Stratégies électorales sur Facebook

Comment les partis politiques se sont-ils emparés de Facebook lors de la campagne présidentielle de 2022 ? Les partis les plus jeunes (LFI, Reconquête ou REM), nés à l’heure du numérique, ont-ils développé des stratégies spécifiques ? Est-ce que les droites radicales investissent différemment ces nouveaux médias dans la mesure où leur exposition médiatique dans les médias plus traditionnels leur est relativement défavorable ?

Cet article rend compte de l’implantation sur Facebook des communautés partisanes des onze candidats engagés dans la campagne présidentielle de 2022. Il analyse leurs usages en comparant leurs nombres de pages nationales et locales, leurs stratégies de publication et le degré́ d’engagement de leurs supporters (en termes de likes, partages ou commentaires). Ces données révèlent de réelles différences dans les logiques d’appropriation partisanes de cette plateforme, en fonction notamment de l’ancienneté des partis et de leurs idéologies politiques.


  • Neihouser M., Figeac J., & Le-Coz F., 2022, « Faire campagne dans Facebook : une pratique privilégiée par l’extrême droite et les partis émergents », Politiques de communication, (2), p. 55-86.

    Julien Figeac est membre du laboratoire LISST, CNRS : julien.figeac@cnrs.fr

    Marie Neihouser est membre de l’Institut National Universitaire Champollion : neihouser.marie@gmail.com

    Ferdinand Le Coz est membre de l’IRIT, Université de Toulouse III : ferdinand.LeCoz@irit.fr


Émergence de nouveaux partis et montée des extrêmes-droites

L’offre politique française a fortement évolué ces dernières années. Lors de la présidentielle de 2022, cette évolution s’est tout d’abord traduite par la présence de candidats issus de trois nouveaux partis créés depuis 2016 : La République en Marche, devenue Renaissance (LREM), La France Insoumise (LFI) et Reconquête (R !). Bien qu’opposés idéologiquement, ces partis présentent plusieurs similitudes dont la principale est sans doute leur organisation autour de figures charismatiques – Emmanuel Macron pour LREM, Jean-Luc Mélenchon pour LFI et Éric Zemmour pour Reconquête – qui cherchent à accéder à la Présidence de la République. Ils se distinguent aussi par leur positionnement critique dans l’échiquier politique vis-à-vis des partis « traditionnels » et de leurs modes d’organisation jugés trop centralisés et hiérarchiques. De nombreux observateurs singularisent enfin ces nouveaux partis par leurs usages innovants et experts des « nouveaux » médias. La littérature scientifique a d’ailleurs rebaptisé ces partis des « partis plateformes » pour insister sur le rôle des plateformes numériques dans l’organisation et les logiques militantes de ces mouvements politiques.

Outre ces nouveaux partis, l’élection présidentielle de 2022 a aussi été marquée par la présence – inédite – de trois candidats issus de trois mouvances d’extrême-droite : Marine Le Pen pour le Rassemblement National (RN), Éric Zemmour pour Reconquête et Nicolas Dupont-Aignan pour Debout La France (DLF). Or, certaines recherches ont montré que les sympathisants d’extrême droite avaient tendance à mobiliser Facebook pour animer leurs discussions en partageant de nombreux articles de réinformation issus de sites d’information militants.

Ces deux évolutions de l’offre politique française nous ont incités à observer s’il existait, lors de la présidentielle de 2022, des usages différents de Facebook entre les communautés partisanes en fonction :

  1. des orientations politiques
  2. de l’ancienneté des partis.

Pour ce faire, nous avons utilisé la plateforme CrowdTangle pour collecter les données sur Facebook de 852 pages partisanes identifiées à partir de mots-clés (les noms des candidats et des partis). Les pages sélectionnées ont ensuite été intégrées à notre corpus après avoir été vérifiées manuellement. Ces données ont été collectées durant la période centrale de cette campagne électorale, du 1er janvier au 10 avril 2022. Les contenus textuels de toutes les publications Facebook publiées par ce corpus de pages durant cette période ont été collectés, ainsi que différentes métriques précieuses pour l’analyse (le nombre de réactions par posts, le nombre d’abonnés par pages, etc.). Les résultats que nous allons maintenant présenter découlent d’une analyse statistique de ces métriques.

