Lutter contre les violences sexistes et sexuelles dans la musique live

Dans la lignée du mouvement #MeToo, le problème des violences sexistes et sexuelles (VSS) dans l’industrie de la musique live a été récemment mis en lumière dans les sphères médiatiques et politiques. À la lueur des interrogations soulevées par cette actualité, cet article propose d’analyser les pratiques développées depuis deux décennies par des festivals musicaux féministes. Que peuvent-ils apporter à l’industrie musicale en matière de lutte contre les violences sexistes ? Quelles sont les limites de leurs dispositifs ?


  • Barrière L., 2021, « “Safe Spaces for Everyone”? Ladyfests as an Innovative Field for the Fight Against Gendered Violence in the Live Music Industry », Arts & The Market, vol. 11, n°2, 2021, p. 61-75.

    Louise Barrière est membre du laboratoire 2L2S (Université de Lorraine) : louise.barriere@univ-lorraine.fr


Évènements musicaux et violences sexistes et sexuelles

Alors que les chercheur·euses et acteur·ices de l’industrie musicale n’ont commencé à s’intéresser aux problèmes causés par les VSS que récemment, des initiatives féministes existent depuis plusieurs décennies au sein des scènes musicales amateurs. Ces dernières ont permis le développement de différentes pratiques, comme des chartes de prévention ou des équipes de médiation spécifiquement formées à ces problématiques. Ce sont ces innovations sociales que je propose de considérer ici, comme de potentielles sources d’inspiration pour la sphère professionnelle de la musique live.

Au cours des dernières années, les violences sexistes et sexuelles dans les concerts et festivals ont progressivement émergé comme une problématique pour l’industrie musicale française. En 2019, une festivalière déclare sur les réseaux socionumériques avoir été violée alors qu’elle participait au Hellfest, un des plus grands festivals de metal organisé à Clisson en Loire-Atlantique. La médiatisation de son expérience encourage d’autres victimes à prendre la parole, et l’année suivante, le mouvement #MusicToo remet la question des violences sexistes et sexuelles dans l’industrie musicale française au cœur de l’actualité médiatique. De nombreux titres de presse s’en emparent, et la ministre de la culture d’alors, Roselyne Bachelot, annonce en faire une priorité pendant son mandat.

Elle va pour cela s’appuyer sur le tout jeune Centre National de la Musique (CNM), créé en janvier 2020, à la suite du Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV), le CNM est un établissement public placé sous la tutelle du ministère de la Culture. Il est présenté comme une « maison commune de la musique » en France, et participe à l’orientation des politiques publiques relatives à la musique sur le territoire national. Entre autres missions, le CNM distribue un certain nombre d’aides à différents acteurs de la filière musicale – festivals, salles de spectacles, sociétés de production, etc.

Or, en décembre 2020, il est finalement acté que seules pourront accéder à ces aides les structures dont les salarié·es auront suivi une formation de prévention des VSS. Ces formations sont quant à elles dispensées dans différentes villes du territoire français par des organismes partenaires. À Toulouse, nous pouvons par exemple mentionner l’association La Petite.

Ces cinq dernières années, dans la sphère académique, les études sur les VSS dans la musique live se sont également développées, notamment dans les pays anglophones. En France, ces questions demeurent toutefois peu explorées.

Faisant suite à une vague de dénonciation des VSS dans les concerts et festivals au Royaume-Uni, Rosemary Lucy Hill, David Hesmondhalgh et Molly Megson ont mené entre 2018 et 2020 une enquête qualitative sur les expériences et les dispositifs de lutte contre les VSS dans les événements musicaux, en collaboration avec le Leeds Music Hub et le collectif Girl Gang. Ce travail a notamment donné lieu à la publication d’un guide de recommandations à destination des employé·es de salles de concert, producteur·ices et spectateur·ices. Les géographes Louise Platt et Rebecca Finkel ont quant à elles publié en 2020 un ouvrage intitulé Gender-based violence at international festivals. Le sujet a également intéressé les criminologues australien·nes, Bianca Fileborn, Philipp Wadds et Stephen S. Tomsen qui ont conduit une étude auprès des festivalier·es de leur pays. Ces travaux constatent une inadéquation entre les moyens mis en œuvre par les événements musicaux pour prévenir ou traiter ces problèmes et les besoins formulés par les victimes. Les auteur·ices insistent alors sur la nécessité de mieux recueillir la parole et accompagner les victimes.

