Des labos aux médias : retour sur la popularisation de l’IA

Comment ne pas avoir entendu parler de l’intelligence artificielle aujourd’hui ? Elle semble partout. Ce n’était pourtant pas le cas il y a à peine quinze ans de cela. Depuis quand fait-elle tant parler d’elle ?  Et comment expliquer l’engouement médiatique et politique actuel ? En étudiant des articles de presse, des rapports publics et en donnant la parole à des scientifiques et journalistes ainsi qu’à un expert institutionnel, les chercheuses Anne Bellon et Julia Velkovska décryptent la mutation de l’IA, d’un objet d’étude scientifique devenu un enjeu public de premier plan. Grâce à l’analyse des discours sur l’intelligence artificielle et de leur circulation entre sphères scientifique, médiatique et politique, les autrices, nourries par la théorie des controverses scientifiques, reconstituent comment les différents acteurs impliqués ont interagi et négocié autour de cette thématique. Elles illustrent ainsi la façon dont une réalité scientifique se transforme en problème public par sa récupération médiatique et politique, et soulignent ici l’influence majeure des grands groupes numériques animés par des intérêts économiques.


  • Bellon A., Julia Velkovska J., 2023, « L’intelligence artificielle dans l’espace public : du domaine scientifique au problème public – Enquête sur un processus de publicisation controversé », La Découverte, Réseaux 2023/4 (N° 240), pp. 31-70.

    Flora Guillemaut est étudiante du master MES, Université Toulouse – Jean Jaurès : flora.guillemaut@etu.univ-tlse2.fr


Une origine scientifique

Dans cet article, Anne Bellon et Julia Velkovska retracent l’histoire de l’intelligence artificielle. Avant les années 2000, l’intelligence artificielle (IA) reste confinée à la sphère scientifique. Financée dès les années 1940, elle évolue de manière continue, par découvertes successives, grâce, notamment, à l’amélioration des moyens technologiques. Quelques décennies plus tard, l’augmentation de la puissance de calcul des machines permet, en 1986, la découverte des réseaux de neurones artificiels (perceptrons multicouches), ou encore la naissance du concept de l’apprentissage profond, communément anglicisé « deep learning », en 2000.

Vers l’année 2000, quelques revues de presse spécialisées commencent à traiter de l’IA. À cette époque, l’expression « intelligence artificielle » n’est pas utilisée et la plupart des articles l’abordent par le biais des robots : de la robotique sociale dans les écoles ou les hôpitaux à la robotique industrielle dans le secteur spatial, militaire ou domestique, cette couverture médiatique domine jusque dans les années 2010. Les autrices corrèlent d’ailleurs cette période à l’émergence d’œuvres cinématographiques de science-fiction autour des rapports homme-machine qui viennent alimenter une base de références populaires avec, par exemple, les films Minority Report en 2002 et Her en 2012, ou encore la série Real Humans entre 2012 et 2014.

En parallèle de cette entrée dans la sphère médiatique, un premier colloque international d’experts se déroule en 2004, en Italie. Constitué majoritairement de roboticiens, ce regroupement de chercheurs initie les réflexions sur le devenir de l’IA et ouvre la voie à d’autres initiatives portant sur « l’éthique » de l’IA, terme aujourd’hui largement employé. C’est par exemple à l’issue de deux initiatives françaises, portées par le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et par l’Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA), qu’est créée en 2012 la Commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologies du numérique (CERNA). L’ensemble de ces actions relève alors encore uniquement du monde de la recherche bien que l’IA soit en passe de conquérir les sphères médiatiques et politiques.

Une récupération médiatique spectaculaire

Par l’étude de plus de 35 000 articles de la presse quotidienne, régionale et spécialisée française parus entre 2000 et 2019, les autrices observent, à partir de 2010, une percée de l’IA dans la presse généraliste entraînant une augmentation exponentielle du nombre d’articles traitant du sujet. L’analyse des termes employés et de leur distribution révèle également une évolution des thématiques abordées entre 2010 et 2015 : la robotique laisse place aux questionnements économiques, d’une part, et éthiques, d’autre part ; deux cadrages vraisemblablement opposés. C’est au même moment que les termes « big data », « algorithme » et « intelligence artificielle » font leur entrée dans les pages des journaux. Le véritable « emballement médiatique » intervient cependant en 2015, trois ans après la mise au point d’un système de traitement de l’image basé sur des réseaux de neurones. Cet évènement, considéré par les scientifiques interrogés comme une simple amélioration technique, est largement « mis à la une » par la sphère médiatique et amplifié du fait des exigences journalistiques.

Effectivement, certains journalistes l’admettent eux-mêmes dans les entretiens, les contraintes de rentabilité des médias les poussent à opérer des stratégies dites « d’intéressement ». Pour faire le « buzz », ils utilisent des techniques de dramatisation ou de spectacularisation, afin de « faire rêver ou faire peur », et stimulent l’imaginaire des lecteurs en faisant référence à des œuvres de science-fiction. C’est ainsi qu’un évènement scientifique résultant d’une progression graduelle de découvertes se transforme en un fait sensationnel dans la presse.

