Nancy Howell Lee : une pionnière dans l’analyse des chaînes relationnelles

Dans les années 1960, alors que lavortement était illégal aux Etats-Unis, la sociologue Nancy Howell Lee a mené une analyse pionnière des chaînes de relations personnelles permettant aux femmes de trouver quelquun pouvant les aider à avorter. Aujourdhui lanalyse des chaînes relationnelles est au cœur de travaux de sociologues sur des questions variées, notamment laccès au marché du travail, aux ressources mobilisées par des malades, ou pour créer une entreprise.

Au Texas, depuis 2021, l’avortement est à nouveau illégal. L’aide à l’avortement est également condamnée, la délation est même encouragée par des primes. Les femmes n’auront pu avorter dans des conditions légales que pendant 50 ans. Dans les années 60, l’avortement était illégal aux Etats-Unis comme en France, et pourtant des centaines de milliers de femmes étaient contraintes d’y avoir recours.

En 1969, Nancy Howell Lee, une chercheuse américaine a étudié ce phénomène dans le cadre de sa thèse, s’intéressant aux circonstances des grossesses involontaires et de la prise de décision conduisant à un avortement, à la recherche d’une personne pratiquant l’avortement, à la manière dont l’avortement s’est déroulé, aux suites physiques, psychologiques et dans les relations avec le partenaire masculin ou avec les autres personnes. Il s’agissait aussi de comprendre la circulation d’information, et surtout les inégalités sociales. Elle a publié ensuite un ouvrage qui n’a jamais été traduit en français


  • Howell Lee N., The search for an abortionist (Chicago, Etats-Unis: The University of Chicago press, 1969.

Nathalie Chauvac est membre du LISST (Université Toulouse – Jean Jaurès) : nathalie.chauvac@univ-tlse2.fr


Nancy Howell Lee innove pour comprendre un fait social difficilement accessible aux méthodes classiques d’enquête. En effet, si l’autorisation de l’emploi de la pilule depuis 1960 avait réduit le nombre de grossesses non désirées sans les faire disparaître, l’avortement était illégal. Les femmes et les couples devaient trouver une information pouvant conduire à leur condamnation, mais aussi à celles des personnes l’ayant fournie. L’enquête était donc particulièrement difficile à mener.

Une méthode scientifique innovante

L’objectif de Nancy Howell Lee était à la fois de décrire ces femmes dont on sait peu de choses, mais aussi de comprendre les circonstances et les conséquences de ces interventions et comment et pourquoi certaines avaient accès plus facilement que d’autres à des méthodes plus légales, comment se construisent ou se révèlent les inégalités sociales dans un événement aussi intime que l’avortement. Elle s’est adressée à des professionnel·les ou à des associations, des structures susceptibles d’avoir été en contact avec les enquêtées qu’elle visait, à savoir des femmes ayant vécu récemment un avortement, âgées de 30 ou plus, cet avortement ayant abouti. Elle a au total réalisé 25 entretiens et 89 questionnaires, soit 114 personnes enquêtées.

Il fallait aussi construire un protocole de recherche permettant de comprendre le processus, la chaîne de décisions, d’informations, de démarches qui vont conduire à l’avortement, de manière assez systématique pour pouvoir comparer les données entre elles.

C’est la méthode utilisée qui fait d’elle une pionnière. Elle aurait pu faire une enquête par sondage en demandant à qui les personnes feraient appel si elles avaient besoin de cette ressource qui aurait permis de comprendre un réseau de circulation d’information potentiel, mais n’aurait que peu à voir avec ce qui se passe réellement quand une personne doit trouver dans l’urgence une solution pour mettre fin à une grossesse non désirée. S’appuyant à la fois sur des entretiens et des questionnaires, elle va récolter des informations qualitatives sur la manière dont se sont passés non seulement les avortements, mais aussi l’accès aux ressources nécessaires pour les mettre en œuvre. Pour cela, elle utilisait des questions ouvertes recodant ensuite les réponses pour les quantifier, inaugurant sans doute ce que l’on appelle aujourd’hui les méthodes mixtes.

La question consistait à leur demander de penser à toutes les personnes auxquelles elles avaient demandé des informations pour avorter, ou une adresse d’une personne pouvant pratiquer un avortement. Sans mentionner aucun nom, on leur demandait de décrire chaque personne sollicitée en incluant les relations qu’elles avaient avec cette personne (comme ami intime, médecin de famille, sœur, etc.),  les raisons pour lesquelles elles l’avaient sollicitée, l’aide que celle-ci leur avait apportée (envoyer vers une autre personne, se renseigner en leur nom, ou réellement, leur donner une adresse). La place laissée sur le questionnaire papier pour la réponse était très large. Chaque enquêtée pouvait raconter plusieurs avortements.

