Peut-on parler de valeurs européennes communes ?

La notion des « valeurs » de l’Europe occupe une place importante dans les discussions entre les états membres de l’Union Européenne, notamment dans les contextes des crises récentes comme la pandémie de Covid 19 ou la guerre en Ukraine. Mais peut-on réellement parler de valeurs communes à l’échelle d’un continent lorsque ces pays ont des histoires et des développements différents ? Un article récent du sociologue Olivier Galland permet de faire le point.

Une partie des pays d’Europe se sont regroupés au sein de l’Union Européenne (UE), marquée par un projet économique et politique commun. Ses états membres conservent cependant une certaine indépendance. En plus des différences qui peuvent exister entre les pays de l’UE et ceux qui n’en font pas partie, l’unité au sein de l’Union est parfois remise en cause, notamment lorsque certains pays – principalement à l’Est – s’appuient sur des valeurs conservatrices.


  • Galland O., 2021, Les valeurs des Européens convergent-elles ?, Revue européenne des sciences sociales, vol. 59-2, no. 2, 2021, pp. 19-38.                                                                    

Colin Poubel est membre du réseau des masters du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès : colin.poubel@etu.univ-tlse2.fr


Les valeurs, une notion complexe

La principale difficulté lorsque l’on parle de valeurs est de définir ce que l’on considère exactement. Il peut s’agir de positions sur des questions morales, religieuses, mais aussi civiques, politiques, etc. L’article présenté ici s’appuie sur les résultats de l’enquête European Values Studies (EVS), qui interroge tous les neuf ans, depuis 1981, les citoyens et citoyennes européens. Les différentes questions sont regroupées dans des thématiques, qui concernent la religion, le travail, la famille ou encore la politique.

Cette enquête est très riche, car elle permet de mesurer ces indicateurs sur une longue période et pour de nombreux pays européens. Les questions demandent aux personnes de se positionner sur une échelle, qui permet ensuite d’identifier des scores moyens pour chaque pays et de les comparer pour chaque année.

Il existe cependant une difficulté avec ce genre d’enquête : les pays interrogés ont tendance à évoluer entre les différentes périodes, ainsi que les problématiques abordées. Par exemple, la première vague en 1981 ne comportait pas de pays de l’Est. Pour pallier ce problème, seules les vagues postérieures à 1981 ont été considérées. Les pays retenus pour cette étude sont au nombre de 16 : l’Allemagne, l’Autriche, la Bulgarie, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, l’Islande, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède et la Tchéquie.

Vers une libération des mœurs

Depuis les années 70, on observe une évolution des pratiques culturelles des individus, qui vient remettre en question des tabous hérités des religions. Ce phénomène, aussi appelé « libéralisme culturel », est souvent opposé à une pratique religieuse plus traditionnelle et rigide.

À partir des résultats de l’EVS, il est possible de positionner les valeurs des européens et européennes sur plusieurs dimensions. L’opposition « religiosité contre libéralisme culturel » en est une première, et elle permet de comprendre l’évolution du rapport à la religion des citoyen·nes d’un pays dans le temps. La deuxième dimension s’appuie sur des notions de confiance et d’intégration : elle mesure à quel point les citoyen·nes ont confiance les un.es envers les autres, ainsi que leur degré d’engagement politique et associatif.

Si on étudie l’évolution des valeurs des pays par rapport à ces dimensions entre 1990 et 2017, on remarque que tous les pays se positionnent différemment. Par exemple, les français seraient moins pratiquants que les allemands, mais ces derniers auraient un niveau de confiance et d’intégration plus élevé. Les pays de l’Est, comme la Pologne, la Bulgarie et la Slovaquie auraient des valeurs plus tournées vers la religion que les pays de l’Ouest de l’Europe. Il ne semble donc pas y avoir de « valeurs européennes » partagées sur ces dimensions ; les valeurs des citoyen·nes de chaque pays constituent le reflet de leurs histoires respectives.

Cependant, si on considère l’évolution des valeurs des pays dans le temps, on observe qu’ils suivent à peu près tous la même tendance : la religion prend une place moins importante, et la confiance et l’intégration augmentent pour tous les pays analysés, bien que ce phénomène soit moins marqué pour les pays de l’Est. Seule exception à ce constat, la Bulgarie prend une direction opposée sur le plan de la religion, s’orientant vers des valeurs plus traditionalistes. Cela s’explique par une émigration massive, principalement des jeunes, depuis les années 80. L’absence ou en tout cas la moindre importance numérique d’une population jeune en Bulgarie rend ainsi difficile la remise en question des valeurs traditionnelles, qui se sont renforcées.

Si les valeurs des européen·nes diffèrent selon les pays, elles évoluent globalement dans la même direction : la religion prendrait une place moins importante, au profit de la confiance globale envers les autres et de la participation à la vie publique par le biais des associations ou d’un engagement politique.

Quel rapport à l’autorité en Europe ?

Le processus de libéralisme culturel est souvent considéré, notamment dans les médias, comme fondamentalement anti-autoritaire. En effet, les principaux mouvements qui ont marqué le début des années 70, comme Mai 68 en France ou les émeutes de Stonewall aux États-Unis étaient très marqués par un rejet des institutions de l’époque.

