Les projets de reconversion à l’épreuve de la crise sanitaire

En affectant le monde du travail et la formation continue de façon inédite et imprévue, la crise sanitaire a également interféré avec les projets de reconversion professionnelle des salariés. Comment ont-ils composé avec ce contexte ? Qu’en est-il des catégories les moins qualifiées, notamment les ouvriers et les employés ? Entre renoncer et poursuivre coûte que coûte, l’étude analyse les façons de penser et conduire son projet de changement professionnel en temps de crise.

 


  • D’Agostino A., Galli C., Melnik-Olive E., « Entre renoncer et se lancer : les projets de reconversion à l’épreuve de la crise », Céreq Bref, vol. 427, no. 11, 2022, pp. 1-4. 

    Alexandra D’Agostino est membre du Cereq : alexandra.dagostino@cereq.fr

    Catherine Galli est member du Cereq : catherine.galli@cereq.fr

     Ekaterina Melnik-Olive est membre du Cereq : mekaterina.melnik@cereq.fr

Cette recherche a bénéficié de la participation financière de la Dares.


En 2020-2021, 17 % des salariés avaient pour projet de changer de métier, 23 % de changer d’entreprise (les deux allant le plus souvent de pair), 40 % des salariés projetaient de se former. Près des deux-tiers de ces salariés ont indiqué que la crise a affecté d’une manière ou d’une autre l’évolution de leurs projets professionnels. Globalement, les effets négatifs de la crise sur les projets professionnels sont pointés plus souvent que les effets favorables. Tel est en bref le constat tiré de l’enquête IMPACT du Céreq conduite auprès de plus de 2600 salariés au printemps 2021. Mais au-delà de ces tendances générales, comment le contexte de crise a pu favoriser la mise en œuvre de certains projets de reconversion, ou au contraire entraver leur réalisation ? 

L’étude basée sur le volet qualitatif de l’enquête IMPACT et réalisée avec le soutien financier de la Dares, apporte des éléments à cette question, en mettant la focale sur les catégories moins qualifiées. 

Une vingtaine d’entretiens semi-directifs a été réalisé auprès des personnes ayant évoqué un projet professionnel en 2019 et ayant a priori un faible niveau de qualification, soit au regard de l’emploi occupé, soit de leur niveau de diplôme. La plupart des personnes interviewées n’ont pas eu de diplôme ou ont un niveau de diplôme obtenu en formation initiale n’excédant pas un CAP/BEP. Ils et elles exercent une activité dans des secteurs  variés (commerce, transport, bâtiment, éducation nationale, service à la personne). Les salariés en CDD ou en intérim sont toujours inscrits au Pôle Emploi.

Quatre situations-type face à la crise

Les effets sur la poursuite du projet en temps de crise ont été en grande partie liés au degré de maturité et d’avancement du projet professionnel. Moins le projet était précis et moins il était considéré comme une priorité dans cette période. La reconversion articule en effet des phases de réflexion (latence), de formulation et délibération, de mise en œuvre (ou bifurcation), jusqu’au réengagement dans un nouveau métier. Caractérisée par des allers-retours, des ajustements progressifs, des renoncements, des reconsidérations en fonction de différents éléments, la reconversion n’est pas un processus linéaire. 

Quatre types d’effets du contexte de crise sur les processus de reconversion ont été identifiés via une démarche compréhensive d’entretiens semi-directifs : un frein du projet, son report, l’opportunité de sa mise en œuvre et la poursuite de la démarche.

Un frein au processus

Ici, la crise a enrayé le processus de reconversion, en conduisant les salariés à mettre en doute leur projet, voire à y renoncer surtout ceux dont le projet était en phase de « latence ».

Les inquiétudes et les difficultés engendrées par la crise ont renforcé pour beaucoup la primauté donnée à la sécurité de l’emploi et celle matérielle en regard de la réalisation de projets de reconversion professionnelle jugés hasardeux. « Sauter le pas » ou « relever le défi » représente une prise de risques que certains ne peuvent ou ne souhaitent se permettre à ce jour :  «… c’est une question d’opportunité et de bagages d’études, je n’ai pas grand-chose c’est clair donc c’est difficile… Je ne sais pas ce que je vais gagner ou perdre après, je ne suis pas du style à partir à l’aventure donc j’appréhende beaucoup » nous dira Jean (44 ans, en couple, un enfant, bac pro, CAP Agent de sécurité incendie, agent de sécurité incendie en CDI).

