Les intérimaires du social

En poussant la porte d’une agence d’intérim, pensiez-vous vraiment trouver, parmi les offres d’ouvriers du bâtiment ou d’opérateurs dans l’industrie,  une offre d’éducateur spécialisé auprès d’enfants vulnérables ?

Et pourtant, contre toute attente, les agences d’intérim spécialisées dans le secteur de l’action sociale se sont multipliées, depuis quelques années, et particulièrement dans la protection de l’enfance. Comment se fait-il qu’une main d’œuvre intermittente soit mobilisée pour prendre en charge des mineur·es vulnérables ? À partir de sa propre expérience en tant qu’éducatrice spécialisée, Charlène Charles analyse la situation de ce personnel au statut atypique dans les foyers de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE).


  • Charles C., 2019, Le travail social en intérim. Le cas des éducateur·rices intérimaires dans les foyers de l’enfance, Éditions Presses Universitaires de France, Paris

Margaux Le Stunff est membre du RISOM (Réseau pour l’interdisciplinarité des sciences sociales en master) du Laboratoire d’Excellence « Structurations des Mondes Sociaux », Université de Toulouse Jean Jaurès : margaux.le-stunff@etu-univ-tlse2.fr


La gestion par l’urgence sociale

Représentant les derniers maillons de la chaîne de la protection de l’enfance, le recours à l’intérim dans ces structures semble « improbable ». Comme le rappelle l’autrice, le travail du personnel socio-éducatif est fortement réglementé. Il dépasse la simple prestation de service, en s’attachant à la construction d’une relation de confiance et de proximité avec des enfants en situation de vulnérabilité. L’instabilité du statut intérimaire s’oppose donc avec ce travail d’accompagnement qui doit s’inscrire dans la durée. Pourtant, un des responsables d’un foyer étudié par la chercheuse déclare que « le système ne peut plus fonctionner sans l’intérim ».

Dans cet article, l’autrice s’intéresse plus particulièrement aux justifications données par les acteurs de l’intermittence (structures utilisatrices, agences d’intérim et intérimaires) pour faire appel à ce type d’emplois dans les foyers de l’ASE. Elle met d’abord en avant les effets des mutations économiques et politiques plus larges touchant le secteur social, historiquement très éloigné des logiques marchandes. Ces reconfigurations incitent à une gestion flexible du personnel et à un traitement des bénéficiaires par l’urgence.

« On est le GIGN du social », indique un responsable d’une des agences d’intérim étudiées. Ces agences deviennent indispensables pour répondre aux besoins de flexibilité du fonctionnement des foyers. En effet, les structures peinent à maintenir un taux d’encadrement suffisant, faisant face à des difficultés de recrutement, aux nombreux départs et arrêts maladie. En effet, la faible reconnaissance salariale, les horaires décalés et l’implication requise dans le travail relationnel renforcent l’épuisement des professionnel·les.

Dans ce cadre, les intérimaires se voient déléguer le « sale boulot » du travail éducatif. En effet, l’autrice met en évidence qu’ils·elles sont appelé·es spécifiquement sur deux types de missions. Une première mission dite « de renfort » dans les structures « en crise », prises dans des rapports de travail tendus (conflits, violences, pratiques maltraitantes…). La deuxième mission renvoie à de l’accompagnement individualisé de jeunes, qualifié·es « d’incasables » par les professionnels. Ces interventions spécifiques « mettent en jeu une proximité corporelle » qui expose aux risques de violences et d’humiliation, que les titulaires essayent d’éviter. Les entreprises de travail temporaire offrent alors un vivier de main-d’œuvre disponible dans l’urgence pour gérer des situations de crise dans des structures et des collectifs de travail fragilisés.

Résister ou consentir

L’autrice s’intéresse plus particulièrement aux profils des intérimaires assignés à des tâches dévalorisées et interroge leurs motivations pour accepter ce statut atypique (alors même que le marché de l’emploi leur semble plus favorable). Elle révèle alors des stratégies éloignées de la figure précaire prêtée au travail intérimaire. L’autrice fait ressortir deux catégories dans les foyers de l’ASE. Une première population de « faisant fonction » qui représente 23 % des effectifs de l’agence d’intérim étudiée. Cette catégorie regroupe des jeunes diplômé·es sans expérience qui s’insèrent par l’interim sur le marché du travail et des travailleur·ses sans le niveau de diplôme requis mais ayant de l’expérience de terrain, comme Farida. Cette dernière effectue des remplacements dans les foyers de l’ASE après quelques expériences en animation. Par la voie de l’intérim, elle saisit l’opportunité d’une ascension professionnelle, en développant ses qualifications, par le financement d’une formation.

L’autrice relève une deuxième catégorie d’intérimaires qui représente 57 % des effectifs de l’agence. Ce sont des éducateur·rices diplômé·es ayant souvent une longue expérience de terrain. Au-delà des avantages financiers accordés par ce statut, l’intérim s’inscrit dans une stratégie de mise à distance de la pénibilité du travail éducatif pour ainsi éviter de « se faire bouffer » comme le dit Lydia. Interrogée par la chercheuse, cette éducatrice spécialisée en intérim équilibre son investissement dans le travail relationnel et favorise une meilleure articulation entre sa vie privée et sa vie professionnelle.