À cette même période, en 2016, le grand groupe numérique Google organise un match du jeu de go entre Lee Sedol, le champion du monde de l’époque, et l’algorithme AlphaGo. Cet évènement, largement médiatisé par la firme, est par la suite relayé comme un « moment historique » dans l’histoire de l’IA. Ce match est un bon marqueur de l’influence croissante de ces grandes entreprises sur la médiatisation de l’IA. En effet, en plus d’embaucher de plus en plus d’acteurs du monde de la recherche, elles déploient des stratégies de communication efficaces et financent la presse avec la publicité en ligne. Elles exercent ainsi une pression grandissante sur la sphère médiatique, incitant les journalistes à l’autocensure.

Intelligence artificielle et politique

Avec la montée en puissance de l’IA, tant médiatique que technique, certains secteurs industriels ou métiers commencent à se sentir menacés, ce qui inquiète les acteurs politiques. En France, les premières initiatives gouvernementales au sujet de « l’éthique » de l’IA ont lieu parallèlement aux premières commissions scientifiques sur le sujet. Pourtant, le gouvernement ne fait pas encore appel à l’expertise des informaticiens et roboticiens, mais plutôt à celle d’économistes et de sociologues. L’inexistence du dialogue entre les acteurs politique et scientifique est interprétée par les autrices comme une volonté des scientifiques de maintenir l’autonomie de la recherche, en opposition aux considérations politiques et sociales.

Il faut attendre 2015 pour que des informaticiens anglo-saxons portent véritablement le débat sur l’IA dans la sphère publique. Relativement médiatisés, ces spécialistes appellent l’Organisation des Nations Unies (ONU) à se positionner contre les « armes autonomes », systèmes d’armement capables de fonctionner sans intervention humaine directe dans la prise de décision. Corrélant cette mobilisation à l’engouement médiatique toujours plus prononcé pour l’IA, les autrices soulignent un rapprochement des arènes politiques et scientifiques autour de thématiques devenues des problèmes publics : la perte de contrôle de l’humain ou la discrimination engendrée par l’utilisation des algorithmes…

Le glissement de la notion « d’éthique » du domaine scientifique vers l’arène politique a ainsi une double-répercussion polarisée. La première, ressentie par certains chercheurs, est une perte d’autonomie de la recherche sur la thématique alliée à l’hybridation des langages scientifiques et politiques. La deuxième, vécue par d’autres, est une nouvelle offre d’opportunités leur permettant d’investir la scène politico-administrative. Dans ces deux cas, l’hybridation entre sphères scientifique et politique reconfigure le domaine de l’IA et la transforme en support politique de régulation, dans le but de la rendre « gouvernable ».

L’ambivalence des entreprises du web

Au même titre que Google, qui a orchestré un évènement médiatique majeur avec AlphaGo en 2016, le reste des entreprises du web influence considérablement le paysage de l’IA. En plus d’établir une pression médiatique sur les rédactions, elles attirent de plus en plus de scientifiques du monde de la recherche dans leurs rangs et contribuent activement aux discussions sur l’éthique dans l’arène politique.

Cette participation au débat public sur « l’éthique » peut pourtant paraître contradictoire considérant les objectifs économiques de tels acteurs. Néanmoins, les autrices la traduisent comme une stratégie de visibilité ayant pour principal objectif l’orientation politique d’innovation et d’investissements publics. Le cas d’Elon Musk est d’ailleurs très parlant : à la fois lanceur d’alerte sur les dangers de l’IA et gros financeur des principales innovations du domaine, il illustre parfaitement le procédé ambigu mis en place par ces entreprises.

En étudiant un corpus traitant de l’IA courant sur une vingtaine d’années, Anne Bellon et Julia Velkovska retracent l’évolution des discours de l’IA en le recontextualisant systématiquement. Elles montrent que le récit actuel de l’IA est un entremêlement de discours contradictoires, tant dans leur construction que dans leur finalité, qui tendent à s’hybrider vers des objectifs de contrôle et de régulation publique.

C’est ainsi que l’IA a investi notre quotidien, même si nous ne le savons pas toujours ; elle s’est transformée en un enjeu social bien plus vaste qu’un simple objet d’étude scientifique, et même comme un outil stratégique par les grands groupes du web. C’est d’ailleurs dans un but de réglementation que, le 9 décembre dernier, le Parlement européen est parvenu à un accord provisoire avec le Conseil sur la loi sur l’IA. Il s’agira de la première loi au monde, réglementant le domaine à l’échelle européenne, sa priorité étant « de veiller à ce que les systèmes d’IA utilisés dans l’UE soient sûrs, transparents, traçables, non discriminatoires et respectueux de l’environnement ».


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Freepik, Juicyfish, Paul.J, Flaticon

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Réseau de masters SMS

 

 



Citer ce billet
Flora Guillemaut (2024, 10 juin). Des labos aux médias : retour sur la popularisation de l’IA. Mondes Sociaux. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11sej

Flora Guillemaut

Flora Guillemaut est étudiante du master MES, Université Toulouse – Jean Jaurès : flora.guillemaut@etu.univ-tlse2.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search