“Des clics et des cats ” ou la révélation socionumérique des #ChatonsMignons

Nul n’ignore que les #ChatonsMignons règnent en rois au sein des espaces socionumériques. Qu’ils exercent un pouvoir souterrain ou affiché, les #ChatonsMignons sont les princes souverains de la viralité. Quels sont les facteurs qui expliquent cette forte présence numérique ? L’ouvrage #ChatonsMignons : Apprivoiser les enjeux de la culture numérique met en évidence plusieurs éléments favorisant la viralité, tout en adoptant un recul analytique et critique.

Appréhender l’hyper-objet « chat » sur les espaces socionumériques est un projet aventureux, la circulation de contenus étant marquée par une viralité insaisissable. Les chats sont en effet partout : emoji, GIFs, dessins, mèmes, selfies, etc.

Mais « pourquoi tant de chats, pourquoi tant de clics ? ». À partir de l’analyse d’un corpus de 4 000 posts issus de Twitter, Instagram et TikTok, constitué entre octobre 2021 et janvier 2022, En quoi l’utilisation d’images de chat peut-elle être stratégique et comporte-t-elle une dimension symbolique et politique ? À quelles formes de sociabilité renvoie le partage de l’image du chat ? Enfin, quelle est sa capacité à générer de l’attention grâce à sa puissance affective ?


  • Simon J., 2024, #ChatonsMignons : Apprivoiser les enjeux de la culture numérique, Paris :  L’Harmattan

    Justine Simon est membre de l’unité de recherche ELLIADD à l’Université de Franche-Comté : justine.simon@dynamots.fr


Le #ChatonMignon, un animal politique

L’analyse sémiologique du corpus de #ChatonsMignons montre que l’animal mis en scène cesse souvent rapidement d’être simplement mignon. Tantôt moyen de mobilisation collective, tantôt image au service de la propagande, le #ChatonMignon porte plusieurs masques qui renvoient à des symboles politiques très différents.

Le chat – contrairement au chien qui a une symbolique beaucoup plus unifiée – renvoie à des imaginaires sociodiscursifs très variés, voire opposés idéologiquement. Le chat noir utilisé en tant que GIF effrayé et effrayant, permet par exemple de réagir à une actualité politique jugée illégitime. En référence au symbole anarchiste du chat farouche au poil noir hérissé, il défend des valeurs de gauche. Mais, le chat est également utilisé dans la stratégie de dédiabolisation de Marine Le Pen, au service d’un discours d’extrême droite dissimulé. Finalement, le #ChatonMignon a tantôt une connotation libertaire (on pense particulièrement au graffiti Le Chat de la Liberté, créé par Thoma Vuille), tantôt une portée qui peut évoquer l’idéologie nazie (voir le passage consacré aux #Chadolf #Kitler).

Le fait qu’un animal soit mis en scène permet d’euphémiser le discours, tout en créant une forme d’ambivalence. Ce qui est implicitement dit au public-internaute pourrait se résumer ainsi : « mais, non, je rigole, ce n’est pas sérieux ».

Le #ChatonMignon : un défi de participation

La figure du #ChatonMignon est souvent déployée au sein d’une narration basée sur l’anthropomorphisme. Cette représentation permet de parler de choses plus ou moins sérieuses à l’aide d’un ton décalé. Cette manière de s’exprimer est caractéristique de la rhétorique des réseaux alternatifs, où le chat a une place centrale. Ainsi, le « pôtichat » est-il un symbole de la culture geek. On peut même dire qu’il incarne la culture des mèmes.

Des mèmes de #ChatonsMignons circulent au sein des espaces socionumériques grâce à différentes réappropriations créatives. Le Nyan cat est l’un des exemples caractéristiques de cette culture participative. Il s’agit d’une création visuelle fusionnant le dessin d’un chat, d’une pop-tart (pâtisserie au fourrage sucré) et d’un arc-en-ciel. La déclinaison en GIF vidéo est très connue dans la culture du web participatif. Elle est remixée avec la musique « Nyanyanyanyanyanyanya » (signifiant littéralement « Miaoumiaoumiaoumiaou » en japonais) et a été vue en 2022 presque 200 millions de fois rien que sur YouTube.

On ne parle bien sûr ici que de la création originale mais il faut également insister sur le fait que cette représentation a été réappropriée des millions de fois dans des formats, sur des réseaux et dans des objectifs très variés (il est notamment décliné en « Nein Nein cat », avec comme arrière-plan l’image d’une croix gammée…).

De nos jours, TikTok est l’endroit consacré à la création et à la circulation de mèmes, déclinés à l’infini. Chipi chipi chapa chapa cat – mème datant de décembre 2023 – gagne ainsi en visibilité de manière vertigineuse. Il propose – comme pour le Nyan cat – des vidéos de 10 heures de visionnage d’une même boucle icono-musicale, mettant son public au défi de maintenir son attention !

Le #ChatonMignon, un miroir de soi

Si les #ChatonsMignons peuvent devenir une arme politique, ils constituent également un moyen d’expression créative. Grâce à l’interdiscursivité (qui consiste à l’utilisation de références ultra connues au sein de la culture populaire de masse) et à la narrativité, les modes de réappropriations ne cessent de se réinventer. Mais les images de chats possèdent une autre particularité, celle de constituer un excellent moyen de parler de soi.

