Une assurance sociale contre la vie brève est-elle possible ?

LEtat-providence assure les citoyens contre les risques de santé (grâce à lassurance maladie), de perte demploi (via lassurance chômage) et de vieillesse (via les retraites). Mais il nassure pas les citoyens contre le plus dramatique de tous les risques : le risque dune vie brève. Mais comment dédommager avant son décès quelquun dont on ne sait pas sil va décéder ? Cet article propose une solution radicale : octroyer, à tous les jeunes adultes sans distinction, une période de retraite de quelques années avant de rentrer dans la vie active, afin que toutes les personnes – y compris celles qui auront le malheur de décéder à de jeunes âges – puissent s’épanouir dans leur vie.

 


  • Ponthière, G., 2022, Retraites et justice sociale. La logique de la retraite inversée. Paris, L’autreface

Grégory Ponthière est professeur à la Chaire Hoover d’éthique économique et sociale de l’UCLouvain (Belgique) : gregory.ponthiere@uclouvain.be


Mors certa, hora incerta. Comme Vladimir Jankélévitch l’a souligné dans La mort (1977), chaque être humain fait face à une incertitude majeure, qui concerne la durée de sa vie. Personne ne sait combien de temps il va vivre. Certaines personnes auront la chance de vivre longtemps, voire très longtemps, comme les centenaires, dont le nombre augmente régulièrement. Malheureusement, d’autres personnes n’auront pas cette chance, et décèderont beaucoup plus tôt, avant même d’avoir atteint la vieillesse. En France, 10 % des hommes et 4 % des femmes décèdent avant d’avoir atteint 60 ans.

Dans sa forme actuelle, l’Etat-Providence n’offre pas d’assurance sociale contre la vie brève. Il existe certes des mécanismes de pensions dits «  de réversion », qui permettent d’éviter que le conjoint survivant ne tombe dans la pauvreté suite au décès du conjoint. Mais les pensions de réversion ont des niveaux trop faibles pour offrir une véritable compensation pour le décès. Surtout, elles bénéficient au conjoint du défunt – et pas au défunt lui-même. A ce titre, les pensions de réversion n’offrent qu’une forme (faible) de compensation indirecte. Les personnes isolées qui décèdent tôt ne profitent ainsi nullement de ce dispositif assurantiel. Il manque une assurance sociale contre la vie brève qui compenserait directement toutes les victimes d’une mort précoce, sans passer par l’intermédiaire des (hypothétiques) conjoints.

Des injustices doublement invisibles

Au vu de l’ampleur du dommage causé par une vie brève – des dizaines d’années de vie perdues –, comment expliquer que l’Etat-providence ne cherche pas à atténuer ces injustices, à travers une assurance sociale contre le risque d’une vie brève ? La réponse à cette question réside dans une double invisibilité : d’une part, l’invisibilité des victimes d’une vie brève; d’autre part, l’invisibilité du dommage subi par ces personnes.

La première invisibilité trouve son origine dans la nature même du dommage dont il est ici question : les personnes qui décèdent prématurément deviennent invisibles, et ne peuvent pas dénoncer l’injustice qu’elles subissent. De plus, comme le souligne Sen (1998), les personnes décédées disparaissent des statistiques sociales, qui ne comptabilisent que les « vivants ». Trompées par cette invisibilité, nos sociétés oublient les intérêts des personnes décédées prématurément, et donnent la priorité aux intérêts des « vivants », car ceux-ci sont visibles.

Une seconde invisibilité porte sur le dommage subi par les personnes en cas de vie brève. Une mort précoce interrompt une vie, et avec elle ce sont toutes les aspirations et tous les projets de la personne qui disparaissent également. Le dommage causé par un décès prématuré est donc invisible : il dépend de tout ce que la personne aurait pu vivre si elle avait pu bénéficier d’une vie plus longue. Toutes ces choses sont non observables.

