Hommes forts, femmes sexy ? Champions et championnes dans la presse sportive spécialisée

La plupart des études sur les médias sportifs – presse, télévision, radio, réseaux sociaux – concluent toutes à des représentations stéréotypées des sportifs et des sportives. Les hommes sont forts, puissants, performants, résistants à la douleur. Les femmes sont belles, sexy, mère ou future mère et amoureuse. Mais qu’en est-il plus précisément dans le milieu de la presse sportive spécialisée de vélo tout terrain (VTT) ?

Afin d’analyser finement les représentations des sportifs et des sportives, quatre années de publication des trois principaux titres de la presse spécialisée de VTT ont été analysées : Vélo Vert, Vélo Tout Terrain et VTTMag. Parallèlement, éditeurs, journalistes, rédacteurs en chef ainsi que lecteurs et lectrices ont pu être entendu·e·s en entretien de façon à étudier les images médiatiques mais aussi leur processus de fabrication et de réception.


  • Fraysse M., 2019, « Modèles de genre différenciés et positions éditoriales dans la presse sportive spécialisée », Questions de communication, vol. 35, no. 1, p. 39-62.

    Mélie Fraysse est membre du Laboratoire CRESCO, université Paul Sabatier Toulouse 3 : melie.fraysse@univ-tlse3.fr


Des masculinités plurielles

Les magazines de VTT offrent aux lecteurs et aux lectrices des représentations de sportifs où dominent la puissance, la performance et certaines formes de violence sur soi. Les éléments discursifs « puissance, puissant, force, fort », les comparaisons à des animaux sauvages tels que « le tigre », sont nombreux de même que les références à des personnages célèbres évoquant la puissance comme le boxeur de la série cinématographique “Rocky”. Les photographies qui accompagnent les articles participent aussi à ce processus de valorisation en se focalisant sur le muscle – gros plans sur les cuisses du vététiste en plein effort – ou en montrant des actions spectaculaires : sauts, freinages avec nuage de poussière par exemple. L’autre caractéristique reste la violence au travers de la glorification des blessures et de la prise de risque.  Une rubrique baptisée « La gamelle d’or » illustre parfaitement cette mise en scène de la violence. Présente dans la revue Vélo Vert jusqu’à 2010, il s’agit pour les lecteurs d’envoyer une photo après un accident grave, accompagnée d’un petit texte explicatif. Le gagnant se voit attribuer un an d’abonnement gratuit à la revue sous conditions d’un séjour à l’hôpital et de stigmates corporels visibles et durables. Puissance, violence et performance confèrent à ces mises en scène du masculin une impression de virilité exacerbée. La virilité est à entendre comme un attribut corporel, sexuel, économique et social idéalisé d’une forme de masculinité dominante et valorisée que la sociologue australienne Raewyn Connell appelle la masculinité hégémonique.

Si ces modes de présentation constituent la majorité des mises en scène, certains articles valorisent cependant d’autres formes de masculinités. Caractérisées par l’esthétisme et la convivialité entre vététistes, ces mises en scène s’écartent résolument des aspects les plus extrêmes de la masculinité hégémonique décrits précédemment. Il s’agit de voyageurs à vélo qui « ressentent », « partagent », sont « touchés » par le paysage. Souvent photographiés en groupe, parfois même en famille, les images choisies pour illustrer les articles qui leurs sont consacrés, montrent tout autant un paysage grandiose que le cycliste lui-même. L’exploit de la distance parcourue est bien rappelé mais sans notion de performance physique. La mise en avant des sensations, des émotions, du plaisir du partage entre amis, de certaines valeurs morales liées à l’environnement, construisent des formes de masculinités moins viriles que celles décrites précédemment.

Une féminité exacerbée

Les articles traitant de pratiquantes ou de championnes sont moins nombreux que ceux consacrés aux hommes. Ils paraissent plus ponctuellement et présentent une sportive assignée à son statut de femme, infantilisée et érotisée. Les photographies ne montrent pas d’actes sexuels explicites, mais les suggèrent au travers de mises en scène où le vélo est utilisé comme un objet sexuel : par exemple par une femme nue et sans selle. Les femmes subissent également une forte sexuation en étant présentées selon les stéréotypes de la catégorie femme. Les termes « femme », « fille », « féminin » sont omniprésents. Les questions traitant du fait d’être une femme dans le monde du VTT constituent le corps des articles de même que celles relatives à la maternité, à la conjugalité ou à la figure – quasi tutélaire – de leur entraîneur. Leurs performances, au travers du palmarès sportif, ne font souvent l’objet que d’un rapide rappel dans un sous-titre ou une introduction à l’interview. Rarement photographiées en action ou dans des vêtements servant à la pratique, les sportives sont en revanche très apprêtées, maquillées, portant jupes et talons hauts. Les femmes sont ainsi présentées dans les magazines de VTT selon les caractéristiques typiques de l’emphasized féminity (Connell, 1987, 2014), c’est-à-dire une féminité exacerbée. Elles sont moins performantes que les hommes, sexy, nécessitant un encadrement et surtout conformes aux stéréotypes de leur catégorie de sexe.

