La radio : média genré

Une grande part de ce que nous savons sur le monde passe par les médias. Or, le récit qu’ils nous en font masque la diversité des rôles, fonctions et places des femmes dans la société. Aujourd’hui encore, les médias continuent de véhiculer une représentation du monde qui est loin d’être paritaire.

A l’ère post-#metoo, les femmes continuent en effet d’y être invisibilisées ou minorées. Quelles places occupent les femmes dans l’information radiophonique ? À quels rôles sont-elles assignées ? Comment le discours journalistique perpétue-t-il les inégalités femmes-hommes ?

Depuis 1995, une enquête internationale s’efforce de mesurer à intervalles réguliers l’évolution de la présence des femmes dans les médias. Il s’agit du Global Media Monitoring Project. En effet, malgré l’affaire de la Ligue du Lol et la résurgence d’une vague féministe dans l’espace public et médiatique, les médias contribuent encore à produire et à reproduire une organisation sociale structurée par des rapports de genre inégalitaires. Ainsi, les matinales d’information radiophoniques françaises n’échappent pas à ce constat. Mais quelle place occupent exactement les femmes dans les matinales d’information ? Comment les routines professionnelles contribuent-elles à une organisation genrée du discours journalistique ?



Un média masculin ?

Les indicateurs chiffrés sont formels : la radio produit les plus grandes inégalités entre les femmes et les hommes chez les médias français. D’abord, on y trouve seulement 37 % de femmes journalistes, contre 40 % dans la presse et 52 % à la télévision. Mais ce déséquilibre n’est pas uniquement le fait d’une culture auditive qui discrimine les voix aiguës et valorise les voix graves. Les femmes qui s’expriment ou dont il est question dans les nouvelles sont elles aussi clairement sous-représentées dans les nouvelles radiophoniques (26 %), tandis qu’elles sont 30 % dans la presse et 37 % à la télévision.

En fonction des sujets traités, cette disparité fait l’objet d’une répartition inégalitaire. Les femmes qui s’expriment ou dont il est question sont très peu présentes dans les informations économiques (19 %) et sciences et santé (21,8 %) tandis qu’elles sont 39,2 % dans les sujets criminalité et violence, notamment dans le rôle de victime.

Mais l’absence des femmes de plusieurs domaines informationnels n’est pas le seul indicateur de la reproduction des inégalités de genre à la radio. L’analyse de onze matinales d’information, une tranche horaire centrale à la radio en raison de ses fortes audiences, montre que l’organisation même du discours radiophonique, sa rhétorique en somme, participe de cette invisibilisation.

Des femmes « minorées » à l’antenne

Trois routines journalistiques contribuent à maintenir une organisation des matinales radiophoniques qui pénalise les femmes : l’adressage, la désignation et la dimension conversationnelle.

L’adressage occupe une fonction centrale dans la rhétorique radiophonique car il permet aux auditeurs·rices de comprendre la scène d’énonciation. Or cet adressage n’est pas construit de la même manière lorsqu’il s’agit d’une femme ou d’un homme. Ainsi, dans un même sujet, une cheffe d’entreprise est désignée par son seul prénom et sa fonction maternelle tandis que son associé, qui est aussi son conjoint et le père de l’enfant, est désigné par son prénom et nom de famille. Cette désignation par le prénom – qui plus est renforcée ici par l’assignation féminine à la sphère reproductive – construit une identité différenciée entre deux individus qui occupent pourtant les mêmes fonctions. Cette désignation des femmes sur un mode mineur n’est pas limitée au système d’adressage. Les femmes qui font les nouvelles sont désignées de manière récurrente par leur seul prénom, une mécanique de minorisation bien connue des femmes en politique. Et ce mécanisme est d’autant plus saillant dans les matinales que l’information est répétée à chaque bulletin de nouvelles.

Par ailleurs, à la radio, on reconnaît moins aux femmes qu’aux hommes une forme quelconque de pouvoir – si ce n’est celui de séduire ou prendre soin des autres. Un indicateur permet de mesurer ce différentiel. Il s’agit de la mesure d’autorité des personnes interviewées et mentionnées dans les matinales. Cet indicateur renvoie à trois formes d’autorité discursive : l’autorité de savoir, de pouvoir ou de notoriété. Dans les matinales, l’autorité moyenne des femmes et des hommes présente un différentiel de 20 points en faveur de ces derniers. Elle s’élève à 68% pour les femmes contre 88% pour les hommes. Lorsqu’il s’agit de mentionner une vice-présidente, les stéréotypes d’épouse, de femme rassurante mais aussi incompétente sont convoqués.