L’identité numérique est étroitement liée à la représentation du chat dans l’intimité. Différents niveaux d’extimité – rendant visible en mode public des éléments de sa vie privée – sont mis au jour en fonction de l’image de soi que le ou la maître·tresse souhaite mettre en avant : valorisation de soi, de son environnement domestique, de son activité professionnelle, sa visio en cours, en mode plus ou moins caché derrière le chat. Dans de nombreux cas, il s’agit de valoriser une expérience partagée entre le chat et l’humain·e. L’humain·e serait un chat comme un autre… On parle à ce propos d’humanimalité connectée. La viralité du #ChatonMignon s’explique alors par cette sociabilité significative, qui se réalise souvent à travers le selfiecat, ce néologisme désignant la réalisation photographique effectuée par la personne même, mettant en valeur la relation sociale et affective créée entre l’humain.e et son chat.

L’identité construite peut être encore beaucoup plus stratégique (c’est d’ailleurs le cas en communication politique). La dynamique du « nous » (moi et mon chat) construit un sentiment d’appartenance à un groupe et augmente le capital social de celui ou celle qui poursuit des objectifs sociaux, organisationnels, politiques ou tout simplement commerciaux (comme dans le cas des catfluenceurs sur Instagram dont l’image est exploitée par son ou sa maître·tresse pour influencer le comportement de consommation d’une communauté numérique).

Le #ChatonMignon, une machine à clics

Au-delà de l’importance de la sociabilité dans les mécanismes de présentation de soi, ce qui explique la viralité des #ChatonsMignons est largement lié à sa puissance affective.

Utiliser les chats pour exprimer une gamme d’émotions (la joie, la colère, l’inquiétude, la frustration, etc.) est quelque chose de commun aux trois réseaux étudiés. Le chat est notamment un doudou réconfortant qui permet de parler d’une expérience difficile (en période de Covid-19 par exemple). Grâce au fait qu’ils soient fortement anthropomorphisés (de par leur mimique, leur regard, leur posture, etc.), les chats sont souvent utilisés pour exprimer un ressenti. La viralité du #ChatonMignon sur les réseaux socionumériques peut ainsi s’expliquer du fait de la contagion des émotions au sein de groupes d’appartenance d’amoureux des chats.

La dissémination virale de #ChatonsMignons s’explique également par la dimension émotionnelle générée par le clic. Le caractère affectif devient ainsi un enjeu pour les plateformes dont l’économie se fonde sur l’attention. Le clic&cat  (néologisme désignant l’action génératrice d’attention relative à un contenu lié au « chat ») est à penser au sein d’un processus qui dépasse l’intervention individuelle des internautes. Les individus ne sont plus maîtres de leurs données. Le #ChatonMignon, en tant que contenu viral sur le web, se construit dans un environnement socionumérique où l’individu, le social et la technologie jouent un rôle commun. La spirale de la contagion affective ne cesse alors de s’amplifier dans cette logique de capitalisation de l’attention.

À partir de l’analyse d’un corpus conséquent et diversifié, il est apparu important de questionner ce nouveau spectacle mythologique du #ChatonMignon, c’est-à-dire de système signifiant au sein d’espaces socionumériques marquant notre expérience numérique quotidienne. Ce contenu viral, présent dans les timelines des internautes amoureux ou non des chats, a attiré notre attention en tant qu’hyper-objet générateur d’attention.

Parmi les éléments à souligner, on retient l’idée d’une culture – variante négative du LOL, dont l’objectif est teinté de méchanceté) redessinant les formes d’expression politique. Le défi et la sociabilité sont des éléments centraux au sein de la culture des mèmes. Ce sont elles qui soudent la créativité de manière collective, car comme le souligne que ce soit à partir d’images ou de musiques, « on ne crée jamais tout seul ».

Enfin, les #ChatonsMignons sont au centre de la production de valeurs émotionnelles et affectives. Qu’ils soient partagés sous forme d’emoji, de GIFs, de dessins, de mèmes ou encore de selfiecats, les #ChatonsMignons correspondent à ce qu’Albin Wagener (2022) nomme des « capsules affectives » (à propos des mèmes), qui ont une capacité exponentielle de générer de l’attention.

En définitive, les #ChatonsMignons sont des symboles de nos sociétés occidentales postmodernes hypercapitalistes, où « plus ça affecte, plus ça circule. Plus ça circule, plus ça affecte ».


  • Allard L., Alloing C., Le Béchec M, Pierre J. (dirs), 2017, « Émergences, Les affects numériques », RFSIC, Revue française des Sciences de l’Information et de la Communication, [En ligne], n°11, [consulté le 03/02/2023]
  • Le Crosnier H., 2020, « Partage, remix, culture participative », L’Observatoire, n°55, pp. 87-90 [consulté le 12/07/2022]
  • Wagener A., 2022, Mèmologie : Théorie Postdigitale Des Mèmes, Grenoble : UGA Éditions.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Nancy Peña, Iconjam, Pixel perfect, benkahicon, Freepik.

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique numérique

 



Citer ce billet
Justine Simon (2024, 25 mars). “Des clics et des cats ” ou la révélation socionumérique des #ChatonsMignons. Mondes Sociaux. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w33r

Justine Simon

Justine SIMON est membre de l’unité de recherche ELLIADD à l’Université de Franche-Comté : justine.simon@dynamots.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search