Quand les murs font la révolution

Marquée par deux décennies de régime autoritaire, l’Italie des années 1970 assiste à la mutation d’une pratique subversive : le graffiti. Durant cette période, l’Italie vit d’importants mouvements sociaux et politiques, avec de nombreux mouvements étudiants et un militantisme politique très actif, que ce soit au sein de la gauche extraparlementaire, ou chez les néofascistes italiens.

 Le chercheur Grégoire Le Quang s’intéresse au rôle des graffitis dans le contexte politique et social des années 1970 en Italie. Avec le graffiti, les murs des villes italiennes deviennent des supports visuels reflétant le climat social du pays, tiraillé entre violence de rue, développement de lutte armée et actes de terrorisme, en étant un nouveau moyen d’expression populaire permettant de transmettre des messages subversifs.

 


  • Le Quang G., 2022, « Du murmure à l’invective : pratiques du graffiti subversif dans l’Italie des années 1970 », 20 & 21, Revue d’histoire, n° 4, vol. 156, pp. 145-167.

Lucas Bazzano Pinto est membre du réseau pour l’interdisciplinarité des sciences sociales en master du Laboratoire d’Excellence Structurations des Mondes Sociaux : lucas.pinto@etu.univ-tlse2.fr


Le graffiti : essor d’une culture protestataire juvénile

À partir de rapports policiers, de photographies, d’articles de presse et de témoignages, Grégoire Le Quang montre comment la pratique du graffiti s’inscrit dans un contexte de politisation intense d’une partie de la jeunesse. D’abord, il évoque l’absence d’attention autour de cette pratique avant 1968. Jusqu’alors, le graffiti n’est abordé qu’à travers le prisme de l’esthétique. C’est le moment, Mai 68 en France, qui enracine cette pratique politique au sein des milieux militants italiens, qui croient en l’idée d’une révolution culturelle transnationale, c’est-à-dire en un soulèvement mondial des jeunesses, sur le modèle de la grande révolution culturelle chinoise de Mao.

Pour la jeunesse, le graffiti traduit une volonté de prise de parole. Là où assemblées et débats étudiants permettent déjà la parole et sont des outils institutionalisés, le graffiti fait partie de canaux alternatifs, affirmant un rejet des médias et de l’ordre établi. Cette période est celle d’un véritable laboratoire des supports d’expression chez les militants, dont ces dessins et inscriptions font partie. Il trouve sa place, du fait de son caractère éphémère mais impactant. Il s’inscrit notamment dans les milieux marginaux, comme chez les situationnistes (mouvement intellectuel révolutionnaire international qui se structure dans les années 1960 à l’extrême gauche) qui valorisent ce type de pratique.

Les graffitis accompagnent les mouvements étudiants, dans les universités et les lieux fréquentés par la jeunesse universitaire italienne. Cette pratique, dans la gauche extraparlementaire se mêle à d’autres actions, le tout ayant pour objectif de produire de la contre-information et de la propagande. Il en ressort un véritable rite d’initiation à la politique dans les milieux militants. Chez les néofascistes, il est employé dans le but d’indigner. Il faut, en effet, s’opposer à la nouvelle République italienne, et cela passe par des graffitis, sur des monuments de la Résistance par exemple.

La réaction de la presse face au phénomène est presque immédiate. Celle-ci interprète et critique ces actes, perçus comme défigurant les villes. Dès 1971, les autorités de Milan annoncent vouloir lutter contre ce phénomène, la ville en comprendrait 31 000. Le graffiti devient un problème public pour l’ordre des villes. Dans la seconde moitié des années 1970, la presse considère que l’Italie assiste à une invasion de graffitis. Elle les perçoit  comme synonyme d’une inculture des jeunes. Les sciences sociales s’y intéressent alors, en tant que nouveau moyen d’expression de la jeunesse. L’année 1977 en est l’âge d’or, sa pratique augmente et devient plus autonome, en sortant des groupes militants.

S’approprier l’espace et marquer les esprits

Pour Grégoire Le Quang, le premier rôle du graffiti est celui de marqueur territorial. Chez les militants politiques, les murs des villes deviennent des lieux d’affrontements symboliques. D’abord, le graffiti indique une présence militante dans un lieu, qui est renforcé par une répétition de slogan, et parfois du sigle de l’organisation. L’article montre qu’une logique de concurrence, de conflit spatialisé, se met en place entre les militants. Suivant cette logique, un jeu de détournement des graffitis s’opère entre les militants. Leurs messages en sont modifiés. Un numéro de Ca Balà, mensuel d’humour italien, propose à ses lecteurs de détourner les représentations fascistes pour en changer le message. Cet exemple montre que le graffiti se prête à la réécriture, de même qu’il s’invite sur les panneaux de nom de rue, pour s’en emparer symboliquement. Ces séances se prêtent néanmoins à quelques violences entre militants.