Enfin, une troisième caractéristique des matinales d’information alimente cette minorisation des femmes à l’antenne : sa dimension conversationnelle. La conversation est une pratique de circulation de la parole qui implique à la fois la production d’énoncés et une activité de soutien interactionnel. À la radio, la conversation doit être continue et il faut éviter les silences. L’émergence de binômes paritaires à l’animation des matinales pourrait laisser croire que l’égalité entre les femmes et les hommes est acquise. Mais la dynamique conversationnelle qui les anime dépeint une autre réalité. La régulation de la parole y est en effet régie par des normes de genre qui attribuent aux femmes le travail de soutien qui, réalisé sur un mode coopératif, vient essentialiser des caractéristiques supposément féminines telles que l’écoute ou l’empathie. Onomatopées d’acquiescement et petits rires féminins témoignent en effet d’un intérêt et d’une attention constante aux paroles de l’animateur qui co-construisent la conversation selon une distribution genrée de la parole.

Agenda médiatique et violences de genre 

Au-delà de la rhétorique des sujets traités, on peut néanmoins noter une inflexion dans le discours médiatique : depuis 2017, les vagues #Metoo ont fait des violences de genre un sujet journalistique, un constat que l’actualité nous confirme régulièrement depuis. Mais, si le sujet a le mérite d’exister dans l’espace médiatique, les choix discursifs et énonciatifs des journalistes peuvent être questionnés. Le discours journalistique contribue en effet à alimenter la représentation sociale de la victime idéale à grand renfort de stéréotypes. Celle-ci est dépeinte comme jeune, bien sous tous rapport et assassinée en extérieur.

Qui plus est, la dramatisation du meurtre s’appuie sur un discours doxique de l’espace public dangereux pour les femmes, sans qu’aucune mise en perspective ne soit faite quant au problème des violences de genre. Or, cette construction est à la fois stéréotypée et erronée puisque la majorité des violences subies par les femmes est perpétrée par des hommes connus au sein des foyers. L’angle sensationnaliste et fait-diversier a donc pour corollaire un manque de mise en perspective sur la question pourtant socialement vive des violences de genre.

Cette absence de mise en perspective est renforcée par les stratégies de « désengagement énonciatif » mises en œuvre par les journalistes. La mise en scène d’un discours rapporté et le recours aux interviews permettent de convoquer à l’antenne la parole profane de locuteurs·rices seconds qui nourrissent ces stéréotypes, sans que les journalistes n’aient à en assumer la responsabilité énonciative.

Ce désengagement se retrouve aussi dans l’absence de travail de contradiction lors des relances des interviews. Alors qu’il s’agirait de questionner les fondements d’une affirmation raciste, le désengagement énonciatif contribue à co-construire, par son laisser-faire, les mécanismes d’altérisation du sexisme et de pathologisation de la violence masculine. Or ces deux rhétoriques contribuent à dépolitiser les violences de genre en les confinant à des figures-repoussoirs. Mettre l’accent sur la violence masculine comme archaïsme ou comme manifestation d’une pathologie élude son caractère structurel et systémique dans nos sociétés.

La question de l’égalité femmes-hommes à la radio ne se résume pas à un comptage paritaire. Les pratiques professionnelles des journalistes continuent d’être fortement structurées par des rapports et représentations de genre qui minorisent les femmes et les traitent sur un mode différencié, qu’elles soient sujet des nouvelles ou professionnelles de l’information. Face à cette rhétorique radiophonique, il faut continuer d’investir les rédactions et les espaces de formation pour, pas à pas, atteindre une égalité effective entre les femmes et les hommes.


  • Debauche A., 2021, « Violence sexuelle. », in Rennes J. (Ed.), Encyclopédie critique du genre, Paris : La Découverte, pp. 841-851
  • Doukhan D., Méadel C., & Coulomb-Gully M., 2020, «  En période de coronavirus, la parole d’autorité dans l’info télé reste largement masculine », La revue des médias.
  • Monnet C., 1998, « La répartition des tâches entre les femmes et les hommes dans le travail de la conversation », Nouvelles Questions Féministes, n°1, vol.19, p. 9-34.
  • Olivesi A., 2012, Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique, Toulouse : Presses universitaires du Mirail.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Freepik, flaticon, ThoseIcons, GoodWare, Paul.J, VitalyGorbachev

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Genre

 



Citer ce billet
Laetitiat Biscarrat (2024, 11 mars). La radio : média genré. Mondes Sociaux. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzux

Laetitiat Biscarrat

membre du Laboratoire LIRCES, Université Côte d’Azur (laetitia.biscarrat@univ-cotedazur.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search