux Etats-Unis, elles témoignent, selon nous, de tendances profondes des sociétés occidentales.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Macrovector, redgreystock, Pikisuperstar, pchvector, Freepik

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique société



Citer ce billet
Guillaume Favre et Michel Grossetti (2022, 10 octobre). Les relations personnelles au 21e siècle. Mondes Sociaux. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9lo

Guillaume Favre et Michel Grossetti

Guillaume Favre est membre du LISST : guillaume.favre@univ-tlse2.fr Michel Grossetti est membre du LISST : michel.grossetti@univ-tlse2.fr

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 16/11/2023

    […] Les relations personnelles au 21e siècle, Mondes Sociaux, Guillaume Favre et Michel Grossetti, 2022 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search