Des vêtements inspirés du monde animal : Quand la mode se la joue sauvage.

Oiseaux, baleines, chameaux, chevaux, scarabées ou encore araignées peuplent nos placards. Non pas (seulement) que nos vêtements utilisent les matériaux issus du monde animal. Celui-ci travaille, à un niveau plus fondamentalement symbolique, notre conception de la mode. Entre matériaux naturels, éthique inter-espèces et prestige social, prendre conscience de ce rapport à l’animal soulève des enjeux symboliques, de morale et de domination.

Le vêtement est depuis longtemps perçu comme un signe distinctif de la civilisation humaine. Les animaux ont été une source d’inspiration esthétique et technique pour les créations vestimentaires humaines à travers les âges et les continents. Cependant, l’utilisation de matières animales soulève des questions éthiques et morales, ainsi que des enjeux de pouvoir et de prestige. La mobilisation d’exemples historiques et contemporains illustrant ces thématiques permet d’interroger la relation complexe et ambivalente entre la mode et les animaux.


Nathanaël Ménétrier est étudiant en master 2 du master médiations techniques et patrimoniales : nathanael.menetrier@etu.univ-tlse2.fr


Le vêtement humain : un emprunt esthétique et technique.

Porter une parure distingue l’homme du reste du règne animal. Mais cette notion n’est pas, pour autant, absente du règne animal. Les premiers hommes ont emprunté des matériaux animaux pour créer leurs vêtements, mais s’en sont aussi inspiré. Certaines espèces ont développé de véritables stratégies d’apparence en recourant au camouflage, à l’imitation, au déguisement. D’autre ont eu recours à une métamorphose complète de leur corps pour échapper à un prédateur, fasciner une proie ou s’attirer les faveurs de partenaires. Ainsi, le vêtement ne constitue pas une frontière entre nature et culture ; il réinterroge, au contraire, leurs liens. L’animal constitue ainsi un point de passage. Cette perspective permet un retour critique sur l’animal que nous sommes, sur le vêtement que nous avons « emprunté » aux animaux et ce qu’il révèle de notre rapport aux mondes matériel et vivant.

Les animaux ont été des sources d’inspiration à la fois esthétique et technique pour les créations vestimentaires humaines sur tous les continents : les armures de samouraïs sont directement inspirées des élytres de coléoptères et les corsets de la fin de la Renaissance étaient conçus à partir de fanons de baleine. Les animaux fournissent également matières et matériaux pour l’habillage. Qu’il s’agisse du mouton ou du ver à soie pour les fibres, de la fourrure, du cuir, des plumes, des fanons de baleine ou du crin de cheval, les matières animales sont omniprésentes dans les manières dont les humains mettent en pratique leurs apparences.

Les sources d’inspiration animale sont parfois inattendues. La laine, par exemple, selon les époques et les cultures, a été utilisée à partir des toisons d’autres espèces que le mouton, comme les camélidés tel que le lama, l’alpaga, le chameau, le guanaco, mais aussi le yak, le lapin ou même le chien. La soie a également différentes origines animales. Elle est ainsi obtenue en Chine à l’aide du bombyx mori, lépidoptère domestiqué il y a plusieurs millénaires. De même, la transformation en soie marine du byssus de certains mollusques est attestée en Méditerranée depuis de nombreux siècles. Aujourd’hui, des recherches sont en cours dans plusieurs entreprises de biotechnologie afin de mettre au point des fibres de soie à partir d’ADN d’araignée.

Les animaux ont finalement joué un rôle essentiel dans l’évolution des créations vestimentaires, non seulement parce qu’ils fournissent des matériaux de confection, mais aussi parce qu’ils constituent des modèles. Ces deux rôles opèrent à la fois aux niveaux esthétiques et techniques. Certaines espèces ont même été domestiquées par l’homme pour fournir des matières premières, donnant ainsi naissance à des relations complexes de coévolution entre humains et animaux. À force de sélection, certaines espèces comme les moutons, utilisés pour leur laine, sont ainsi devenues dépendantes de l’homme. Ils sont désormais incapables de survivre sans son intervention pour tondre leur toison qui, sinon, croit jusqu’à devenir mortifère pour l’animal.

Quand l’usage des matières animales dans les vêtements structurent les sociétés.

L’utilisation de matières animales dans les objets d’art de la période élisabéthaine renseigne sur l’ambivalence objets/animaux : les objets sont faits à  partir d’animaux autant qu’ils objectivent, dans le même mouvement, les animaux. Cependant, cette proposition sous-entend que l’animal, devenu objet, serait inerte et passif. La pensée latourienne et la théorie de l’acteur-réseau, en supposant l’agentivité des objets, c’est-à-dire leur puissance d’agir, relativise cette proposition. À cet égard, l’utilisation des animaux à des fins vestimentaires soulève des questions morales quant à leur traitement. Cela pose aussi plus largement des questions sur les croisements entre animalité, matérialité et humanité. Il s’agit donc d’explorer le sens que prennent les corps animaux dans leur fragmentation en accessoires ou en pièces vestimentaires, et de questionner les réinterprétations possibles de notre rapport au monde ouvertes par l’étude des matières animales dans le vêtement.