Les représentations des sportives sont ainsi beaucoup plus homogènes que celles des hommes. En effet, seules quelques championnes disposent de modes de présentation qui, sans être les mêmes que ceux des sportifs, s’en rapprochent parfois. Les dossiers qui leur sont consacrés traitent majoritairement de leur palmarès sportif tout en mentionnant rapidement leur conjoint, leur statut de femme dans une discipline majoritairement masculine ou la gestion d’une maternité future. Des photographies où elles apparaissent apprêtées, sont associées à d’autres, les montrant dans des actions spectaculaires comme des sauts à l’instar de celles des athlètes masculins. Ici, les caractéristiques de puissance et de performance sont juxtaposées à d’autres typiques de l’emphasized feminity comme le travail de l’apparence, le statut de femme, d’amoureuse ou de mère.

Comprendre la relative diversité des représentations médiatiques

Que ce soient du côté des hommes ou des femmes, les représentations ne sont pas homogènes dans les revues de VTT. « L’effet titre » et le positionnement historique des revues est une première explication. Les magazines sont créés dans les années 90 conjointement à l’arrivée du VTT en France. Des passionnés de sports mécaniques – motocross et BMX – découvrent ce vélo particulier aux États-Unis. Une fois revenus en France, ils structurent la pratique au niveau fédéral et fondent les deux premiers magazines spécialisés en devenant à la fois éditeurs, rédacteurs en chef et journalistes. Ces deux titres portent encore aujourd’hui la marque de « revues pionnières » et « gardiennes » des normes et valeurs historiques des débuts du VTT, fortement marqués par celles des sports mécaniques.  Les rédacteurs en chef et une partie des lecteurs « historiques » sont donc attachés à ces modèles de sportifs et sportives particulièrement stéréotypés comme aux éléments de la culture des débuts du VTT.

Cependant, la crise de la presse magazine à partir des années 2000 entraîne une baisse de la diffusion de ces revues. De grandes maisons d’édition rachètent alors les titres et essaient de diversifier le lectorat. Des lecteurs et des lectrices plus jeunes, moins attaché·e·s – voire même critiques – face aux normes et aux valeurs des débuts de la pratique en France, ne se retrouvent pas forcément dans ces modèles masculins et féminins qu’ils·elles jugent caricaturaux. Pressés par des éditeurs, les rédacteurs en chef sont obligés de réorienter le contenu des revues en direction de ce nouveau lectorat tout en conservant des éléments historiques incontournables pour les pionniers qui sont encore nombreux.

L’importance des stratégies éditoriales

Cette étude montre que les modèles de sportifs et sportives présents dans les revues sportives spécialisées ne sont pas homogènes. Si les hommes sont forts puissants et performants et que les femmes sont sexy, belles et surtout… femmes, d’autres modes de présentation leur sont juxtaposés.  Des figures masculines comme féminines bien moins stéréotypées émergent, se distanciant fortement des caractéristiques de la masculinité hégémonique et de l’emphasized feminity. Ces variations peuvent être envisagées comme le résultat de positions socio-historiques et de stratégies éditoriales visant à maintenir les chiffres de diffusion par une juxtaposition de contenu. Ainsi, les modèles du masculin et du féminin façonnent autant qu’ils traduisent les stratégies économiques et de définition de la pratique entre conservation d’un héritage historique et proposition de lignes plus actuelles.


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Freepik, Flaticon, Flat icons, Good Ware

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Médias


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mélie Fraysse (1 juillet 2024). Hommes forts, femmes sexy ? Champions et championnes dans la presse sportive spécialisée. Mondes Sociaux. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11wsu


Mélie Fraysse

Mélie Fraysse est membre du Laboratoire CRESCO, université Paul Sabatier Toulouse 3 : melie.fraysse@univ-tlse3.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search