Les scènes underground comme laboratoire de pratiques ?

Dans certaines scènes musicales amateures, les VSS sont considérées comme un problème central, parfois même depuis plusieurs décennies. Celles-ci ont mis au point différents protocoles, discours et pratiques, eux-mêmes largement inspirés des mouvements féministes.

En partant de l’hypothèse que l’industrie musicale s’appuie souvent sur les scènes indépendantes comme laboratoires de pratiques, on propose ici de regarder du côté de quelques événements musicaux amateurs afin d’enrichir l’analyse des pratiques à l’œuvre dans le champ de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

Pour esquisser des pistes de réflexion, mon étude s’est appuyée sur un réseau international de festivals musicaux, amateurs et féministes appelés Ladyfests. Si les Ladyfests sont apparues aux États-Unis au début des années 2000, ce travail porte plus particulièrement sur sa mise en œuvre dans deux pays européens : la France et l’Allemagne. Les Ladyfests sont des festivals inspirés du punk, et reposent sur un fonctionnement dit « Do-it-Yourself » ; c’est-à-dire que l’organisation des événements comme la construction de leurs programmations est ouverte et les participant·es peuvent proposer l’organisation d’activités.

Les collectifs d’organisation de ces événements présentent systématiquement leurs raisons d’être et leurs envies sur leurs sites internet. À cette occasion, rares sont ceux qui ne soulignent pas les inégalités de genre existantes au sein des scènes musicales.

Ces préoccupations s’expriment également lors des activités proposées au cours des événements. Si la musique live constitue le cœur de ces évènements, sous retrouvons ainsi dans les programmations de nombreuses conférences-débats lors desquelles des musiciennes font part de leurs parcours et des difficultés qu’elles ont rencontrées en lien avec une forme de sexisme ambiant. Plus largement, les Ladyfests proposent un ensemble d’activités variées, qui n’ont pas nécessairement de rapport avec la musique : ateliers d’auto-défense, débats sur les représentations genrées dans les films et les séries, sur le harcèlement de rue, etc. Certaines de ces activités sont réservées aux minorités de genre (femmes, personnes trans ou intersexes, …), d’autres sont ouvertes à tous.

En outre, ces activités interagissent également avec la programmation musicale. Elles donnent un sens au festival qui devient plus qu’un simple événement musical, et suggèrent que les rapports sociaux, tels qu’ils prennent place dans le monde de la musique, ne sont jamais déconnectés du reste de la société.

« Safe spaces » et évènements musicaux dans l’histoire féministe

Depuis le début des années 2000, les Ladyfests se sont durablement implantées dans le monde des musiques amateures, notamment en Europe et en Amérique du Nord. À titre d’exemple, en Allemagne, plus de 100 festivals de ce type ont été organisés depuis 2003. Toutefois, il ne s’agit pas là de la première tentative de réunir féminisme et événements musicaux.

En effet, dans les années 1970, les féministes américaines organisaient déjà des événements d’ampleurs, réservés aux femmes, sous le nom de Women’s Music Festival. À l’époque, plus que du punk, c’était la musique folk qui se trouvait au cœur des programmations. À cette même période, les féministes d’Allemagne de l’Ouest organisaient quant à elle des soirées intitulées Frauenfest – littéralement festival des femmes – et y programmaient notamment des groupes féminins de rock progressifs.

Dans les années 1990, des jeunes femmes impliquées dans les scènes punk d’Olympia, sur la côte Ouest des États-Unis, et de Washington D.C. sur la côte Est, ont contribué au développement du mouvement des Riot Grrrls, dont les Ladyfests, y compris européennes, se réclament aujourd’hui les descendantes.

Les Women’s Music Festivals, les Frauenfest, les Riot Grrrls et les Ladyfests comptent parmi leurs points communs le fait de se développer autour de l’idée de « safe space ». Comme l’explique la Ladyfest Berlin dans une charte rédigée en 2013, les « safe spaces » tâchent de fournir à leurs participants une expérience protégée des stéréotypes, du harcèlement, de la violence et des discriminations auxquels les minorités (ici, de genre) font face dans l’espace public dominant.

