La pratique musicale orchestrale adoucit-elle les mœurs des écoliers et collégiens ?

Les expériences de pratique musicale collective à destination de jeunes issus de milieux défavorisés se sont multipliées depuis les premières tentatives effectuées au Venezuela pour lutter, par ce moyen, contre la misère et la violence. En France l’objectif est plutôt de traiter ainsi les problèmes d’inégalités sociales et culturelles. Les recherches en sciences sociales et en sciences de l’éducation sur ces expériences permettent de décrire ces projets avec le nécessaire recul critique, de mettre en regard les discours et les actions et enfin d’analyser l’impact de ces pratiques.


  • Canguilhem P., et Tripier-Mondancin,O. (dir.), (2022). Pratiques musicales collectives à vocation sociale : un état de la recherche, Vol. 47, Toulouse : PUM

Odile Tripier-Mondancin est membre du laboratoire LLA créatis, université de Toulouse : odile.tripier@univ-tlse2.fr

Philippe Canguilhem est membre du Centre d’études supérieures de la Renaissance, université de Tours : canguilhem@univ-tours.fr


L’impact des pratiques orchestrales à vocation sociale en milieu scolaire

Un groupe de recherche en sciences de l’éducation, autour de Laura Abello, Odile Tripier-Mondancin, Lorraine Roubertie Soliman et Daniel Guy, a cherché à tester l’hypothèse selon laquelle les pratiques musicales collectives, en particulier orchestrales, transforment l’expérience sociale et scolaire de jeunes d’un quartier parmi les plus sensibles, relevant de l’éducation prioritaire, à Toulouse.

Cette hypothèse a été testée à partir d’entretiens menés auprès de vingt-trois personnes impliquées dans deux projets indépendants (l’un dans une école, l’autre dans un collège), ainsi que d’une analyse des documents collectés. Ces projets sont en partie accompagnés par l’association Orchestre à l’école. L’analyse a porté sur l’importance des changements (nombre d’élèves participants, d’années de pratique, d’absences ; moyennes en mathématiques et en français). Les élèves (52) ont aussi pu s’exprimer en répondant à un questionnaire sur leur degré d’accord avec cette expérience. Entre 10% et 20% des élèves scolarisés dans cette école et ce collège ont pu accéder à ces pratiques musicales, entre 2010 et 2019. Les professeurs d’instrument interrogés mentionnent des adaptations nécessaires, une formation à la gestion de ce public, à un enseignement collectif fondé principalement sur la transmission orale, ce qui a conduit les professeurs de l’éducation nationale à se retrouver en position de formateurs.

L’étude, comme d’autres auparavant, montre que ces pratiques musicales n’ont pas ou peu d’effets, au collège, sur les résultats en mathématiques et en français des élèves participant au projet. D’ailleurs, le sentiment des élèves est ambivalent quant aux effets de la pratique musicale sur l’amélioration de leurs résultats scolaires.

L’effet du projet sur l’absentéisme est variable selon les années. L’ambivalence des réponses sur l’envie d’aller à l’école ou au collège, sur la capacité à jouer, invite à la prudence dans les conclusions. En revanche, la durée du parcours musical des élèves n’a cessé d’augmenter durant les neuf années. Quasiment tous les élèves encourageraient des proches à participer à ces projets musicaux. Selon les cinquante-deux élèves interrogés, l’expérience vécue a suscité reconnaissance, fierté, sentiment d’inclusion dans l’école, concorde et solidarité entre pairs. Elle a aussi favorisé la compréhension de ce qu’est d’interpréter la musique, et l’émulation. Les expériences exigent de la souplesse et de l’adaptabilité de la part des établissements et des enseignants, de nouveaux rapports se tissent, les missions s’élargissent, entraînant des tensions dans les conceptions, mais aussi des formes de transmission de pratiques pédagogiques de l’école et du collège vers l’école de musique.

Le discours public au prisme de l’expérience d’un orchestre de jeunes à vocation sociale

La recherche menée par Solène Bessemoulin, psychologue et géographe, questionne les convergences et les divergences entre le discours porté par les médias, les initiateurs de projets musicaux et les discours des enfants et intervenants du champ musical désignés comme « musiciens », à propos du projet français El Camino mené à Pau à partir de 2015. Ce projet est accompagné par le dispositif national Démos.

