L’architecture, une question de genre ?

Sauriez-vous citer une, trois ou cinq femmes architectes de renom ? Et combien d’hommes ?

L’invisibilité des femmes architectes sur la scène publique questionne. Le contexte actuel de la profession, en forte mutation, invite particulièrement à se pencher sur ce phénomène.   

En effet, les métiers de l’architecture, de l’urbanisme, de l’aménagement et du paysage sont confrontés à de multiples défis politiques, économiques, sociaux et environnementaux : ralentissement du marché de la construction et du logement, explosion de la concurrence, conditions de travail dégradées, enjeux écologiques face à l’urgence du réchauffement climatique, etc.

Une recherche récente interroge la fabrique des inégalités femmes-hommes au sein des mondes de l’architecture dans un contexte de forte évolution de la composition sociologique de la démographie professionnelle ante et post-#metoo. Elle montre que les dynamiques de féminisation et les inégalités de genre dans les carrières structurent aussi durablement la profession.

 

  • Châtelet A-M., Lapeyre N. (dir.), 2023, Les mondes de l’enseignement de l’architecture. Elèves, enseignants et enseignantes, Genève : MétisPresses.
  • Lapeyre N., 2023, « Le genre de l’architecture : enjeux et perspectives », in Bouysse-Mesnage S., Dadour S., Grudet I., Labroille A., et Macaire E., Dynamiques de genre et métiers de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage, Paris : Éditions Parenthèses, p. 205-220.

    Nathalie Lapeyre est membre du Laboratoire CERTOP, Université de Toulouse II Jean Jaurès : nathalie.lapeyre@univ-tlse2.fr


Féminisation de l’architecture

La présence des femmes au sein des formations, de l’école des beaux-arts aux écoles d’architecture, et au-delà au sein des agences, a connu une très longue évolution à l’échelle historique. Pas franchement bienvenues, forçant même parfois la porte des ateliers en usant de diverses stratégies, ces dernières se sont longtemps considérées comme des pionnières, et ce, pendant les premières décennies du xxe siècle, comme le montrent les travaux de recherche de l’historienne Stéphanie Bouysse-Mesnage.

Depuis quinze ans, et dans un laps de temps très court si l’on compare à ce qu’il s’est produit dans d’autres secteurs des professions supérieures qualifiées, la féminisation des cursus de formation à l’architecture a explosé en France. La part des étudiantes diplômées au sein des Écoles nationales supérieures d’architecture (ENSA) est devenue paritaire en 2010 ; en 2020 elles deviennent majoritaires au niveau du diplôme, dépassant les 58 %. Si cette évolution continue sans rupture de rythme, il est tout à fait probable que les femmes diplômées en architecture ne seront pas loin de 70 % en 2030, voire même 80 % en 2040 (comme pour les études de médecine).

Inégalités de genre dans les carrières

Retrouve-t-on cette dynamique de féminisation au niveau des effectifs professionnels ? Pas vraiment. En effet, le compte n’y est pas et le nombre total de femmes formées à l’architecture ne se reflète pas totalement au niveau des chiffres officiels, avec seulement 30 % de femmes inscrites à l’Ordre des architectes en France (2021), même si la part des plus jeunes générations est plus importante. Plusieurs recherches en cours tentent ainsi de mesurer cette « déperdition » et cherchent à comprendre où sont localisées les femmes architectes sur le marché de l’emploi, et en quoi elles contribuent à la diversification des métiers de l’architecture.

Comment les métiers de la fabrique de la ville et des territoires contribuent-ils à leur tour à la fabrique des inégalités femmes-hommes ? Plusieurs mécanismes sont à l’œuvre et la féminisation n’échappe pas aux logiques classiques de ségrégation sexuée internes à la profession, qui sont particulièrement coriaces. Ainsi, cela crée des inégalités de genre au sein des modes d’exercice (peu de femmes architectes deviennent cheffes d’agences), une surreprésentation des femmes au sein des postes salariés et des revenus moyens d’activité des hommes architectes qui correspondent à 1,7 fois ce que gagnent leurs consœurs.

