Le camping : un lieu d’expulsions pas comme les autres

Vous faites peut-être partie de ces personnes qui ont passé un séjour en camping ? En effet, ce dernier offre la possibilité à des millions de personnes de s’échapper de leur quotidien et de profiter d’un séjour en plein air. Mais aujourd’hui, en France, il constitue également pour des milliers de personnes une résidence, un toit. Est-ce que vivre en camping procure les mêmes droits, y compris celui de se mobiliser ?

Que cela relève d’un choix ou d’une contrainte, décider de vivre dans un camping résidentiel illustre les situations de mal-logement et d’inégalités d’accès au parc immobilier. La précarité liée au logement s’accentue pour les personnes résidant en camping qui ne sont pas protégées par le droit commun locatif et donc plus exposés à l’expulsion que les locataires du marché locatif classique. Qu’advient-il de ces résident.es en cas de fermeture du camping ? Comment font ces personnes face à ce processus de délogement brutal et ne reposant que sur la décision du propriétaire ? Dans quelle mesure leur vulnérabilité vis-à-vis du logement est instrumentée par le propriétaire du camping ?


  • Lion G., 2021,  « La précarité résidentielle comme entrave aux mobilisations collectives », Espaces et sociétés, n°2, vol. 183, 2021, pp. 17-33. 

    Aurélie Mandin-Charrier est membre du réseau des masters du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès : aurelie.mandin@etu.univ-tlse2.fr


Résidences au statut juridique inégalitaire

Une enquête sociologique a été menée entre 2012 et 2016 dans un camping bas de gamme de la région parisienne, ouvert depuis les années 1960 et racheté dans les années 2000 par la municipalité. Ce camping propose des emplacements résidentiels, louables à l’année. Ils sont à distinguer des emplacements touristiques, destinés aux touristes pour une ou plusieurs nuitées.

La location de ces emplacements n’est pas soumise aux mêmes droits et obligations que la location d’appartement ou de maison individuelle. Dans ce dernier cas, le bail qui lie locataire et propriétaire encadre l’acte de location concernant le montant du loyer, les modalités de paiement et de préavis, la durée, les travaux, etc. Il explicite aussi les obligations et protège les différentes parties en cas de litiges. Par exemple, les propriétaires doivent assurer un logement décent, sans risques physiques ou sanitaires et une jouissance paisible du logement. De plus, les expulsions sont interdites pendant la trêve hivernale. De leur côté, les locataires s’engagent à payer les loyers et les charges, à entretenir et ne pas sous-louer leur logement. Ainsi, dans le cas d’impayés, les propriétaires ont la possibilité de mandater un huissier et porter plainte. Par la suite, un commandement de payer voire un ordre d’expulsion est transmis aux locataires. Dès lors, ces derniers peuvent se tourner vers diverses institutions, dont par exemple la préfecture, pour se renseigner sur des dispositifs d’aide et des solutions d’hébergement.

Dans un camping, les locations ne sont pas encadrées par le droit locatif commun, mais par les réglementations intérieures qui gèrent les prix, les frais de réservation, les nuisances, l’interdiction de fumer, la période d’ouverture, l’accès aux équipements, etc. Les décisions concernant le camping sont prises de manière unilatérale, à savoir qu’elles n’émanent que des propriétaires. Ainsi, les visites extérieures peuvent être limitées par le port d’un bracelet, les prix peuvent varier à chaque renouvellement de contrat ou d’une augmentation des charges, l’expulsion se faire sans préavis, l’accès à l’eau, à l’électricité et au wifi être coupé, etc. Les hébergements et emplacements sont encadrés notamment par le code du tourisme et celui de l’urbanisme. Ce dernier stipule par exemple que les mobil-homes sont destinés à une occupation saisonnière à usage touristique. Ainsi, ces différentes législations ne garantissent pas de cadre et de statut juridique aux résidentes et résidents qui y vivent à l’année. Comme le soulignent les sociologues qui ont mené l’étude, ce type de logement peut les précariser. Ils sont, en effet, vulnérables aux abus qui peuvent prendre la forme d’augmentations tarifaires ou de restrictions matérielles. Ils sont également confrontés à une certaine insécurité par l’incertitude quant à leur expulsion.