Succès ou échec des chaînes de relations

Les enquêtées ont donc raconté leur recherche et les personnes sollicitées. Reprenons un exemple fourni par Nancy Howell Lee pour comprendre sa méthode.

Une jeune étudiante de 18 ans apprend qu’elle est enceinte alors qu’elle séjourne avec son copain et d’autres ami·es de l’université dans une école d’été, étant loin de son domicile habituel. Elle fait part de ses interrogations à son ami, à la personne avec laquelle elle partage sa chambre et à une autre fille venue à cette école d’été et décrit le processus ainsi :

« Jai demandé à la fille avec laquelle j’étais parce que je savais que son frère serait probablement capable daider. Elle était une amie proche avec laquelle j’étais allée à l’école. Elle en a parlé à son frère, qui ma fourni une adresse dune fille qui avait avorté. Jai appelé cette fille qui ma donné une adresse dun docteur.

Mon copain a aussi obtenu une adresse dune autre fille, et est allé voir le docteur. Il était très réticent.

Jai écrit à un ami, homme, chez moi [dans ma ville dorigine], qui pourrait obtenir des pilules pour moi. Il na pas pu men fournir car lhomme par lequel il en obtenait était parti. Jai écrit à une amie chez moi qui ma donné une adresse dun autre homme, mais j’étais réticente vis-à-vis de sa méthode dont javais entendu dire quelle était dangereuse » (page 63).

Ils finiront par aller chez le premier médecin dont elle avait entendu parler, ce qui nécessitera un voyage de 500 miles, coûtera 650 dollars pour un avortement chirurgical pratiqué de manière appropriée et sera satisfaite du traitement reçu ».

Le récit est ensuite représenté de manière graphique et analysé en notant le nombre de personnes impliquées, de tentatives, celles qui ont échoué, celle qui a fonctionné, les caractéristiques des intermédiaires, les circonstances des prises de contact et mises en relation, et en incluant les éléments permettant de comprendre les choix faits, par exemple quand le couple estime une des personnes repérées trop dangereuse, en raison de la méthode proposée ou du contexte.

Le schéma illustre les quatre tentatives, qui mobilisent au total 8 personnes. Deux sont des échecs, une n’est pas acceptée par la personne souhaitant avorter, qui la jugeait trop dangereuse, et une aboutira. « La chaîne qui conduit à lavortement abouti consiste en 4 liens, ce qui peut être déterminé en prenant en compte les unités en dehors du couple et les liens entre les unités » explique Nancy Howell Lee, inaugurant ainsi ce que l’on appelle l’analyse en termes de chaînes relationnelles.

Des chaînes plus ou moins longues

L’analyse de l’ensemble des récits collectés permet à Nancy Howell Lee de montrer que les femmes ont approché de 1 à 31 personnes pour trouver une solution. La moitié des femmes en ont approché plus de 5. Elles n’ont bénéficié de l’aide des hommes impliqués dans la grossesse que dans la moitié des cas. Au total, pour les 114 enquêtées, 638 personnes ont été sollicitées. Les femmes ont plus souvent été en relation avec des femmes et les hommes avec des hommes.

Dans la plupart des cas, les personnes sollicitées sont des contacts déjà connus des femmes. La chaîne de relations donnant accès à l’avortement comprend de 1 à 7 personnes.  Dans 52 cas, il y a eu un intermédiaire, dans 34 cas deux intermédiaires, or plus il y a de personnes impliquées, plus l’accès à la solution est long, plus les risques pour la santé et d’être dénoncés sont importants. Les membres de la famille et les généralistes sont les plus efficaces comme points de démarrage de la chaîne. Les amies et l’homme impliqué constituent la moitié des points de départ en raison de leur présence fréquente parmi les personnes mobilisées. Les femmes enquêtées ont eu accès à des informations allant de 0 à 25 adresses. Un tiers n’ont pas pu choisir n’ayant eu qu’une possibilité, une sur trois a choisi sur la base de recommandations.

Un des intérêts de ce travail est de montrer vers qui se tourne une personne ayant besoin d’une ressource urgente (ici une personne pratiquant l’avortement), mais ne souhaitant pas forcément être identifiée comme en ayant besoin étant donné le caractère illicite de l’acte. Dans ce cas, ce ne sont pas forcément les proches, au sens classique du terme, c’est-à-dire la famille, qui sont sollicités. Les circonstances font aussi que sont mobilisées les personnes avec lesquelles elles ont la possibilité d’échanger rapidement, en confiance, en prenant le moins de risque possible d’être dénoncées.

