Les capitouls d’origine modeste au XVIIe siècle: une histoire vue d’en bas

Sous l’Ancien Régime, gravir les échelons sociaux n’était pas facile, mais certaines fonctions offraient la notabilité nécessaire à ce type de promotion. C’était le cas du service municipal. Connues sous le nom de « consuls » dans le Midi de la France et de capitouls à Toulouse, les « élus municipaux » qui dirigeaient les villes représentaient la communauté urbaine.

À Toulouse, les capitouls s’entouraient d’un décorum exceptionnel magnifiant la qualité et la dignité de ces hommes. Parmi les capitouls, certains, notamment les procureurs, étaient d’origine modeste. Comment expliquer que la plus haute fonction municipale se soit retrouvée entre leurs mains ? Comment cet honneur a-t-il contribué à la progression de leurs familles dans la hiérarchie sociale toulousaine ?


  • Dolan C., 2023, “Histoires de capitouls. « Gens de peu de naissance » et promotion sociale à Toulouse (XVIIe -XVIIIe siècles)”, Toulouse : Presses universitaires du Midi

Claire Dolan est professeure associée au Département des sciences historiques de l’Université Laval, Québec : dolanclaire75@gmail.com


Les capitouls au XVIIe siècle

Nommés chaque année, pour un mandat d’un an, les huit capitouls de Toulouse ont longtemps représenté l’identité de la ville sous l’Ancien Régime. Ils détenaient le pouvoir municipal non seulement quand ils étaient capitouls, mais également pendant les années suivantes, puisqu’ils demeuraient membres du « conseil de bourgeoisie », qui prenait la plupart des décisions. Devenir capitoul était donc considéré comme une belle réussite sociale, d’autant plus que cette fonction apportait une noblesse transmissible aux fils, à peu près sans condition. Au XVIIe siècle, les hommes choisis pour cette charge étaient des avocats, des marchands, des procureurs ou des écuyers. On peut donc imaginer qu’être nommé capitoul avait un certain retentissement sur leur position sociale et que toute leur famille bénéficiait des retombées de cette promotion.

Qu’en est-il vraiment? Pour le savoir, il faut suivre le parcours de certains d’entre eux avant leur entrée au conseil de ville, pour ensuite les comparer avec la situation de leurs descendants.

Les procureurs à Toulouse, ville de justice

En choisissant parmi les capitouls ceux qui étaient procureurs, on opte pour des gens qui n’étaient pas particulièrement considérés dans la société toulousaine, même s’ils exerçaient une profession juridique. En effet les procureurs pouvaient être très riches ou très pauvres, et, contrairement aux avocats, la plupart d’entre eux n’avaient pas fait d’études à la Faculté de droit, ayant plutôt reçu leur formation chez d’autres procureurs. Toulouse était alors une ville de justice puisque plusieurs tribunaux y siégeaient dont le plus important était le Parlement. Les gens de justice y étaient donc nombreux, ils s’occupaient non seulement d’affaires criminelles mais également de litiges civils entre des justiciables qui venaient de l’ensemble du Languedoc.

Les procureurs au parlement qui furent capitouls avaient, pour la plupart, « immigré » à Toulouse. Ils venaient notamment de Lisle-sur-Tarn et de sa région, des monts de Lacaune, de Béziers, des villages autour de Montpellier. Arrivés à Toulouse, ils faisaient leur formation chez un compatriote, ou chez un parent, et espéraient ensuite contracter un mariage « correct» afin que la dot de leur femme leur permette d’acheter un office de procureur au parlement, indispensable pour exercer légalement ce métier. Tous les offices étaient achetés à crédit et, dans presque tous les cas, l’épouse en était la principale créancière. En débutant, le procureur au parlement n’avait souvent que son office. S’il s’y prenait bien et s’il savait choisir ses « clients », il avait cependant bien des occasions de s’enrichir et de nouer des relations chez les personnages importants du Languedoc. C’est ce que firent les procureurs qui devinrent capitouls.

Pour devenir capitoul : richesse et relations

À l’époque, on ne devenait pas capitoul si on était pauvre, mais la condition la plus importante pour entrer à l’hôtel de ville était d’avoir de multiples relations influentes et bien placées. Certains procureurs étaient passés maîtres dans les opérations de crédit. Venus de l’extérieur de Toulouse, ils servaient d’intermédiaires aux gens de leur village ou de leur région pour trouver des prêteurs à Toulouse, mais ils investissaient également eux-mêmes dans le rachat des dettes impayées. Quand on considère les actes notariés de l’époque, le nombre de leurs transactions paraît très important, mais en fait, les procureurs servaient aussi de prête-nom à de nombreux investisseurs, ce qui rend difficile d’établir s’il s’agit de leur propre argent ou celui de leurs clients. Plusieurs conseillers au parlement, archevêques ou autres utilisaient ainsi leur procureur comme prête-nom, service qu’ils rétribuaient par des faveurs, en déployant leurs réseaux d’influence.