Déni historique de professionnalisme au féminin

La ségrégation genrée des trajectoires, objectivement mesurable à renfort de statistiques, se traduit aussi de manière plus symbolique par l’entremise de discours courants dans le monde professionnel usant et abusant de rhétoriques visant à dénier, ignorer ou minimiser le professionnalisme des femmes architectes ainsi que leurs qualifications et expériences.

L’existence de cette forme de violence sexiste revient dans la plupart des témoignages des femmes architectes enquêtées, quel que soit leur statut (collaboratrice, associée, cheffe d’agence, enseignante-chercheuse, etc.), et quelle que soit la période historique, aujourd’hui en 2024 comme en 1924 pour les diplômées de l’entre-deux-guerres : « Ah bon tu es architecte ? Je l’ignorais ! ». Ainsi, les résistances à la féminisation persistent dans le temps et dans l’espace.

Une féminisation plurielle

Plusieurs dynamiques de féminisation, avec un rythme et des formes différenciées, sont perceptibles au sein de ce vaste groupe professionnel et coexistent dans de mêmes temporalités.

La « féminisation durable » renvoie à une féminisation forte et ancrée, relativement invisible parfois et qui peut s’apparenter à ce que l’on appelle une « niche » (le cas des urbanistes ou des paysagistes). Elle favorise l’afflux de nouvelles générations de femmes, tout en alimentant les secteurs et métiers déjà très féminisés (postes de fonctionnaires, collectivités territoriales, etc.).

Une « féminisation inachevée » est perceptible là où la féminisation résiste encore. C’est le cas de la pratique en cabinet libéral qui est inlassablement présentée comme étant la « pratique canonique » de l’architecture, malgré sa part toute relative au sein de la profession.

Enfin, derrière la « féminisation subalterne » se cache la figure de la collaboratrice idéale (la plupart du temps salariée), faisant fonction d’assistante dans les projets (d’un homme en général). Plus minutieuses, plus rigoureuses, plus fiables que leurs confrères, les clichés ne manquent pas pour les qualifier. Très demandées de par leurs compétences techniques pointues et organisationnelles, gage de sérieux et de rigueur dans le déroulement des projets architecturaux ou urbanistiques, il n’en reste pas moins que cela crée un enfermement des femmes architectes dans des fonctions de sous-cheffes. Ainsi, elles ne seront jamais en mesure de faire valoir leurs compétences afin d’accéder au niveau supérieur de l’encadrement direct de projets. Ces mêmes logiques ont déjà été analysées  dans d’autres secteurs professionnels, comme par exemple pour les ingénieures du secteur aéronautique.

Promotion de l’égalité femmes-hommes

La mise en agenda politique des questions de genre et des inégalités femmes-hommes est relativement récente au sein des mondes de l’architecture, mais particulièrement saillante dans un contexte post-#metoo ayant permis de largement dénoncer les violences sexistes et sexuelles, notamment dans le monde de la culture. Le déploiement du gender mainstreaming ou approche intégrée de l’égalité permet de développer par exemple des actions de sensibilisation des personnels des Écoles Nationales Supérieures d’Architecture, installer progressivement des commissions locales dédiées à ces questions, une feuille de route Égalité 2019-2022 du Ministère de la culture, pour une égalité réelle dans le domaine de l’architecture et de ses différents métiers, etc.

Systèmes de consécration et « star system »

La critique des systèmes de consécration n’est pas en reste : qu’en est-il de la notoriété des femmes architectes, des processus de reconnaissance, du fonctionnement du système de consécration de l’architecture à l’international ? Combien de Pritzker Prize (l’équivalent du prix Nobel d’architecture) ont échappé aux femmes au cours de l’histoire, au-delà de l’exemple connu de Denise Scott-Brown, dont le mari Robert Venturi a obtenu la distinction en 1991 sans possibilité de partage, malgré les nombreuses contestations et toute une vie de créations architecturales communes ?

