Cécité et mutité au Moyen Âge : les traces du handicap dans l’histoire

Au Moyen Âge, les moines ayant fait vœu de silence, sans être muets, utilisaient la langue des signes pour communiquer au sein du monastère. Pourtant, depuis les travaux historiques produits au xixe siècle, les personnes atteintes de cécité ou de mutité apparaissent comme des personnes mises en marge de la société médiévale, exclues, frappées de la colère divine qui « justifierait » leur handicap. Mais qu’en disent les chercheurs travaillant sur les sources textuelles et matérielles du Moyen Âge ? Il semble en effet important d’actualiser les recherches historiques et archéologiques faites au sujet de ces handicaps. 

Regarder autrement le handicap

Les chercheuses Ninon Dubourg et Megan Kateb se sont penchées sur les conceptions médiévales du handicap sensoriel et la place que leurs porteurs occupent dans la société du ve au xve siècles. Les aveugles et les muets ont livré peu de traces matérielles. Néanmoins, l’article de Dubourg et Kateb permet de mieux comprendre leur existence ainsi que les sources à notre disposition. Pour cela, il faut interroger notre perception de ce sujet, et si possible l’élargir. Regarder et lire autrement les handicaps nous aide à mieux les appréhender et les documenter au regard de notre histoire. 


  • Dubourd N., et Kateb M., 2021, « Témoignages médiévaux de la privation des sens. Empreintes matérielles de la cécité et de la mutité à l’époque médiévales », Les Nouvelles de l’Archéologie, n°165, p.62-67. 

    Juliette Krajeski est étudiante en master 2 Culture et Communication Parcours Médiations Scientifiques, techniques et patrimoniales et membre du réseau de masters : juliette.krajeski@hotmail.fr


Mieux comprendre le handicap au Moyen Âge 

Il est commun de penser qu’au Moyen Âge, le handicap, notamment sensoriel, était vécu comme résultant d’un péché parental. Depuis le xixe siècle, lorsque débutent les recherches en histoire médiévale, le lien entre punition et maladie est omniprésent. On y dépeint les porteurs de handicap comme des personnes rejetées. On cite les exclusions d’héritages et les interdictions de pratiquer certaines professions comme témoignages d’une marginalisation des personnes jugées malades. 

Cette vision de l’infirmité relevant d’une faute individuelle trouve naissance dans certains textes religieux du Moyen Âge central et tardif, mais elle est loin de représenter une réalité systémique dans la société de l’époque. Depuis une vingtaine d’années, s’est mise en place une autre perception des personnes muettes ou aveugles et a permis de réactualiser les travaux. S’éloigner de ce paradigme d’exclusion permet de mieux chercher (et parfois trouver !) les traces laissées par des handicaps peu visibles pour l’archéologie et l’histoire du fait de leur caractère sensoriel et non physique.

En effet, certaines pathologies comme la lèpre ont pu être abondamment étudiées à travers des marques qu’elles laissent sur les corps mais également dans les nombreuses sources textuelles qui y font référence. C’est un tout autre défi pour les médiévistes qui étudient la cécité et la mutité. Le renouveau des travaux en sciences humaines, notamment anthropologiques, sur la vision de ces handicaps permet d’actualiser les savoirs à ce sujet. Avec une analyse renouvelée des sources à disposition et un changement de paradigme scientifique dans les représentations, une nouvelle histoire de ces handicaps est possible. Ils y sont mieux compris, mieux pris en charge et mieux intégrés que ce que l’histoire écrite du xixe siècle laisse à voir.  

Quelle organisation médiévale autour de la prise en charge du handicap ?

La mutité et la cécité ne sont pas mentionnées dans les textes juridiques ou théologiques médiévaux dans un but d’exclusion ou de prévention contre une potentielle punition divine. On trouve de nombreuses traces de mise en œuvre d’une protection juridique pour les personnes porteuses de ces handicaps. On s’assure par exemple de leurs consentements lors d’actions en justice ou de mariage pour éviter ce qui semble être l’ancêtre de notre « abus de faiblesse », et cette démarche est inscrite dans certains textes de lois médiévaux très connus. 

