Déviance en milieu tempéré : Cannabis, pratique du graff et réussite scolaire

La déviance et les désordres juvéniles, souvent présentés par la classe médiatique comme l’apanage des milieux populaires, sont pourtant bien présents dans les classes moyennes et supérieures. En effet, malgré leur proximité culturelle vis-à-vis de l’école, les jeunes issus de milieux sociaux favorisés ont aussi des pratiques qui perturbent l’ « ordre scolaire et social », du moins en surface. A partir d’entretiens et d’observations réalisées au sein d’un lycée français à Berlin et d’un lycée toulousain, Cyriac Gousset et Vincent Hugoo s’interrogent sur la façon dont ces « petits-écarts », qui ne semblent pas remettre en cause l’ordre scolaire, participent avant tout à sa reproduction.

Nombre de lycéen·nes sont amenés, au cours de leur scolarité, à expérimenter des pratiques perçues comme socialement déviantes. Dans « Des petits écarts : distance au rôle et reproduction du jugement scolaire dans des sociabilités lycéennes de classes moyennes et supérieures », Cyriac Gousset et Vincent Hugoo s’intéressent à la façon dont les lycéen·nes perçoivent et font, pendant un temps du moins, l’expérience de la consommation de cannabis ou de la pratique du graffiti. Ce sont ces expérience que les auteurs nomment des « petits écarts ».


Sidoine Janiere est membre du réseau de masters SMS du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès: sidoine.janiere@etu.univ-tlse2.fr


Ces pratiques présentées comme « transgressives » s’avèreraient finalement plutôt banales dans le mode de vie lycéen des classes moyennes et supérieures. L’enquête prend place dans un lycée Français à Berlin et dans un lycée Toulousain. A partir d’une approche qualitative, réalisant 59 entretiens auprès de 19 enquêté.es entre 2015 et 2018, Cyriac Gousset et Vincent Hugoo questionnent la place qu’occupent ces pratiques et habitudes dans la sociabilité juvénile. L’enquête s’intéresse en majorité à des enfants issus des classes moyennes et supérieures, pour qui le bac général constitue un horizon à atteindre sans trop de difficultés, quand seulement 45% de leur génération y parvient. Cette recherche se situe dans la lignée des études sur la reproduction sociale, ayant montré qu’il existe des pratiques et des dispositions « rentables  scolairement ». En effet, la présence de la culture écrite, l’apprentissage de la gestion du temps, l’accompagnement éducatif des parents constituent autant de variables socialement situées qui ont un impact direct sur la scolarité des enfants. Il est donc intéressant de se demander quelles modalités (de temps, de lieu, de forme) réduisent l’impact des pratiques « non-rentables scolairement », voire nuisibles pour les trajectoires scolaires. Les auteurs posent ainsi une question simple : comment ces pratiques, ces « petits  écarts » à la norme, permettent-ils aux élèves de préserver leur scolarité ?

Rebelle ou intello ? Pratiques déviantes et image de soi

Il semble que les jeunes lycéen·nes qui consomment du cannabis ou pratique le graff ne cherchent pas à réellement transgresser l’ordre scolaire, mais plutôt à le détourner. Ces pratiques apparaissent comme des « adaptations secondaires » qui permettent de sauvegarder l’ordre scolaire.  En effet, qu’il s’agisse de consommation de cannabis ou de tag, la confrontation à l’institution scolaire  est inachevée. Tagger son blaze ou le nom de son crew suppose de fait une mise en avant, une forte exposition de soi. De la même manière, la consommation de cannabis pendant les temps scolaires ne peut rester invisible. Néanmoins, dans les deux cas, la confrontation à l’institution n’est qu’apparente. En effet, les jeunes « déviants » restent prudents, ils cherchent avant tout à ne pas se faire remarquer plutôt qu’à être dans une logique conflictuelle.

Par ailleurs, l’institution scolaire elle-même semble avoir une perception minimisante de ces transgressions, puisqu’elle relativise ces petits-écarts qui ne perturbent finalement pas le calme global des établissements, en comparaison avec les images diffusées dans les médias de lycées « difficiles » où ces pratiques revêtent une autre ampleur et où la population est en plus grande précarité. Dans les lycées considérés, ces écarts ne sont pas considérés comme remettant en cause l’ordre scolaire, ni comme de réels engagements dans une « carrière scolaire » déviante : ils sont plutôt perçus par les équipes pédagogiques comme faisant partie du parcours « normale » des adolescent·es.

