Le service civique : quelle place dans les parcours des jeunes ?

Depuis sa création en 2010, le service civique a connu une diversification de ses enjeux et de ses usages. L’analyse de son rôle dans le processus d’insertion professionnelle des jeunes souligne à la fois le profil spécifique des jeunes volontaires et ses effets différenciés dans les trajectoires individuelles selon le moment de sa réalisation et le niveau de diplôme des individus.

À partir de l’enquête Génération 2017, représentative au niveau national des sortants de formation initiale cette année-là tous niveaux de diplômes confondus, une étude du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq), conduite à la demande de l’Agence du service civique, permet d’enrichir la connaissance du profil des jeunes volontaires et de comparer leurs trajectoires d’insertion avec celles des autres jeunes de la génération.


Alexie Robert est membre du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) : alexie.robert@cereq.fr

Dominique Maillard est membre du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) : dominique.maillard@cereq.fr

  • La publication de cet article s’inscrit dans le cadre d’un partenariat avec le CEREQ

Le service civique a acquis en une dizaine d’années une place particulière dans les politiques publiques de jeunesse. En effet, conçu à l’origine pour inciter les jeunes à s’engager sur les questions de citoyenneté et de cohésion sociale, il est mobilisé également dans les politiques de remédiation au décrochage scolaire ou plus récemment dans les mesures d’aide à l’emploi des jeunes. De leur côté, les jeunes l’investissent pour construire leurs projets professionnels ou se prévalent de cette expérience pour entrer sur le marché du travail.

Les effectifs des jeunes volontaires n’ont cessé de croître depuis sa création en 2010, passant de 29 000 volontaires en 2012 à 55 000 en 2016, pour atteindre le nombre annuel de 80 000 depuis 2017. L’enquête Génération 2017 du Céreq vise à approfondir la connaissance de la population des jeunes volontaires, leurs parcours d’insertion et leurs éventuelles spécificités, comparés aux jeunes n’ayant pas réalisé de mission durant leur parcours. Parmi les jeunes sortis de formation initiale en 2017, tous niveaux de diplômes et spécialités confondus, près d’un jeune sur dix (9%) a réalisé une mission de service civique au cours de ses études ou de ses trois premières années de vie active.

Une place et des usages différenciés dans les parcours individuels

Plus le niveau de diplôme est élevé, plus les individus effectuent tôt leur service civique dans leur parcours de vie (en particulier pendant les études pour les diplômés de l’enseignement supérieur). Les plus diplômés s’engagent plus souvent après une période d’emploi ou d’études, tandis que pour les moins diplômés, le service civique fait suite à du chômage ou une autre situation (inactivité, vacances, etc.). Ces résultats sont cohérents avec d’autres études sur les motivations citées par les jeunes volontaires : pour les moins diplômés dont l’accès à l’emploi est souvent plus difficile, il s’agit surtout d’avoir une expérience professionnelle et une source de revenus tandis que l’intérêt général est souvent mentionné par les plus diplômés.

Le service civique : une manière de surmonter des scolarités contrariées

Les jeunes volontaires se révèlent moins diplômés que l’ensemble de la population saisie par l’enquête Génération : 15% n’ont aucun diplôme et seuls 34% sont diplômés de l’enseignement supérieur. Les jeunes issus de voies de formation non ou faiblement professionnalisantes ont une propension plus importante à effectuer une mission de service civique, en particulier les jeunes bacheliers de la voie générale et les sortants de licence générale. Si l’on retrouve plus de jeunes volontaires dans les spécialités de formation connexes aux domaines couverts par le service civique (culture, environnement, travail tourné vers autrui), c’est davantage le statut professionnalisant ou non de la formation qui explique la réalisation d’une mission.

 

Une « scolarité contrariée » (redoublements, diplôme non validé en fin de formation) et en particulier le fait d’avoir été contraint d’arrêter ses études conduit plus souvent les jeunes à s’engager. Le service civique vient ici jouer un rôle de remédiation ou de prolongement à un parcours scolaire inabouti. Les volontaires sont d’ailleurs plus nombreux que les autres, à profil égal, à reprendre des études ou une formation trois années après la fin de leur formation initiale.

Le profil des volontaires influencé par l’offre de missions

Les filles s’investissent plus souvent dans ce dispositif en partie parce qu’elles sont plus nombreuses dans les spécialités de formations conduisant aux domaines professionnels et activités où se concentrent les missions de service civique (éducation, social, culture, etc.). Au sein de la Génération 2017, le service civique ne fait pas l’objet de différenciations sociales marquées. Les jeunes issus des milieux les plus modestes et ceux habitant un quartier prioritaire de la politique de la ville à la fin de leurs études sont légèrement plus nombreux à faire un service civique et ils l’effectuent plus souvent après leur sortie du système éducatif, ce qui est à mettre en lien avec leur niveau de diplôme. Enfin, la répartition des jeunes volontaires n’est pas homogène sur l’ensemble du territoire en lien avec des contextes locaux où l’insertion des jeunes sur le marché du travail est plus difficile (sur-représentation des DOM par exemple).