Les usages numériques de partis varient selon leur ancienneté

Nos résultats montrent d’abord que la date de création des partis a une influence tant sur l’implantation des communautés partisanes dans Facebook que sur le nombre d’abonnés à leurs pages. Ainsi, LREM, LFI et Reconquête – les trois partis les plus récemment créés – sont particulièrement bien implantés sur la plateforme et leurs pages bénéficient d’un grand nombre d’abonnés. Sur les 852 pages étudiées, 122 soutiennent Emmanuel Macron (LREM), 107 Éric Zemmour (Reconquête) et 81 Jean-Luc Mélenchon (LFI). Seules Marine Le Pen (RN, 106 pages) et Valérie Pécresse (Les Républicains (LR), 88 pages) remportent autant de soutiens en termes de nombre de pages sur la plateforme. À l’inverse, Anne Hidalgo (Parti Socialiste, PS) n’est soutenue que par 75 pages et Fabien Roussel (Parti Communiste Français, PCF) par 25 pages. En termes d’abonnés, la même tendance se dessine puisque les pages soutenant Macron (environ 5 millions d’abonnés cumulés), Zemmour et Mélenchon (1,5 millions d’abonnés pour leurs pages respectives) figurent parmi celles qui attirent le plus d’abonnés. Parmi les partis traditionnels, Marine Le Pen reste très soutenue par ses supporters (2,8 millions cumulés) ainsi qu’Anne Hidalgo (1,4 million cumulé).

Les contenus relayés par ces pages Facebook varient aussi en fonction de la date de création des partis. Les partis traditionnels ont effectivement la plus forte proportion de contenus relayés depuis des sites internet de la presse journalistique (soit 30% des contenus partagés par le PS contre par exemple 21,7% par LFI). Ces partis ont aussi tendance à relayer plus de contenu depuis des sites Web d’institutions politiques (76% des liens relayés par le RN, 67,6% des liens relayés par le PCF contre respectivement 17,7%, 25%, et 45,6 % des liens relayés par LREM, Reconquête et LFI). Les partis plus récents ont quant à eux tendance à partager plus de contenus depuis les autres médias sociaux – notamment des photos de meeting partagées via Instagram, des vidéos YouTube, etc. (soit 43,5 % des contenus partagés par Reconquête et 32,6 % par LFI). Cette circulation des informations entre les différentes plateformes numériques est plus rare au PS (21,3 %) et chez LR (19,9 %).

Ainsi, notre première intuition se confirme : les partis les plus récents seraient mieux implantés sur Facebook et distribueraient sur leurs pages des contenus relativement différents de ceux relayés par les partis plus traditionnels. Ces derniers ont tendance à diffuser des contenus produits par des sources institutionnelles traditionnelles (presse, institutions publiques, etc.), là où les jeunes partis relaient plus de contenus produits par leurs propres militants en expérimentant des logiques partisanes plus décentralisées et ascendantes.

La prépondérance de l’extrême-droite

L’autre résultat significatif de cette étude réside dans la confirmation de la domination des communautés partisanes d’extrêmes-droites sur Facebook, notamment selon le degré́ d’engagement des supporters.

En effet, les pages soutenant les candidats d’extrême-droite publient beaucoup durant la période étudiée : le nombre médian de publications dans les pages Reconquête est le plus élevé (32 posts par page), devant la candidate RN (12 posts par page). LFI vient ensuite avec 11 posts et LREM 8 posts.

Même si ce lien de cause à effet n’est pas toujours vrai, on observe bien dans le cas présent un lien direct entre cet important volume de publications et le nombre important de réactions (like, partage, commentaire) qu’elles génèrent au sein des pages Facebook des extrêmes-droites. Les pages des trois communautés partisanes d’extrêmes-droites recueillent en effet le plus de likes (entre 50 000 et 70 000 likes par page). Elles devancent largement les autres partis, avec par exemple en 4e position les pages LFI qui cumulent 31 223 likes malgré un nombre important de publications quotidiennes. Le nombre moyen de partages par page est également le plus élevé dans ces trois communautés partisanes d’extrêmes-droites (30 892 pour R !, 15 529 pour le RN, 10 560 pour DLF). De même, les pages soutenant Zemmour et Le Pen ont le nombre moyen de commentaires par page le plus élevé, devant celles de Macron et Mélenchon, suivies par celles de Dupont-Aignan.

