Téléphoner ou se déplacer ? Téléphone portable et mobilités au Cameroun

Au Cameroun, lessor du téléphone portable a donné lieu à des discours sur la réduction du besoin de se déplacer. À tel point que lopérateur historique des télécommunications a lancé le slogan « Téléphonez plus, voyagez moins ! » au début des années 2000. Toutefois, la généralisation du téléphone portable na pas réduit la nécessité de se déplacer physiquement.

L’étalement des villes, en éloignant les habitants des cœurs urbains (où se trouvent la majorité des emplois, des services, etc.), a même rendu plus vitale que jamais la capacité à être mobile. Dans ce contexte, nous interrogeons la manière dont les individus mettent en place, à partir des fonctions offertes par le téléphone portable, un ensemble de pratiques destiné à atténuer les risques et incommodités liés à leurs déplacements quotidiens.


Jérémy Pasini est membre du LISST, Université Toulouse Jean-Jaurès : jeremy.pasini@etu.univ-tlse2.fr


L’essor du téléphone portable au Cameroun

Au Cameroun, le téléphone portable a connu un essor rapide. Selon la Banque mondiale, 22 millions d’appareils étaient en fonctionnement dans ce pays en 2020 (contre moins de 3000 en 1995). 84% des Camerounais étaient alors équipés d’un mobile (contre 0,02% en 1995).

Bien qu’elle nécessite des ressources auxquelles toute la population n’a pas équitablement accès (crédit, électricité, etc.), l’utilisation du téléphone portable a investi tous les domaines du quotidien, y compris celui des mobilités. À Yaoundé par exemple, il est fréquent d’observer des piétons ou usagers des transports publics utiliser le téléphone en cours de trajet.

Être mobile : une question de capacités ?

Les mobilités ont longtemps été assimilées à de simples flux de personnes entre des points A et B. Toutefois, il existe une autre conception des mobilités, davantage centrée sur l’individu et les capacités qu’il met en œuvre pour se rendre mobile.

Il existe trois grands types de capacités liées aux mobilités. Il y a d’abord les « capacités opératoires », qui servent à assurer concrètement un déplacement (suivre un itinéraire, évaluer une distance, etc.). Il y a ensuite les « capacités de gestion des affects, des émotions », tels que la peur ou l’ennui. Il y a enfin les « capacités procédurales », qui renvoient au fait de savoir s’adapter à des conditions, milieux ou gens différents. Ces capacités évoluent dans le temps. Les individus peuvent en acquérir de nouvelles, soit par l’intermédiaire de l’école (apprentissage de la lecture, de l’orientation, etc.), soit en capitalisant l’expérience accumulée lors de mobilités antérieures.

Bien sûr, les mobilités ne relèvent pas seulement des capacités des individus. Elles dépendent aussi des objectifs et représentations de ces derniers, ce qui explique qu’ils peuvent renoncer à certaines mobilités. Mais l’approche par les capacités présente l’intérêt d’éclairer la façon dont chaque individu construit ses mobilités en s’appuyant sur des savoirs, savoir-faire et savoir-être qui lui sont propres.

Une enquête par entretiens

Comment le téléphone portable peut-il être mis à profit pour simplifier et sécuriser les mobilités quotidiennes au Cameroun ? Pour répondre à cette question, nous avons réalisé 32 entretiens avec des individus âgés de 18 à 72 ans. Le but était d’amener les participants à raconter leurs dernières mobilités, en détaillant le contexte de réalisation (motifs, modes de transport, etc.), les risques ou imprévus auxquels ils ont dû faire face et la façon dont le téléphone portable a pu les aider.

L’analyse de discours a permis d’identifier les arguments utilisés par chaque participant pour expliquer l’utilisation du téléphone portable en contexte de mobilité. En définitive, trois justifications principales sont avancées : le téléphone portable apparaît nécessaire pour supporter la promiscuité dans les transports en commun, demander une aide à l’orientation et prévenir le risque d’agression nocturne.

Gérer la relation aux autres passagers

La plupart des Camerounais ne possèdent pas d’auto individuelle. Les déplacements en transports en commun (bus, taxis, etc.) sont donc la norme. Mais ces transports exposent leurs usagers à des contraintes.

La promiscuité est la première de ces contraintes. Les transporteurs ont l’habitude de surcharger leurs véhicules pour des raisons de rentabilité économique. Par conséquent, les passagers sont serrés les uns contre les autres. Cette situation engendre inconfort et proximité subie.