Entre obtenir un emploi « coûte que coûte » quel qu’en soit le domaine et les conditions, ou préserver son emploi, le contenu du travail apparait minoré. La période de crise amène alors ces personnes à relativiser les éléments d’insatisfaction relatifs à leur situation professionnelle, par exemple des conditions de travail pénibles, un manque de reconnaissance, un sentiment de dévalorisation.

L’isolement social, l’âge et une carrière déjà avancée, la faible qualification, les renoncements nécessaires face aux situations personnelles et familiales, l’incertitude des perspectives d’activité sont ici autant de facteurs bloquants dont la crise a exacerbé les effets.

Un report du projet

Dans ce cas de figure, la poursuite du processus est différée à une période plus propice à la concrétisation du projet de reconversion et sa mise en actes. Il peut s’agir d’attendre la levée de freins « périphériques » (telles des contraintes familiales compliquant une mobilité géographique), parfois sans lien avec la crise, ou que l’activité économique se rétablisse, dans les secteurs particulièrement affectés par le contexte.

Pour des projets déjà bien réfléchis, voire expérimentés en amont, la mise en attente est vécue comme un moment de pause ne venant pas altérer sa nature même. « Laissons d’abord passer le temps, et puis quand tout ça reviendra à l’ordre, on reprendra tranquillement » dira Paul (39 ans, sans diplôme, formé avec les Compagnons du Devoir, chef de chantier chauffagiste). Ayant déjà vécu une reconversion par le passé, il souhaite se mettre à son compte en tant qu’installateur thermique et sanitaire et s’est informé sur les démarches nécessaires. 

Dans d’autres cas, les projets professionnels ont été remis en question, ajustés ou reformulés, du fait notamment des conséquences de la crise sanitaire, perçues comme durables, sur l’évolution de la filière professionnelle ou du métier visé. C’est notamment le cas de Luc (49 ans, père célibataire, BEP froid et climatisation, monteur frigoriste en CDI, syndicaliste) qui n’envisage plus de perspectives à court terme dans le secteur du tourisme auquel il pensait pour sa reconversion. La période est ainsi consacrée à la recherche de perspectives alternatives, en fonction des ressources disponibles (réseaux personnels, activités extra-salariales, etc.)

Une opportunité de se lancer

La crise, et particulièrement la disponibilité liée au chômage partiel prolongé, a constitué, dans certains cas, une opportunité pour déclencher le processus de reconversion. Les temps de « pause » ont pu favoriser la phase de délibération (aiguiser le projet, prendre sa décision) et permettre d’enclencher la bifurcation professionnelle. Ce temps libre dégagé en dehors du temps de travail a pu notamment être un facilitateur d’accès à la formation pour réaliser un projet professionnel déjà bien muri. 

C’est le cas de Léa, 40 ans, mariée, 1 enfant, diplôme de niveau bac, esthéticienne/conseillère de vente en CDI depuis 20 ans dans un grand groupe. Elle a saisi l’opportunité offerte par le chômage partiel long pour entamer une VAE en vue d’une reconversion en tant que professeur en école d’esthétique : « je me suis dit c’est la bonne année parce qu’on est à l’arrêt, on a moins de travail, le confinement, … et donc j’ai lancé la démarche ». Nécessaire, mais pas suffisant, le temps dégagé par le chômage partiel long a dû être combiné à d’autres facteurs centraux : les pratiques de l’employeur favorables au développement des compétences, une expérience positive de la formation et les ressources pédagogiques facilement accessibles, des contraintes familiales desserrées. 

Un maintien du cap

Cette situation-type regroupe les personnes poursuivant pendant la crise une bifurcation professionnelle déjà engagée. Le processus a été affecté à différents stades. Pour les personnes déjà installées dans un nouvel emploi ou de nouvelles responsabilités, les effets ont porté sur le rapport au travail (par exemple via les conditions de travail) mais pas sur le projet professionnel ni sur sa mise en œuvre, du fait de sa récente réalisation. Pour celles engagées dans un parcours de formation, les effets ont été ambivalents. D’un côté, la période du confinement a été mise à profit pour finaliser la formation. Pour les stages en entreprise, les calendriers de formation ont été ajustés et la baisse d’activité a permis une disponibilité accrue des tuteurs, mais l’introduction des gestes barrières a compliqué l’apprentissage des gestes professionnels en situation de travail. Le passage brutal des cours en distanciel a été un facteur de déstabilisation pour des personnes manquant d’outils et de compétences numériques. Pour Nadine (52 ans, mariée, 2 enfants, conjoint au chômage, initialement sans diplôme, demandeur d’emploi suite à un licenciement économique, obtient un CAP de cuisine en juin 2020, enchaîne des missions d’intérim) le passage en distanciel a fortement impacté les conditions de sa formation, dont elle appréhendait déjà les difficultés en temps normal : « Au début j’hésitais de le faire à cet âge… Alors là c’était dur… il fallait qu’on le fasse à la maison… c’est pas pareil ». Le soutien familial et pédagogique, les interactions avec les pairs et les formateurs, mais aussi les ajustements opérés par les organismes de formation ont joué un rôle essentiel dans le maintien du cap sur le projet.