Concernant le degré d’engagement, les extrêmes-droites apparaissent donc bien plus mobilisées que leurs adversaires ; à l’exception de LFI dont les supporters restent très (ré)actifs. Ce constat s’explique par le fait que ces partis, notamment le jeune parti de Zemmour (R !), ont fortement incité leurs supporters à diffuser de nombreux contenus dans les réseaux sociaux, à les relayer et à les partager au sein des pages de la communauté. Bien souvent cette stratégie numérique à vocation à faire de la réinformation, c’est-à-dire à proposer des contre-interprétations du traitement médiatique dominant des faits d’actualités afin de positionner l’offre électorale de ces candidats et la singularité de leurs propositions, en rupture avec celles des partis de gouvernement.

Quelles conséquences sur l’espace politique français en ligne ?

Au final, notre recherche confirme qu’il existe de réelles différences dans les usages électoraux de Facebook par les communautés partisanes des candidats en fonction de la date de création des partis et de leurs idéologies politiques.

Tout d’abord, cette étude sur l’appropriation des ressources de Facebook par les partis confirme un phénomène de polarisation entre les communautés d’extrêmes-droites et les autres. Ce constat prolonge les travaux qui défendent l’idée d’une « fachosphère » très active en France, en particulier sur Internet. Ces stratégies mises en place sur les réseaux sociaux numériques par les droites radicales fonctionnent en partie, si l’on en juge par le niveau d’engagement de leurs supporters (en termes de like, partage ou commentaire). Cependant, le faible nombre de voies recueillies par les candidats de Reconquête et DLF à cette élection invite à faire preuve de prudence quant à l’efficacité et l’importance réelle de ces stratégies électorales numériques.

Malgré ce premier constat mitigé, cette recherche démontre malgré tout que Facebook ne reproduit pas nécessairement les inégalités partisanes qui structurent le champ politique hors ligne, en favorisant sur un versant technologique les partis traditionnels qui sont par ailleurs les plus dotés en ressources (humaines, financières, matérielles, etc.). Au contraire, cette plateforme contribue à combler les écarts en permettant aux jeunes partis, les partis dits « plateformes », de se développer à grande vitesse en acquérant rapidement une grande visibilité nationale, du fait notamment de l’alignement entre ces nouveaux médias « expressifs » et ces jeunes mouvements politiques qui se sont structurés en s’évertuant à surmédiatiser la figure charismatique de leurs leaders. Facebook et ces médias ont ainsi aidé ces jeunes partis à optimiser leurs stratégies de campagne en compensant partiellement certains manques de ressources, comme des réseaux militants locaux structurés et bien implantés. L’enjeu pour l’avenir est de mieux comprendre si ces médias peuvent permettre d’enrayer la dépolitisation, notamment des plus jeunes. Comme c’est par exemple aujourd’hui le cas avec certains candidats, comme Macron ou Mélenchon, qui tentent de s’adresser à un public plus jeune en multipliant les interventions avec des célèbres YouTubeurs ou via des chats vidéo organisés sur TikTok et Instagram.


  • Albertini D., Doucet D., 2020, La fachosphère, Flammarion.
  • Figeac J., Smyrnaios N. Salord, T. Cabanac, G. Fraisier, O. Ratinaud P., Seffusatti F., 2020, « Information-sharing practices on Facebook during the 2017 French presidential campaign: An “unreliable information bubble” within the extreme right. » Communications, vol. 45 (s1), pp. 648-670.
  • Gerbaudo P., 2019, « The platform party: The transformation of political organisation in the era of big data. » In D. Chandler, C. Fuchs Digital Objects, Digital Subjects: Interdisciplinary Perspectives on Capitalism, Labour and Politics in the Age of Big Data, London: University of Westminster Press, pp. 187-198
  • Lefebvre R., 2018, « Vers un nouveau modèle partisan ? Entre déclassement des partis de gouvernement et avènement des partis-mouvements », Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux, n°16, pp. 21-30.
  • Neihouser M., Figeac J., 2024, Bringing the campaign closer to the voters: Facebook in partisan-managed campaigning in France, Communications, (0).

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Flaticon, Freepik, Rukanicon, QudaDesign

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Politique

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julien Figeac, Marie Neihouser et Ferdinand Le Coz (17 juin 2024). Stratégies électorales sur Facebook. Mondes Sociaux. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11u3j


Julien Figeac, Marie Neihouser et Ferdinand Le Coz

Julien Figeac est membre du laboratoire LISST, CNRS : julien.figeac@cnrs.fr | Marie Neihouser est membre de l’Institut National Universitaire Champollion : neihouser.marie@gmail.com | Ferdinand Le Coz est membre de l’IRIT, Université de Toulouse III : ferdinand.LeCoz@irit.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search