Télétravail : plaisir ou corvée ?

 

Si le télétravail est souvent plébiscité par ceux qui l’ont expérimenté, des critiques significatives émergent, notamment concernant une réduction de l’efficacité, une augmentation de la fatigue et un sentiment d’isolement. Une recherche s’appuyant sur sept études de cas, incluant 60 entretiens, réalisés dans divers secteurs et tailles d’entreprises, permet de faire le point sur les effets de cette forme particulière de travail.

 

 


  • Thoemmes J., 2023, « Le paradoxe du télétravail ». Les mondes du travail, n° 30 : 119 36. https://hal.science/hal-04206134v1/document
  • Thoemmes J., 2024, La seconde autonomie. Temps et travail en France, Allemagne et en Chine, Toulouse : Octares Editions (sortie 15 janvier), 236 p.

Jens Thoemmes est membre du CERTOP (UMR 5044), Université de Toulouse Jean-Jaurès : thoemmes@univ-tlse2.fr


Le télétravail en question

La pandémie a profondément transformé le monde du travail, notamment par l’essor du télétravail, impactant de nombreux salariés et entreprises. D’ici 2050, il est prévu que la moitié des emplois pourraient être effectués à distance (voir rapport du Sénat). Cette évolution modifie l’équilibre entre vie professionnelle et privée, obligeant les travailleurs à s’adapter à un cadre de travail physique et temporel différent. Malgré le fait que les tâches n’aient pas beaucoup changé, cette transition représente une rupture majeure dans la routine quotidienne.

Le télétravail est largement plébiscité par ceux qui l’ont expérimenté, avec une majorité de télétravailleurs satisfaits souhaitant poursuivre cette pratique après la pandémie (voir enquête Ugit-CGT). Cependant, la préférence générale penche vers un télétravail à mi-temps plutôt qu’à plein temps. Parallèlement, des critiques significatives émergent, notamment concernant une réduction de l’efficacité, une augmentation de la fatigue et un sentiment d’isolement.

Nous commencerons par définir le télétravail, puis nous présenterons les effets contradictoires du télétravail, l’adhésion et la position des salariés qui ressortent de notre recherche. Nous examinons alors la contribution de la négociation et le rôle des critiques des salariés et délégués syndicaux concernant le télétravail pour comprendre le paradoxe du télétravail.

De la difficulté de définir le télétravail

Définir le télétravail présente trois défis majeurs. Premièrement, les termes utilisés pour le décrire varient en pertinence et en signification. Deuxièmement, la codification légale et la négociation collective du télétravail diffèrent selon les contextes. Troisièmement, sa mise en œuvre en entreprise présente des défis pratiques, reflétant la diversité de ses formes, allant du travail à domicile aux espaces partagés. Malgré cette complexité, un consensus général le définit comme une activité effectuée à distance, soutenue par les technologies de communication.

En France, la notion de télétravail bénéficie d’un cadre juridique spécifique, orienté vers les accords collectifs depuis les ordonnances « Macron » de 2017. Ces accords abordent des sujets variés, allant de la sélection des postes éligibles au télétravail à l’adaptation des salariés à cette pratique. La négociation collective et les accords d’entreprise jouent donc un rôle croissant dans la régulation du télétravail, reflétant une évolution vers des pratiques de travail à distance plus structurées.

Contradictions et ambivalences

Le télétravail présente des effets contradictoires selon les recherches (voir les enquêtes de la DARES). D’un côté, il augmente l’autonomie, la productivité, la concentration, réduit les distractions, l’absentéisme, le temps de trajet, et le stress. De l’autre, il peut intensifier le travail, accroître les risques psychosociaux, les troubles musculo-squelettiques, diminuer la motivation et l’identification à l’entreprise, et mener à l’isolement. L’enquête TraCov révèle qu’un travailleur sur dix a ressenti une dégradation de ses conditions de travail à cause du télétravail.

En termes d’adhésion, les salariés préfèrent majoritairement un modèle hybride de télétravail, alliant travail à distance et en présentiel. Notre recherche montre que les salariés perçoivent une plus grande autonomie et une meilleure gestion du temps en télétravail, tout en reconnaissant des avantages au travail en présentiel, comme le maintien des interactions sociales et du lien avec l’entreprise. Les préférences varient selon les aspects de travail considérés, révélant une diversité des positions individuelles et la recherche d’un équilibre entre les modes de travail. En conclusion, le télétravail, bien qu’apprécié, est aussi source de critiques, et la solution idéale semble résider dans un équilibre personnalisé entre le travail à distance et en présentiel.

La négociation du télétravail

Bien qu’il soit essentiel de comprendre l’attitude individuelle envers le télétravail, il est tout aussi important de considérer les dynamiques collectives qui influencent ces positions. Notre étude de cas sur sept entreprises révèle une instabilité des règles de télétravail, exacerbée par les confinements successifs et l’apprentissage lié à cette nouvelle forme de travail. La pandémie a précipité un passage au télétravail pour la moitié des salariés actifs en France (enquêtes DARES), prenant de court les négociations collectives. Les entreprises ayant expérimenté le télétravail avant la crise se sont mieux adaptées à ces changements.

Notre échantillon montre des approches diversifiées du télétravail, dépendant des expériences antérieures, des contraintes d’activité, des relations sociales, et de la taille de l’entreprise. Par exemple, une entreprise informatique a autorisé un télétravail à 100 %, tandis qu’une entreprise de services a essayé de mettre en place deux jours de télétravail par semaine, sans succès. La négociation est souvent un processus long et évolutif, marqué par des accords et des avenants successifs, et peut parfois limiter le télétravail à un seul jour par semaine.