Ensemble, ces deux invisibilités expliquent – mais ne justifient pas – que les injustices causées par les inégalités de longévité ne fassent pas les gros titres des journaux, et ce malgré l’ampleur des dommages subis par les victimes d’une vie brève.


  • Sen, A., 1998. « Mortality as an indicator of economic success and failure ». Economic Journal, 108, 1-25.

Le risque d’une vie brève est-il assurable ?

Deux difficultés liées à la nature du risque d’une vie brève semblent – à première vue – rendre ce risque « non-assurable ».

Un premier obstacle porte sur l’impossibilité de compenser les victimes d’une vie brève pour le dommage qu’elles subissent après la survenue du dommage. Dans le cas d’assurances traditionnelles (p. e. assurance maladie ou assurance chômage), il est possible d’intervenir après la survenue du dommage, en octroyant une allocation permettant de compenser (en partie) les pertes subies. Mais dans le cas d’un décès précoce, il n’est pas possible d’octroyer quoi que ce soit à la victime, car celle-ci est décédée.

Un second obstacle réside dans l’impossibilité d’identifier, tant qu’elles sont encore en vie, les personnes qui connaîtront dans le futur un décès prématuré. Personne ne peut anticiper son âge au décès. Pire encore, il est impossible – même pour les pouvoirs publics – de deviner combien de temps chaque personne va vivre. Les espérances de vie ne sont que des moyennes sur des populations ou sous-populations, mais elles ne peuvent pas éclairer sur les durées de vie individuelles, les seules pertinentes pour la construction d’une assurance vie-brève.

Ces deux obstacles semblent conduire à une impasse. Cependant, comme le montrent Fleurbaey et al (2014), il est possible d’apporter une compensation – partielle – aux personnes qui décéderont tôt, malgré l’impossibilité d’identifier celles-ci tant qu’elles sont encore en vie.


  • Fleurbaey, M., Leroux, M.L., Ponthiere, G. 2014. « Compensating the dead », Journal of Mathematical Economics, 51, 28-41.

La stratégie d’Hérode

Pour comprendre la logique que pourrait suivre une assurance vie-brève, il est utile de revenir à l’Evangile selon Saint Matthieu. Dans l’épisode du Massacre des Innocents, le roi Hérode, cherchant à éliminer le Messie, fait face à une impossibilité d’identifier celui-ci. Hérode ne connaît qu’une seule information sur le Christ : il est un enfant de moins de deux ans. Hérode décide alors, pour arriver à ses fins, de faire éliminer l’ensemble des enfants de moins de deux ans, cet ensemble devant inclure sa cible. Cette stratégie de discrimination statistique – étendre le traitement à un groupe de personnes incluant la personne (non identifiée) à traiter – aurait permis à Hérode d’arriver à ses fins, si un ange n’était pas apparu à Joseph, lui conseillant de se rendre en Egypte avec son enfant.

Une assurance sociale contre la vie brève peut fonctionner sur le même modèle de discrimination statistique basée sur l’âge : certes, les personnes à traiter (celles qui auront une vie brève) ne sont pas identifiables, mais il est possible d’améliorer leur sort en bonifiant la situation de tous les jeunes, car cet ensemble plus large inclut les personnes qui auront une vie brève. La discrimination statistique basée sur l’âge – favorisant les jeunes – améliorerait la situation des personnes qui meurent tôt, malgré l’impossibilité d’identifier celles-ci quand elles sont vivantes, et malgré l’impossibilité de les compenser une fois identifiées.

Une inversion (partielle) des systèmes de retraites

La construction d’une assurance sociale contre la vie brève exige ainsi de transférer les « bonnes choses de la vie » aux jeunes âges (lorsque toutes les personnes sont encore vivantes pour en bénéficier), et de réallouer les « moins bonnes choses de la vie » aux âges élevés (Ponthière 2020, 2022). Il existe autant de conceptions de la « vie bonne » que de personnes, d’où la difficulté de définir de manière exhaustive les « bonnes choses de la vie ». Mais on peut raisonnablement identifier deux ressources générales qui, de par les diverses opportunités qu’elles permettent, contribuent à rendre une vie meilleure : d’une part, le temps libre, et, d’autre part, les moyens financiers (l’argent). Ces deux ressources générales permettent à toute personne de poursuivre ses aspirations et ses projets de vie, quels que soient ceux-ci.