Des résident.es précaires 

Cette vulnérabilité, liée au logement, s’ajoute aux inégalités économiques et sociales. Elle s’exprime à travers les parcours de vie, parfois laborieux voire complexes des résident.es. Sur les 200 emplacements que compte le camping étudié, une trentaine est louée à des résidentes et résidents « permanents ». Certaines de ces personnes ont vécu des épreuves de déclassement économique et social causées par la perte d’emploi, de revenu, le divorce, le deuil, ou autres événements de la vie. La majorité vit avec des revenus inférieurs au seuil de pauvreté, soit avec moins de 1.041 euro par mois. Une centaine d’autres emplacements est occupée par des résident.es « loisirs », qui viennent le week-end ou hors saison (entre avril et septembre) et qui, pour la plupart, sont également issus de classes populaires et ont des revenus modestes.

Face aux abus et conflits, le statut social peut être déterminant dans les revendications et dans l’émergence d’un mouvement de contestation. Le fatalisme et la résignation sont des états d’esprit dont on constate davantage la présence chez les classes populaires. Cette prévalence s’explique en partie par le fait que ces personnes ont intériorisé l’idée de ne pas posséder les compétences nécessaires à la participation politique. De plus, elles sont confrontées à des inégalités d’accès à des ressources multiples nécessaires pour s’engager dans une contestation, telles que les informations relatives à leurs droits, leurs possibilités de recours, d’alternatives, etc. 

Mobilisations face à l’expulsion

Les chercheurs ont suivi la procédure d’expulsion à laquelle ont été soumis ces résident.es du camping qui cumulent statuts résidentiels et sociaux précaires : chômeurs ou chômeuses, veuves et veufs, allocataires de prestations sociales, retraité.es, travailleurs et travailleuses, etc. L’article décrit pourtant des résident.es mobilisé.es, persévérant.es et solidaires. Comment s’est constituée cette mobilisation collective ? 

Le processus a commencé quand les conditions de vie des résident.es du camping se sont petit à petit détériorées. Cette dégradation s’explique en partie par l’ancienneté du parc, mais également par l’arrêt de l’entretien des espaces verts par le propriétaire (la municipalité) et le non-renouvellement du contrat du gardien. 

Les résident.es s’acquittant tous les ans d’une certaine somme pour l’entretien du site, décident de s’adresser au maire, par courrier dans un premier temps, puis par le biais d’une pétition. 

L’auteur de l’article met en évidence que le camping est un contexte particulier pour des contestations sociales. D’un côté, la proximité, les espaces communs ainsi que les relations préalables entre les résident.es, ont permis l’émergence d’actions collectives et de solidarités. En effet, la quasi-majorité des résident.es s’est mobilisée et a signé la pétition qui exige l’entretien du camping. Cet espace facilite également la circulation d’informations, ressource essentielle à toute contestation. D’autre part, il permet aussi aux rumeurs de proliférer. Ces dernières naissent généralement d’un manque d’informations et dans des contextes chargés émotionnellement. Elles se propagent encore plus rapidement quand elles nuisent à un groupe. 

Suite au courrier et à la pétition laissés sans réponse, les doutes s’installent et les craintes se propagent quant aux intentions de la municipalité, concernant la potentielle fermeture du site, et donc l’expulsion des résident.es. Face à l’indifférence du propriétaire, les résident.es se regroupent en une assemblée générale. Au cours de celle-ci, seront identifiées différentes revendications concernant le système d’éclairage, l’installation de poubelles et d’extincteurs, l’accès au téléphone et au wifi, etc. Les résident.es tenteront également de gagner en visibilité, en allant au-delà du camping pour placarder des affiches et en organisant une manifestation avec le soutien d’un élu de l’opposition. Ne souhaitant pas voir une manifestation se produire et constatant la montée des revendications, le propriétaire va utiliser les précarités de résident.es pour mettre fin à la contestation. Comment ?

Rapports de force

Les résident.es prennent des risques. En effet, avec un statut résidentiel précaire, la participation à ces actions collectives peut être coûteuse tant sur le plan matériel avec, par exemple, des coupures d’eau et d’électricité intempestives, que sur un plan symbolique du fait d’un sentiment d’humiliation et d’infériorité. Au fur et à mesure des mois et des événements, certain.es estimeront les coûts supérieurs aux bénéfices et se retireront. Le mouvement de contestation est donc relativement instable. Cette instabilité sera renforcée par les logiques offensives développées par le propriétaire. En effet, en se servant de la vulnérabilité des résident.es liée à leur statut, la municipalité va adopter diverses stratégies pour les dissuader et couper court à toute contestation. Ces stratégies lui permettent également de réaffirmer son avantage dans le rapport de force.