L’exemple de quatre entreprises souligne la prudence nécessaire dans l’analyse de l’évolution du télétravail qui se généraliserait à l’ensemble des établissements. Dans une entreprise de commerce agricole, par exemple, un accord signé limitait le télétravail à des demandes ponctuelles, sauf pour des situations particulières. Une entreprise de métallurgie a dû s’adapter rapidement au télétravail pendant le premier confinement, avec un accord limitant ultérieurement le télétravail à un jour par semaine. Une entreprise d’assurances est revenue à sa politique pré-pandémique, avec un télétravail limité à un ou deux jours par semaine. Enfin, dans le service de la fonction publique territoriale, le télétravail est progressivement revenu à un jour par semaine.

La négociation du télétravail suit donc les évolutions contextuelles, avec des règles qui varient selon les entreprises. Bien que le télétravail soit plébiscité, les règles négociées tendent souvent à favoriser un retour sur site. Les statistiques nationales de 2021 confirment cette tendance, avec une majorité d’entreprises autorisant le télétravail pour un nombre limité de jours par semaine (enquêtes DARES). Les raisons de cette limitation sont diverses et reflètent les dynamiques complexes du monde du travail en évolution.

Télétravail sous pression : les critiques mènent à la restriction

Le télétravail, reconnu pour ses avantages et ses inconvénients, est souvent sujet à une perception ambivalente par les individus qui cherchent un équilibre entre le travail à distance et en présentiel. Les négociations collectives reflètent cette dualité, inclinant récemment vers un retour sur site. La réticence des employeurs, préférant la présence physique, joue un rôle crucial. Nous proposons une perspective additionnelle, suggérant que les négociations collectives, les accords et leur mise en œuvre pourraient être une manière de résoudre le paradoxe du télétravail.

Les critiques principales du télétravail durant la pandémie incluent une “autonomie paradoxale” (liberté des salariés pour s’organiser mais porosité travail/vie privée diminuant le sentiment d’autonomie) et un impact négatif sur le bien-être psychique. La première critique pointe vers une confusion des frontières entre vie professionnelle et personnelle, affectant la cohésion de groupe et l’expression collective. Cette situation est exacerbée par le besoin de réaménager l’espace de vie pour le travail, entraînant des problèmes de confidentialité et de gestion des temps de travail et de repos.

Le deuxième aspect des critiques concerne la santé psychique et physique. Le télétravail a mené en particulier à une augmentation des problèmes d’isolement social, ce dernier exacerbant la pression et la solitude. Les syndicats ont joué un rôle clé dans la transmission de ces préoccupations, soulignant la réduction des interactions sociales courantes et leur impact sur le bien-être des salariés.

Le retour aux modalités de télétravail plus restrictives, souvent limitées à un jour par semaine, suggère une tentative de concilier ces critiques et la préférence des salariés pour le télétravail. Les délégués syndicaux se trouvent dans une position délicate : bien qu’ils défendent le droit au télétravail, ils reconnaissent aussi la nécessité d’un retour en présentiel pour contrer les effets négatifs de l’isolement et pour maintenir l’équité entre les salariés. Cette situation crée un risque de mécontentement parmi les télétravailleurs, particulièrement ceux pour qui les nouvelles règles semblent trop restrictives.

Conclusion

Le télétravail, un sujet complexe étudié depuis trois décennies, présente un paradoxe évident. D’un côté, il est apprécié pour sa flexibilité et son autonomie, mais de l’autre, il suscite des critiques liées à l’isolement et la perte de l’interaction sociale. Bien qu’il soit critiqué, une grande majorité de salariés souhaitent le maintenir. Ce désir soulève une question cruciale : comment équilibrer le télétravail avec les besoins individuels variés des salariés ?

Les entreprises, chacune avec sa propre approche, tentent de résoudre ce paradoxe en établissant des règles de télétravail adaptées. Ces règles sont souvent le résultat de négociations et ne constituent pas un droit automatique au télétravail. Elles doivent s’adapter aux besoins changeants des salariés et aux conditions de travail variables. En outre, la stabilité de ces règles est remise en question, ajoutant à l’incertitude des salariés quant à l’organisation future de leur travail.

Avec la réduction de la menace pandémique, les entreprises tendent à limiter l’usage du télétravail dans notre recherche, souvent à un jour par semaine. Ce changement pour certains, de plein temps à sa réduction drastique, révèle l’influence significative des régulations sociales sur les pratiques de travail. Les directions et les syndicats conviennent généralement que le télétravail devrait être restreint, citant des raisons telles que l’impact négatif sur les interactions sociales et l’isolement croissant.

Cependant, la pandémie a redéfini les attentes autour du télétravail, ce qui incite certains syndicats à plaider pour une extension de cette pratique. Cette situation soulève plusieurs questions cruciales : Comment les entreprises peuvent-elles mieux intégrer les besoins individuels dans les politiques de télétravail ? Quelles sont les meilleures stratégies pour équilibrer le télétravail et le présentiel ? Enfin, comment les entreprises peuvent-elles assurer une inclusion équitable de tous les salariés dans ces nouvelles modalités de travail ?

 

 


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Amonrat rungreangfangsai, Aranagraphics, Freepik, Flaticon,Vectorspoint,Nuricon

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique travail

 



Citer ce billet
Jens Thoemmes (2024, 22 janvier). Télétravail : plaisir ou corvée ? Mondes Sociaux. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmzj

Jens Thoemmes

CERTOP (thoemmes@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search