Discours et pratiques de la lutte contre les VSS dans les Ladyfests

Il m’importait alors de comprendre comment ces « espaces sûrs » ou « espaces sécurisants » pouvaient être mis en discours ou en acte au sein des Ladyfests. Une première étape consiste en la rédaction de chartes communes, que tout·e festivalier·e se doit de respecter. Ces chartes sont affichées dans différents lieux stratégiques du festival (entrée, toilettes, murs de la salle de concerts, etc.), et sont parfois également distribuées, sous forme de brochure ou de tract, à l’entrée. Plus encore, ces chartes sont partie intégrante du dispositif de médiation des Ladyfests : elles ont vocation à modeler l’ambiance des événements, et à les inscrire dans un cadre explicitement féministe. Les recommandations évoquées incluent par exemple de prendre soin les un·e·s des autres, de faire attention à l’espace que l’on occupe en dansant, de respecter le consentement des personnes que l’on drague, de ne pas forcer quelqu’un à faire quoi que ce soit. Si certaines des règles énoncées par ces chartes peuvent sembler élémentaires, force est de constater qu’elles ne sont pas toujours respectées dans une grande majorité des événements musicaux, comme l’ont montré les événements médiatiques de ces dernières années.

Or, l’expression « safe space » possède deux traductions en allemand. La première « geschütztete Raum » renvoie à un espace protégé. La seconde, plus répandue, « frei Raum », renvoie à un espace libre. Autour de ces deux traductions s’articulent les deux fonctions des chartes rédigées par les organisatrices des Ladyfests : d’une part, la protection vis-à-vis des violences sexistes et autres discriminations, et d’autre part, l’encapacitation. C’est-à-dire que ces chartes ont vocation à protéger les festivalières des violences sexistes et sexuelles, en listant un certain nombre de comportements à prohiber ou à favoriser. Mais d’un autre côté, elles ont également vocation à permettre, de cette manière, aux festivalières de s’amuser, apprendre, échanger, se sentir bien et respectées. Dans les discours des féministes, ces deux fonctions ne vont pas l’une sans l’autre.

Toutefois, en analysant ces chartes, on peut également observer des procédés discursifs qui engendrent un certain flou autour des objectifs annoncés. Par exemple, des listes de discriminations sans fin ne permettant pas d’identifier des moyens de lutter concrètement contre chacune d’entre elles, et semblent ainsi vouées à l’échec – malgré toutes les bonnes intentions que l’on met derrière.

En outre, ces chartes se suffisent rarement à elles-mêmes. Il est souvent nécessaire de les coupler avec d’autres dispositifs, comme des équipes de prévention et de médiation, chargées de circuler au sein du public afin de veiller au bon déroulement de l’événement. Certaines chartes incitent également les festivalier·es à intervenir dans toute situation qui leur semblerait inappropriée. Mais en réalité, l’application concrète de ces préconisations est souvent complexe, et il demeure difficile de juger des tenants et aboutissants des interactions des individus qui nous entourent, en particulier dans des contextes festifs.

Ainsi ces dispositifs ne sont-ils pas parfaits. Ils nécessiteraient en outre différentes adaptations si l’on souhaitait les développer à plus grande échelle. Sans doute faudrait-il également convaincre les décideurs politiques, les responsables institutionnels ou encore financeurs des grands événements musicaux de leur potentielle efficacité. Considérer ces dispositifs comme point de départ d’une réflexion de plus grande ampleur permet de ne pas partir de nulle part, et leur analyse donne également à réfléchir, sur ce qui semble être ou non efficace dans une lutte contre les violences sexistes et sexuelles en contexte musical et festif… Sans toutefois occulter le long chemin qu’il reste à faire vers des espaces plus égalitaires.

 


  • Fileborn B., Wadds P., & Tomsen S., 2020, « Sexual harassment and violence at Australian music festivals: Reporting practices and experiences of festival attendees », Australian & New Zealand Journal of Criminology, n° 53-2, p. 194-212.
  • Hill R. L., Hesmondhalgh D., & Megson M., 2020, « Sexual violence at live music events: Experiences, responses and prevention », International Journal of Cultural Studies, n° 23-3, p. 368-384.
  • Platt L., & Finkel R., 2020, Gendered Violence at International Festivals, Londres & New York: Routledge.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : CC licence BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Freepik, Andrean Prabowo, Uniconlabs

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique genre

 



Citer ce billet
Louise Barrière (2023, 19 juin). Lutter contre les violences sexistes et sexuelles dans la musique live. Mondes Sociaux. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9n1

Louise Barrière

Louise Barrière est membre du laboratoire 2L2S (Université de Lorraine) : louise.barriere@univ-lorraine.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search