La fabrique des performances athlétiques ?

Les capacités physiques mobilisées durant la course à pied sont-elles uniquement l’expression de prédispositions biologiques ? La question du lien entre social et biologique dans l’effort physique est un sujet peu abordé dans les sciences sociales. En prenant l’exemple de la course à pied, Manuel Schotté montre que les performances physiques des individus ne découlent pas uniquement de mécanismes biologiques, mais qu’elles sont également définies socialement. L’auteur explore le rôle du social dans l’entraînement mais aussi lors des compétitions. L’article vise ainsi à dépasser les oppositions habituelles entre biologique et social.

 


  • Schotté M., 2016, « Les possibles corporels : support biologique, déterminations sociales », Revue européenne des sciences sociales, 54-1, p. 201-220

Margo Humblet est étudiante à l’Université Toulouse – Jean Jaurès : margo.humblet@etu.univ-tlse2.fr


Le corps « visible » transformé par la pratique corporelle

Afin d’éclaircir le lien entre social et biologique, Manuel Schotté appuie son propos sur une citation de Bourdieu selon laquelle le corps serait « ouvert au monde », car exposé à un environnement qui le détermine en partie. L’environnement social jouerait selon lui un rôle sur les performances physiques des individus. Pour saisir ce phénomène, le cas de l’entrainement sportif intensif se montre particulièrement utile. En effet, si l’acte sportif requiert des capacités physiques, en partie déterminées biologiquement, le fait de s’entrainer est lui, un acte social. Via l’entrainement physique quotidien, les sportifs aspirent à transformer leur corps.

L’augmentation de la consommation d’oxygène, la baisse de la fréquence cardiaque au repos sont des mécanismes physiologiques issus du travail d’entrainement. D’autres transformations sont plus directement visibles : les muscles sont plus développés et les mâchoires creusées. Ces modifications sont recherchées par le coureur dans le but d’augmenter ses performances et de pouvoir répondre aux attentes des compétitions. Le corps intègre donc, au fil de la pratique, des éléments socialement construits . Les transformations engendrées par ces pratiques concernent également des éléments plus subtiles comme les sensations éprouvées par les coureurs.

La modification des sensations corporelles via l’entrainement

En plus des changements physiques parfois spectaculaires, l’entrainement agit également sur la catégorisation des ressentis liés à la pratique physique, via un processus de socialisation corporelle. L’environnement social de l’athlète – autres coureurs, entraineurs, etc. – joue ici un rôle déterminant.   Manuel Schotté prend pour exemple la sensation de fatigue ressentie par les coureurs lors de l’exercice physique. Pour lui, cette sensation serait semblable à la sensation de douleur, à l’interface entre le social et le biologique. Pour comprendre cela, l’auteur prend l’exemple d’un coureur débutant. La sensation de fatigue est ressentie lorsque le coureur perçoit des sensations différentes de celles vécues habituellement. La capacité à surmonter ce type de sensation et à les accepter va se construire grâce aux coureurs plus expérimentés, qui participent à normaliser les sensations éprouvées, ce qui est nécessaire à la poursuite de l’effort et à la progression de l’individu. C’est ce processus qui différencie un amateur d’un expert : la faculté de pouvoir interpréter ces sensations de fatigue, au début désagréables, comme normales. Pour cela, les coureurs vont pratiquer fréquemment afin de mieux définir ces signes de fatigue et de pouvoir les ignorer et les surpasser. Le processus est identique face à la douleur.

Le rôle des interactions sociales dans la production de la performance

Comme évoqué précédemment, les corps et les capacités physiques des sportifs sont en partie construits lors de l’entraînement. Mais, la performance d’un individu en course à pied, se définit aussi à travers la confrontation aux autres, notamment en compétition. Le contexte de compétition est idéal pour comprendre cela, en particulier, dans le cas du cross-country. En effet, dans ces courses, les coureurs ne disposent d’aucun moyen de se situer dans le temps. Ils vont alors adapter leur rythme et se repérer grâce aux autres coureurs de même niveau, qu’ils observent attentivement lors de la course. Ce sont les capacités de repérage et d’interprétations des signes physiques d’autrui qui permettent aux coureurs de se situer.

Un « jeu de rôle », « de surveillance mutuelle » prend alors forme : les coureurs essayant de dissimuler le plus possible les signes de difficultés éprouvées afin de pouvoir tromper les autres coureurs tout en repérant chez eux certains signes de l’effort comme une respiration bruyante. En effet dans ce type de course, les participants ne cessent de se situer par rapport aux autres via l’interprétation sociale des signes corporels afin de « classer » les coureurs dans la situation performative. Ce mécanisme permet au coureur d’évaluer ses adversaires mais également de s’évaluer lui-même. Dans le contexte d’une compétition, ces facultés à dissimuler et le fait de bien interpréter les signes de fatigue que l’on peut percevoir chez les autres coureurs permettent donc de pouvoir établir des stratégies pour gagner.

Quand un coureur se positionne à un niveau inférieur à son adversaire, il va « subir » son rythme.  A contrario si le coureur se positionne à un niveau plus élevé que son adversaire, ce sera lui qui aura la sensation de « mener » le rythme. La façon dont le coureur perçoit sa position, réelle ou perçue, peut avoir un impact sur ses performances, car cela peut conduire au développement d’une nouvelle maîtrise de celles-ci.

Les performances sportives façonnées par l’expérience

Le passé sportif des coureurs est également un facteur important de la détermination des positions et des performances. En effet, les résultats sportifs passés ont un poids sur l’appréciation des coureurs car elles permettent à chacun de se situer en amont de la course ou de la confrontation. Les expériences passées sont révélatrices de leur niveau actuel. Ces exemples confirment que les performances physiques des coureurs ne s’établissent pas seulement par le biais du biologique.

Apprendre à surmonter les signes de fatigue, à les percevoir chez les autres, pouvoir se positionner vis-à-vis des pairs et des concurrents et développer des qualités stratégiques sont autant d’éléments qui découlent d’interactions entre les coureurs et plus largement du processus de socialisation via la pratique physique répétée.

Finalement, Manuel Schotté montre, à travers ce travail, comment le corps se situe bien à l’interface entre le social et le biologique.

 


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND.

Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images en CC : Flaticon, Freepik, ultimatearm

 

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique santé



Citer ce billet
Margo Humblet (2023, 18 décembre). La fabrique des performances athlétiques ? Mondes Sociaux. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf5o

Margo Humblet

Margo Humblet est étudiante à l’Université Toulouse – Jean Jaurès : margo.humblet@etu.univ-tlse2.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search