Les musées en mutation : entre transformation numérique et transformation sociale ?

L’arrivée des technologies au musée génère autant d’enthousiasme que de craintes. De nombreux débats agitent ainsi les professionnels des musées depuis les années soixante-dix. D’un côté, les technophiles vantent les vertus du numérique, tandis que de l’autre, les technophobes sont plus réservés, considérant que le numérique est une atteinte à une rencontre authentique avec les objets exposés.

L’introduction des outils numériques dans les musées a été marquée par des débats contrastés et des injonctions contraires, cristallisant à la fois l’espoir d’un meilleur accès aux œuvres et la peur que la technologie n’altère ou ne remplace les pratiques traditionnelles de visite. L’ouvrage « Les imaginaires numériques au musée » (Sandri, 2020) analyse les discours des différents acteurs impliqués. En effet, qu’il soit question de CD Roms pédagogiques, d’applications de visite ou d’expositions virtuelles en ligne, on observe les mêmes réactions paradoxales des professionnels et des visiteurs des musées, tiraillés entre volonté d’innovation et crainte d’une modification des pratiques antérieures. Ces débats s’inscrivent également dans une réflexion plus globale portant sur les questions sociales actuelles, prônant un musée davantage inclusif et égalitaire.


  • Sandri E., 2020, Les imaginaires numériques au musée. Débat sur les injonctions à l’innovation. Paris : MkF.

    Eva Sandri est membre du LERASS, Université Paul Valéry Montpellier 3 : eva.sandri@univ-montp3.fr


 Les technologies mobilisées au musée

Les discours sur la transformation des musées à travers l’acquisition de technologies traitent fréquemment la question des outils numériques de façon très générale, conduisant à masquer la diversité des outils d’aide à la visite. Il est pourtant possible de distinguer différentes caractéristiques des technologies présentes actuellement dans les musées, en fonction de l’usage qui en est fait par le visiteur, selon les différents temps de la visite (avant, pendant et après) et selon les différents lieux considérés (dans le musée et hors du musée).

Ces outils, généralement imbriqués, sont de trois types : les outils fixes, les outils mobiles et les outils en ligne. Les outils fixes sont utilisés principalement durant la visite. Ce sont des supports non déplaçables qui servent à la consultation de contenus additionnels dans les salles d’exposition. Il s’agit par exemple des tables tactiles, des bornes interactives, des navigateurs fixes de réalité augmentée ou de réalité virtuelle.

À l’inverse, les outils mobiles et en ligne peuvent être utilisés dans différents espaces (dans le musée et hors du musée) et selon plusieurs temporalités (avant, pendant et après la visite). Les technologies mobiles, telles que les tablettes tactiles avec applications de visite et les visioguides, accompagnent les visiteurs dans leurs déplacements, selon différentes temporalités. Une même application de visite, téléchargée sur le smartphone ou la tablette d’un visiteur, peut ainsi servir en amont pour connaître les informations pratiques du musée, puis être utilisée sur place pour comprendre une œuvre et enfin être de nouveau consultée le lendemain, par un visiteur qui souhaiterait revoir le contenu.

Vitres multitouch de la salle interprétation du Museon Arlaten d’Arles. Crédit photo : Agence Tetrarc

De la même façon, les outils proposant des contenus en ligne (expositions virtuelles sur le web, réseaux sociaux numériques, sites web, jeux sérieux, chatbots et catalogues en ligne) peuvent être consultés avant, pendant et après la visite. Ils visent à la prolonger. Actuellement, l’offre numérique des musées regroupe ces différents types de dispositifs, liés aux multiples usages des publics. Le musée considère que le lien entre le visiteur et les contenus de l’exposition ne se rompt pas dès la sortie du musée. Selon les cas de figure, toutes ces technologies sont impliquées dans une partie ou dans la totalité d’un dispositif de médiation. Il peut s’agir de la consultation de contenus sur un outil numérique, qui viendrait compléter le discours du guide, ou bien d’une application qui prendrait en charge une activité de visite

Cependant, ces technologies sont également mobilisées lorsqu’il s’agit d’interroger la place du musée dans notre société.

Musée, outils numériques et enjeux de société

Comment envisager un musée socialement et intellectuellement pertinent  au regard des enjeux actuels concernant à la fois les musées et les outils numériques (écologiques, éthiques, socio-professionnels et interculturels) ? Les enquêtes de terrain menées dans cette recherche conduisent à questionner les imaginaires des différents acteurs impliqués, à la fois professionnels et publics des musées. La méthodologie employée mêle des entretiens (médiateurs culturels et visiteurs) ainsi qu’une analyse des discours de la presse quotidienne (régionale ou nationale) de 2011 à 2023.