L’étude s’est appuyée sur des observations participantes, un journal de bord et des entretiens semi-directifs. Elle comprend également l’analyse d’une trentaine d’articles publiés ainsi que des interviews données dans des reportages.

Selon les témoignages, le projet palois permet d’abord aux enfants d’apprendre à jouer d’un instrument en atelier et être intégrés à un orchestre, de manière intensive, collective et en partie orale. Des concerts sont donnés après quelques mois. Cette dimension musicale est principalement mise en avant par la direction, les musiciens, la presse. La seconde dimension est sociale. Elle est valorisée de manière unanime par les médias et les musiciens : l’orchestre a pour objectif de démocratiser l’accès à une pratique et transmettre les valeurs citoyennes, l’acceptation de l’autre, le partage, l’écoute. L’idée est de favoriser rencontres et intégration sociale dans un « nouveau cercle ». Selon l’autrice de cette étude, la presse et la direction cherchent à séduire par un programme de transformation et de réussite sociale. Ces effets supposés sont relayés par les acteurs, en accord avec un discours public répété par la Philharmonie de Paris. La chercheure les qualifie de fédérateurs et nécessaires pour agir collectivement.

Au-delà de ces aspects fédérateurs, un deuxième niveau de discours concerne le vécu au quotidien. Ce vécu est moins linéaire que la définition du projet : El Camino est mouvant. Ainsi les musiciens-formateurs ont vécu la première année comme un saut dans l’inconnu. Il s’agit pour eux, faute de formation, d’accepter d’inventer une pédagogie différente de leurs expériences antérieures jugées inadaptées au nombre d’enfants et au manque d’organisation. La deuxième année, les musiciens ont compris qu’il fallait que le groupe se construise et s’approprie ce cadre de travail. Lors des troisième et quatrième années, les musiciens constatent une évolution globalement positive. Leur gain en expérience et les progrès musicaux des élèves apparaissent dans les discours. La quatrième année voit apparaître de nouvelles tensions avec l’arrivée de nouveaux enfants. L’écart de niveau musical se creuse, les premiers enfants entrent dans l’adolescence. Les adolescents qui commencent le collège seraient alors de plus en plus absents. L’écart se creuse aussi entre une direction qui valide ce caractère mouvant et des musiciens qui ont le sentiment de n’être que dans l’action. L’oralité et le collectif intéressent mais génèrent aussi de la frustration, particulièrement chez les musiciens qui ont déjà une expérience d’enseignement.

Ainsi, les discours de définition du projet Démos jouent un rôle fédérateur et motivant, mais ils ont parfois tendance à masquer « l’expérience » quotidienne vécue et subjective des acteurs.

Une ethnomusicologue embarquée dans Démos

Le témoignage de Marta Amico, ethnomusicologue, publié dans le même dossier que les recherches présentées précédemment, porte sur la capacité de la science à produire un savoir autonome des discours étudiés, dans le cadre de Démos. Depuis 2010, ce dispositif musical à vocation sociale s’adresse aux enfants des quartiers prioritaires relevant de la politique de la ville et à ceux des zones rurales excentrées. L’autrice a été impliquée une première fois en tant que jeune chercheuse au sein d’une équipe coordonnée par un chercheur, Denis Laborde, en 2013-2014. En 2016, elle est engagée en tant que chercheuse salariée de la Philharmonie (en charge du projet), sur le premier poste de « chargée des enquêtes », dans le cadre d’une mission d’évaluation de Démos. Quels sont les enjeux, les raisons qui motivent cette institution à investir dans la recherche ? Quelle est la place occupée par les chercheurs qualifiés « d’embarqués » ? Quelles sont les limites et les atouts d’une recherche engagée vis-à-vis des espoirs mis dans ce dispositif musical et d’une instrumentalisation possible des résultats ?

Pour le directeur de la Philharmonie, il s’agit dès le début du projet « d’objectiver les débats ». Pour cela, Démos fait appel à des cabinets privés. La première étude mentionne une sous-représentation des enfants de cadres et professions intermédiaires, mais aussi une forte présence d’enfants déjà sensibilisés à la musique. Le discours de Démos s’en trouve dès lors fragilisé. La relation ambiguë avec les conservatoires est relevée.