Mais si ces transgressions n’enfreignent pas réellement l’ordre scolaire, vers quelle fin sont-elles dirigées ? Pour les auteurs, il semble que l’importance de ces pratiques se situe plutôt dans les relations entre pairs. Ils avancent en effet l’idée que ces « petits écarts » permettraient avant tout aux lycéen·nes de se distancier de leur rôle d’élève, et participerait ainsi d’une forme de sociabilité lycéenne. En effet, ces transgressions sont, pour un temps au moins, mises en avant par les pairs qui y accordent plus d’importance qu’à l’effort scolaire qui, s’il est trop visible, peut nuire à la réputation dans et en dehors du lycée. On peut par exemple observer une nette différenciation au sein des groupes d’élèves entre les « fumeurs », qui auraient un statut reconnu par leurs camarades et semblent se détacher des attentes scolaires pour s’épanouir ailleurs, et les « non-fumeurs », souvent perçus comme moins populaires. Ces petits écarts alimentent alors la perception que les élèves ont les uns les autres et s’inscrivent dans une « lutte de classement » au sein de la sociabilité des lycéen·es.

Pratiques déviantes et effort scolaire.

Comment ces « petits écarts » peuvent-ils fonctionner sur le mode de distinction tout en restant marginaux ? Si les lycéen·nes donnent de l’importance à ces pratiques qui deviennent à priori structurantes dans les relations entre les groupes, elles demeurent toutefois soumises à un certain contrôle. En effet, les lycéen·nes semblent présenter un certain « sens de la mesure », et condamnent les écarts mal contrôlés. Aussi, les petits écarts s’apparentent avant tout à des transgressions culturelles minimes, des dissonances qui coexistent avec des pratiques culturelles plus légitimes et plus proches des incitations parentales et scolaires. Les engagements trop intenses dans les petits écarts sont par ailleurs déconsidérés par les lycéens eux-mêmes. Ces pratiques doivent donc être suffisamment subtiles et modérées pour être mises en avant. L’appréciation de la consommation de cannabis et sa reconnaissance comme une pratique « cool » et socialement valorisable est ainsi conditionnée par la retenue, par un usage ludique et contrôlé. Les écarts trop importants se verront eux d’abord condamnés par les pairs, avant de l’être éventuellement par l’institution.

Ainsi, bien que le cercle familial et l’école participent au contrôle de ces pratiques, leur normalisation se fait avant tout par les pairs qui, entretenant un rapport distancié et récréatif à ces pratiques, cherchent à se distinguer socialement des classes populaires parmi lesquelles l’usage utilitaire parait assumé. Par ailleurs, un changement de regard s’opère sur ces petits écarts à l’approche du bac, où les élèves semblent opérer une conversion à l’effort scolaire. A l’approche des examens en effet, la place des petits écarts diminue, et les élèves vont d’avantage favoriser l’engagement scolaire. Certes, les efforts scolaires trop visibles restent mal-vus, mais la norme du succès se diffuse tout de même dans les groupes d’amis par les enfants les plus dotés en capital culturel.

Cette conversion à l’effort scolaire va donc de fait transformer les perceptions que les lycéen·nes ont les un·es des autres. Les classements scolaires reviennent alors au cœur des relations interpersonnelles. Il s’agit en définitive, pour les élèves issus de milieux fortement dotés en capital scolaire et culturel, de jouer sur les deux tableaux pour réussir à gérer à la fois l’investissement dans les sociabilités festives et la réussite à l’école. En ces temps d’examens, c’est donc l’aisance à l’école qui devient la mieux vue socialement, et les « petits écarts » continuent de jouer leur rôle social dans la reconnaissance de cette aisance scolaire par les pairs.

Finalement, les écarts de conduite des enfants des classes moyennes et supérieures ne remettent que peu en causes leurs carrières scolaires. Les « petits écarts » présentés dans l’article sont avant tout des moyens de s’affirmer, de trouver une place dans la sociabilité lycéenne, plutôt qu’une remise en cause frontale de l’institution et de l’ordre scolaire. Les petites transgressions sont donc au final bien liées à des enjeux de distinction, dans lesquels les écarts trop importants à la norme sont dévalorisés. En définitive, le jugement scolaire finirait toujours par pénétrer les hiérarchies juvéniles.


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Eucalyp, Flaticon, Freepik, SBTS2018, Taufik Ramadhan

 

Retrouvez d’autres articles du Réseau des masters SMS

 



Citer ce billet
Sidoine Janiere (2023, 22 mai). Déviance en milieu tempéré : Cannabis, pratique du graff et réussite scolaire. Mondes Sociaux. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9mu

Sidoine Janiere

Sidoine Janiere est membre du réseau de masters SMS du Labex SMS, université Toulouse – Jean Jaurès: sidoine.janiere@etu.univ-tlse2.f

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search