Enjeux écologiques

Que ce soit au cours des entretiens ou dans les discours de presse, la question du développement durable a été relativement peu abordée. Peu de locuteurs font mention des dimensions écologiques liées aux outils numériques. L’absence de discours sur les aspects écologiques des technologies peut s’expliquer par le fort imaginaire de la dématérialisation qui accompagne les dispositifs numériques et qui mène à éluder la question de la pollution, de la consommation d’énergie et du recyclage des outils. Quand bien même les musées proposent de plus en plus d’expositions portant sur des thématiques écologiques ou sociales, peu de réflexion de fond sur les enjeux écologiques de l’acquisition de dispositifs technologiques est relayée.

Enjeux éthiques

Les enjeux éthiques sont également peu évoqués, alors même que les conditions de fabrication et de recyclage des technologies sont liées à des enjeux politiques forts, dus à l’extraction des minerais, nécessaires à leur conception. Ainsi, par exemple seuls quelques articles de presse mentionnent qu’en République Démocratique du Congo, des milliers d’enfants travaillent dans des mines de cobalt et de coltan situées près de zones de conflits armés.

Enjeux socio-professionnels

On peut également s’étonner du peu de discours portant sur les risques socio-professionnels liés aux technologies numériques. Les dispositifs numériques au musée impliquent souvent des contenus sonores diffusés en continu dans l’espace d’exposition. La question de la pénibilité du travail pour les gardiens de salle et les agents d’accueil est rarement abordée, tout comme celle des solutions à proposer.

Enjeux interculturels

De la même façon, certaines questions interculturelles liées à des discriminations sont abordées de façon partielle dans les discours sur l’imaginaire numérique au musée. Bien que le numérique soit souvent présenté comme un moyen de rendre le musée plus inclusif et plus accueillant pour les différents publics (notamment les publics dits « empêchés »), les dispositifs numériques sont rarement mobilisés dans les débats qui évoquent les biais racistes et sexistes des musées. Pourtant, de nombreuses actions militantes se développent en ligne, notamment sur Twitter et sur des blogs, cherchant à envisager le musée comme un lieu politique, mettant en scène des rapports de pouvoir (souvent issus de la colonisation), et à dénoncer des pratiques discriminantes.

Dans le corpus d’articles journalistiques étudié, on entrevoit de nombreuses références au mouvement  Museum are not neutral, qui critique les biais idéologiques des musées et les problèmes interculturels qui en découlent (cartels racistes, enjeux de la restitution des œuvres dans les pays d’origine, etc.). Les initiatives visant à « décoloniser le musée » (à travers le slogan : « Decolonize my museum ») ont nourri de longs débats sur les réseaux sociaux et ont amené à repenser la médiation culturelle de façon moins ethnocentrique, comme en témoigne la création du compte Twitter Decolonize The Museum qui interroge les façons de parler de l’esclavage et de la colonisation au musée.

C’est également le cas du groupe des Guerilla Girls, constitué d’artistes féministes qui dénoncent les inégalités envers les femmes et les personnes racisées dans le secteur culturel. Leurs revendications ont notamment été relayées dans la presse nationale (Le Monde, Libération, Mediapart…), internationale (Courrier International, The NY Times…) et, de plus en plus, par des institutions culturelles.

Certains médias encore trop sourds aux revendications militantes ?

Ces mouvements, présents sur les réseaux sociaux, occasionnent de nombreux débats quant au rôle social des institutions culturelles. Pourtant, les discours médiatiques s’intéressent davantage à l’arrivée de dispositifs de médiation dits « innovants » et « disruptifs » qu’à ces repositionnements plus globaux de l’institution muséale.

L’analyse d’un corpus médiatique d’articles de journaux francophones de la presse quotidienne (régionale ou nationale) relevés entre 2011 et 2023, donne à voir ce type de décalage. Ainsi, dans un contexte technophile,  les discours médiatiques portant sur la démocratisation culturelle revivifiée par le numérique se réduisent parfois à un vœu pieux, circonscrit à certaines figures de publics. Les musées se veulent de plus en plus inclusifs mais peinent dans certains cas à entendre les discours des personnes discriminées ou vulnérables (Paveau, 2016) et à débattre de ces enjeux.