Au-delà de l’organisation législative et judiciaire, il existe également des lieux de prise en charge ou d’accueil pour les personnes muettes ou aveugles au Moyen Âge. Les communautés religieuses se consacrent pour beaucoup à la gestion sanitaire, curative et sociale de la société médiévale. La notion chrétienne de charité permet la création de nombreux monastères, masculins comme féminins, des lieux où les personnes porteuses de handicap trouvent une aide ou une vie adaptée à leurs besoins. Certains sont même de vrais centres de spécialisation autour d’un handicap spécifique à la fin du Moyen Âge comme l’abbaye de Bouxières-aux-Dames (près de Nancy) qui donne accès à une instruction accessible aux personnes muettes grâce à une communication par signes. 

Dans les sources textuelles ou visuelles, on trouve des témoignages de l’intégration sociale des personnes muettes et aveugles. Ces dernières sont régulièrement caractérisées comme étant prises en charge par leur parentèle ou vivant de l’aumône et de la charité publique. Le caractère solidaire de la société médiévale se construit sur des dynamiques collectives, qui, loin de marginaliser les individus susceptibles de nécessiter des besoins particuliers, se donne comme responsabilité de les intégrer à la communauté.  

Des témoignages et des représentations

Le Moyen Âge est une période où la violence est très présente. De nombreuses personnes – occupant souvent des fonctions guerrières – sont donc porteuses d’handicaps accidentels, parfois temporaires, suite à des traumatismes physiques. La vieillesse est également une cause largement répandue de handicap comme la mutité ou la cécité. Ainsi, la multiplicité des situations personnelles et des invalidités laisse de nombreux témoignages médiévaux de personnes atteintes d’handicaps sensoriels.  

Dans les textes (notamment bibliques) produits depuis l’Antiquité, on peut lire une symbolique ambivalente du handicap. En effet, il est parfois valorisé et être une preuve de piété. Dans les mythes et les drames de la Grèce Antique, les muets et les aveugles jouent un rôle souvent positif. C’est par exemple le cas de l’oracle de Delphes, atteint de cécité qui est le messager d’Apollon à travers ses prédictions. La plus connue est celle qu’il fait à Œdipe pour le mettre en garde contre son funeste destin. Au Moyen Âge, on trouve d’autres exemples d’infirmités similaires valorisées comme dans le récit clérical de La Vie de Saint Omer qui connaît une forte circulation et donc une influence importante au xiiie siècle. Il accorde des vertus morales à la cécité dont est atteint le saint en question. 

Des témoignages textuels non fictionnels traitent également de ces handicaps. Les correspondances épistolaires sont par exemple des témoignages précieux pour les historiens de même que les descriptions de personnalités politiques qui sont porteuses d’un ou plusieurs handicaps. La princesse Jeanne Stuart (xve siècle) est présentée dans les témoignages à son sujet de manière positive malgré sa mutité qui n’a pas empêché son instruction ou son mariage, comme l’exige son statut d’enfant royal. 

Des pratiques établies

Les traités médicaux produits à l’époque permettent de comprendre la diversité des prises en charge par la médecine médiévale. De nombreux aménagements sont mis en place. Il est cependant impossible d’y deviner une organisation structurelle globale tant ils sont pluriels et dépendent du contexte social, politique et économique de l’individu concerné. 

Les manuscrits médiévaux sont des témoins précieux de l’existence d’une communication par signes, très importante dans l’inclusion des personnes muettes. En effet, les moines utilisent tout au long du Moyen Âge une langue signée pour communiquer au quotidien sans briser leurs vœux de silence. Si sa destination première est religieuse, la langue des signes est également utilisée dans les lieux monastiques comme un moyen de communication existant pour les personnes muettes. Ainsi, l’abbaye de Cluny, un des lieux principaux de production et de diffusion du savoir clérical à partir du Moyen Âge central, recense et consigne dès la fin du xie siècle plus de 365 signes et leurs traductions (latines). 

