La mise en récit de l’État-nation

Ce film explore la manière dont la nation française est présentée à travers le choix entre ce qui est mis en avant et ce qui est laissé dans l’ombre de son histoire. Cette mise en récit du passé occupe en effet une position significative dans les discours politiques et médiatiques actuels.

Dans les années 2010, divers essayistes et journalistes (Laurent Deutsch, Éric Zemmour ou Dimitri Casali…) ont promu une narration de l’histoire de France où l’Ancien Régime et l’histoire pré-républicaine sont prééminents. Cette nostalgie de la période pré-républicaine met en lumière une vision de la France qui est fortement associée à une identité blanche et définie par ses racines chrétiennes.

Le documentaire présente la manière dont le récit historique s’est élaboré au XIXe siècle. Pour raconter cette histoire de France, deux approches narratives sont abordées ; d’un côté, la référence aux “ancêtres les Gaulois”, et de l’autre, le providentialisme chrétien. Ce récit narratif scolaire, formulé par Ernest Lavisse à partir des années 1880, parvient à concilier les héritages de l’Ancien Régime et ceux de la Révolution française.

Cependant, cette synthèse n’inclut pas les femmes, qui sont absentes du récit enseigné à l’école. De la même manière, les actes de violence et de viol perpétrés au nom de la grandeur de la France pendant les campagnes napoléoniennes sont passés sous silence. Les révoltes populaires disparaissent de l’histoire. La construction de l’État-nation met en avant l’image des “grands hommes” plutôt que celle du collectif et du peuple dans l’imaginaire politique et social. Le récit colonial est assimilé au récit républicain universaliste, soutenant l’idée que l’entreprise colonisatrice de la France a permis le développement de ces pays.

Progressivement, une personnification de la France émerge. Cependant, cette représentation, élaborée au XIXe siècle et au début du XXe siècle, sera remise en question par les historiens de l’école des Annales dès les premières années de la décennie



Fiche technique :

Type de film et année : film-recherche, 2022

Auteure-réalisatrice : Jeanne Menjoulet (CNRS-CHS)

Images, interviews, montage : Jeanne Menjoulet (CNRS-CHS)

Producteur : Centre d’Histoire Sociale des Mondes Contemporains (CHS)

Durée : 1h07 mn

Procédé audiovisuel : prises de vues sur fond bleu (incrustation chromatique au montage)

Historien.ne.s interviewés :

  • Sébastien Ledoux (Sciences Po Paris, associé au CHS),
  • Michelle Zancarini-Fournel (auteur de ‘Une histoire populaire de la France, les luttes et les rêves’, de 1685 à nos jours),
  • Michelle Perrot (pionnière de l’histoire des femmes en France).
  • Patrick Weil (Historien CHS, auteur en 2022 d’un ouvrage sur la laïcité)

Les interviews des historien.ne.s ont été filmés par Jeanne Menjoulet, à Aubervilliers et à Paris.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits en CC : Freepik, Flaticon

 

Retrouvez d’autres productions dans notre catégorie Un film



Citer ce billet
Jeanne Menjoulet (2023, 2 octobre). La mise en récit de l’État-nation. Mondes Sociaux. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9n9

Jeanne Menjoulet

Centre d'Histoire Sociale du XXe siècle - UMR CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (jeanne.menjoulet@univ-paris1.fr )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search