L’intelligence artificielle : humain, (pas) trop humain ?

Le Quai des Savoirs de Toulouse, ville qui vient de se confirmer comme l’une des places-fortes de l’intelligence artificielle (IA) en France, accueille jusqu’au 3 novembre 2024 une exposition présentant les derniers développements de la recherche sur l’IA. À l’occasion de cette exposition, Mondes Sociaux a souhaité proposer un numéro thématique consacré au point de vue des sciences humaines et sociales (SHS) sur cette question d’actualité brûlante.

 

Depuis désormais quelques années, et plus encore depuis le lancement du chatbot de ChatGPT en novembre 2022, l’IA fait la une de tous les médias. Les opportunités et les risques générés par cette nouvelle technologie, à la fois omniprésente et omnipuissante, sont quotidiennement débattus sur les plateaux, donnant l’impression que cette « révolution » technologique nous a fait entrer dans une nouvelle ère de l’histoire de l’humanité.

En dépit de cet engouement relativement récent, les problématiques soulevées par l’essor de l’IA ne sont pas vraiment nouvelles. Il suffit de penser à certains grands classiques de notre patrimoine littéraire et artistique, tels le roman Frankenstein de Mary Shelley (publié en 1818), la pièce de théâtre R.U.R. de Karel Čapek (à laquelle on doit l’invention du mot « robot » en 1920) ou le film Metropolis de Fritz Lang (sorti en 1927), pour se rendre compte que c’est au moins depuis les débuts de la Révolution industrielle qu’artistes et intellectuels s’interrogent sur les retombées éthiques et socio-politiques d’une mauvaise gestion du progrès technique.

Les SHS sont là pour nous permettre de prendre un peu de recul et de remettre en perspective le débat actuel. C’est dans ce but que le présent numéro de Mondes Sociaux vous propose trois contributions sur ce même objet, chacune allant au-delà des frontières disciplinaires traditionnelles entre les différentes branches des SHS :

  • Une vidéo par Boris Ottaviano, basé sur un article de Yannick Rumpala à la croisée entre études littéraires et science politique, qui souligne la contribution de la « science-fiction » à l’élaboration de nos interrogations éthiques actuelles sur l’IA ;
  • Un article par Flora Guillemaut, basé sur une publication d’Anne Bellon et Julia Velkovska mêlant histoire, sociologie et science politique, qui retrace l’évolution sur le long terme des débats sur l’IA et les raisons de l’engouement actuel ;
  • Un article par Jingling Zhang, portant sur ses recherches en science économique, psychologie et philosophie, qui traite de la manière dont nous (les humains) élaborons des jugements moraux sur l’IA.

Nous vous souhaitons une bonne lecture !


Crédits images en CC : Freepik, Flaticon

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Numerique

 



Citer ce billet
Stefano Ugolini (2024, 10 juin). L’intelligence artificielle : humain, (pas) trop humain ? Mondes Sociaux. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11sem

Stefano Ugolini

Sciences Po Toulouse, EA 4212 LEREPS (stefano.ugolini@sciencespo-toulouse.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search