L’adhésion à l’autorité semble relativement incompatible avec les valeurs de libéralisme culturel au début de la période considérée : être favorable à un accroissement des libertés individuelles implique souvent d’être opposé à l’autorité, et inversement. En revanche, cette opposition est de moins en moins marquée au cours du temps pour les pays de l’Ouest. Le phénomène est inverse pour les pays d’Europe de l’Est, à l’exception de la Slovaquie où le rejet de l’autorité semble plus important en 2017 qu’en 1990.

Cette évolution des pays de l’Ouest peut paraître en contradiction avec les mouvements contestataires mentionnés précédemment. Il est cependant possible de l’expliquer en considérant que les citoyen·nes font une différence entre la liberté en privé et en public ; l’expression des différentes libertés acquises ne doit en effet pas perturber la vie publique et donc être plus encadrée. De plus, beaucoup de revendications des mouvements des années 70 – en matière de droits des femmes notamment – ont été obtenues et font en quelque sorte partie des « acquis ». Dès lors, les institutions régaliennes ne sont plus considérées comme des adversaires mais semblent au contraire mettre en place des règles pour maintenir ces acquis.

Un fort attachement à la démocratie

Le journal The Economist a proposé en février 2021 le democracy index, qui mesure à quel point un pays respecte un certain nombre de principes démocratiques, comme des élections libres, les libertés civiques, ou encore la liberté de la presse. Les scores des pays européens sont très disparates : la Russie a une note de 3,31 sur 10, la Norvège 9,81 et la Hongrie 6,56.

Cet index ne permet cependant pas de connaître l’attachement à la démocratie des citoyen·nes des pays considérés. Un pays peu démocratique l’est-il en raison d’un rejet de ce système par ses citoyen.nes ? Pour répondre à cette question, on peut comparer trois indicateurs sur les valeurs des européen·es : l’adhésion à la démocratie, la perception qu’ils ont de l’état de leur démocratie et l’illibéralisme. Ces indicateurs s’appuient sur des réponses qui ont été intégrées récemment à l’EVS, ce qui a permis de considérer davantage de pays.

L’adhésion aux principes démocratiques est globalement forte : les scores varient entre 7 et 9,5 sur une échelle de 10. Ils ont par ailleurs tendance à être légèrement plus élevés que le democracy index du pays. Le score le plus bas est celui des russes, qui restent attachés aux principes démocratiques alors même que ceux-ci sont peu appliqués dans la réalité. Globalement, les européen·es adhèrent à l’idée de démocratie, indépendamment de son application concrète dans leur pays.

Les citoyen·nes sont également assez lucides sur le niveau démocratique de leur pays, même si leur perception est légèrement en deçà de ce qu’indique le democracy index. Les citoyens russes font exception et considèrent leur pays comme beaucoup plus démocratique qu’il ne l’est vraiment, avec une perception deux fois supérieure au score réel.

Le dernier indicateur est celui de l’illibéralisme. Les démocraties libérales ont pour principe de laisser une certaine marge de manœuvre aux citoyen·nes pour vivre leur vie comme il leur plaît, sans leur imposer de conception arrêtée de ce qui est une « bonne » vie. L’illibéralisme désigne la tendance à vouloir imposer un mode de vie particulier, qui en Europe se manifeste souvent par une adhésion à la culture chrétienne et à un certain traditionalisme. Cette position a été défendue par certains dirigeants de pays d’Europe de l’Est, notamment en Hongrie et en Pologne.

Cet indicateur a été construit à partir de deux questions qui demandaient aux personnes d’identifier des caractéristiques « essentielles à la démocratie ». Parmi ces caractéristiques, le fait de contester que « les droits civiques protègent les personnes de l’oppression de l’Etat » et « les femmes ont les mêmes droits que les hommes » marquent une tendance forte à l’illibéralisme.

Il apparaît cependant que les citoyen·nes européens adhèrent peu à ces idées, même lorsque leurs dirigeant.es les défendent. Le score moyen observé est de 1,69 sur 10, et ne dépasse pas 3. Des écarts entre les pays sont toujours présents, mais les tendances observées ne correspondent pas forcément aux pays auxquels on pourrait s’attendre : la Hongrie et la Pologne ont des scores relativement faibles (respectivement 1,82 et 1,3), tandis que la France a parmi les scores les plus élevés à 2,63.

Des clivages autour des valeurs européen·es

Il est difficile de conclure qu’il existerait des « valeurs européennes » communes à tous les pays. Sur la question de la religion et du libéralisme culturel, les différences entre les pays de l’Est et de l’Ouest de l’Europe sont particulièrement marquées. Cependant, les valeurs des citoyen·nes européens suivent des évolutions similaires, et tendent vers une libéralisation des mœurs pour la plupart des pays. Les européen·es semblent donc être attirés par les mêmes idéaux démocratiques et de libertés individuelles et opèrent des changements au sein de leurs pays pour essayer de les atteindre.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND.

Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Freepik, Flaticon

   

 

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Territoires



Citer ce billet
Colin Poubel (2023, 20 mars). Peut-on parler de valeurs européennes communes ? Mondes Sociaux. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9mk

Colin Poubel

Colin Poubel est membre du réseau des masters du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès : colin.poubel@etu.univ-tlse2.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search