Femmes et TRÈS grandes : une vie « hors norme »

Dans les enquêtes par questionnaires, les femmes et les hommes disent souvent rêver de posséder quelques centimètres de plus. La grande taille apparaît d’emblée comme un attribut enviable. Mais qu’en est-il vraiment du côté des femmes TRÈS grandes ? L’enquête qualitative menée auprès de femmes TRÈS grandes raconte en effet une tout autre histoire.

Une recherche sociologique a permis d’identifier et d’expliquer, dans sa complexité, une réalité sociale particulière : la TRÈS grande taille vécue par les femmes mesurant plus d’1 m. 77 et constituant 2 à 3% de la population féminine. Elle s’est appuyée sur l’observation quotidienne de deux groupes Facebook réservés, pour l’un, aux femmes très grandes, pour l’autre, aux hommes et aux femmes de très grande taille et la conduite d’entretiens qualitatifs auprès de 51 femmes TRÈS grandes. 

A travers l’enquête, le corps est apparu comme un élément majeur de construction de leur trajectoire. Les femmes TRÈS grandes, par ce seul attribut physique, voient leur vie façonnée de manière spécifique : comme des êtres « hors normes », comme des êtres « imposants », « gênants », « disgracieux », comme des femmes qui n’en seraient pas vraiment. 


  • Buscatto M., 2022,La très grande taille au féminin. Les ambivalences d’une stature « hors norme », Paris, CNRS Editions.

Marie Buscatto est professeure de sociologie à l’ Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chercheuse à l’IDHE.S (Paris 1 – CNRS) : Marie.Buscatto@univ-paris1.fr


Des stigmatisations associées à la TRÈS grande taille

Ont ainsi été rendus visibles les processus sociaux de production et de transgression des stigmatisations associées à la très grande taille au fil des trajectoires – de l’enfance à la fin de la vie professionnelle. La stigmatisation tient au discrédit porté sur ces femmes TRÈS grandes en relation avec leur stature dévalorisée. Comme l’exprime Erving Goffman dès les années 1960, « le mot de stigmate servira donc à désigner un attribut qui jette un discrédit profond, mais il faut bien voir qu’en réalité, c’est en termes de relations et non d’attributs qu’il convient de parler. » 

Et cette expérience de la très grande taille affecte aussi bien leurs vécus intimes que leurs vies amoureuses, familiales, amicales ou professionnelles. La très grande taille a un effet spécifique sur les trajectoires de ces femmes, au-delà de tous les autres déterminants sociaux : origine sociale, lieu de vie, génération, éducation, métier exercé, couleur de peau, vie de couple ou maternité. 

Apprendre à vivre avec sa TRÈS grande taille dès l’adolescence 

Dès le plus jeune âge, ces jeunes filles devenues femmes TRÈS grandes, sont incitées à développer des pratiques et des gestes « masculins » en raison des possibilités que leur offre leur très grande taille pour s’imposer, se faire respecter, devenir cheffe, jouer avec les garçons à armes égales. 

Mais ces jeunes filles ne sont pas sans ressources pour construire une vie satisfaisante, et ce dès l’adolescence, en lien avec leurs goûts et leurs désirs souvent déclinés au féminin. Les ressorts sociaux sont multiples et méritent d’être énoncés de manière spécifique.

Les jeunes filles adolescentes peuvent développer les apprentissages et les sociabilités rendues difficiles du fait de leur très grande taille grâce à une implication intense dans des activités collectives extra-scolaires, que ces dernières valorisent leur très grande taille – basket-ball, volley-ball ou natation – ou qu’elles ne la valorisent en rien – musique, équitation, jeux vidéo, danse ou scoutisme. 

Par ailleurs, des parents fiers de la très grande taille participent à assumer la taille pour ses avantages supposés et à gérer les stigmatisations comme autant de pratiques à ignorer la tête haute.

Pour celles qui sont minces et aux traits réguliers, le mannequinat, même amateur et passager, peut aider à dépasser les stigmatisations en leur fournissant des apprentissages et des attributs positifs « féminins » qui sont associés aux mannequins dans le regard des garçons et des filles qui les entourent. 

La TRÈS grande taille : une femme pas tout à fait comme les autres

En se voyant attribuer des qualités « masculines » – force, autorité, puissance ou affirmation de soi – les femmes TRÈS grandes peinent à se vivre comme de « vraies » femmes. La grande taille est en effet un élément physique associé à la force, au pouvoir et à l’autorité, autant de qualités « masculines » valorisées socialement et favorisant la réussite sociale et professionnelle des hommes grands.  L’attribution a priori de qualités « masculines » ne leur offre cependant pas des perspectives professionnelles meilleures qu’aux femmes de taille « normale ». Leurs trajectoires socioprofessionnelles sont « féminines » : emplois très fréquents dans des métiers « féminins » (par exemple enseignantes, thérapeutes ou assistantes) ; très rares mobilités sociales ascendantes par rapport au père ; carrières « freinées » ou empêchées par les maternités…

Tout se passe comme si ces femmes TRÈS grandes peuvent certes mobiliser des qualités « masculines » pour être mobiles géographiquement et professionnellement, mais ne transforment guère ces attributs en ressources vers la promotion professionnelle ou les métiers mixtes ou masculins qui les rapprocheraient des hommes car elles se perçoivent, et sont perçues, comme des « femmes avant tout ».