Le Roman d’Alexandre (Jehan de Grise, 1338-1344) contenant une enluminure qui illustre le signe signifiant « aimer », se révèle très proche du signe de la Langue des Signes Française (LSF) actuelle. La communication signée médiévale n’est cependant pas comparable directement à la LSF, qui n’est unifiée qu’à partir du xviiie siècle. Ces sources montrent néanmoins la présence d’une réflexion autour des handicaps et la volonté d’intégration sociale.

Des traces archéologiques bien visibles

L’archéologie n’est pas en reste dans cette quête des traces du handicap au Moyen Âge. La culture matérielle mise à jour par les fouilles ou les prospections témoigne par exemple de l’existence de loupes ou de lunettes qui viennent en aide à des potentiels défauts visuels. En outre, certaines situations d’handicaps sensoriels peuvent laisser des traces physiques sur les personnes concernées. Ainsi, des fouilles allemandes ont montré que sur plus de 75% des cadavres présents dans certains cimetières du viiie siècle on trouve des marques de blessures ayant pu provoquer des handicaps comme la mutité ou la cécité, parfois partiels et temporaires. 

Les lieux d’accueil ecclésiastiques, qui voient évoluer de nombreuses personnes en situation de handicap, sont des sources d’informations précieuses pour les archéologues du bâti. On trouve en outre des centres de soin laïcs bien connus des archéologues et abondamment documentés comme l’hôpital des aveugles, fondé en 1356 à Meaux ou encore l’hôpital parisiens des Quinze-Vingt (xiiie siècle), également réservé aux personnes atteintes de cécité. Il s’agit d’initiatives et de dotations particulières ou royales (Jean Rose, un bourgeois, est à l’origine de celui de Meaux et Louis IX à l’origine de l’hôpital des Quinze-Vingt).  L’Église n’est pas la seule à proposer des lieux de vie ou de soin pour les personnes porteuses de handicap. 

Mettre le handicap en perspective 

La recherche en sciences humaines et sociales s’intéresse de plus en plus aux personnes porteuses d’handicaps sensoriels, notamment en la rendant accessible aux personnes concernées. Megan Kateb, une des deux autrices, a par exemple été élevée par des parents sourds. Mieux comprendre le handicap c’est également mieux l’appréhender dans le passé. Ainsi, l’histoire et l’archéologie médiévales se défont de leurs anciennes représentations et ces travaux nous permettent de comprendre comment ces handicaps sont intégrés et pris en charge par une société médiévale solidaire.

Ces découvertes peuvent nous inviter à mettre en perspective notre propre inclusion des personnes muettes et aveugles ou notre conception du handicap. Interroger cette histoire, c’est également se poser la question des représentations, largement influencées par le xixe siècle, qui sont souvent excluantes ou punitives au sujet de ces handicaps sensoriels. La communication signée semble par exemple plus répandue à l’époque des moines qu’aujourd’hui où elle est peu apprise et pratiquée en dehors de la sphère des personnes concernées et de leurs proches. Sans faire vœux de silence, on peut aussi se mettre à apprendre à communiquer par signes ! 


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Freepik, Flat Icons, Smashicons pour Flaticon.

 

Retrouvez d’autres articles du Réseau des masters SMS

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Juliette Krajeski (5 juin 2023). Cécité et mutité au Moyen Âge : les traces du handicap dans l’histoire. Mondes Sociaux. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9my


Juliette Krajeski

Juliette Krajeski est étudiante en master 2 Culture et Communication Parcours Médiations Scientifiques, techniques et patrimoniales et membre du réseau de masters : juliette.krajeski@hotmail.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search