La lenteur est une autre contrainte des transports collectifs camerounais. La vétusté des véhicules (souvent de seconde main), les caractéristiques des routes (pas toujours bitumées ou entretenues) et les modalités du service (départ lié au remplissage, fréquence des arrêts) font que les voyages s’éternisent. Cela prolonge d’autant la gêne liée au fait d’être tassé dans un espace restreint au contact d’inconnus.

Les passagers ont développé des pratiques pour rendre leurs conditions de circulation plus supportables. Une partie de ces pratiques s’appuie sur l’utilisation du téléphone portable. C’est ce que montre l’extrait d’entretien suivant : « Quand je me déplace en bus, je réserve le téléphone pour jouer. Ça vide la tête. Ça isole un peu. Ça fait que, quand tu quittes ici pour Douala, le transport passe plus vite ».

Dans l’extrait ci-dessus, on remarque l’expression « Ça isole un peu ». On trouve ici l’une des fonctions assurées par le portable en cours de déplacement : il permet de signifier aux autres passagers son indisponibilité pour une conversation. L’usage des écouteurs, que nous avons observé lors de plusieurs voyages au Cameroun, constitue par exemple un moyen de créer une bulle de tranquillité.

Le téléphone portable autorise le passager à décider si et quand il accepte de dialoguer avec celles et ceux qui l’entourent. Il permet une sorte de sélectivité des contacts sociaux, ce qui est nouveau dans un pays comme le Cameroun. Jusqu’ici, les interactions pouvaient être nombreuses dans les transports publics et il n’était pas possible de s’en détourner aisément (contrairement aux pays occidentaux où la norme est plutôt l’indifférence vis-à-vis des autres passagers et où le téléphone portable n’est qu’un objet parmi d’autres permettant de s’isoler : journaux gratuits, walkman, etc.).

Cette pratique qui consiste à s’isoler en utilisant son téléphone portable relève des « capacités de gestion des affects, des émotions ». Elle est d’autant plus importante qu’elle contribue à prévenir les risques de conflit entre passagers, en réinstaurant une sorte de distance entre eux.

Se faire guider par téléphone

Au Cameroun, les déplacements sont compliqués par la quasi-absence de signalisation routière (panneaux de direction, noms de rue, etc.) et le manque d’informations dans les transports en commun (localisation des arrêts, des lieux de correspondance, etc.). En conséquence, les Camerounais ont pris l’habitude d’interroger les passants lorsqu’ils se sentent perdus.

La diffusion du téléphone portable a introduit une nouvelle façon de demander son chemin : appeler un proche pour être guidé à distance. Cette pratique s’est répandue au Cameroun (et en Afrique en général) parce qu’elle correspond bien aux sociétés où l’oralité tient une place importante. Elle existe moins en Europe ou en Amérique du Nord, où d’autres outils d’aide à l’orientation sont disponibles (cartes, applications mobiles, etc.).

Le témoignage de ce lycéen nous a aidé à saisir les modalités pratiques de ce guidage par téléphone : « Le portable m’aide beaucoup lorsque je pars sans mes parents. Il m’aide à me renseigner. Quelle route je dois suivre ? Sur quelle place je dois aller ? […]. Les parents, comme ils sont habitués à voyager, ils peuvent me dire : « Ok, tu t’arrêtes là. Tu prends l’autre taxi, tu continues sur telle route » […] ».

Cet extrait d’entretien suggère que le voyageur reçoit des instructions en temps réel sur la direction à emprunter. Cette assistance suppose un dialogue entre la personne en mobilité et celle qui la guide à distance. Dans la première partie du dialogue, la personne en mobilité cherche à se faire localiser par le guide. Elle décrit alors l’espace dans lequel elle se trouve, en usant de repères visibles : tel rond-point, telle boutique, telle administration, etc. Dans la deuxième partie du dialogue, le guide conseille un itinéraire à partir de la localisation fournie par la personne en mobilité. Il s’appuie lui aussi sur des éléments de paysage pour formuler ses recommandations.

Ce téléguidage par téléphone suppose de la part de la personne en mobilité une observation fine de l’espace où elle se trouve au temps T. Cette observation est nécessaire non seulement pour dire au guide où elle se trouve, mais aussi pour suivre les indications que ce dernier propose. Cette attention portée à l’espace parcouru permet de mémoriser les lieux et leur organisation. En définitive, les « capacités opératoires » de l’individu sont améliorées, dans la mesure où cette connaissance accrue de l’espace facilite la répétition de futures mobilités sur le même itinéraire.