Pourtant, exposer au musée des thématiques sensibles sans entendre les voix des concernés et sans varier les locuteurs relèverait d’une énonciation ventriloque, comme l’évoque la linguiste Marie-Anne Paveau (2016), dans la mesure où le musée parlerait à leur place ou même orienterait le débat.

D’après les discours analysés, les institutions culturelles mettraient donc un point d’honneur à orienter leurs discours et leurs pratiques au nom du public. Cependant, quand une partie de ce public s’exprime en ligne de façon visiblement trop militante, il semblerait alors qu’il ne soit plus considéré comme le vrai public par les médias. Ce public serait trop engagé pour être entendu, trop éloigné du visiteur modèle affichant une neutralité tiède et prudente, allant dans le sens de normes sociales dominantes (patriarcales, etc.).

La retenue de certains médias face à ces questions politiques montre qu’il y a encore du chemin à parcourir pour déconstruire un mythe de neutralité des musées. On remarque cependant que quelques médias entendent les arguments de ces mouvements et font le choix de documenter les stratégies des musées qui se repositionnent. Ils vont décrire par exemple le travail de réécriture de certains musées qui ont hérité d’œuvres et/ou de  textes de médiation racistes ou sexistes par exemple.

Certes, ces questions sont politiques, tout comme la totalité des décisions des institutions culturelles, qui résultent de choix idéologiques rarement débattus. Pensons au choix des grandes entreprises de devenir mécènes de fondations culturelles, essentiellement pour obtenir 60% de déduction fiscale. Pensons à la fondation LVMH de Bernard Arnault qui a été financée en grande partie par de l’argent public. Pourtant, l’autrice a observé durant cette recherche davantage de réactions offensées envers le débat mené sur Twitter à propos de l’égalité d’accès au musée, qu’envers certaines stratégies de mécénat des grandes entreprises.

De nouvelles pistes de recherches… et d’actions

Cependant, l’intérêt croissant porté actuellement dans d’autres domaines d’étude aux recherches situées et à l’éthique du care, c’est-à-dire aux comportements valorisant les soins et l’attention portés à autrui (Laugier et Molinier, 2009), sera peut-être l’occasion d’éclairer plus avant ces dynamiques.

Par ailleurs, de plus en plus de chercheurs et de professionnels interrogent le rôle social des institutions patrimoniales et leur responsabilité face aux enjeux actuels : la crise écologique, la mémoire sociale, la représentation des migrants et surtout les diverses discriminations (racisme, antisémitisme, sexisme, LGBTI-phobie, postcolonialisme, validisme, etc.).

Le récent ouvrage Museum Activism (2019) dirigé par Robert Janes et Richard Sandell est un exemple éloquent des défis actuels des musées et du tremplin qu’ont constitué les réseaux socionumériques et les outils en ligne pour la mise en visibilité de ces combats. Ces enjeux constituent autant de points aveugles du débat sur la technologie au musée que de pistes de recherche futures pour les professionnels, les chercheurs et les visiteurs. À nous de les éclairer.


  • Janes R., Sandell R.,  2019, Museum Activism. Londres : Routledge.

  • Laugier S., Molinier P., 2009, . « Politiques du care » Multitudes, (n° 37-38). Consulté le 10 janvier 2018.

  • Paveau M.-A., 2016,. « Parler du burkini sans les concernées. De l’énonciation ventriloque », La pensée du discours [carnet de recherche]. En ligne : Consulté le 30 décembre 2016.


 
Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
 
Crédits images en CC : Flaticon, Freepik, iconjam, roundicon, justicon

  Retrouvez d’autres articles dans la rubrique culture



Citer ce billet
Eva Sandri (2023, 8 mai). Les musées en mutation : entre transformation numérique et transformation sociale ? Mondes Sociaux. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9mt

Eva Sandri

Eva Sandri est membre du LERASS, Université Paul Valéry Montpellier 3 : eva.sandri@univ-montp3.fr

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Morla dit :

    Article plus qu’intéressant et très éclairant. Notamment sur son positionnement et esprit critique et constructif vers une médiation culturelle plus juste, inclusive et global de notre réalité. Il nous faudrait plus d’aut.eur.rice.s si courageuses et passioné.e.s!

  1. 22/05/2023

    […] Cette réglementation est applicable aux établissements scolaires publics du 1er degré et 2nd degré ainsi qu'aux établissements administratifs. Je suis enseignant – Le numérique éducatif. Les musées en mutation : entre transformation numérique et transformation sociale ? […]

  2. 22/05/2023

    […] Les musées en mutation : entre transformation numérique et transformation sociale ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search