Une autre étude porte sur les effets cognitifs et sociaux. Des propositions sont faites quant à la pertinence d’un déploiement national. La chercheuse souligne que ces études confèrent au projet une utilité sociale (les aspects musicaux en sont absents). Ces études apportent de la matière à ce projet qui a l’ambition de changer les institutions françaises.

Le profil des chercheurs engagés a évolué, de la recherche privée vers la recherche publique. Le commanditaire semble dès le lancement être conscient de l’écart qui peut exister entre ce qui se passe sur le terrain, qui est analysé par les chercheurs, et « l’affichage officiel ». Lorsque Marta Amico expose les résultats de sa première enquête, elle constate que certains porteurs du projet acceptent la remise en cause, par des parents, de la fonction sociale du projet, tandis que des coordinateurs choqués stoppent le partenariat. Le discours des chercheurs renforce à la fois « le soutien [au projet], comme l’opposition ». La jeune chercheuse « dépassée » par les discussions générées s’est retrouvée malgré tout « embarquée » pour occuper le nouveau poste visant à relier recherche et amélioration du fonctionnement du projet. La présence de la chercheuse, valorisée par la direction, a difficilement été intégrée par la base : les référents territoriaux et sociaux estiment que le chercheur peut perturber les équilibres fragiles dans des ateliers dans lesquels le nombre d’adultes est élevé. La chercheuse parie toutefois sur « un engagement raisonné » à collaborer pour observer. La recherche embarquée conduirait à montrer non pas les effets sur les enfants, mais la gestion des clivages sociaux par les décideurs.

Des expériences aux effets complexes

Analyser du point de vue des sciences humaines et sociales les expériences de pratiques orchestrales à destination d’enfants de quartiers populaires est difficile et indispensable. Difficile, car les chercheurs se trouvent confrontés à des discours enthousiastes de personnes très engagées et pas toujours enclines à laisser le regard critique s’exercer. Mais c’est indispensable pour que ces expériences ne restent pas dans le registre du conte de fées ou dans l’imaginaire public. Ces recherches peuvent en effet favoriser une réelle évolution des pratiques et des parcours scolaires et extrascolaires des enfants engagés dans de tels dispositifs.
 


  • Abello L., Tripier-Mondancin O., Roubertie Soliman L., et Guy D., 2022, « L’impact des pratiques musicales collectives à vocation sociale en milieu scolaire. Le cas de deux projets en éducation prioritaire », Dossiers des Sciences de l’Education, 47, 11-32.
  • Amico M., 2022, « Une ethnomusicologie “embarquée” à la Philharmonie de Paris. Recherche et engagement dans les projets musicaux dits ‘à vocation sociale », Les Dossiers des sciences de l’éducation, 47, 51-65.
  • Baker G., 2022, « Researching social action through music: challenges and possibilities », Les Dossiers des sciences de l’éducation, 47, 67-80.
  • Bessemoulin S., 2022, « Un orchestre de jeunes à vocation sociale : le discours public au prisme de l’expérience », Les Dossiers des Sciences de l’Éducation, 47, 33-50.
  • Bourg A., 2022, « Le projet Démos : genèse, acteurs, enjeux », Les Dossiers des sciences de l’éducation, 47, 137-143.
  • Canguilhem P. et Tripier-Mondancin O. (dir.), 2022, Pratiques musicales collectives à vocation sociale : un état de la recherche,Vol. 47, Toulouse : PUM.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : CC licence BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Freepik, Eucalyp, Vitaly Gorbachev, Flaticon

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique éducation

 



Citer ce billet
Philippe Canguilhem et Odile Tripier-Mondancin (2023, 18 septembre). La pratique musicale orchestrale adoucit-elle les mœurs des écoliers et collégiens ? Mondes Sociaux. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9n7

Philippe Canguilhem et Odile Tripier-Mondancin

Odile Tripier-Mondancin est membre du laboratoire LLA créatis, université de Toulouse : odile.tripier@univ-tlse2.fr | Philippe Canguilhem est membre du Centre d’études supérieures de la Renaissance, université de Tours : canguilhem@univ-tours.fr

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Je suis profondément impressionné par la profondeur et la rigueur de votre analyse. Votre capacité à plonger dans les détails tout en gardant une vue d’ensemble est remarquable.

  2. Votre article a ajouté une nouvelle dimension à ma compréhension du sujet. Les perspectives que vous avez présentées ont ouvert de nouvelles voies de réflexion.

  3. Cet article est un trésor d’informations, merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search