L’armée dans la ville

Si la reconversion de sites et de bâtiments militaires est aujourd’hui courante, rares sont les études sur les mécanismes et les procédures présidant aux changements de fonctions et de partages des espaces entre armée et population civile dans la ville aux époques moderne et contemporaine. Or, l’exploration croisée des interrelations constantes entre acteurs militaires et civils, grâce à la prise en compte des archives militaires, s’y révèle fructueuse et conduit à renouveler l’histoire urbaine.  

Villes de garnison, villes-frontières, villes-arsenaux, ports de guerre, places fortes, villes soumises à double gouvernance…, il existe de nombreux centres urbains qui portent toujours aujourd’hui des traces de changements de fonction et d’usage civils et militaires, d’hybridations architecturales. Les toponymes mêmes, tel « La lieue », « La poudrière », « rue militaire » ou « rue sous les murs » sont révélateurs de l’appropriation des espaces par l’Armée. Ce sont autant de signes à interpréter pour saisir comment la présence de l’armée en ville a profondément modelé le tissu urbain dans sa triple dimension spatiale, sociale et temporelle. 



A fleur de sol : composer, recomposer 

La séparation entre sphères militaire et civile n’est pas hermétique dans la ville. Tous les acteurs urbains utilisent les ressources et les opportunités qui leur sont offertes dans une société qui expérimente en tout temps une économie de partages, chacun profitant d’espaces fonciers momentanément disponibles, de la restructuration de bâtiments ou de disponibilité temporaire des ouvrages militaires en temps de paix. La notion d’« espaces flexibles » [Flexible Spaces], utilisée en architecture contemporaine pour caractériser des réhabilitations partielles ou temporaires d’édifices, est dans ce cas pertinente dès l’époque moderne et au fur et à mesure de la densification urbaine. On peut également mentionner celle d’« espaces intermittents », qui définit des usages différenciés selon les saisons, les jours de la semaine ou même les heures. C’est le cas des exercices de tirs aux portes de la ville, comme on peut le voir sur la photographie de 1892 montrant le stand de tir de Saint-Omer. 

Ainsi, au xixe siècle, les places d’armes servent de marchés certains jours alors que les abords des portes, solidement défendus en journée, accueillent des vendeurs ambulants le soir. Á l’extérieur des remparts, les zones de servitudes sont, depuis leur création, le lieu d’interactions permanentes entre armée et population. Elles sont souvent occupées la nuit par une population interlope ou par des voyageurs arrivés après la fermeture des portes, qui sont contraints de loger dans les cabarets avoisinants. Certains espaces indispensables aux cultures vivrières sont également affermés quelques jours, semaines ou mois, selon une pratique de découpage du temps et de l’espace éprouvée depuis des siècles. 

Les villes militaires représentent ainsi un laboratoire urbain inégalé. L’étude des sources textuelles et iconographiques permet de comparer et de hiérarchiser différents types d’espaces propices au convoisinage et à la coexistence de populations dans et en lisière de la ville. Elles permettent également d’affiner les termes de la recherche, en considérant deux temps de vie : temps de paix et temps de guerre. En situant les « lieux de coïncidence » récurrents dans l’ensemble des villes fortes (rues des remparts, abords des portes, esplanades, places d’armes, « circuit de ville »), elles ouvrent de nouvelles pistes de recherche notamment sur la notion de réciprocité. 

L’architecture militaire, obsolescente et migratoire par nature, fournit, à ce titre, un lieu d’observation précieux. Les fermages, les locations, les achats, les ventes et les expropriations favorisent une mobilité foncière et des réaffectations successives. Lors des démantèlements et des déclassements de sites et d’ouvrages, qui se multiplient dans la deuxième moitié du xixe siècle et jusqu’en 1914, les fortifications détruites sont remplacées par des promenades, par des immeubles de rapport, par des quartiers résidentiels. 

