La vie culturelle dans les territoires : et si on s’intéressait aux singularités locales ?

Des débats ont lieu dans les couloirs des institutions culturelles sur la légitimité des uns ou des autres, sur l’universalité de telle ou telle œuvre, sur l’application des droits culturels comme reconnaissance de cultures distinctes selon les lieux et les groupes sociaux. On peut toutefois se demander en quoi la vie culturelle, même en France, se distingue selon les villes, les territoires ? Comment expliquer qu’une ville telle que Céret dans les Pyrénées orientales paraît à ce point plus dynamique qu’une autre telle que Port Vendres, pourtant si bien située en bord de mer ? Ou Foix bien autrement que Pamiers en Ariège ? Ces exemples de petites villes du sud-ouest français permettent d’éclairer l’importance d’un éclairage croisé pour comprendre « la configuration culturelle territoriale ».


  • Sibertin-Blanc M., Barthe L., 2023, Culture et jeunesse dans une petite ville : les leviers du bien vivre territorial à Foix, PUCA, Autrement.
  • Sibertin-Blanc M., 2022, « La vie culturelle dans les petites villes : série d’exceptions ou modèles inspirants ? », L’Observatoire, la revue des politiques culturelles.

Mariette SIBERTIN-BLANC est membre du laboratoire LISST, université Toulouse – Jean Jaurès : sibertin@univ-tlse2.fr


L’épaisseur territoriale ou la reconnaissance des singularités locales

Bien au-delà des ‘contingences locales’, souvent évoquées pour expliquer ces différences, qui suggèreraient une sorte de hasard, l’analyse systémique de l’action culturelle permet de comprendre pourquoi la vitalité culturelle locale peut différer d’un territoire à l’autre. Cette analyse croise les dynamiques artistiques et culturelles avec d’autres aspects, notamment les politiques d’aménagement du territoire. Dans cette perspective, sont considérés à la fois les politiques publiques culturelles, les initiatives associatives ou marchandes, et d’autres types d’intervention telles que celles des milieux scolaire, social ou économique.

Une configuration culturelle territoriale est composée de quatre types de caractéristiques locales :

  • Un contexte territorial, caractérisé par une localisation spécifique, une morphologie urbaine et une organisation institutionnelle particulières, une orientation économique et des profils socio-démographiques singuliers, l’engagement aussi des personnes ou des collectifs qui se mobilisent sur des enjeux propres à CE Chaque territoire présente des combinaisons spécifiques et, même en étudiant les petites villes (moins de 20 000 habitants), les profils sont multiples.
  • Des dispositifs territoriaux et des stratégies de projets qui concernent ou non directement la culture, telle que la politique de la ville pour les quartiers prioritaires, des dispositifs de revalorisation de centre-ville (« Action cœur de ville »), des politiques de soutien des sites universitaires, ou encore des projets de requalification de friches industrielles et de revitalisation rurale. Les exemples de politiques d’aménagement impactant la vie culturelle ne manquent pas, et même quand ces politiques sont modifiées ou s’arrêtent, les effets sur la vitalité culturelle ont tendance, eux, à perdurer. En témoigne l’exemple de Circa, Pôle international du Cirque à Auch ayant bénéficié du dispositif « Pôle d’excellence rurale ».
  • L’appropriation locale plus ou moins claire des référentiels de l’action culturelle. Comme chaque secteur d’intervention publique, la culture fait l’objet de grandes logiques et d’orientations nationales qui se déclinent dans les territoires selon des logiques et compétences territorialisées : c’est par exemple le cas des droits culturels qui sont dans certaines villes comme Poitiers intégrés pleinement dans la politique urbaine mais ignorés ailleurs, ou celui des lieux hybrides tels que les tiers lieux et librairie-restaurant, ou encore celui de la politique nationale d’éducation artistique et culturelle qui encourage les conventions locales.
  • Enfin et surtout, les spécificités locales sont portées par des hommes et des femmes, professionnels et amateurs, passionnés et engagés, qui œuvrent dans la vie locale. Leurs logiques métiers, leur savoir-faire, mais aussi leur engagement en faveur du développement local s’appuient sur l’insertion dans des réseaux (par exemple l’Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles, https://www.ufisc.org/) et sont portés par des goûts artistiques et culturels, qui opèrent des décloisonnements qui contribuent à produire des spécificités locales. En ce sens, des expériences prises volontairement dans le milieu rural tel que le village de l’illustration dans le Gers, ou celui des arts de lire de Lagrasse, rappellent les effets de l’engagement militant.

Foix, la construction d’une configuration culturelle territoriale

On ne peut pas comprendre les enjeux culturels territoriaux à un moment donné sans adopter cette approche systémique d’une part, ni sans utiliser une analyse diachronique. Chaque territoire a en effet connu des étapes dans son développement, qui expliquent certaines dynamiques, ou tensions, qu’il convient d’appréhender. Les expériences locales, les débats passés, mais aussi les alliances antérieures ou encore les rendez-vous manqués sont autant de traces qui caractérisent également la configuration culturelle locale.

Ainsi le cas de Foix est très explicite en la matière. Préfecture de l’Ariège, cette petite ville de 10 000 habitants a connu plusieurs ruptures qui permettent de qualifier aujourd’hui les enjeux. Plutôt que de parler de phases, c’est bien l’accumulation des logiques et des expériences qui prime, et qui contribue à comprendre comment se posent les questions ou s’énoncent les choix aujourd’hui.

La petite ville de Foix a connu une continuité politique assez remarquable sur un demi-siècle, marquée par un engagement des élus sur l’éducation populaire et le soutien à toute initiative en faveur de l’émancipation – individuelle et collective. Cela s’est traduit par les soutiens apportés à des associations d’éducation populaire et par des politiques jeunesse très engagés, encore très présentes et actives dans le territoire.