Certes, Zaha Hadid avait été la première à obtenir le Pritzker Prize en 2004, date du début de la visibilisation des femmes architectes au niveau international. Mais il a fallu attendre encore 16 ans, et l’année 2020, pour que deux femmes architectes, les irlandaises Yvonne Farrell et Shelley McNamara, qui ont signé deux campus en France (celui de la Toulouse School of Economics et celui de Mines-Télécom à Saclay), l’obtiennent sans une médiation masculine, c’est-à-dire sans le partager, ni avec leur conjoint, ni avec leurs collègues hommes.

Ces événements récents sont-ils le signe de progrès indéniables dans la reconnaissance professionnelle des œuvres et des réalisations des femmes architectes ? Nous le saurons probablement dans les prochaines années.

Architecture et féminisme

L’intérêt récent pour la question de la féminisation de l’architecture a permis d’étendre les questionnements de recherche à de nouveaux enjeux particulièrement stimulants sur le genre de l’architecture. Les épistémologies féministes ont ainsi ouvert ces dernières années des perspectives inédites, révélant le potentiel féministe de transformation de l’architecture et des pratiques architecturales.

Comment déconstruire une vision de la ville et des territoires pensés par et pour les hommes ?

Comment lier les enjeux environnementaux, climatiques et les pratiques féministes dans la conception des projets, sur la vision globale de l’architecture, l’utilisation des techniques et des matériaux ? Comment repenser les usages genrés de l’espace, publics comme privés, afin de permettre une libre circulation des femmes de jour comme de nuit ? Comment inclure des propositions d’aménagement féministe et les questions de participation citoyenne dans les programmes architecturaux et urbains ? Et comment in fine remettre en cause la vision couramment sexiste et hétéronormative de l’architecture ? Quelles solutions y apporter dans le processus de création de la fabrique urbaine et architecturale ?

En quoi les enjeux de conjugalité et/ou de sexualités au travail contrarient les carrières des femmes en architecture ? Et, combinés au sexisme ambiant, peuvent se révéler être des facteurs nouveaux et aggravants de pénibilité au travail ? Dans quels contextes la question des violences sexistes et sexuelles au travail émerge ? En quoi est-elle constitutive des expériences professionnelles ordinaires des femmes ? Quels liens peut-on faire avec la remise en cause de la sacro-sainte « culture des charrettes », qui implique un investissement temporel au travail hors normes, difficilement compatible avec la préservation d’une vie personnelle, au sein des jeunes générations d’architectes ?


  • Bouysse-Mesnage S., 2023, Les pionnières. Architectes en France au xxe siècle. Les femmes élèves du troisième atelier d’Auguste Perret à l’École des Beaux-Arts (1942-1954), Thèse de doctorat d’histoire de l’architecture, Université de Strasbourg et ENSAS, janvier.
  • Dadour S. (dir.), 2022, Des voix s’élèvent. Féminismes et architecture, Paris : Éditions de La Villette.
  • Lapeyre N., 2023, « Système de genre et ségrégation sexuée des carrières en école d’architecture », in Châtelet A-M., et Lapeyre N. (dir.), Les mondes de l’enseignement de l’architecture. Elèves, enseignants et enseignantes, Genève : MétisPresses, p. 22-238.
  • Lapeyre N., 2019, Le nouvel âge des femmes au travail, Paris : Presses de Sciences Po.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Juicy_fish, Backwoods_VectorPortal, Afitrose, Freepik

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Genre

 

 



Citer ce billet
Nathalie Lapeyre (2024, 11 mars). L’architecture, une question de genre ? Mondes Sociaux. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzuy

Nathalie Lapeyre

membre du Laboratoire CERTOP, Université de Toulouse II Jean Jaurès (nathalie.lapeyre@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search