L’étude de l’ensemble de ces interventions livre un portrait tout à la fois tendu et nuancé du droit à l’usage du sol, qui s’exprime à travers textes officiels, cartes, dessins, gravures et correspondances entre municipalités, administrateurs, pouvoir et populations locales. Elle conduit à explorer la structuration sociale et économique des espaces partagés tout autant que ses leviers de négociation et instances de discussion (travaux des commissions dont celle des travaux mixtes, rapports, apostilles, journaux, revues…). 

Hybrider, métisser

Dans cet espace de cohabitation dense et convoité que représente la « ville remparée », les nombreuses interactions entre Armée et population civile participent pleinement à réformer et remodeler en permanence la fabrique urbaine. Les frontières typologiques se brouillent, les espaces se redéfinissent et les exemples d’hybridation et de métissage se multiplient : habitation privée-logement des soldats, magasins à vivres-granges places de marché-places d’armes, sans oublier les esplanades-promenades, les Champs-de-Mars-places publiques, les portes de ville-cabarets, les fossés-viviers, les glacis-vergers, les bastions-potagers, la rue des remparts-promenade, les glacis-parc public. 

Tous ces espaces partagés, transformés, adaptés et appropriés tant par les acteurs civils que militaires, avec une présence plus ou moins marquée selon la conjoncture, illustrent des dynamiques de négociations souvent patientes et mesurées, parfois âpres aussi, qui accordent aux différents partis le droit de prendre place dans la ville. 

Au-delà des murs, franchir les servitudes

Dans les villes sous gouvernance militaire, les abords, marges ou lisières constituent des espaces vacants (zone de non construction dans un rayon de près d’un kilomètre autour de l’enceinte) officiellement contrôlés par l’Armée mais où se renégocient, en réalité, des droits d’occupation et de partage. S’ils sont généralement situés dans des espaces en marge des villes où la tension foncière est moindre, ils restent cependant fondamentaux pour assurer les cultures vivrières indispensables aux habitants ainsi qu’à certains artisans qui ont besoin d’eau et d’espaces tels les tanneurs et les lavandières. 

L’application des mesures défensives des places à l’époque moderne n’y est pas toujours suivie d’effets. Les démolitions de bâtiments illégalement construits (chapelles, cabarets, auberges, serres, cabanes de jardiniers…) n’y sont pas systématiquement appliquées. Des enjeux de pouvoir s’en mêlent notamment lorsqu’il y est question d’enjeux économiques pour la ville (développement d’activités industrielles). Sur ces espaces périphériques ouverts sont également parfois installés des champs de tir et des magasins à poudre, infrastructures indispensables à l’entraînement des soldats casernés dans la ville.

Dans le cas des places fortes actives, le besoin d’espace conduit la ville à négocier sa sortie des murs. Au xixe siècle, des autorisations conditionnées instaurent ainsi de nouvelles interdépendances dans le cadre de terrains d’entraînement militaire (polygones d’extension exceptionnel) à l’intérieur desquels sont appliquées des normes de construction (matériaux, hauteur). Ainsi, les gares de chemin de fer sont-elles construites en pans de bois et en briques afin de pouvoir être immédiatement détruites en cas d’attaque. 

Á partir de 1850, le déplacement des infrastructures et des équipements militaires en lisière des villes où les hectares disponibles conviennent à l’installation des vastes casernes de nouvelle génération, est loin de signer la fin d’une cohabitation : elle en reconfigure simplement les termes, menant à des extensions urbaines tout en instaurant de nouvelles interdépendances. Ainsi, par les dérogations et les autorisations qu’elle consent (location de terrains par exemple), l’armée conditionne-t-elle de futures orientations urbaines dont le développement intervient au moment du déclassement de la place.

