La trajectoire sociale du rap

Si aujourd’hui on peut entendre le rap résonner dans des lieux publics sans attirer de regards étonnés, cela n’a pas toujours été le cas. D’où vient-il ? Qui sont ceux qui l’aiment ou qui le détestent ? Et surtout, où est sa place, aujourd’hui, dans la culture musicale contemporaine ?

C’est au collège et au lycée que les jeunes générations développent des passions musicales qu’ils conserveront en vieillissant. Leurs goûts leur servent alors à se distinguer ou à se rapprocher des autres. En se focalisant sur la période de l’adolescence, grâce à des statistiques et entretiens avec de jeunes adeptes, Florence Eloy et Tomas Legon retracent la trajectoire atypique du rap dans le monde de la musique. Depuis sa montée en popularité dans les années 2000, jusqu’aujourd’hui, le rap a fait du chemin sur le parcours de la légitimité culturelle.


  • Eloy F., Legon T., 2020,« Les formes de distinction parmi les jeunes auditeurs de rap et de rnb : dune sociologie de la consommation à une sociologie de la réception». Volume, 17(2), 167-183.

Chloé Dalmau est membre du réseau des masters du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès : chloe.dalmau@etu.univ-tlse2.fr


Admirateurs et détracteurs

Tout au long de l’adolescence, et de manière plus intense encore à la période du collège, le rap a plus de succès auprès des garçons. Il s’oppose en cela au R’n’B qui est bien plus apprécié par les filles. Mais ces goûts ne sont pas toujours exclusifs. Alors que les filles sont plus ouvertes aux préférences masculines, les garçons ont beaucoup plus de difficultés à accepter des musiques considérées comme féminines. L’idée que le style musical peut être associé à un genre particulier est d’autant plus marquée lorsqu’on parle de musiques d’origine populaire. Mais pourquoi ?

A l’arrivée au lycée, les différences de genre deviennent moins flagrantes et les goûts musicaux sont progressivement plus marqués par l’origine sociale des auditeurs. Bien que le rap se démocratise rapidement depuis les années 1990, la majorité de ses adeptes reste issue des classes populaires. Et quand ce genre musical est plébiscité par les classes supérieures, son écoute ne repose pas sur les mêmes motivations. Les classes populaires auront tendance à apprécier la virilité, l’authenticité et la violence qui émane de cette musique, alors les jeunes de classes supérieures seront attirés par l’esthétique des morceaux et la technique des artistes qu’ils sélectionnent.

D’un certain point de vue, ce qui est apprécié par les uns est ce qui déplait aux autres. La virilité, la violence ou la vulgarité du rap seront mobilisées par certains pour justifier leur attrait pour cette musique, et par d’autres pour expliquer le dégoût qu’elle leur inspire. Cet attrait ou au contraire répulsion pour un genre musical comme le rap est, au-delà des simples paroles, créé par l’attitude propre aux rappeurs et à l’image qu’ils renvoient. Sans surprise, ce sont majoritairement les adolescents de milieux favorisés qui déprécient cette musique, trop éloignée de leurs valeurs et de leurs habitudes.

D’où viennent nos préférences musicales ?

Quand il s’agit d’apprécier ou non un genre musical, on remarque que les jeunes auditeurs ont tendance à s’éloigner des habitudes que leur ont transmis leurs parents durant l’enfance. Si les musiques populaires – et le rap en particulier – sont très appréciées à la période du collège, ce sont aussi celles que les parents aiment le moins. Cette période, comme en témoignent les habitudes d’écoute, est une période de forte distinction pour les adolescents. En cherchant, par la musique (mais aussi de nombreuses autres pratiques), à se différencier de leurs parents, ils se rapprochent ainsi des tendances de leur génération.

A travers leur goût pour les musiques les plus populaires, diffusées largement dans les médias traditionnels, les jeunes se focalisent sur ce que les personnes de leur âge écoutent le plus. C’est une période où ceux qui découvrent ce genre musical préfèrent, par exemple, les morceaux de rap les plus diffusés sur la station de radio Skyrock. En associant le rap à leur génération, c’est avant tout à travers ces genres musicaux que les jeunes auditeurs débutent une découverte de la musique plus profonde et une découverte de leurs propres préférences. 

En même temps que s’affirme une nette distinction vis à vis des goûts de leurs parents, la période du collège est l’occasion de découvertes en tous genres pour les adolescents. En explorant de nouveaux genres musicaux qui leur sont encore inconnus, les jeunes auditeurs se spécialisent et leurs goûts se font de plus en plus distincts de ceux des autres. Le fait d’avoir appris à classer les artistes, les styles de rap, tout en portant un jugement esthétique sur ce qu’ils écoutent permet aux jeunes d’affirmer leurs goûts. Cette nouvelle façon d’écouter du rap permet d’explorer tout l’univers de ce genre musical rempli de diversité.