Dans un premier temps, la municipalité s’assure d’étouffer et de rendre invisibles la lutte et les revendications des résident.es du camping : en n’autorisant pas la manifestation et en retirant les affiches. Puis, elle sème la discorde entre ces dernier.es par le biais de menaces de destruction ou d’expulsion. Elle utilise alors divers moyens de pression tels que la mise en garde, le mensonge relatif à des impayés, la convocation écrite. Le risque de se voir expulser s’accroît et l’incertitude – et la peur – gagne les résident.es, amenant certain.es d’entre eux à la désolidarisation, à la résignation, voire à la trahison. Le mouvement est ensuite discrédité notamment avec des mensonges concernant un résident qui est faussement accusé de voler de l’eau. Les personnes qui mènent le mouvement sont isolées et stigmatisées, voire incriminées. Des pratiques d’intimidation sont mises en œuvre telles que la démagnétisation des badges d’entrée, des coupures d’eau courante, d’électricité, jusqu’à résignation des résident.es.

Dépossession, résignation et déni 

Le sort des résident.es de ce camping se retrouve entre les mains de la municipalité. Cette dernière les a dépossédé.es de tous les moyens d’action pour alerter et revendiquer et elle les a fortement divisé.es. Il y a d’un côté les « permanent.es » et de l’autre les « loisirs », d’une part les « mobilisé.es » et de l’autre, les « démobilisé.es ». La publication de deux arrêtés municipaux va accélérer l’issue du conflit. Le premier exige le déplacement de certaines habitations sur la base d’un rapport d’expertise qui, bien qu’il mentionne le risque accru de chutes d’arbres, ne préconise pourtant que l’entretien du site. L’autre informe de la fermeture du camping de novembre à avril, ce qui empêche de facto de vivre en permanence au camping.

Après ces publications, les résident.es continueront de constater la détérioration de leur lieu de vie. Ils et elles seront sous l’influence de multiples pressions matérielles telles que les coupures d’eau et d’électricité, la vétusté des infrastructures et de leurs conséquences symboliques comme la rancœur, le ressentiment, le sentiment d’infériorité et l’incertitude… Elles et ils attendront une année avant que la fermeture du camping ne soit officialisée par le maire lors d’une réunion de quartier. Face à cette annonce, les résident.es refusent la réalité qui se dessine sous leurs yeux. Ce déni sera alimenté par l’élaboration de récits et la sous-évaluation de la menace. Certain.es se pensent protégé.es par la trêve hivernale, d’autres estiment que la municipalité ne mettra pas en jeu son image et sa réputation par exemple. 

Faire face à l’imprévisibilité

L’issue de ce conflit à armes inégales se concrétise plus de deux mois après l’officialisation de la fermeture saisonnière du camping. Les résident.es tentent d’obtenir des explications lors de conseils municipaux. Mais elles et ils seront redirigé.es vers la sortie lors de la première tentative. Lors de la seconde, elles et ils encaissent silencieusement des explications vagues, avancées sans justification par la municipalité qui prétend avoir relogé la majorité des résident.es « permanent.es ».

Quinze minutes suffiront au Conseil municipal pour voter la fermeture du camping et l’expulsion des résident.es, notamment des « permanent.es ». Des destins et des mois de luttes sont ainsi scellés en quelques minutes, sans consultations des principaux concernés. C’est le coup de massue. Gilles (dont le prénom a été changé), 51 ans, résident permanent, en pension d’invalidité, abasourdi, s’assure auprès du sociologue présent qu’il vient bien d’assister à son expulsion, il n’arrive pas à y croire…

L’expulsion, un processus social

Dans cette enquête, le sociologue met le doigt sur un phénomène peu étudié et actuellement mal recensé : l’expulsion des résident.es d’un camping. Il développe également des réflexions sur l’accès au logement et amorce des débats concernant les politiques de délogement. L’expulsion, processus plus ou moins long, peut être brutale et lourde de conséquences pour certaines personnes. Le statut social semble influencer sur le processus, ainsi que le statut résidentiel. Les résident.es dans les cités, les bidonvilles, les squats en France, dans les ghettos aux États-Unis, les slums en Inde ne possèdent pas forcément les ressources matérielles et financières pour quitter les lieux ou informationnelles pour se protéger. Ainsi, le processus d’expulsion peut participer à la réactivation des logiques de domination et de stigmatisation chez des populations souvent par ailleurs déjà fragilisées économiquement et socialement.


  • Aguilera T., Bouillon F., Lamotte M., 2018, « Politiques de l’expulsion : acteurs, enjeux, effets », L’Année sociologique, Vol. 68.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Freepik, noomtah, eucalyp et khoirul huda  pour Flaticon.

 

Retrouvez d’autres articles du Réseau des masters SMS

 


Aurélie Mandin-Charrier

Aurélie Mandin-Charrier, Réseau des masters du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès (aurelie.mandin@etu.univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search