Assurer sa sécurité lors des mobilités nocturnes

Se déplacer au Cameroun expose à de nombreux risques, notamment la nuit. La probabilité de subir une agression est alors augmentée par le manque d’éclairage public et l’absence de passants. Or, de nombreux secteurs économiques, comme l’hôtellerie-restauration ou la boulangerie industrielle, supposent un travail nocturne. Ces secteurs emploient surtout des femmes, qui sont forcées de se déplacer tard le soir ou tôt le matin.

Pour se prémunir d’une attaque entre le lieu de travail et le domicile, ces femmes ont mis en place des stratégies basées sur l’utilisation du téléphone cellulaire. Une hôtelière nous a ainsi raconté que le portable lui sert à réserver en avance un transport pour éviter de se retrouver seule dans la rue après son travail  : « J’ai les numéros de deux mototaxis. […] Je sais qu’avec ces deux-là, si je sors tard du travail, j’essaie de connaître leur position et je les appelle pour qu’ils me déposent ». Il s’agit là d’une situation spécifique au Cameroun et aux pays d’Afrique subsaharienne. Les mototaxis sont le mode de transport dont les amplitudes de service et le niveau de desserte du territoire sont les plus étendus. Ils sont toutefois réputés dangereux (risque d’accident, d’enlèvement, etc.). Ainsi, être en mesure d’appeler un mototaxi avec qui les précédents trajets se sont bien déroulés confère un plus haut degré de sécurité.

Une autre femme nous a expliqué comment elle utilise son téléphone comme une sorte de cordon de sécurité lors de ses déplacements nocturnes : « Je ne travaille pas loin de la maison. C’est au bout de la rue. Je rentre souvent à pied. En général, j’appelle mon mari pour lui dire que je quitte ici. S’il ne me voit pas arriver dans un certain temps, il va venir me chercher ». Cette pratique peut être constatée dans des contextes non-africains. Elle revient à organiser une sorte de suivi à distance, qui rassure la personne en mobilité.

Ces pratiques illustrent ce que nous avons appelé plus haut les « capacités procédurales ». Les femmes ont conscience des risques particuliers induits par les mobilités nocturnes et tentent de s’y adapter. Pour cela, elles s’appuient sur les possibilités offertes par le téléphone mobile, qui permet de prévoir un accompagnement ou une assistance lors des déplacements tardifs effectués entre les lieux d’emploi et de résidence.

Le téléphone outil de mobilité

Notre recherche montre qu’une partie des Camerounais met à profit le téléphone portable pour parer à certaines difficultés rencontrées dans le cadre des mobilités quotidiennes (manque de signalétique dans les rues et réseaux de transport, promiscuité dans les taxis et bus, risque d’agression nocturne). Certaines pratiques ne sont pas propres au Cameroun. Elles indiquent que les individus s’approprient un registre de possibilités techniques prévu par les fabricants de téléphones et qui est indépendant du contexte culturel d’utilisation. D’autres pratiques relèvent au contraire de la créativité des populations locales (il en va ainsi du « téléguidage » oral par téléphone). En adoptant ces pratiques, les Camerounais renforcent leur savoir-faire en matière de mobilité, ce qui facilite leur accès aux ressources situées en ville.


  • Kaufmann V., 2005, « Mobilités et réversibilités : vers des sociétés plus fluides ? », Cahiers internationaux de sociologie, n°118, vol. 1.
  • Le Breton É., 2014, La mobilité entre apprentissage personnel et apprentissage embarqué, Villeurbanne : Séminaire « Apprendre la mobilité ».
  • Nzhie Engono J., Leka Essomba A., 2018, Vivre en ville aujourd’hui : Métropolisation et changements sociaux au Cameroun, Saint-Denis : Connaissances et savoirs

Illustration dAdèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Freepik, Tornkun, Konkap, Rsetiawan, Creatype, GOWI et Flaticons pour Flaticon.

 

Retrouvez dautres articles dans la rubrique Numérique

 

 



Citer ce billet
Jérémy Pasini (2022, 12 décembre). Téléphoner ou se déplacer ? Téléphone portable et mobilités au Cameroun. Mondes Sociaux. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9lz

Jérémy Pasini

Jérémi Pasini, LISST Dynamiques Rurales (jeremy.pasini@etu.univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/01/2023

    […] Téléphoner ou se déplacer ? Téléphone portable et mobilités au Cameroun, par Jérémy Pasini, sur le Carnet Mondes Sociaux ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search