Plus qu’à marquer l’espace, le graffiti contribue à marquer l’esprit du lecteur. Grégoire Le Quang cite le cas du témoignage de Guido Petter, qui met en lumière les effets d’intimidation et de pression psychologique ressentis par ce résistant communiste à la vue de graffitis dans sa ville, sur le chemin de l’université. Par leurs messages, ils visent l’intimidation. Leurs formes participent à l’identification des organisations. L’usage de couleurs, polices d’écritures et de champs lexicaux crée une identité visuelle aux organisations. Le rouge et le noir sont traditionnellement associés aux anarchistes. La croix celtique, quant à elle, est un symbole des militants néofascistes.

Enfin, Grégoire Le Quang montre que le support du graffiti renforce son caractère transgressif. Des lieux symboliques du pouvoir en sont recouverts et choquent, tant par le contenu du message que par le support. Mais, Grégoire Le Quang l’indique : « tous les graffitis ne se valent pas ». En effet, il montre que leur importance est plus forte dans les lieux occupés risquant une évacuation comme les universités. Dans ce cas, il perd son rôle de message et sert d’instrument d’appropriation de l’espace. Il s’agit dans ce cas de montrer que les lieux sont occupés, que les militants sont maîtres de l’espace. Le graffiti est alors le symbole par excellence de cette appropriation.

De la violence au terrorisme

Enfin, Grégoire Le Quang montre que le graffiti produit plusieurs types de violences. Il y a d’abord la violence symbolique du message. Progressivement, ils prennent à partie des personnalités, souvent des politiques, en inscrivant directement leurs noms, suivis de menaces. Leur répétition et leur nombre produit une justification et une légitimation de la violence politique qui traverse la société italienne, en la rendant acceptable. Cela émet l’idée d’une volonté populaire, accentuée par le caractère anonyme du graffiti. Il délivre une vérité qui dérange, attribuée par la presse et les autorités à la voix des « sans-voix », alors que Grégoire Le Quang montre pourtant bien que ce sont les minorités très politisées qui en sont les auteurs.

Ensuite, un autre type de violence se produit, lorsque le graffiti est effacé. En effet, l’effacement est ressenti comme une violence symbolique insupportable. Cette pratique, qui est le fruit d’une volonté de prise de parole, se voit alors mise sous silence. L’article prend l’exemple de la venue de Luciano Lama, secrétaire du syndicat CGIL, lié au Parti communiste italien, à l’université romaine. Afin de préparer son arrivée, les militants du PCI décident d’effacer les graffitis s’en prenant à Lama. Un témoignage raconte que l’effacement produit une violence, en mettant sous silence l’expression d’une opposition.

Enfin, le graffiti devient un élément de communication des groupes clandestins, notamment d’extrême-gauche et auteurs d’attentats dans les années 1970. C’est son caractère anonyme  qui séduit ces groupes qui ne peuvent se rendre visible. Grégoire Le Quang parle de « double clandestinité » : un message anonyme, d’un groupe qui agit dans l’ombre. Les graffitis évoquant ces organisations ou leurs actes sont criminalisés par la police italienne. L’article montre que les rapports de police considèrent ce type de représentation comme des actes de terrorisme.

Ainsi, souvent perçu comme un acte de vandalisme, il relève d’une forme de participation nouvelle à la vie politique italienne dans les années 1970. Issu d’une culture d’essence juvénile, il séduit les militants politiques et s’inscrit dans une action révolutionnaire. La visibilité des graffitis permet l’émergence d’une expression politique abondante chez les militants.

Néanmoins, la diminution de la mobilisation politique à la fin de la décennie entraine une baisse de cette pratique. Elle se pérennisera par la suite chez les supporters de football, puis avec l’essor du street-art et du hip-hop.


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Flat Icons, Freepik, Good Ware, Flaticon, Ida Desi Mariana

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Réseau de masters SMS

 



Citer ce billet
Lucas Bazzano Pinto (2024, 26 février). Quand les murs font la révolution. Mondes Sociaux. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwt5

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search