De nombreuses raisons d’écouter du rap

En approfondissant leur connaissance du rap, les jeunes auditeurs deviennent capables de comprendre pourquoi ils préfèrent certains morceaux à d’autres. Ils associent des musiques à des ambiances, à des situations, et s’en servent comme outil pour échanger avec les autres. Souvent, ces raisons sont simplement pratiques. Quelle musique privilégier si je veux danser ? Quelle musique peut me donner de la motivation ? Qu’est-ce que je peux écouter pour faire mes devoirs ou avant de m’endormir ? Dans de nombreux cas, ces musiques remplissent alors des fonctions corporelles ou sociales. Mais dans certains cas, ces choix sont marqués par des raisons d’une toute autre nature.    

En particulier pour le rap et le R’n’B, l’importance de l’image qui les accompagne est primordiale dans le choix d’écoute des jeunes auditeurs. Plus qu’une simple attirance pour une musique, ces goûts servent à affirmer une position particulière dans l’espace social. Nombreux sont ceux qui mobilisent des arguments éthiques pour expliquer leurs goûts musicaux. L’authenticité des paroles, l’attitude et l’apparence physique des artistes dans les clips ou les interviews, la manière de rapper et de se donner en spectacle sont autant de points qui permettent aux jeunes de se positionner en faveur ou en défaveur d’un artiste.

Alors que c’était plus difficile voire impossible quand le rap était méconnu des adolescents, les jeunes des années 2000 ont pu développer de nouvelles manières de comprendre le rap, de l’apprécier, et de l’analyser. Alors qu’il est à notre époque bien présent dans l’espace public, des genres différents se distinguent et permettent aux jeunes de réfléchir et de se positionner par rapport à l’esthétique du rap. Le flow, le rythme, la poésie, les instrumentales de chaque chanson sont analysés par les auditeurs pour défendre la supériorité de tel ou tel artiste. Cette approche esthétique d’une musique qui, dans un premier temps, n’était considérée que comme violence et vulgarité, ouvrira le chemin vers une forme de légitimité culturelle.

Rap omniprésent, un genre légitime ?

Tant par les caractéristiques de ses auditeurs que par l’histoire qui y est associée, le rap est un genre musical qui a connu une trajectoire atypique en comparaison à d’autres musiques populaires telles que le rock ou encore l’électro. Ce genre qui n’était que très peu valorisé dans les années 1990 a su s’imposer dans les habitudes d’écoute depuis les années 2000, et notamment auprès des jeunes du collège. Dès lors que c’est à travers les jeunes générations que se dessinent les nouvelles tendances, le rap est rapidement devenu légitime au-delà des cercles d’auditeurs qui l’ont fait connaître.

Si dans les années 2000 il était encore difficile de considérer le rap comme un style musical légitime, cette tendance s’est inversée progressivement. Reconnaître la valeur, l’innovation, et la créativité que ce genre musical pouvait apporter, a permis de faire un premier pas vers la légitimité culturelle. Pourtant lointain à première vue des valeurs défendues par l’école, le rap est devenu un style de musique à part entière, caractérisé par une ambiance particulière et s’est alors timidement et progressivement infiltré dans les salles de classe.

Petit à petit, les professeurs sont devenus plus nombreux à utiliser des musiques populaires et contemporaines pour donner envie aux élèves d’apprendre. Comparer les couplets des rappeurs aux vers des poètes, analyser le rythme du beat pour apprendre le tempo, ce compromis entre tradition et modernité a su faire ses preuves dans de nombreux établissements. En faisant le choix de proposer des musiques attirantes et familières, les professeurs ont pu explorer les dimensions esthétiques et techniques du rap dans l’apprentissage de la musique. C’est grâce à cette immersion dans les institutions que le rap et de nombreux genres hip-hop se sont imposés dans l’espace public adolescent, et par extension à tous les niveaux de la société.

Le rap a évolué depuis l’époque où il était considéré comme un « genre de voyou ». Les jeunes adeptes de ce genre musical ont, plus que participé, ouvert la voie de ce parcours vers la légitimité. D’origine populaire, il a su progressivement se déployer dans l’espace social sans perdre les codes caractérisant sa singularité. Aujourd’hui plus qu’hier il se fraie un chemin sur la scène publique pour être délesté de ses préjugés et apprécié pour l’innovation technique et artistique qu’il apporte. Mais qu’en sera-t-il demain ?


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet.
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Surang, Freepik, et Amonrat Rungreangfangsai pour Flaticon

 

Retrouvez d’autres articles du Réseau des masters SMS

 



Citer ce billet
Chloé Dalmau (2022, 28 novembre). La trajectoire sociale du rap. Mondes Sociaux. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9lw

Chloé Dalmau

Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès (chloe.dalmau@etu.univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search