La ville durable, la norme et ses limites

Capture d’écran 2015-02-02 à 17.17.13L’intérêt suscité par la ville tient autant aux problèmes qu’elle pose qu’aux conditions dans lesquelles elle est perçue et analysée. Il tient aussi aux problématiques sociétales qui sous-tendent l’importance de son rôle dans les développements futurs d’une société de plus en plus urbanisée : en effet, dans les vingt prochaines années, la population urbaine représentera près de 80% de la population mondiale.

Le développement durable constitue par ailleurs un enjeu de société majeur et les conditions dans lesquelles ses principes vont devoir être reconnus et mis en vigueur interpellent la société dans ses différentes composantes.

 

  • Méquignon M., Mignot J.-P., 2014, « Habitat, bâti et développement durable : les ambivalences de la norme », 9ème Congrès RIODD (Réseau Internationnal de recherche sur l’Organisation et le Développement Durable), Environnement et travail : quelles relations ?, Université Bordeaux IV, 1-3 octobre 2014, Actes à paraître.

La ville comme artefact et mode de production de l’espace

Mignard1

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

1110-ELROTOLa problématique de la ville durable renvoie à un seul et même aspect, aux deux faces d’un seul et même Janus dont il convient de comprendre les logiques internes de développement ainsi que les problématiques sociétales auxquelles elles ne manqueront pas d’être confrontées. La ville telle que nous l’envisageons, le développement durable tel qu’il peut se comprendre dans le cadre d’une définition institutionnelle, constituent autant d’outils qui conduisent à mieux saisir et à mieux coordonner un espace spécifique : habiter, bâtir, produire et occuper un espace collectif de plus en plus restreint sous contraintes du développement durable. Si l’on conçoit sur le strict plan technique ce que peut être la ville durable et s’il est possible de répondre en grande partie aux enjeux qui surgissent, il n’en reste pas moins que la réponse, en termes d’artefact apparaît largement insuffisante. La ville (durable) peut se comprendre sur le mode technique et dans cette perspective, le rôle du bâti, c’est-à-dire les conditions techniques de construction des bâtiments ainsi que la façon dont on envisage l’ilot, le quartier (…) joue un rôle central ; cependant, comme mode de production d’un espace dans lequel vivent les hommes, comme mode de composition de l’espace urbain, la ville est un lieu où se déploie l’habitat, c’est-à-dire la façon dont l’homme habite la ville, la façon dont il se l’approprie.

Le terme « habiter » est pris au sens de Heidegger, c’est-à-dire comme réponse à la question : « qu’est-ce qu’habiter veut dire ? ». Si le bâti est directement lié à la question de la technique, l’habiter renvoie « au fait et à la façon d’habiter » et non aux caractéristiques physiques du logement lui-même : « l’habiter serait ainsi, dans tous les cas, la fin qui préside à toute construction. Habiter et bâtir sont l’un et l’autre dans la relation de la fin et du moyen ». Heidegger M., 1958, « Bâtir, habiter, penser » in Essais et conférences, 170-193, Paris : Gallimard

Ceci implique que la question de la durabilité appliquée à la ville s’invite dans le débat non sans poser quelques problèmes à la fois sur la question du bâti et surtout sur celle du sens de l’habiter : qu’est-ce qu’apporte l’habiter durable et quelle est sa signification dans l’élaboration de la ville durable ?

La ville durable : quelles contraintes ?

En tant que système normatif dont l’objet est de protéger l’environnement, assurer un développement économique harmonieux et mettre en œuvre des principes de justice sociale, le développement durable est-il en mesure de répondre aux dysfonctionnements actuels concernant à la fois le bâti et l’habiter ? La question peut être posée autrement :  à hauteur de quels investissements en infrastructure, des villes telles que Bombay en Inde ou Sao Paulo au Brésil (plus de 20 millions d’habitants)  peuvent elles être considérées comme durables, c’est-à-dire répondre aux normes qu’impose le développement durable ?

1-Tianjin-620px

Tianjin

Un exemple suffit à montrer les difficultés auxquelles se heurte la construction de la ville durable : la « ville fantôme » de Dongtan en Chine. A proximité de Shangaï, sur une île située à l’embouchure du Yangtsé, une ville écologique, 100% propre, a été envisagée. Le projet monumental, confié aux concepteurs anglais de BedZed, a été considéré par les autorités chinoises comme particulièrement important, ne serait ce que sur le plan symbolique dans la mesure où les trente plus grandes villes chinoises sont les plus polluées au monde. Les caractéristiques sont les suivantes : une ville énergétiquement autonome, une isolation des bâtiments par des toits végétaux, des transports en commun internes à la ville fonctionnant à l’énergie solaire (ou à l’éthanol), un recyclage de tous les déchets et des eaux usées, le recours à des matériaux de construction locaux, des plantations biologiques, des espaces verts. Bref, une mise en œuvre sur le plan technique des principes de l’urbanisme écologique.

Dongtan

Dongtan

Cependant, force est de constater que sous la pression de critiques plutôt virulentes, le projet s’est très vite avéré impossible et n’a donc pas été mené à son terme pour plusieurs raisons. Nous n’en déclinerons que quelques unes :

  • le choix de l’emplacement : il s’agissait en fait d’une réserve ornithologique de première importance, située dans un marais extrêmement fragile puisqu’elle abritait des espèces d’oiseaux en voie de disparition.
  • une création ex nihilo sans la présence d’industriels et d’employeurs susceptibles de fixer une population de 500 000 habitants. De sorte que les habitants devaient quitter tous les matins leur résidence pour se rendre à Shanghaï toute proche en traversant un pont à hauban à 8 voies, spécialement construit à cet effet. Cela implique un bilan carbone particulièrement négatif et finalement pas très éloigné des villes existantes.

dev_durable_gd

  • le niveau très élevé du coût du projet et son amortissement imposaient aux responsables des niveaux de prix d’achat et/ou de location prohibitifs rendant la ville accessible aux seules personnes aisés. Or, il faut rappeler que l’un des principes du développement durable est que celui-ci s’applique à tous et à chacun, indépendamment des niveaux de revenus.
  • une empreinte écologique par habitants supérieure à 2,2 hectares par habitant, c’est-à-dire supérieure à la limite soutenable fixée à 1,9 hectare par habitant.