Des inégalités sociales lourdes de conséquences

Le choix d’avorter ou la possibilité de le faire dépendent-ils de la classe sociale ? Nancy Howell Lee estime que la classe sociale est une notion trop large pour rendre compte des différences de situations des femmes confrontées à cette décision. En revanche, les conditions de réalisation de l’avortement sont liées aux ressources mobilisables par ces femmes. Avoir accès à un avortement réalisé dans des conditions professionnelles va dépendre non seulement du fait d’avoir les moyens financiers de le payer, mais aussi du type de relations entretenues avec un médecin qui pourra orienter vers un service hospitalier, en indiquant que la situation de la patiente correspond aux rares cas où elle peut bénéficier légalement de ce service. Cela dépend donc aussi du regard que portera le médecin sur cette femme et sa situation, des circonstances qui l’ont amenée à prendre cette décision. Le fait d’avoir un médecin dans sa famille ou parmi ses connaissances facilite cet accès à un avortement moins risqué.

Les femmes ne sont donc pas égales en la matière. « Les docteurs compétents rendent leurs services discrètement accessibles à leurs patientes de la classe moyenne, et le réseau informel fait circuler cette information entre des personnes de même milieu, pendant que des femmes pauvres ne trouvent que des « non médecins » (non physicians) ou nont accès qu’à des méthodes dauto-avortement» écrit-elle concluant que seule la légalité de l’avortement permet de garantir le fait de pouvoir réaliser celui-ci dans de bonnes conditions, de faire cesser les pratiques d’avorteur·ses incompétents. L’interdiction n’empêche pas l’avortement, elle met juste en danger les femmes qui sont amenées à devoir le mettre en œuvre, et permet le développement de pratiques illégales et de trafic.

Et aujourd’hui ?

C’était il y a 53 ans. Aujourd’hui l’avortement est redevenu illégal au Texas, et la Cour Suprême des Etats-Unis a autorisé les autres Etats à décider d’autoriser ou non cet acte sur leur territoire.  Les oppositions à ce projet montrent à quel point le sujet reste d’actualité, quels que soient les progrès en matière de contraception préventive. Le travail de Nancy Howell Lee éclaire le débat. En 1969, aider une femme à avorter pouvait conduire à des amendes ou une condamnation, mais la circulation d’information ne passait que par des échanges physiques ou par courrier. Aujourd’hui les femmes peuvent être poursuivies juste parce qu’elles ont fait des recherches sur internet sur des possibilités d’avortement. Le développement des outils numériques amplifie encore les inégalités sociales relevées par Nancy Howell Lee.

Après sa thèse, Nancy Howell Lee a été professeure de sociologie, notamment à l’université de Toronto, et a travaillé sur la démographie des bushmens mais n’a plus, à ma connaissance, développé cette méthode.

Mais elle avait posé les bases d’une méthode appelée à connaître un développement sur d’autres sujets essentiels. Quelques années plus tard, un sociologue, Mark Granovetter connaîtra un succès mondial en utilisant une méthode proche sur un autre sujet, l’accès à l’emploi. D’autres ont réouvert cette voie oubliée, à Toulouse : Marie-Pierre Bès et Michel Grossetti pour comprendre les collaborations sciences – industries.

Depuis lors, un petit groupe de chercheuses et chercheurs en sociologie, mais aussi en économie continuent d’explorer les mondes sociaux sous l’angle des dynamiques relationnelles en essayant de comprendre comment se construisent les inégalités sociales, au-delà des effets de la structure sociale ou des simples choix individuels, grâce à l’analyse des chaînes relationnelles, en particulier avec la méthode des narrations quantifiées.


  • Grossetti M. et Bès M-P, « Encastrements et découplages dans les relations science-industrie », Revue française de sociologie 42, no 2 (juin 2001): 327 55.
  • Granovetter M., Getting a job : a study of contacts and careers (Chicago: University of Chicago Press, 1979 – 1995).
  • Chauvac, N. « Les deux extrémités de la chaîne : employeurs et recrutés dans les processus d’embauche ». Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, no 8 (1 février 2013). http://socio-logos.revues.org/2804.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Freepik, Tornkun, Konkap, Rsetiawan, Creatype, GOWI et Flaticons pour Flaticon.

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique un.e chercheur.se

 

 



Citer ce billet
Nathalie Chauvac (2022, 28 novembre). Nancy Howell Lee : une pionnière dans l’analyse des chaînes relationnelles. Mondes Sociaux. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9lx

Nathalie Chauvac

Société SCOOL

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search