Le potentiel de la réappropriation historique et patrimoniale des sites et édifices 

Dans la seconde moitié du xxe siècle, la déprise progressive de l’armée accélérée à partir de 1996 par sa professionnalisation, conduit à amplifier et à accélérer les ventes immobilières par le ministère de la Défense, entrainant une multiplication des cas d’opérations d’aménagement publiques ou privées. Les administrateurs de la ville contemporaine poursuivent pleinement cette relation dialectique par le biais de recompositions urbaines, de reconversions, réhabilitations et réaffectations du patrimoine construit ou planifié par les militaires. Casernes, corderies, hôpitaux, magasins, poudrières, portes, glacis, forts et citadelles, sont ainsi pleinement considérés lors des programmes de régénération urbaine : campus universitaire (Amiens, Nîmes, Nancy, Bayonne…), logements (Arras, Versailles, Limoges…), espaces verts (Montpellier, Paris, Perpignan, Strasbourg…). L’exemple de La Rochelle est particulièrement intéressant en raison du nombre d’opérations d’aménagement et de programmation menées depuis les années 2010.

Ainsi en adoptant une approche située en suivant au plus près les lignes dessinées par les infrastructures militaires, il est possible de recentrer l’étude sur les différents espaces à l’origine périphériques qui deviennent, au fil des mutations urbaines, des lieux propices aux réappropriations et aux hybridations en amont des transformations de la ville industrielle. Si l’espace militaire se conforme rapidement à des usages civils, la mémoire de ses ouvrages l’habite toujours, déterminant parfois même la forme des nouveaux aménagements sur lesquels ils s’adossent. Les ouvrages et les « traces » dans la ville forte, qui subsistent encore aujourd’hui invitent à une lecture à fleur de sol de l’histoire des villes moderne et contemporaine. 


  • Meynen N., 2013, « L’armée dans la ville : un acteur oublié de la composition urbaine. Le cas de Bordeaux au xixe siècle », in Chappey Jean-Luc et Denis Vincent (dir.), Ordonner et régénérer la ville : entre modernités et révolutions, Paris : CTHS, p. 140-155.
  • d’Orgeix E., 2019, Au pied du mur. Bâtir le vide autour des villes (xvie-xviiie siècle), Bruxelles : Mardaga. 
  • Rainhorn J. et Terrier D. (dir.), 2010, Étranges voisins, Altérité et relations de proximité dans la ville depuis le xviiie siècle, Rennes : Presses universitaires de Rennes.
  • Rideau G. et Serna P. (dir.), 2011, Ordonner et partager la ville (xviie-xixe siècle), Rennes : PUR, coll. « Histoire ».
  • Sardain M.-F., 2014, « Les servitudes militaires autour des fortifications au xixe siècle », Revue historique des armées, 274/1, p. 3-14.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND.
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits : Auguste Lormier (photographe), « Stand de tir [installé entre la tour du Jambon et une demi-lune de l’enceinte de Saint-Omer] », 1892. ©Bibliothèque numérique de Saint-Omer, 41 F 7/18. 

L’ancienne ville de Grenoble, cappitalle épiscopalle [sic] et siège du parlement de Dauphiné, Paris, L. Boissevin (éditeur), 1644. ©BnF, Département des Cartes et plans, GE C-2990.

Crédits images en CC : iconizer, photo3idea_studio, konkapp, Vitaly Gorbachev, Freepik et Smashicons pour Flaticon.

 

Retrouvez d’autres articles dans la catégorie Territoires

 



Citer ce billet
Emilie d’Orgeix et Nicolas Meynen (2023, 9 janvier). L’armée dans la ville. Mondes Sociaux. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9m4

Emilie d’Orgeix et Nicolas Meynen

Prénom Nom, université ou institution de rattachement, Laboratoire (adresse mail) Emilie d’Orgeix, Ecole Pratique des Hautes Etudes - PSL université, Laboratoire Histara (emilie.dorgeix@ephe.sorbonne.fr), Nicolas Meynen, Université Toulouse Jean Jaurès, Laboratoire FRAMESPA (nicolas.meynen@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search