A l’évidence, l’échec de Dongtan, annoncé avant l’heure, renvoie à des questions plus essentielles concernant l’existence d’un système normatif décliné à partir des contraintes du développement durable. Si elles satisfont à certains égards à ces critères, les réponses techniques se révèlent insuffisantes sur le plan sociétal et peuvent conduire à l’échec. Entrée1

Les limites de la norme

Une approche par la norme impose donc que l’on s’interroge sur la façon dont les personnes concernées s’approprient (ou pas) le système que par ailleurs elles ont, à des degrés divers, contribué  à choisir. Définie comme référentiel technique auquel s’adosse la construction matérielle de la ville, (bâtiment, îlot, quartier durable ou aménagement urbain en général), la norme préside à la détermination des conditions concrètes de cette construction. Si cette conception de la norme est incontournable, elle ne peut, en aucune façon, constituer le seul référent dans la mesure où la ville est non seulement un ensemble bâti, mais aussi la production d’un espace sociétal que se partagent les hommes. Elle est le lieu de l’habitat, ce qui pose alors, d’une part, les questions de l’habiter, d’autre part des différents sens dont elle est le vecteur. De sorte que la norme renvoie aussi à une approche autre que technique qui prend en compte les règles qui président au (bon) fonctionnement de la société. Bref à une vision éthique de celle-ci. Cela implique de donner un fondement aux normes qui favorisent le bâti dans les conditions et les contraintes du développement durable, notamment en abordant le problème de l’habiter ainsi que celui de la conscience que se donne la société tant sur le plan réel que symbolique.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La mise en perspective des différents sens que nous pouvons donner au concept de « norme » ne résulte pas d’une volonté subjective non étayée. En effet, qu’il s’agisse de Kant qui fait du « canon » (c’est-à-dire des règles et normes sociales et morales) la condition de la connaissance, de Canguilhem avec « le normal et le pathologique » ou de Foucault qui confère à la norme une place centrale dans les changements intervenant dans la société au 18ème siècle, on constate que le statut de la norme ne peut se limiter à une simple appréciation technique. Et cela ne peut pas être étranger à une nouvelle configuration de l’habitat et du bâti. La réponse au défi du développement durable ne peut donc s’abstraire des concepts sociétaux. En d’autres termes, la réponse au défi du développement durable ne doit certainement pas se limiter essentiellement à l’approche par la technique, fut-elle (prétendument) maîtrisée.

  • Bouchardy I., Méquignon M., Mignot J.-P., 2012, « La ville durable entre symbolique et paradoxes », 19th IBIMA Conference, On Innovation Vision 2020, Sustainable Growth, Entrepreneurship, and Economic Development, Barcelona, 10-12 November 2012.

Cul de lampe


Marc Méquignon et Jean-Pierre Mignot

LERASS (marc-andre.mequignon@iut-tlse3.fr et jean-pierre.mignot@iut-tlse3.fr)

More Posts

Marc Méquignon et Jean-Pierre Mignot

LERASS (marc-andre.mequignon@iut-tlse3.fr et jean-pierre.mignot@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Olivier dit :

    Plus que de vouloir concevoir une ville « durable », il faut se baser sur les villes déjà existantes et ramener la nature en elle : http://www.lelision.com/Des-vraies-infrastructures.html

  1. 05/02/2015

    […] Marc Méquignon et Jean Pierre Mignot, « La ville durable, la norme et ses limites » […]

  2. 02/08/2016

    […] La ville durable, la norme et ses limites. […]

  3. 06/12/2016

    […] L’intérêt suscité par la ville tient autant aux problèmes qu’elle pose qu’aux conditions dans lesquelles elle est perçue et analysée. Il tient aussi aux problématiques sociétales qui sous-tendent l’importance de son rôle dans les développements futurs d’une société  […]

  4. 08/12/2016

    […] La ville durable, la norme et ses limites. In : Mondes sociaux. MEQUIGNON Marc, MIGNOT Jean-Pierre. L’intérêt suscité par la ville tient autant aux problèmes qu’elle pose qu’aux conditions dans lesquelles elle est perçue et analysée. Il tient aussi aux problématiques sociétales qui sous-tendent l’importance de son rôle dans les développements futurs d’une société de plus en plus urbanisée : en effet, dans les vingt prochaines années, la population urbaine représentera près de 80% de la population mondiale. Le développement durable constitue par ailleurs un enjeu de société majeur et les conditions dans lesquelles ses principes vont devoir être reconnus et mis en vigueur interpellent la société dans ses différentes composantes. Méquignon M., Mignot J. -P., 2014, « Habitat, bâti et développement durable : les ambivalences de la norme », 9ème Congrès RIODD (Réseau Internationnal de recherche sur l’Organisation et le Développement Durable), Environnement et travail : quelles relations ? […]

  5. 04/09/2017

    […] de vie et égalité. La ville durable, la norme et ses limites – Mondes Sociaux. L’intérêt suscité par la ville tient autant aux problèmes qu’elle pose qu’aux conditions […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *