Le devoir de mémoire, une mémoire collective ?

L’expression «  devoir de mémoire » s’est généralisée dans les années 1980-1990. Ce documentaire étudie cette évolution, opérée dans les années 1980. La mémoire de la résistance a en effet laissé place à l’affirmation de la mémoire du génocide des juifs, imposée comme crime singulier dans la société civile. Le tournant est marqué par le procès Barbie en 1987 à Lyon. Dès lors, les victimes ont pris une nouvelle place dans la narration de l’histoire tantôt compassionnelle tantôt contestatrice.

Le génocide des Juifs a par la suite obtenu une reconnaissance de la part des institutions, dans le monde occidental, et en France à partir de 1995, lorsque le président Jacques Chirac reconnaît la responsabilité de l’État français (commémoration de la rafle du Vel d’Hiv). Dans la société civile, les “militants de la mémoire” jouent un rôle actif dans cette montée en puissance de la reconnaissance du génocide des juifs tout comme l’importance de la mémoire de la Résistance, la traite et l’esclavage des noirs et la mémoire de la guerre d’Algérie. D’un point de vue d’historiens, ces mémoires sont parfois abordées dans le cadre d’une “histoire globale”, explicitée dans ce documentaire.

Le courant dénonçant les repentances se développe parallèlement à la reconnaissance des victimes avec la volonté de rendre hommage à ceux qui ont contribué à ” la grandeur nationale”. La loi de 2005 est le point de départ de cette réaction au sens politique que va capitaliser Sarkozy pendant sa campagne présidentielle, qui est le premier président à amener sur le devant de la scène le thème du récit national comme étant un des thèmes majeurs de sa campagne.



Fiche technique :

Type de film et année : film-recherche, 2022

Auteure-réalisatrice : Jeanne Menjoulet (CNRS-CHS)

Images, interviews, montage : Jeanne Menjoulet (CNRS-CHS)

Producteur : Centre d’Histoire Sociale des Mondes Contemporains (CHS)

Durée : 1h15 mn

Procédé audiovisuel : prises de vues sur fond bleu (incrustation chromatique au montage)

Historien.ne.s interviewé·es :

  • Sébastien Ledoux (Sciences Po Paris, associé au CHS),
  • Claire Andrieux (institut d’histoire de sciences Po, Paris),
  • Angeline Escafré-Dublet (Institut Convergences Migrations),
  • Michelle Zancarini-Fournel (auteur de « Une histoire populaire de la France, les luttes et les rêves’, de 1685 à nos jours »).

Témoignage : Claude Sommer, vice-président de l’Association des rescapés de Montluc

Les interviews des historien·ne·s et du vice-président de l’ARM ont été réalisés et filmés par Jeanne Menjoulet, à Lyon et à Paris.


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Freepik, umeicon

Retrouvez d’autres productions dans notre catégorie Un film



Citer ce billet
Jeanne Menjoulet (2023, 6 novembre). Le devoir de mémoire, une mémoire collective ? Mondes Sociaux. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u9nf

Jeanne Menjoulet

Centre d'Histoire Sociale du XXe siècle - UMR CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (jeanne.menjoulet@univ-paris1.fr )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search