La famille était également productrice de relations inestimables. Les procureurs venus des monts de Lacaune en sont un bon exemple. Au XVIIe siècle, ils arrivent à Toulouse un à un, attirés par des oncles ou des cousins. Tous font un arrêt à Castres où ils pratiquent quelques années avant de rejoindre définitivement les autres membres de la famille déjà installés à Toulouse. Un cousin devenu capitoul ouvre la porte de l’hôtel de ville à ses parents qui profitent soit de l’influence du capitoul soit de celle de ses protecteurs.

Les procureurs capitouls de Lisle-sur-Tarn arrivent aussi à Toulouse grâce à un réseau familial, qui intègre à la fois les professions juridiques et marchandes, toutes bienvenues au capitoulat. Il s’agit moins ici de cousins que de fils de capitouls, entrés au conseil de ville très longtemps après le décès de leur père, mais qui constituent tout un groupe de parents auquel participent les beaux-frères.

Dans ces familles, les premiers qui s’installent à Toulouse sont des procureurs, un de leur fils le devient à son tour, alors qu’un autre est dirigé vers la profession d’avocat. S’il n’y a qu’un fils, on l’incite plutôt à devenir avocat, profession mieux vue que celle de procureur, sans pour autant que ses retombées économiques ne soient plus grandes. Les filles épousent des hommes du même milieu, avocats, procureurs ou marchands.

Les femmes et la gestion des biens familiaux

Les femmes ne font pas que permettre des alliances. Plusieurs jouent un rôle de gestionnaires sans lequel le patrimoine des familles se serait effrité avant même de pouvoir être transmis aux enfants. Les veuves, notamment, continuent les activités de crédit du mari décédé, multipliant les placements judicieux pour offrir à chacun des enfants la part qui lui revient. Selon le nombre d’enfants et le testament fait par leur mari, elles doivent prendre des décisions difficiles pour pouvoir payer les sommes dues aux héritiers.

Mais les femmes ont aussi leurs propres biens. Par exemple, les femmes des monts de Lacaune, dont certaines pratiquent le commerce d’animaux, placent ces derniers chez des fermiers autour de Toulouse, ce qui entraîne pour elles et ces fermiers un profit appréciable. Elles sont parfois riches comme cette veuve qui a hérité des avoirs de son mari capitoul et marchand, décédé prématurément, et qui utilise son argent pour marier sa fille à un conseiller au parlement sans le sou, tout en offrant à son frère et à ses neveux les secours de sa bourse pour favoriser leurs aspirations. Les portraits de ces femmes sont variés, ils mettent à mal les clichés qui font des femmes d’Ancien Régime des victimes sans pouvoir, cantonnées au foyer.

Les réseaux économiques languedociens et l’établissement à Toulouse

Les réseaux économiques auxquels sont associés ces nouveaux Toulousains s’étendent dans tout le Languedoc. Les familles des monts de Lacaune ne misent que très peu sur leur région d’origine où elles ne semblent pas garder d’affaires, alors que les Albigeois favorisent une installation dans les environs de Toulouse tout en gardant des terres familiales à Lisle-sur-Tarn ou à Gaillac, pendant une ou deux générations. Qu’ils soient procureurs, avocats ou marchands, les capitouls, comme ceux qui ne l’étaient pas, investissent dans la terre. Plusieurs achètent une partie de seigneurie pour pouvoir se dire coseigneurs, ce qui ne trompe personne à l’époque puisque la même seigneurie peut être détenue par plusieurs personnes qui en portent le titre (21 coseigneurs pour Colomiers par exemple).

Ce que deviennent les capitouls et leurs familles?

Déjà bien placés dans les réseaux qui alimentent Toulouse, les capitouls ne profitent pas tous également de leur passage à l’hôtel de ville. Certains utilisent les occasions que leur fournit le capitoulat pour augmenter leur fortune, leurs relations et leur influence, c’est le cas par exemple de Charles Bousquet qui arrive de Celleneuve – aujourd’hui un quartier de Montpellier –, devient procureur au parlement de Toulouse, soigne ses relations avec les financiers et les hommes d’affaires de Montpellier, accède au capitoulat, sert ensuite d’intermédiaire entre la ville de Toulouse et l’intendant avant de devenir subdélégué – représentant de l’intendant – dans la même ville. Il abandonne rapidement la profession de procureur, devient engagiste pour la partie royale de la seigneurie de Colomiers et accumule une fortune importante qui lui permet d’acheter à son fils aîné une charge de conseiller au parlement. Progression sociale exceptionnelle pour l’époque et pour un procureur.