Cette position permet ainsi de dégager des marges de manœuvre, comme le montre l’exemple de Julien. Après une expérience de 9 ans dans un centre de réinsertion sociale, il fait le choix de travailler en intérim pour se dégager du « poids institutionnel ». Il peut ainsi se distancier des contraintes liées aux normes réglementaires et professionnelles ainsi que des conflits systématiques liés au collectif de travail. Enfin, d’autres se saisissent de l’intérim pour construire une véritable stratégie de contournement du travail social lui-même. Noémie, éducatrice, a choisi l’intérim pour éviter « d’avoir mal au bide ». Elle préfère changer rapidement de structures, leur fonctionnement étant incompatible avec ses principes et ses valeurs. L’intérim devient ainsi, pour certains, une forme de résistance aux orientations politiques du secteur de la protection de l’enfance, et plus globalement de la gestion des vulnérabilités. Cela dit, l’autrice soulève une contradiction sur ces logiques d’action intérimaires déterminées par la contestation du travail social. Finalement, ne participent-ils pas au jeu du système qu’ils dénoncent ?  Comme le souligne l’autrice « la limite entre résister et consentir devient parfois ténue ».

Une quête de distinction

L’autrice s’interroge ensuite sur la manière dont les intérimaires, justifient leur valeur professionnelle à l’écart du collectif de travail, dans un contexte en tension. En effet, ils·elles sont assigné·es à un travail relationnel pénible dévalorisé par les titulaires des foyers de l’ASE. Ce travail éducatif intense nécessite néanmoins la mobilisation de compétences relationnelles et techniques afin d’éviter la rupture de lien. Cependant, les agences d’intérim ciblent moins le recrutement des intérimaires sur le niveau diplôme que sur des supposés savoir-faire innés et proximité avec le public accompagné.

L’autrice montre d’abord, que les recruteurs fournissent une main-d’œuvre masculine très recherchée par les structures, composées majoritairement d’éducatrices. « Avec des enfants violés, on ne va pas mettre un homme et avec des garçons violents, on ne va pas mettre une femme » (un directeur d’agence d’intérim). Cette division sexuelle du travail s’imbrique étroitement avec une mise en miroir de ces professionnels avec le public. En effet, la proximité réelle ou supposée liée à l’origine sociale, résidentielle ou à la couleur de peau deviennent implicitement des critères d’embauche pour les agences d’intérim. Les éducateurs intérimaires seraient donc dotés d’une « autorité naturelle », de force physique et d’un pouvoir de dissuasion, particulièrement utiles pour les structures.

Cet argumentaire est repris par les intérimaires, particulièrement les moins diplômé·es. C’est le cas de Jeremy, ancien bénéficiaire de l’ASE, qui tire son expertise professionnelle de sa propre trajectoire marquée par la précarité et la vulnérabilité. Par l’intérim, il est passé « d’une carrière de délinquants à une carrière d’éducateur », en utilisant des savoirs qui ne peuvent pas être appris en formation.

Occupant une position dévalorisée, la majorité des intérimaires légitiment leur travail en opposition aux normes institutionnelles et professionnelles. En effet, ils·elles cherchent à se distinguer, des « 150 éducateurs qui sont passés avant », comme le souligne Saïd, éducateur intérimaire depuis dix ans, et retrouver une « authenticité » dans leur travail d’accompagnement. En ce sens, ils·elles résistent aux règles professionnelles, notamment celle de la « bonne distance » en réhabilitant des marques d’affection (par exemple en utilisant des surnoms). Charlène Charles fait ressortir cette distanciation du cadre réglementaire avec le témoignage d’Anaïs, éducatrice diplômée. En intérim depuis un mois, elle se retrouve à exercer le « degré zéro du travail social », un accompagnement individualisé en marge des pratiques professionnelles et institutionnelles qu’elle considère comme violentes. Les intérimaires renversent à leur avantage la dévalorisation inhérente au statut, mettant en avant leur proximité avec le public et leur éthique professionnelle et ainsi asseyant leur légitimité sur le marché de l’emploi éducatif.

Finalement, l’analyse de Charlène Charles sur l’attractivité du recours à l’intérim dans les foyers de l’ASE illustre la crise plus profonde que traverse le travail social. Les agences d’intérim répondent à l’urgence dans le traitement des publics, induite par les politiques de la protection de l’enfance. Satisfaisant ainsi aux besoins de flexibilité des structures, les agences d’intérim déstabilisent les temporalités et les logiques d’action professionnelles du secteur. Les agences d’intérim pallient également les dysfonctionnements dans la régulation publique des problèmes sociaux. L’État social, désengagé de ses missions régaliennes de protection des plus vulnérables, délègue cette charge aux intérimaires, en marge du collectif.

C’est tout un processus de précarisation et de déprofessionnalisation du secteur de la protection de l’enfance qui impactent l’efficacité de sa mission. Récemment, l’Observatoire National de la Protection de l’Enfance a d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme sur l’avenir de ce secteur, appelant à un plan Marshall pour une refonte structurelle des politiques publiques.


  • Observatoire National de la Protection de l’Enfance, « Priorités d’action – Plan Marshall pour la Protection de l’Enfance », 18/10/2023

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Flat Icons,Freepik, pojokd.

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Réseau de masters SMS

 



Citer ce billet
Margaux Le Stunff (2024, 5 février). Les intérimaires du social. Mondes Sociaux. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vr4d

Margaux Le Stunff

Membre du Réseau pour l'Interdisciplinarité des sciences SOciales en Master (RISOM) du Laboratoire d’Excellence « Structurations des Mondes Sociaux »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search