Une première rupture, dans cette trajectoire, a été la création d’une scène nationale, l’Estive, qui propose comme ce label national l’exige une programmation culturelle dite savante, intégrant le réseau du ministère à la fois sur les œuvres diffusées et les priorités politiques nationales (par exemple aujourd’hui le souci d’accueillir davantage de jeunes, dans une perspective de renouvellement des publics). La place prise par cette institution culturelle est importante : mobilisant la majorité du budget culturel local, elle occupe toutefois une position structurante pour le département, et apporte une professionnalisation peu présente longtemps dans le territoire.

Un deuxième facteur de changement a été la montée en puissance de l’intercommunalité, qui a engendré la mise en réseau des bibliothèques-médiathèques et l’amplification des actions de l’école de musique, devenue école d’enseignements artistiques. En parallèle la ville de Foix a intégré un réseau européen de villes créatives, Routes singulières, qui l’a amené à développer l’art dans l’espace public, et à mettre en scène à la fois son histoire mais aussi ses perspectives de développement urbain – via une nouvelle, des œuvres dans la ville et une calligraphie sur le centre culturel.

Dans cette configuration culturelle territoriale, une troisième source de changement est le développement du site universitaire de Foix, porté par des politiques nationales, régionales et départementales. L’installation d’étudiants dans cette ville administrative suscite de nouvelles demandes, plus festives, inscrites dans des temporalités qui ne sont ni celles du début de soirée, ni celles exclusivement du week-end, et encore moins celles des festivals qui ont lieu essentiellement l’été – période où précisément les étudiants quittent la ville.

Une dernière phase s’enclenche aujourd’hui, riche des bifurcations précédentes, avec un ensemble de nouveaux acteurs qui émergent : à la fois des initiatives associatives ou institutionnelles qui apportent de nouvelles esthétiques (art contemporain, musiques actuelles), qui se sont parfois appuyées sur la politique de la ville nouvellement déployée à Foix pour faire des propositions inexistantes jusqu’alors, ou également des lieux de l’économie sociale et solidaire tel qu’une librairie-tartinerie-salle de spectacles dans une des communes de l’agglomération.

 

Entre défis locaux et enjeux partagés

La configuration culturelle territoriale à Foix, comme dans d’autres villes, traduit à la fois des défis locaux très situés et contextualisés, et éclaire des enjeux davantage partagés à l’échelle nationale.

Ainsi pour Foix, il apparaît clair que la faible diversité des lieux amène une demande prononcée sur certains sujets et esthétiques propres à la présence estudiantine : les préoccupations de la génération actuelle sur les questions de genre et sur l’environnement ont par exemple été très exprimées. En parallèle, l’attachement des jeunes interrogés aux espaces de nature et à la grande liberté accordée aux co-présences dans l’espace public fait de cette petite ville un lieu où il fait bien vivre, qui ne se retrouve pas toujours dans cette strate urbaine. Également, alors que plusieurs initiatives en faveur des jeunes ont contribué à faire émerger des expressions artistiques engagées – à l’instar du hip hop très investi par une partie des jeunes grâce à des actions telles que l’Atelier disque – il semble que la diffusion soit prédominante par rapport à la création qui n’est pas encore tout à fait intégrée comme champ d’intervention des politiques culturelles locales. Le soutien à la création contemporaine est encore ponctuel, même si sa présence dans les options des établissements secondaires, ou son installation dans l’espace public traduisent une certaine préoccupation.

D’autres défis tels que celui des lieux nocturnes ou la difficulté de diversifier les structures financées par le public du fait des engagements auprès de la scène nationale caractérisent le cas de Foix. Par contre, certains aspects sont éclairés par cette configuration tout en reflétant des enjeux largement partagés par a minima les petites villes, et plus largement les territoires en France. Le premier est celui des circulations. Si toutes les (petites) villes ne peuvent pas avoir un panel exhaustif en termes d’offre et d’initiatives, l’enjeu est bien celui de favoriser les circulations et les désirs de mobilités. L’accompagnement à la curiosité et le dépassement de la crainte de l’ailleurs, mais aussi les politiques de transport sont autant de défis à relever pour l’action publique aujourd’hui, et si cela est visible en petite ville, on peut retrouver les mêmes problématiques dans certains quartiers métropolitains par exemple. Le deuxième enjeu a à voir avec la diversification des types pratiques et des lieux de pratiques, qui invite à repenser la logique d’une offre descendante. Comment répondre, dans une perspective d’action publique, à la prédominance des pratiques numériques (et donc potentiellement avant tout domestiques) ? Comment continuer à vouloir faire lien avec la culture si tout le monde cherche avant tout un écran à soi ? Ici comme pour d’autres sujets, l’enjeu est celui du décloisonnement – des politiques sectorielles et des profils d’acteurs d’une part, des espaces d’autre part, des temporalités enfin. Si certaines explorations en faveur de nouveaux partenariats et coopérations sont prometteurs, à Foix par exemple avec les politiques jeunesses et d’urbanisme, ce décloisonnement appelle également à construire autrement l’action – de manière plus concertée certainement – mais aussi à élargir la définition même de la culture : de nombreux débats à venir !


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Eucalyp, Flaticon, Freepik

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique culture

 



Citer ce billet
Mariette Sibertin-Blanc (2023, 22 mai). La vie culturelle dans les territoires : et si on s’intéressait aux singularités locales ? Mondes Sociaux. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9mv

Mariette Sibertin-Blanc

Mariette Sibertin-Blanc est Maîtresse de Conférences UT2J LISST-Cieu : sibertin@univ-tlse2.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search