Un accès à l’emploi favorisé pour les jeunes de l’enseignement secondaire

Si le service civique n’est pas juridiquement un emploi, pour beaucoup il constitue une étape vers l’insertion professionnelle. Ainsi, pour les jeunes ayant réalisé un service civique au cours de leurs trois premières années de vie active, celui-ci fait office de première expérience « professionnelle » pour 68 % d’entre eux et dans 18 % des cas il représente même l’unique période assimilable à un emploi. Ce résultat est renforcé dans le cas des moins diplômés (niveau CAP ou moins) pour lesquels 30% de ceux qui ont fait un service civique après la fin des études n’ont pas eu d’emploi sur leurs trois premières années.

Contrairement aux autres études sur le devenir des jeunes après un service civique, nous comparons leur insertion à leurs homologues qui ne se sont pas engagés dans le dispositif. Ainsi, les jeunes issus de l’enseignement secondaire ayant réalisé un service civique, avant ou après la fin de leurs études, ont plus de chances d’être en emploi trois ans après la fin des études que les autres, toutes caractéristiques égales par ailleurs. Pour les sortants du supérieur, au contraire, les jeunes volontaires ont une probabilité plus faible d’être en emploi à cette date, ce qui peut s’expliquer en partie par le nombre important de reprises d’études suite au service civique déjà évoqué.

Pour comprendre l’impact différencié du service civique selon le niveau de diplôme, on peut chercher à identifier la situation la plus probable qu’auraient connue ces jeunes durant la même période s’ils n’avaient pas décidé de s’engager dans un service civique. Au moyen d’une méthode d’appariement de chaque volontaire avec un « jumeau » non engagé lui ressemblant fortement, on observe que parmi les sortants de l’enseignement secondaire, lors de la réalisation du service civique les « jumeaux », n’ayant pas effectué de service civique, sont davantage au chômage qu’en emploi. À l’inverse, parmi les diplômés du supérieur, les « jumeaux » sont davantage en emploi qu’au chômage. À ce niveau de diplôme, les jeunes ayant réalisé un service civique étant moins souvent en emploi que les autres au moment de l’enquête, le service civique ne peut être apparenté à un emploi « classique » dans le déroulement de la carrière. De même ces anciens volontaires ont souvent un statut d’emploi ou une rémunération moins favorables dans la mesure où leurs homologues ont une ancienneté dans l’emploi plus importante.

Des conditions d’emploi liées à des métiers spécifiques

Trois ans après la fin des études, les jeunes ayant réalisé un service civique pendant leurs études ont des conditions d’emploi (salaire et accès à un emploi à durée indéterminée, c’est-à-dire CDI, fonctionnaire ou emploi non salarié) proches de celles des jeunes qui n’ont pas fait de service civique et qui sont également en emploi à cette date.

Au contraire, pour les jeunes dont le service civique intervient après la fin des études, celui-ci constitue dans leur insertion professionnelle en quelque sorte une parenthèse, à la fois hors de l’emploi et de la recherche d’emploi. Ainsi, leurs conditions d’emploi trois ans après la fin des études sont moins favorables en termes de stabilité d’emploi et de rémunération que celles des jeunes qui n’ont pas fait de service civique. Cela peut être mis en parallèle avec la spécificité des emplois occupés par les jeunes passés par le service civique : plus d’emplois dans le secteur public, dans des associations et dans des domaines tournés vers autrui tels que l’enseignement, la culture, la santé et le travail social. Le service civique, notamment pour les plus diplômés, peut ainsi s’apparenter à une stratégie visant à obtenir des postes dans des structures, secteurs ou métiers où les emplois sont plus rares ou avec des conditions d’emplois moins favorables mais répondant à d’autres aspirations individuelles que la recherche d’un emploi stable avec une rémunération élevée (servir l’intérêt général, avoir un emploi qui fait sens, trouver sa voie professionnelle, etc.).

La spécificité du public des jeunes volontaires est de cumuler des caractéristiques généralement associées à une insertion professionnelle difficile (diplôme peu professionnalisant, scolarité contrarié, résidence dans un DOM, etc.). Pour autant, lorsque l’on tient compte de ces caractéristiques, des effets positifs de ce dispositif sur les parcours apparaissent, notamment en termes d’accès à l’emploi pour les diplômés du secondaire et de reprise d’études après le service civique pour l’ensemble des jeunes. En revanche, on n’observe pas d’avantages du passage par le dispositif sur les conditions d’emplois connues après trois ans de vie active en lien peut-être avec des projets professionnels spécifiques tournés vers des métiers et secteurs dans lesquels celles-ci sont souvent moins favorables.


  • Francou Q., Ploux-Chillès A., 2020, « Les volontaires en Service Civique : des parcours de formation et d’insertion variés ». INJEP : Analyses & Synthèses, n° 32.
  • Houdeville G., Perrier R., Suaud C., 2019, « Sous l’universalité (du service civique) les parcours (des jeunes) » Céreq Échanges, n°10, p. 245-253.
  • Venet T., 2023, « Les chiffres du service civique en 2022 », INJEP : Fiches repères, n°2023/02.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Freepik, Flaticon, Nawicon, NualnoiKinkaeo, Sumitsaengtong, leremy

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Société

 



Citer ce billet
Alexie Robert et Dominique Maillard (2024, 8 avril). Le service civique : quelle place dans les parcours des jeunes ? Mondes Sociaux. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6jy

Alexie Robert et Dominique Maillard

Alexie Robert est membre du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) : alexie.robert@cereq.fr | Dominique Maillard est membre du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) : dominique.maillard@cereq.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search