D’autres capitouls cependant ne semblent pas avoir profité des possibilités offertes par la fonction. Il est difficile en effet de soutenir que le fait d’avoir siégé au conseil de ville améliore toujours durablement la position sociale des procureurs. Quand on regarde la position sociale qu’occupent leurs descendants, on ne peut pas dire non plus qu’ils affichent une progression exceptionnelle dans la société toulousaine. Peut-être partaient-ils de trop loin pour être remarqués ?  Ou préféraient-ils continuer leur vie de procureur sans rêver à de plus hautes fonctions ?

Certains capitouls semblent en effet se contenter de la noblesse apportée par la charge. Les marchands par exemple peuvent devenir banquiers ou financiers et faire des affaires avec le pouvoir royal, toujours à la recherche d’argent pour soutenir ses guerres. Ceux qui ont des ambitions commencent par supprimer la qualité de marchand après leur nom. Nobles depuis qu’ils ont été capitouls, plusieurs se disent désormais écuyers, tout en faisant précéder leur nom du qualificatif « noble ».  Alors que les procureurs continuent d’exercer leur métier sans perdre leur noblesse – on dit alors qu’ils « ne dérogent pas » – la situation des marchands n’est pas aussi claire. Ils soutiennent qu’ils peuvent continuer la marchandise sans déroger, mais la prudence leur commande de ne pas prendre de risque et d’abandonner le commerce. Ce qui ne veut pas dire qu’ils renoncent aux affaires.

La noblesse des capitouls

Cette noblesse des capitouls, dont la tradition a fait grand cas, n’a rien à voir avec celle acquise au Moyen Âge ou au XVIe siècle. Le contexte a changé et, contrairement aux siècles précédents, la noblesse ne relève plus d’une reconnaissance régionale, mais d’une autorisation royale. C’est le roi donc qui décide si les capitouls continueront de jouir d’une noblesse transmissible ou non. Les négociations avec le pouvoir royal sont longues, ardues et finissent toujours par coûter très cher, ce que les Toulousains reprochent d’ailleurs aux anciens capitouls à la fin du XVIIe  siècle, en les accusant d’avoir dépensé l’argent des contribuables à leur seul profit et à celui de leurs descendants.

De fait, les anciens capitouls qui se contentent du titre de noblesse n’acquièrent pas le même prestige que ceux qui vivent noblement et continuent de soutenir la progression de leurs enfants dans l’échelle sociale. Parmi les procureurs capitouls, plusieurs n’arrivent pas au-delà du titre de noblesse. Ils se disent « anciens capitouls », ce qui est signe de distinction pour eux et leurs enfants, mais cette noblesse de cloche – comme on appelle la noblesse qu’apportent certaines fonctions municipales – n’est rien si on ne s’en sert pas comme tremplin pour gravir d’autres échelons.

Au XVIIIe siècle, la situation est différente pour les étrangers à la région – les Parisiens par exemple – qui ont acquis chez eux des seigneuries, sont riches et ont servi les grands. Pour eux, obtenir une charge de capitoul n’est pas un tremplin, mais une consécration qui couronne un itinéraire auquel il ne manque que la noblesse pour être réussi. On comprend donc que ces étrangers aient marchandé âprement leur accès au capitoulat, en utilisant toutes leurs relations, leur bourse et tous les expédients possibles pour être nommés capitouls, sans résider à Toulouse et parfois même sans y avoir mis les pieds.

Cette situation a probablement contribué à déprécier la fonction de capitoul au XVIIIe siècle. Les communautés de marchands et de procureurs au parlement n’acceptent plus de donner la préséance en leur sein à leurs membres anciens capitouls. Contrairement au XVIe siècle où le capitoulat pouvait conduire à une charge plus prestigieuse encore – celle de parlementaire par exemple –, à partir de la fin du XVIIsiècle, seuls quelques capitouls peuvent placer leur fils au Parlement.

L’étude systématique des actes notariés révèle des itinéraires insoupçonnés. Les familles qui ont un ancêtre capitoul sont nombreuses, mais il faut se demander jusqu’à quel point leur réalité correspondait à la mythologie qui enveloppe l’histoire générale des capitouls. Suivre des individus qui l’ont été et les retombées de cet honneur sur leur famille permet de rendre concrète cette histoire et de constater qu’entre les capitouls du Moyen Âge et ceux du début du XVIIIe siècle, la société comme la vie municipale toulousaine s’est transformée.


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : CC licence BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
 
Crédits images en CC : Freepik, Flatico, Ana Maria Miha, Umeico, Flaticons,

  Retrouvez d’autres articles dans la rubrique passé  



Citer ce billet
Claire Dolan (2023, 16 octobre). Les capitouls d’origine modeste au XVIIe siècle: une histoire vue d’en bas. Mondes Sociaux. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9ne

Claire Dolan

Claire Dolan est professeure associée au Département des sciences historiques de l’Université Laval, Québec : dolanclaire75@gmail.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search