L’agentivité, en tant que capacité d’agir et d’être responsable de ses choix, se distingue de l’intentionnalité, qui renvoie au fait d’avoir une motivation spécifique. L’agentivité implique un processus dans lequel différents acteurs jouent un rôle. Dans cette optique, il ne s’agirait pas d’adapter les vêtements à nos corps, mais plutôt de conformer nos corps à nos vêtements. Le recours à l’expression courante qui consiste à dire à un enfant portant des vêtements trop grands qu’il « grandira avec », témoigne de cette idée.  L’agentivité se rapproche ainsi de l’animisme, qui est la conviction que la nature est régie par des principes analogues à ceux de la volonté humaine. Interroger les objets faits à partir d’animaux comme les vêtements invite à réfléchir de manière critique à notre rapport aux animaux et à la nature, ainsi qu’à la manière dont les matières animales ont été, et sont toujours, utilisées pour structurer des normes et des valeurs sociales, voire raciales ou de genre.

Cela soulève également des questions éthiques et politiques sur le traitement des animaux, ainsi que sur l’agentivité des objets et des accessoires de l’apparence. Le lien entre les vêtements et les animaux a donc des dimensions économiques, politiques et sociales. En effet, le traitement des matières animales pour leur utilisation dans la mode nécessite des savoir-faire spécifiques ainsi qu’une industrie particulière. Cela complexifie les systèmes de production en même temps qu’il implique des enjeux politiques. Le corset porté par les femmes élisabéthaines, dans lequel le corps est plus contraint qu’accommodé constitue, par exemple, un élément de domination masculine.

De plus, l’importance de la matière animale dans les industries structure aussi les relations internationales. Le cuir, les plumes, le coton et la soie, par exemple, demandent des savoir-faire, des connaissances et des ressources très spécifiques qui ne peuvent pas être satisfaites par toutes les sociétés. Cela détermine ce qui peut être porté ou non, par qui, et influe même sur les relations économiques et politiques internationales. Par exemple, les femmes anglaises de la fin du xviiie siècle, parce qu’elles privilégiaient des manchons à plumes, avaient été taxées d’anti-nationalistes au motif qu’elles ne favorisaient pas la production de fourrure nationale. D’autres exemples illustrent l’influence d’échanges de matières premières et de produits manufacturés sur les sociétés et les relations internationales, tels que la route de la soie et la traite atlantique, routes commerciales entraînant des changements culturels profonds.

Les matières animales comme marqueur de domination sociale

L’utilisation de matières animales dans les vêtements soulève des interrogations sur le traitement moral des animaux. Elle pose non seulement des problèmes d’éthique inter-espèce, mais traduit également des relations de dominations. L’utilisation des matières animales a parfois servi à manifester le pouvoir, le prestige ou la richesse liés à la domination des espaces et des espèces. L’expansion coloniale des puissances européennes s’accompagne aussi d’utilisation dans leurs vêtements d’animaux endémiques des pays colonisés, comme le crocodile ou le léopard, témoignant ainsi de leur puissance.

Les matières animales utilisées pour les vêtements reflètent également l’échelle sociale et les différences de genre. La reproduction d’une diversité de parures animales dans des tissus imprimés comme le léopard, le zèbre ou le serpent étaient principalement portées par les femmes comme symbole de supériorité de l’homme. Ces symboles ont ensuite été détournés par les femmes dans un but d’empowerment.

Les rapports de domination liés à l’utilisation de matières animales dans les vêtements ne renvoient pas seulement à des rapports coloniaux, de classe sociale ou de genre. Les relations hommes-animaux, et en particulier la maltraitance dans les élevages ou par les chasses excessives pour l’acquisition de matériaux animaux, sont aussi des manifestations de la domination. L’exemple des ragondins introduits en France pour leur fourrure et qui sont désormais un problème pour l’écologie des biomes qu’ils occupent, témoignent des effets de ces rapports de domination.

Finalement, mode vestimentaire et animaux entretiennent une relation ambivalente. L’utilisation des matières animales dans le vêtement permet ainsi d’explorer la façon dont les animaux ont influencé la mode à travers les âges et les continents. Si les animaux ont été des sources d’inspiration esthétique et technique pour les créations vestimentaires humaines, l’utilisation de matières animales soulève des questions éthiques et morales, et constituent des enjeux de pouvoir, de prestige et de domination. Cette perspective permet de considérer les animaux comme interface entre nature et culture, offrant un retour critique et réflexif sur notre rapport au monde matériel et vivant.


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Freepik, Flaticon, vector4sotck2

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique société

 



Citer ce billet
Nathanaël Ménétrier (2023, 2 octobre). Des vêtements inspirés du monde animal : Quand la mode se la joue sauvage. Mondes Sociaux. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9na

Nathanaël Ménétrier

Master 2 du master médiations techniques et patrimoniales (nathanael.menetrier@etu.univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. J’apprécie particulièrement la clarté et la simplicité de votre style d’écriture. Il rend l’accès à des sujets compliqués accessible à un large public, ce qui est une compétence rare et précieuse.

  1. 18/10/2023

    […] Oiseaux, baleines, chameaux, chevaux, scarabées ou encore araignées peuplent nos placards. Non pas (seulement) que nos vêtements utilisent les matériaux issus du monde animal. Celui-ci travaille, à un niveau plus fondamentalement…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search