Dans cette perspective, l’application de la stratégie d’Hérode en vue de la compensation des personnes qui décèdent prématurément exige un rééquilibrage des systèmes de retraites, de manière à concentrer davantage de temps libre et de moyens financiers aux jeunes âges. En effet, les systèmes de retraite existants réservent les joies du temps libre aux personnes qui survivent jusqu’à des âges élevés. L’organisation actuelle du travail tout au long de la vie concentre ainsi le temps libre en fin de vie, le contraire de ce qu’exigerait une assurance vie-brève. De plus, les systèmes de retraites par répartition organisent des transferts monétaires des jeunes (les travailleurs) vers les seniors (les retraités), et, ce faisant, pénalisent les personnes qui décèdent prématurément (Bommier et al 2005).

Si le temps libre est une « bonne chose » de la vie, un corollaire s’impose : la construction d’une assurance vie-brève passe par l’octroi d’une période de retraite (financée) à tous les jeunes au début de la vie adulte, de manière à faire profiter ces jeunes d’un vaste temps libre. Il s’agirait d’opérer une « inversion » (partielle) des systèmes de retraites, en organisant des transferts non plus uniquement des jeunes vers les seniors, mais, aussi, des seniors vers les jeunes (p. e. les 18-23 ans ou les 20-25 ans). L’octroi d’une « pension » à tous les jeunes aurait le mérite de généraliser à tous les jeunes l’accès aux études supérieures et l’investissement dans la vie associative ou familiale, quels que soient les revenus des parents. Mais surtout, en améliorant la situation de tous les jeunes adultes, cette retraite initiale bonifierait aussi le sort des personnes qui, malchanceuses, décèderont prématurément.

Notons que l’inversion (partielle) des systèmes de retraites n’aurait pas pu être menée durant la plus grande partie de l’Histoire. Avant la transition démographique, la pyramide des âges était telle que l’organisation de transferts des seniors vers les plus jeunes aurait conduit à des pensions misérables pour les jeunes. Mais la baisse de la fécondité et de la mortalité a équilibré la pyramide des âges, permettant une inversion partielle des systèmes de retraites. Cette réforme pourrait être financée par exemple en décalant l’âge de sortie définitive du travail de quelques années, de manière à maintenir un équilibre entre le nombre de cotisants et le nombre de bénéficiaires du système de retraites.

En somme, la construction d’une assurance vie-brève offrirait à tous les jeunes adultes une retraite leur permettant de vivre librement tant qu’ils sont encore tous en vie. Cette inversion (partielle) des systèmes de retraites paraît utopique, mais c’est le prix à payer afin de réconcilier l’incertitude universelle sur la durée de la vie et l’exigence de justice sociale.


  • Bommier, A., Magnac, T., Rapoport, B., Roger, M., 2005, « Droits à la retraite et mortalité différentielle », Economie et Prévisions, 168, 1-16.
  • Ponthière, G., 2020, « A theory of reverse retirement », Journal of Public Economic Theory, 22, 1618-1659
  • Ponthière, G., 2022, Retraites et justice sociale. La logique de la retraite inversée. Paris, L’autreface  

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND.

Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : kerismaker, eucalyp et Freepik pour Flaticon.

 

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Économie

 



Citer ce billet
Grégory Ponthière (2023, 6 mars). Une assurance sociale contre la vie brève est-elle possible ? Mondes Sociaux. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9mg

Grégory Ponthière

Grégory Ponthière est professeur à la Chaire Hoover d’éthique économique et sociale de l’UCLouvain (Belgique) : gregory.ponthiere@uclouvain.be

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search