Développer ses « féminités » à l’âge adulte 

Pour les femmes que nous avons interrogées, l’apprentissage des « féminités » suppose dans un premier temps un travail sur la séduction hétérosexuelle et l’expérience de premiers couples, passagers ou stables. Même si l’apprentissage de la « féminité » est chez elles tardif et complexe, il n’en est pas moins accompli par la plupart des femmes très grandes rencontrées passé 30-35 ans. 

La maternité et l’exercice de métiers « féminins » choisis par une très grande majorité de ces femmes affirmera et complexifiera leur sentiment d’être de « vraies » femmes en développant d’autres « féminités » valorisées par elles et par autrui – fragilité, écoute, maternage, soins aux autres…

Si la norme du « couple bien assorti » rend la rencontre peu aisée faute d’hommes « à la hauteur », ces femmes développeront différentes stratégies pour vivre des relations de couple : accepter un couple où l’homme est plus petit et le vit bien ; faire feu de tout bois pour trouver un homme plus grand ; vivre un couple lesbien où la taille ne compte plus. Les femmes très grandes seront moins souvent en couple et auront moins d’enfants que les femmes de taille « normale » ou petite, mais elles peuvent développer des relations passagères ou stables et fonder une famille au fil du temps si elles développent des stratégies adaptées à leurs réalités. Les sites de rencontre amoureuse s’avèrent un allié particulièrement favorable dans cet effort.

Un autre ressort majeur dans la capacité de ces femmes à assumer leur très grande taille est de partager leur expérience commune avec d’autres femmes très grandes et d’apprendre à ignorer les remarques et les regards désobligeants subis tout au long de la vie. Les réseaux sociaux numériques, en organisant les échanges entre femmes très grandes vivant aux quatre coins de la France, nourrissent ce phénomène et participent également à faire naître une prise de conscience collective des effets spécifiques de la très grande taille sur les vécus et les réalités expérimentés par les femmes très grandes.

L’impuissance des psychothérapies face à la TRÈS grande taille des femmes 

Les remarques désobligeantes quotidiennes comme les regards insistants récurrents incitent les femmes TRÈS grandes à se vivre comme des êtres « imposants », « disgracieux », « gênants », voire des « bêtes de foire », et à rendre difficile la construction de relations sociales apaisées avec les hommes et les femmes qui les entourent. 

Les psychothérapies, pourtant très souvent suivies par les femmes TRÈS grandes pour des raisons a priori indépendantes de leur stature élevée, se révèlent impuissantes à les accompagner dans le dépassement des stigmatisations subies. Le rejet social de la très grande taille au féminin est un phénomène social invisible qui n’a guère de consistance personnelle et collective. Les femmes très grandes comme les thérapeutes peinent à identifier le poids spécifique de la très grande taille sur leur vie psychique et, plus encore, à imaginer pouvoir l’accompagner sur le chemin du dépassement de ces effets. 

La « psychologisation » sociale – soit l’usage indigène de catégories psychologiques en dehors de savoirs psychologiques constitués – tend alors à tenir lieu d’explication au vécu des unes et des autres : quand les femmes « réservées », « timides », « fragiles », « peu confiantes en elles » tendraient à mal le vivre, les femmes « fortes », « grande gueule » ou « affirmées » pourraient en dépasser les effets.

Un ordre éminemment genré dans les corps et les esprits

Cette enquête fait apparaitre de manière plus large le caractère arbitraire des différences biologiques comme fondement des différences de genre, soit la séparation nette entre femmes et hommes associée à des qualités « féminines » et « masculines » supposément « naturelles » portées par ces femmes et ces hommes. Et ce caractère arbitraire apparaît de différentes manières à travers l’enquête. 

Les petites filles très grandes se voient plus facilement attribuer des positions et des pratiques « masculines » que les autres petites filles « normales » du seul fait de leur stature élevée. 

La TRÈS grande taille des adolescentes et des femmes tend à les faire basculer du côté des jeunes garçons et du « masculin » dans le regard de leur environnement et dans le leur.

Ou encore, alors même que ces femmes très grandes sont sans cesse renvoyées du côté du « masculin », elles s’efforcent dans leur très grande majorité à devenir de « vraies » femmes », à se sentir « féminines » en répondant aux définitions traditionnelles des féminités – séduction hétérosexuelle, douceur, fragilité, soins aux autres, écoute, comportement maternant. 

Cette enquête confirme ainsi la force d’un ordre genré inégalitaire porté de manière inconsciente par les femmes ET par les hommes de nos sociétés contemporaines. Cet  ordre genré, d’une part, différencie les femmes et les hommes de manière essentialiste – des êtres qui seraient naturellement différents. D’autre part, cet ordre genré se met en place de manière inégalitaire en promouvant sans cesse la prédominance des pratiques et des valeurs masculines sur les pratiques et les valeurs féminines. L’observation de la vie traversée par les femmes de TRÈS grande taille révèle ainsi la force de la domination masculine dans nos sociétés, au-delà des discours égalitaires portés par toutes et par tous au quotidien.


  • Goffman E.Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Editions de Minuit, (2001, 1963).


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND.

Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : kerismaker, eucalyp et Freepik pour Flaticon.

 

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Genre

 


Marie Buscatto

Marie Buscatto est professeure de sociologie à l’ Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chercheuse à l’IDHE.S (Paris 1 – CNRS) : marie.buscatto@univ-paris1.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search