Un catalyseur de freins pour les moins qualifiés

Plusieurs instruments ont rapidement été déployés afin d’atténuer les conséquences sociales et économiques de la crise : extension du chômage partiel, renforcement du FNE Formation, déploiement de la formation à distance. Néanmoins, elle a généré des difficultés supplémentaires à la formation et la recherche d’emploi qui, pour les personnes peu qualifiées, ont agi comme des catalyseurs des freins déjà connus à la reconversion. Ces freins, qui relèvent des difficultés à mobiliser les instruments et ressources favorisant le projet, peuvent être d’ordre individuel (âge et carrière avancés, situation personnelle, isolement), liés à l’emploi (type de contrat, environnement ou organisation du travail), et aux pratiques de l’entreprise plus ou moins favorables à l’évolution professionnelle. En renforçant les situations d’incertitude et de liens sociaux distendus, la crise a contrarié la concrétisation et la réalisation des projets encore fragiles. 

La crise sanitaire a donc affecté les projets d’évolution professionnelle sur deux registres au moins. D’une part, le contexte économique et les difficultés propres aux secteurs d’activités particulièrement touchés se sont répercutés sur la nature même du projet durant sa phase de latence. D’autre part, le contexte de crise a entravé sa mise en œuvre, c’est-à-dire le processus de sa réalisation et la mobilisation des ressources nécessaires. 

La formation est considérée comme une ressource importante, même si elle est moins centrale chez des personnes isolées socialement, mal informées et dont le projet n’est que vaguement défini. Dans l’accès des salariés à la formation, le rôle de l’entreprise apparait fortement dépendant des pratiques de ressources humaines : développées dans certaines, parfois limitées à une simple information autour du compte personnel de formation (CPF). Le contexte de crise, avec tous les ajustements qu’il implique de la part des employeurs, semble ici laisser peu de place à l’organisation et l’outillage de l’évolution professionnelle des salariés.

Enfin, la sécurité de l’emploi apparait comme un élément central en ces temps de crise, et en cela les résultats des volets qualitatifs et statistiques de l’enquête IMPACT se rejoignent. C’est en effet l’un des trois éléments les plus cités en réponse à la question de savoir « ce qui a pris plus d’importance avec la crise », après respectivement l’équilibre entre la vie professionnelle et privée et les conditions de travail. 

Signé par les partenaires sociaux le 15 octobre 2021, l’accord cadre interprofessionnel visant à adapter la Loi Avenir professionnel met au centre des négociations à venir l’accès élargi aux dispositifs de reconversion et les incitations des entreprises à former leurs salariés. Faciliter l’accès des salariés, et particulièrement des moins qualifiés, aux ressources pour l’évolution professionnelle est reconnu comme un enjeu central. La sécurisation de l’emploi et l’amélioration des conditions de travail apparaissent donc comme des éléments de premier ordre à prendre en compte pour répondre aux aspirations professionnelles notamment des moins qualifiés. 

 

  • D’Agostino A., Galli C., Melnik-Olive E., 2022, « Quels effets de la crise sanitaire sur les projets et aspirations professionnels ? Volet qualitatif du projet Impact », Céreq Etudes n° 37, 46 p.
  • Melnik-Olive E., 2022, « Crise sanitaire et formation professionnelle : le temps libéré ne suffit pas pour se former », Céreq Bref, n° 420, 4 p.

 

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND.

Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Freepik, Good Ware et Max_Icons pour Flaticon.

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Travail

 

 



Citer ce billet
Alexandra D’Agostino, Catherine Galli, Ekaterina Melnik-Olive (2023, 3 avril). Les projets de reconversion à l’épreuve de la crise sanitaire. Mondes Sociaux. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9mm

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search